Aspects matériels et ecdotique : la transmission de Des Odeurs de Théophraste d’Erésos

par Béatrice NICOLAS,
à la Table-ronde « Ecdotique », Lyon, HiSoMA-Sources Chrétiennes, le 7 mars 2014.

Beatrice Nicolas 3

Théophraste d’Erésos (372-288 av. J.-C.) fut le disciple et l’ami d’Aristote et lui succéda à la tête du Lycée. Il est l’auteur d’une œuvre aussi ample que variée, couvrant tous les champs d’investigation du Péripatos. Aujourd’hui subsistent principalement deux sommes botaniques (Enquête sur les plantes et Causes des phénomènes végétaux), Les Caractères et une dizaine d’opuscules.

Parmi ces opuscules figure l’exposé Des odeurs qui nous intéresse ici. On peut en effet s’interroger sur sa nature et son statut au sein du corpus de Théophraste : est-il un opuscule, un fragment, un livre disjoint qu’il faut rattacher à un autre opus en plusieurs livres ? Pour entrer dans ce dossier du devenir de Des odeurs, deux voies sont proposées.

1.

La première se tourne vers le catalogue des œuvres de Théophraste : le plus ancien dont nous disposons figure dans la Vie que Diogène Laërce, au IIIe s. ap. J.-C., consacre au philosophe (Vies des philosophes illustres, V, 42-50). Le titre Des odeurs y figure, renvoyant à une monographie en un livre, de même qu’un texte intitulé Des saveurs, perdu, lui. Mais ce catalogue est loin d’être fiable : il présente un certain nombre d’incohérences internes et d’écarts par rapport au corpus tel qu’il a été transmis. Ainsi fait-il entre autres mention de dix livres pour Enquête sur les plantes et de huit livres pour les Causes des phénomènes végétaux : nous n’en possédons respectivement que neuf et six.

Dans ce dossier, on invoque souvent l’histoire mouvementée de la transmission des œuvres de Théophraste, étroitement liée au devenir des textes d’Aristote et à la bibliothèque du Lycée. A la mort de Théophraste une grande partie de ces textes aurait été dispersée entre deux hypothétiques destinations : Alexandrie, où une édition de Théophraste se serait constituée au IIIe siècle, et Skepsis, en Troade, où Théophraste avait désigné un légataire et où ses livres réapparaitraient au IIe siècle, avant d’être transportés à Rome au Ier siècle. Pour rendre compte des incohérences de son travail, les érudits estiment que Diogène aurait utilisé plusieurs sources, qui suivaient des principes divergents : principe alphabétique d’une part, remontant aux éditions alexandrines ; principe thématique d’autre part, remontant aux éditions préparées à Rome. Ce faisant, il aurait pu enregistrer deux fois le même ouvrage, un opuscule disjoint sous un titre autonome comptant également comme livre compris dans une somme plus vaste. De la sorte, faut-il envisager que Des odeurs soit le livre VIII des Causes des plantes ?

2.

Comme seconde voie d’examen de cette question, on peut confronter cette hypothèse à la réalité de la tradition manuscrite. Les neuf manuscrits qui transmettent Des odeurs constituent une seule et même famille stemmatique. Ils copient cet exposé au sein d’une même série de textes ayant trait, de près ou de loin, à la philosophie naturelle et aux fonctions physiologiques –étrangers, quoi qu’il en soit, à la botanique. Mais cette habitude des manuscrits ne présente pas de cohérence thématique et logique, à la différence, par exemple, des Petits traités d’histoire naturelle d’Aristote : les « opuscules » semblent avoir été regroupés a posteriori, par défaut et l’on ne peut se fier à cette disposition matérielle de Des odeurs pour en faire nécessairement un opuscule autonome. Bien plus significatifs, en revanche, sont les indices qui relèvent, au fil du texte de Des odeurs, d’un plan de composition et d’une phraséologie qui tendent à montrer son lien de nécessité avec la somme d’étiologie botanique, Causes des phénomènes végétaux.

Pour achever la présentation de ces indices, il est intéressant d’examiner sur pièces la façon dont les manuscrits avaient transmis un paragraphe à valeur programmatique, accompagné dans l’apographe d’une série de repères alphabétiques organisant le propos en marge du texte. De copie en copie, ces repères se sont décalés et ont perdu toute utilité, jusqu’à disparaître dans les derniers témoins. Trace matérielle d’un balisage savant du texte, qui n’illustre plus désormais que les relations stemmatiques des manuscrits.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *