Quel modèle d’encodage pour quel outil d’édition critique (domaine latin) ? Quelques perspectives

par Bruno BUREAU (Univ. Lyon 3),
à la Table-ronde « Ecdotique », Lyon, HiSoMA-Sources Chrétiennes, le 7 mars 2014.

Bruno Bureau 3

L’utilisation de la TEI dans l’édition des textes a conduit à mettre en place des outils de représentation des données textuelles issues des manuscrits avec un degré de finesse et de détail particulièrement appréciable. La question qui se pose est maintenant plutôt celle du traitement de cette information.

Le but ultime de toute édition est évidemment de produire un texte pourvu d’apparat critique justifiant son établissement, mais il semble que la masse d’information que la TEI permet de collecter et d’organiser dans la collation des manuscrits puisse fournir non seulement une base à la création d’un ou plusieurs apparats, mais encore un réel outil d’aide à l’édition.

La réflexion que nous menons autour de deux traditions textuelles, celle du commentaire de Donat à Térence et celle de l’Historia Apostolica d’Arator nous suggère une voie d’exploitation des données des collations qui permette de situer la comparaison des témoins au niveau du texte considéré dans sa globalité et non au niveau du lieu variant.

L’idée est de comparer les témoins pour générer un texte (virtuel évidemment) qui représenterait le résultat de cette comparaison sous la forme suivante: les éléments textuels consensuels sont non-marqués, les éléments dans lesquels les témoins choisis divergent sont identifiés par une marque textuelle (par exemple un changement de couleur de police) et la nature de la divergence est donnée en apparat. On voit donc immédiatement apparaître visuellement la pertinence du regroupement de ces témoins selon l’ampleur de la zone non-consensuelle. Plus ces zones sont vastes, moins le regroupement est pertinent dans une optique d’histoire de la transmission, autrement dit plus les témoins présentent des versions éloignées.

Pour obtenir ce niveau comparatif, il faut évidemment opérer un choix dans les variantes à considérer (une forme de pré-pondération des variantes) qui relève de la nature même des apparats. Nous proposons de considérer hiérarchiquement quatre types d’apparat: « structure », « variante de mot », « mise en page », « graphie ». La premier niveau rend compte des lacunes, déplacements, inversions etc., le second des substitutions d’un mot ou d’une forme d’un mot à une autre (mecum vs tecum; facit vs faciat), le troisième d’éléments de mise en page (soulignés, usage de la capitale, ponctuation, retours à la ligne, paragraphages), le quatrième essentiellement de questions d’usage de formes abrégées ou de glyphes.

Au niveau comparatif, l’attention porte d’abord sur les deux premiers niveaux évidemment, bien que l’exemple de Donat montre que, dans ce cas précis, le troisième niveau peut parfois entrer en ligne de compte: ce sont tous les cas où le scribe marque la différence entre le texte de Térence et celui de son commentaire (par exemple en soulignant la citation térentienne) et montre une confusion dans son traitement du soulignement entre par exemple le dernier mot de la citation et le premier du commentaire.

Cette visualisation au niveau du texte entier peut ensuite permettre de considérer les « textes virtuels » ainsi constitués comme des « témoins » (virtuels eux-aussi évidemment) et de les comparer entre eux, au besoin en ayant opéré sur ces « textes virtuels » un certain nombre de choix éditoriaux, en privilégiant telle ou telle variante. Ainsi l’éditeur peut « tester » des intuitions ecdotiques et observer les conséquences de ses choix dans la globalité du texte. Supposons par exemple que je choisisse de comparer deux témoins A et B et deux autres C et D deux à deux. Le groupe AB fournira un premier témoin virtuel A’ et le second un second C’. Je peux par exemple décider d’observer ce qui se passe dans la relation A’C’ si dans le texte virtuel A’ je considère comme « lemme » systématiquement les leçons de B et que je compare cela à C’. Je compare alors un témoin réel B à un texte virtuel C’. L’avantage de cette pratique saute aux yeux dans le cas d’un texte comme celui de Donat/Térence connu par une quarantaine de manuscrits tous du 15e siècle sauf deux et dont on suppose qu’une grande partie provient de la copie de deux ou trois manuscrits aujourd’hui perdus par les humanistes qui redécouvrirent le commentaire dans le premier tiers du 15e.

Parallèlement à cela, la précision de l’encodage permet une vue « par manuscrit » qui soit une transcription précise du texte d’un témoin, permettant (au choix de l’utilisateur) soit de le visualiser comme un texte continu et « normalisé » (pourvu de la structure que les modernes ont donné au texte et en graphie courante), ou une vue respectant les particularités de mise en page et de graphie. Ces éléments sont présents déjà dans plusieurs projets, mais ils s’insèrent ici dans un affinage possible du travail comparatif pour comprendre éventuellement la naissance de variantes dans des incompréhensions liées à la mise en page (confusion lemme-scholie par exemple dans Donat).

Un autre point important de notre réflexion est celui de la lourdeur du travail d’encodage qui freine l’utilisation de la TEI dans le cas de textes longs présentant de nombreux témoins. Le défi est de parvenir à alléger la procédure au maximum en incluant cependant la précision souhaitable dans l’information recueillie, de manière à ce qu’il ne soit pas nécessaire d’être (aussi) un expert de la TEI pour collationner, mais que le résultat se conforme strictement aux principes des « guidelines », en travaillant sur les diverses possibilités qu’elles offrent pour résoudre des difficultés de représentation. Plusieurs projets ont proposé déjà des solutions et, dans la plupart des cas, il est possible de s’inspirer de l’existant, mais il subsiste un problème délicat qui apparaît particulièrement dans Donat, celui de la représentation des textes dont l’ordre est gravement bouleversé dans une partie de la tradition, avec non seulement des déplacements de segments, mais un très grande degré d’imbrication des éléments de désordre : un segment déplacé contenant à son tours des sous-segments présentés dans un ordre variable, le tout pouvant contenir également des déplacements de mots, des lacunes, des ajouts etc. Il est en tout cas important de parvenir, en particulier dans un cas de collation collaborative, à un degré assez poussé d’encadrement des procédures de collation qui garantisse une pratique uniforme sur l’ensemble du corpus et des témoins. Cela passe évidemment par une documentation complète de nos choix qui en donne la justification scientifique, mais aussi par un schéma contraint, qui aide l’encodeur à respecter les principes déterminés la documentation. Par exemple, si l’on opte pour l’impossibilité (logique) d’inclure une marque d’apparat de structure dans un apparat orthographique, il faut que, même par mégarde, l’encodeur ne puisse pas imbriquer les deux structures, alors que l’inverse est évidemment possible.

Un autre élément important est celui de la méthode de collation, soit sur un document TEI unique réunissant tous les témoins (collation parallèle), soit dans un TeiCorpus dont chaque manuscrit représente un élément. Le premier système présente l’avantage de représenter directement (de manière immédiatement visible y compris pour l’encodeur) la répartition des variantes, mais le grave inconvénient de devenir rapidement confus lorsque les témoins sont nombreux et leurs comportements très différents. Le second système présente l’inconvénient de nécessiter une opération supplémentaire pour visualiser la répartition des variantes (extraction des données de chaque manuscrit pour construire le TeiCorpus), et donc de ne pas permettre à la volée la visualisation de la répartition des variantes, mais il présente l’avantage de ne montrer à l’encodeur que son propre témoin et donc de demeurer très clair et aisément contrôlable. Aucune des deux méthodes n’est meilleure que l’autre par principe et une partie de notre réflexion consiste précisément à soupeser les avantages et les inconvénients des deux dans deux traditions nombreuses et parfois confuses.

Enfin, un troisième point est celui de la génération d’un apparat à partir de ces données. La difficulté est que les normes éditoriales (papier) de rédaction des apparats sont souvent très différentes, même si l’on s’en tient au niveau le plus basique de l’apparat positif ou négatif. Notre idée est de fournir pour nos corpus un document suffisamment structuré et complet pour que la transformation des données permette soit de générer des apparats complexes destinés plutôt à l’édition électronique, soit des apparats prenant en compte une partie simplement de l’information. Il va de soi qu’il est impossible de prévoir toutes les transformations possibles, mais l’essentiel est que l’information soit correctement structurée et organisée, pour qu’ensuite chaque utilisateur puisse choisir de transformer tel ou tel élément de telle ou telle manière selon ses besoins propres, le document TEI étant une sorte de « dépôt » de travail où toute l’information est stockée.

Tels sont actuellement les éléments de notre réflexion, à partir à la fois des projets existant et de notre propre corpus. Toutes ces réflexions et les résultats visuels sont évidemment à suivre… en partie d’ailleurs sur ce carnet.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *