L’Anthologie Latine et les sirènes de l’hypercritique

par Daniel VALLAT (Univ. Lyon 2),
à la Table-ronde « Ecdotique », Lyon, HiSoMA-Sources Chrétiennes, le 7 mars 2014.

Daniel Vallat 1

Qu’est-ce que l’Anthologie latine ?

  • Problèmes de dénominations

L’histoire des textes a fait que l’expression Anthologie Latine (désormais AL) recouvre deux réalités distinctes : au sens large, la volonté de réunir des poèmes latins épars, et, au sens restreint, un ensemble de textes précis.

La volonté de réunir les poésies latines brèves et éparses est ancienne et date, dans l’édition, du 16e s., par exemple : P. Pithou, Epigrammata et poemata uetera, Paris, 1590 / Lyon 1596, etc. – le classement est alors en partie thématique et en partie « poètes latins mineurs ».

Le terme anthologia dans le titre apparaît avec Peter Burman le Jeune en 1759 : Anthologia veterum Latinorum epigrammatum et poematum, en 2 volumes et 6 parties thématiques : les dieux, les héros, etc. Edition complétée par Meyer (1835), tandis qu’à Paris Lemaire traduisait l’édition Wernsdorf de la décennie 1780 (Poetae Latini minores, classement thématique).

Il faut attendre l’édition de Riese en 1869 pour que le titre Anthologia Latina fasse son apparition, selon une nouvelle méthode : le classement par manuscrits, eux-mêmes classés par date (siècle) ; l’élément le plus riche en est le manuscrit Par. Lat. 10318, qui par extension a pris le nom d’AL, alors que pour être précis c’est « l’AL de Saumaise » (d’après le nom de son inuentor, Claude Saumaise) ; le dernier éditeur en date est Shackleton Bailey en 1982. On peut la distinguer de l’Anthologie de Vossius (présente dans un manuscrit Vossianus de Leyde) et de toutes les pièces éparses contenues dans le second volume de l’édition Riese.

  • L’AL de Saumaise

Il s’agit d’une compilation de textes poétiques, tardifs dans l’ensemble, réunie vraisemblablement dans l’Afrique vandale – vu les références aux divers souverains – et conservée, pour l’essentiel des textes, dans un manuscrit unique, le Parisinus Latinus 10318, du 8e siècle apparemment (2e moitié), sans doute écrit dans le Latium ou la Campanie.

Dans le manuscrit, l’AL occupe juste une partie : on y trouve également de nombreux textes en prose, à visée encyclopédiste : extrait de Pline l’Ancien, sentences de Sénèque et de Sextus, traité de géographie, extraits d’Apicius, comput pascal, etc.

Le manuscrit étant du 8e s., et la compilation carthaginoise du 6e s., le texte est sans doute parvenu en Italie en suivant la route réouverte par les troupes byzantines de Justinien, après la reconquête des années 533-534.

Après une longue période de latence, le manuscrit réapparaît en Bourgogne en 1615 et finit dans les mains de Claude Saumaise (peut-être issu du fonds de Cluny, dispersé dans les années 1570, pendant les Guerres de Religion) : il en existe plusieurs copies partielles faites aux 17-18e siècles, et il a été en partie exploité par Burman le jeune dans son Anthologia veterum Latinorum epigrammatum et poematum de 1759.

  • L’AL et l’hypercritique

Si le manuscrit est bien conservé, le texte lui-même est dans un état très mauvais : on y relève, en grand nombre, toutes les fautes qu’on puisse imaginer. Des corrections sont donc nécessaires, mais c’est précisément le genre de textes et le genre de nécessités qui ont ouvert un boulevard pour l’hypercritique, en particulier aux 19e-20e siècles (mais déjà au 18e avec Burman), où l’on procède à une véritable réécriture des textes. Le but était certes d’améliorer le texte, mais il s’agit là d’une notion extrêmement subjective et problématique. Comme souvent, le problème est que ces corrections hypercritiques, une fois installées, ne sont guère remises en cause par la suite, et ont une tendance nette à se perpétuer alors même que les méthodes ecdotiques se renouvellent. L’édition de Shackleton Bailey, au 20e s. finissant, prenant appui sur des méthodes dépassées en ecdotique des textes tardifs, en est un parfait exemple. Nous illustrerons ces phénomènes à partir d’un texte long de l’AL, la pièce 21 Riese (Sacrilegus capite puniatur).

AL 21 R

Il s’agit d’une déclamation en vers, très probablement d’époque vandale (le seul autre exemple de controverse en vers que nous ayons conservé est la Controuersia de statua uiri fortis de Dracontius (Rom. 5), du même milieu, selon toute vraisemblance).

Quant au sujet proprement dit, il est moins alambiqué que dans la plupart des déclamations : pas de conflits juridiques, pas de situations invraisemblables ni trop convenues. Dans une ville indéterminée, on constate le vol du trésor du temple de Neptune ; plus tard, un pêcheur autrefois pauvre, mais riche désormais, offre au dieu un ex-voto en forme de poisson, accompagné d’une inscription ambiguë (« A toi, Neptune, de ton bien ») qui ouvre la voie à l’accusation de vol. La plaidoirie contre le pêcheur s’appuie sur deux thématiques, poussées à leur paroxysme : les pêcheurs sont des voleurs ; les pauvres sont des criminels.

Editions

Haupt M. 1847, « Aus den Berichten der K. S. Gesellschaft der Wissenschaften, 2 », (= Opuscula Leipzig, 1875, p. 217-230).

Quicherat J. 1849, « Neptune volé par un pêcheur. Déclamation en vers latins d’un écolier de la décadence », Bibliothèque de l’Ecole des Chartes, 3e série, vol. 1, p. 201-215.

Riese A. 18691 – 18942, Anthologia Latina, siue Poesis Latinae supplementum, pars prior, Carmina in codicibus scripta, fasciculus 1 : Libri Salmasiani aliorumque carmina, Leipzig.

Bährens E. 1882, Poetae Latini Minores, IV, Lipsiae.

Shackleton Bailey D.R. 1982, Anthologia Latina, Carmina in codicibus scripta, fasc. 1 : Libri Salmasiani aliorumque carmina, Stuttgart.

Focardi G. 1998, Il carme del pescatore sacrilego (Anth. Lat. 1, 21 Riese) : una declamazione in versi.

Quelques exemples d’hypercritique abusive

Nous présentons d’abord le texte de l’édition Riese (1894), puis un bref apparat critique, enfin quelques éléments de commentaire pour justifier le rejet des corrections hypercritiques et la conservation du texte du manuscrit. Le sigle A désigne le manuscrit unique (Parisinus Latinus 10318, 8e s.).

  • 21,1-6

‘Vnde redit fulgor templis ? Quis inania nuper
tantis, Salsipotis, distendit limina donis ?
Ecce abiit damnum : splendescunt icta metallis
marmora et antiquus caedit laquearia fulgor.’
Pone animos laetos, quisquis testantia furtum
dona uides !

3. abiit Haupt (Riese Bährens Shackl.) : aliud (-t) A (Quicherat)

La correction adoptée depuis Haupt (« C’en est fini du crime ») est inutile, et entraîne même un contre-sens : l’auteur insiste sur le second crime qui, après le vol de l’or, consiste à le rendre sous une autre forme (cf. v. 12-13, 25 et 93-95). On peut donc conserver le texte original ecce aliud damnum et traduire :

« Comment les temples ont-ils retrouvé leur éclat ? Qui, Maître des flots, a comblé tes seuils, encore vides il y a peu, de si grands présents ? C’est là un autre crime. Frappés par la brillance du métal, les marbres resplendissent, et l’éclat d’antan frappe les caissons du plafond. Renonce à toute joie, qui que tu sois, en voyant des présents qui attestent d’un vol ! »

  • 21,8-11

Heu scelus et magnis nequiquam prodiga rebus
mens humilis ! Miseros semper quam maxima produnt !
Sordidus et nigrae dudum uagus accola harenae
nunc aurum piscator habet gaudetque metallis.

8. nequiquam prodiga Haupt (Riese Bährens Shackl.) : numquidnam prodita A (Quicherat)

Malgré la brillante conjecture de Haupt, presque unanimement reprise (« en vain une âme est prodigue en grands présents »), le texte du manuscrit (numquidnam prodita) se suffit à lui-même et forme une question cohérente avec le sens du texte : la même idée paradoxale (le pauvre surjoue le riche pour cacher ses origines) est développée aux v. 76-80 et 161-167. Certes, numquidnam n’est guère employé en vers depuis Plaute, mais n’oublions pas qu’il s’agit d’un texte rhétorique avant tout, manipulant paradoxes sur paradoxes :

« De grands présents trahissent-ils aussi, vraiment, une âme basse ? Oui, toujours les plus grands dons révèlent des misérables ! C’était naguère un sale vilain, un vagabond qui n’avait pour gîte que du sable noir : mais maintenant le pêcheur a de l’or et jouit de ses feux. »

  • 21,57

hinc murena ardens, illinc aurata coruscans

57. murena ardens Haupt (Riese Bährens Shackl.) : murena madens A (Quicherat)

Correction inutile : la murène a une peau lisse, sans écailles, et la leçon authentique madens peut référer à sa brillance lorsqu’elle est mouillée. De plus, ce mot est cohérent avec la « dorade brillante » au même vers.

  • 21,87-90

Huc huc tergemino letalia fulmina telo,
Iuppiter undarum, ualido, Neptune, tridenti
concutiens maria alta iacē pontoque uerendus
litoreas transcende moras !

87. letalia fulmina Haupt (Quicherat Riese Bährens Shackl.) : letali fulmine A

Le texte de A (letali fulmine) est cohérent, alors que la correction apportée (letalia fulmina, sans doute vu comme l’accusatif de iace) entraîne une complication syntaxique inutile. Il vaut mieux faire de letali fulmine une apposition à telo et à tridenti : le long groupe à l’ablatif, complément de concutiens fait alors référence au trident de Neptune et demeure cohérent avec les schémas paroxystiques de répétition dans ce passage (huc huc ; Iuppiter undarum = Neptune) ; alta maria est dans ce cas le complément de iace :

« Rejette ici, sur nous, Neptune, les mers profondes en les bouleversant avec ton arme triple, ta foudre mortelle, ô Jupiter des flots, ton terrible trident, et franchis, terreur de l’océan, l’obstacle des rivages ! »

  • 21,117-118

Nunc ergo incipiam crimen sic pandere uerbis
ut uisum te, scaeue, putes.

117. uerbis Riese (Shackl.: ueris A (Haupt Quicherat) uere Bährens

La leçon manuscrite ueris, acceptée par Haupt et Quicherat, peut être conservée : il s’agit alors d’un adjectif substantivé au neutre pluriel :

« Maintenant, je vais donc dénoncer ton crime par des faits exacts, de sorte que tu croies, scélérat, qu’on t’a vu. »

  • 21,169-170

… quisquis honoratos respexit forte potentes
ob meritum fulgere uiros ?

169. potentes Haupt (Riese Bährens) : parentes A (Quicherat) parentis Schakl.

Les corrections proposées sont là encore inutiles, l’auteur insistant sur la jalousie au sein même d’une famille (parentes) :

« [A moins qu’il ne soit de cette race dont l’un, dans cet essaim grouillant,] a vu par hasard dans sa famille des hommes respectés briller par leur mérite ? »

  • 21,177-182

An non sunt isti quorum de nomine multi,
ducere concessis dum nolunt artibus aeuum,
caedibus infamant siluas et crimine cauto 180
insidias tendunt domibus gregibusque rapinas ?
In quibus haut ulla est caro de sanguine cura ;

179. concessis Juret (Quicherat Riese Bährens Shackl.) : concessum A (Haupt)
182. haut Haupt (Quicherat Riese Bährens Shackl.) : aut A

179. Exemple typique où la correction fournit un texte en apparence meilleur que celui du manuscrit : tous les éditeurs, à part Haupt, suivent une correction présente dans l’exemplaire de Juret (17e s., aujourd’hui BNF Par. Lat. 17904) et corrigent concessum en concessis et comprennent « ne voulant pas passer leur vie à des métiers permis », alors que le texte original est tout-à-fait acceptable : « N’est-ce pas là cette engeance dont beaucoup, ne voulant pas passer à travailler le temps qui leur est imparti, souillent les forêts de meurtres et, en un crime cauteleux, tendent des pièges dans les maisons et pillent les troupeaux ? ».

182. La correction de Haupt, unanimement acceptée, est tout à fait légitime, puisque, dans le manuscrit, aut et haut se confondent très souvent ; la phrase est alors assertive : « ils n’ont en eux aucun souci du sang des proches ». Mais, pour ce cas précis, on pourrait conserver la leçon aut, car on trouve chez Virgile, par exemple, ce terme pour relancer une question (En. 2,43-44 : Creditis auectos hostis ? Aut ulla putatis / dona carere dolis Danaum ?) ; il serait nécessairement décalé en seconde position par le relatif de liaison. Le sens serait alors :

« Ou bien ont-ils en eux le moindre souci du sang des proches ? »

  • 21,274-277

Vos quoque, quis ferro mortales caedere fas est,
cum iam damnati iugulos ac cola petetis,
ne campis patriaeque loco nec caedite iuxta.
Deprecor

274. mortales Juret (edd.) : mortale A, an mortali legendum ?
275. petetis Haupt (Riese Bährens Shackl.) : petistis A

274. Juret, Haupt séparément, puis tous les éditeurs ont corrigé l’adjectif mortale du manuscrit, inacceptable en soi, en mortales, substantif à l’accusatif : « Et vous, à qui il est permis de frapper les mortels du fer… ». Il serait pourtant possible, par une correction moindre, de proposer mortali accordé avec ferro, à l’ablatif, le E et le I s’intervertissant très fréquemment dans le manuscrit ; le sens serait : « Et vous, à qui il est permis de frapper du fer mortel… ».

275. Là encore, la correction qui propose le futur petetis à la place petistis est inutile : le parfait se comprend aisément : « vous qui déjà avez pris le condamné par la gorge et le cou, je vous en prie, ne le frappez pas près de nos champs et de la patrie » (avec une ponctuation différente de celle de Riese) ; à la fin du discours, le déclamateur présente son auditoire comme convaincu et prêt à faire justice immédiatement ; la temporalité est d’ailleurs traitée un peu légèrement : le juge est invité à saisir la hache du bourreau, on demande leur verdict aux jurés, le pêcheur est condamné (damnati) ; on s’est déjà saisi de lui (valeur du parfait) et l’exécution est imminente.

L’édition de Shackleton Bailey (1982) : les derniers retranchements de l’hypercritique

Voici des exemples où le dernier éditeur de l’AL de Saumaise a de lui-même modifié le texte du manuscrit (retenu par les éditeurs antérieurs) sans aucune nécessité, et souvent contre la paléographie et le sens ; ce sont précisément des exemples de ce l’hypercritique fait de pire, qui prétend améliorer un texte « idéal », voir imaginaire, sans respect pour le texte transmis :

  • 21,119-121 R

Signantia rebus
argumenta feram magno quae saepta uigore
interdum uisus fallunt et crimina produnt.

120. uigore A : nigrore Shackl.

  • 21,149-150 R

et licet Iliacus flammam Vestamque regentem
hoc metuens Priamus muris uallasset et armis

149. regentem A : calentem Shackl.

  • 21, 209-210 R

quod ferrum intundit, liquidus quod conficit ignis
quod furor exposcit demens, quod proelia saeua,

210. quod A : ad Shackl.

  • 21,224-225 R

« Tibi nunc, salis alme profundi,
quod dedimus, Neptune, tuum est ».

224. salis A : rex Shackl.

  • 21,251-256 R

Hic taceam audaces ducit quos pallida semper
in scelus omne fames secretaque litora cogunt.
Hoc loquor, infaustis leuior cum scanditur alnus,
quid faciant remo celeri lemboque uolantes,
excussum uentis pelagus cum litora frangit :
naufragium expectant.

252. litora A : crimina Shackl.
254. uolantes A : -ti Shackl.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *