Pour une édition du traité Des adverbes d’Apollonius Dyscole : remarques sur la tradition manuscrite

par Lionel Dumarty (Université Lumière-Lyon 2),
à la Table-ronde « Ecdotique », Lyon, HiSoMA-Sources Chrétiennes, le 7 mars 2014.

Lionel Dumarty 4

Le traité Des adverbes d’Apollonius Dyscole (grammairien alexandrin du iie s. apr. J.-C.) nous a été transmis par deux manuscrits, le Parisinus graecus 2548 (A) de la fin du xie s. et un apographe conservé à Leyde (L). Pourtant, le ms A est presque toujours considéré comme l’unicus par les rares philologues qui ont, jusqu’à présent, édité le texte. Dans la perspective d’une nouvelle édition de ce traité, il s’avère indispensable d’établir méthodiquement (ce qui n’a jamais été fait) si L n’est vraiment d’aucune utilité. Le problème est double : (1) L est-il vraiment une copie directe de A ? (2) Si oui, faut-il pour autant le rejeter ? En effet, A étant fort déterioré, on peut espérer trouver dans sa copie le témoin privilégié par lequel combler de nombreuses lacunes. À travers l’examen des deux mss, cette étude aura permis dans un premier temps de dater pour la première fois le ms L, avec assez de précision, et d’en attester l’affiliation à A. Elle révèle aussi, non seulement, que cet apographe n’est d’aucun secours pour les passages corrompus dans A, mais en plus qu’il introduit des erreurs (conjectures ? fautes d’inattention ?) là où A ne pose aucun problème.

Voici quelques exemples des fautes relevées dans le manuscrit de Leyde : le copiste, qui ne parvient pas à identifier le groupe de lettres βι (il souligne d’ailleurs le mot et précise en marge « ita in MS. »), reproduit ουρος au lieu de οβιος (ὁ βίος) :

L3vMs L (copie), f°3v

ὅπερ ουρος ὡς ἐπιτατικὸν

A118vMs A (texte de base), f°118v

οπερ ο βιος ως επιτατικον

Il peut lui arriver aussi d’omettre tout simplement des formes difficiles à lire. C’est le cas de certaines abréviations, comme cette importante correction d’une seconde main, ajoutée en marge du ms A :

L6r

Ms L, f°6r

ἀκέων εὐφραίνου, ἀκέοντες εὐφραίνεσθε

  A123v

Ms A, f°123v

ἀκέων εὐφραίνου<πρὸς δὲ τὸ πληθυντικὸν κατὰ πληθυντικήν> ἀκέοντες εὐφραίνεσθε…

Enfin, certaines variantes ne s’expliquent ni d’après la forme, ni d’après le sens du texte, puisque celui-ci, dans un cas comme dans l’autre, ne pose aucun problème, comme on peut voir dans la transposition suivante :

L3r

Ms L, f°3r

βούλομαι φιλοσοφεῖν

A118r

Ms A, f°118r

βούλομαι φιλολογεῖν

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *