Archives de l’auteur : Julie Damaggio

À propos Julie Damaggio

Doctorante de l'Université Paris-Sorbonne, prépare une thèse d'édition des fragments d'Aelius Stilo et enseigne dans un collège de l'Isère ; co-rédactrice en chef du carnet Grammaticalia.

XIII Seminario papirologico fiorentino, 7-15 settembre 2015

Organisé par l’Istituto Papirologico «G. Vitelli» (Dipartimento di Lettere e Filosofia dell’Università degli Studi di Firenze) – la Biblioteca Medicea Laurenziana – l’Accademia Fiorentina di Papirologia e di Studi sul Mondo Antico, aura lieu du 7 au 15 septembre prochain le treizième séminaire papyrologique florentin.

Programme et modalités d’inscriptions ci-dessous

Continuer la lecture

La collation automatisée pour les éditions critiques digitales: l’exemple de Calpurnius Flaccus

Le 13 mai à l’Université de Genève à 11h15 aura lieu une conférence d’Elisa Nury, doctorante au King’s College de Londres, sur

La collation automatisée pour les éditions critiques digitales: l’exemple de Calpurnius Flaccus

Lieu de la manifestation : Bâtiment De Candolle/Landolt, L107 – Université de Genève
Organisation : Unité de latin – Université de Genève
Contact : lavinia.gallimilic@unige.ch

Source: Compitum

École d’été en humanités numériques – Paris, 29 juin – 10 juillet 2015

École d’été en Humanités numériques de Sorbonne Universités : L’édition scientifique de textes en langues latine et française

Dans le cadre des Écoles internationales de Sorbonne Universités, l’Université de Paris-Sorbonne et l’École nationale des chartes proposent une École d’été consacrée à l’édition scientifique de textes littéraires et historiques, en langues latine et française, du Moyen Âge à l’époque contemporaine. Cette école d’été se déroulera du 29 juin au 10 juillet 2015 à Paris.

Continuer la lecture

Gaio Sulpicio Apollinare grammatico latino del II secolo d.C, Roma 2015

FRANCESCO MANTELLI, Gaio Sulpicio Apollinare grammatico latino del II secolo d.C. Le « Periochae » terenziane, gli « Argumenta » plautini non acrostici, la testimonianza di Aulo Gellio (Prefazione di Fabio STOK), Aracne Editrice (Lecturae Novae, 2), Roma 2015, € 15 (ISBN 978-88-548-8297-3).

Pour la table des matières, voir le billet sur Grammaticalia.

L’Italia degli Umanisti, 1. Marco Musuro, Turnhout 2015

Décidément beaucoup de choses qui concernent l’édition et son histoire dans la lettre du Notiziario de ce 28 mars… encore une parution:

LUIGI FERRERI, L’Italia degli Umanisti. 1. Marco Musuro, Brepols (Europa humanistica), Turnhout 2015, €95 (ISBN 978-2-503-55483-9).

Continuer la lecture

The Vienna Epigrams papyrus, de Gruyter, 2015

Nouvelle parution dans la série « Corpus Papyrorum Raineri« :

The Vienna Epigrams Papyrus (ed. by Peter PARSONS, Herwig MAEHLER, Francesca MALTOMINI), de Gruyter (Corpus Papyrorum Raineri, 33), Berlin-Boston 2015, €109,95 (ISBN 978-3-11-035452-2).

Description de l’éditeur:

This papyrus (3rd century BC) contains c. 200 incipits (first lines) of Greek epigrams with a numeral at the end of each line that gives the number of lines of the complete epigram; most of them had 4 lines. Of these, only one has been ascribed to a known poet (Asklepiades), but it is by no means clear that all of them were his. Their publication, greatly aided by multispectral photography, is a very welcome addition to Hellenistic poetry.

Le traité ‘Sur l’exil’ de Favorinos d’Arles. Papyrologie, philologie et littérature, PUR, 2015

EUGENIO AMATO – MARIE-HÉLÈNE MARGANNE (edd.), Le traité ‘Sur l’exil’ de Favorinos d’Arles. Papyrologie, philologie et littérature, Presses Universitaires de Rennes (Interférences), Rennes 2015, €18 (ISBN 978-2-7535-4006-4)

Continuer la lecture

Revue d’Histoire des textes 10, 2015

Pantelis Golitsis, Collation but not contamination?: on some textual
problems of Aristotle’s Metaphysics Kappa 1065a 25sqq

Morgane Cariou, Constantin Lascaris et les Halieutiques d’Oppien de
Cilicie:du brouillon à l’édition

Lukas J. Dorfbauer, Kardinal Pitras Handschrift von De rebus in oriente
mirabilibus «?wiederentdeckt?»?: Gent, Univ. bibl. 324

Jesse Keskiaho, On the transmission of Peter Tudebode’s De Hierosolymitano
itinere and related chronicles. With a critical edition of Descriptio
sanctorum locorum Hierusalem

Antoni Biosca, La versión latina de Pere Marsili frente a los manuscritos
del Llibre dels fets?: propuesta de stemma codicum y reconstrucción del
arquetipo

Olivier Delsaux, Simon de Plumetot et sa copie des poésies d’Eustache
Deschamps. Une édition génétique au début du XVe siècle? (Partie II)

ARS MEDICA

Vincenzo Ortoleva, Un frammento inedito di un non identificato trattato di
medicina tardolatino

Arsenio Ferraces Rodríguez, Un capítulo de medicina en el manuscrito de
Viena, ÖNB, 1761 (s. xi-xii)

Raphaela Veit, Les Diètes universelles et particulières d’Isaac Israëli?:
traduction et réception dans le monde latin

Iolanda Ventura, Il Circa instans attribuito a Platearius?: trasmissione
manoscritta, redazioni, criteri di costruzione di un’edizione critica

Source : Notiziario Italiano di Antichistica, lettre du 28 mars 2015 ; Brepols

Parution : Daniele BIANCONI (cur.), Storia della scrittura e altre storie, Roma 2014

Parution, annoncée dans le Notiziario di Antichistica du 13 septembre dernier, de l’ouvrage :

DANIELE BIANCONI (cur.), Storia della scrittura e altre storie, Accademia Nazionale dei Lincei (Bollettino dei Classici – Supplementa, 29), Roma 2014, € 70 (ISBN 978-88-218-1082-4).

Table des matières

Continuer la lecture

Fragmentary Latin Grammarians – Rencontre II, 23-25 juin 2014, Paris

Comme il s’agit d’une rencontre qui aura pour objet non seulement les grammairiens latins, mais aussi l’édition de leurs textes, je reposte ici le billet que je viens de publier dans Grammaticalia :

Du 23 au 25 juin prochain se déroulera à Paris la seconde rencontre du projet FLG (après celle qui avait eu lieu en avril 2013 à Lyon).

Projet international Fragmentary Latin Grammarians (FLG)

Rencontre II – 2014 – Présentation des travaux d’édition des sources grammaticales antiques

Maison de la Recherche
28, rue Serpente
75006 Paris
Métros Odéon, Saint-Michel
Plan d’accès
La rencontre aura lieu en salle D421.

Continuer la lecture

Études classiques et société de l’information – Naples, 28 mai 2014

Une journée d’études intitulée

Gli studi classici e la società dell’informazione

organisée dans le cadre du projet MIUR « Messaggeri della conoscenza » aura lieu le 28 mai prochain à l’Université Federico II de Naples, au départment d’études humanistes (DSU), salle Piovani.

Le programme prévoit notamment des interventions sur les éditions digitales, de commentateurs ou de scholiastes en particuliers, et sur des outils de requête comme X-Query.

Contact : Concetta Longobardi (cette information est tirée de la lettre du Notiziario di Antichistica du 10 mai 2014)

 Programme

9.00: Saluti (Gaetano Manfredi, Prorettore dell’università degli Studi di Napoli Federico II ; Arturo De Vivo, Direttore del Dipartimento di Studi Umanistici (DSU) ; Guglielmo Trupiano, Direttore del Centro LUPT ; Giovanni Polara, Coordinatore della Sezione di Scienze dell’antichità)

PRESIEDE Giovanni Polara

9.40: Marisa Squillante « Recentium curiosi: nuove vie per una didattica integrativa »

10.00: Valeria Viparelli « Un prodotto innovativo: il patrimonio culturale della Campania »

10.20: Raffaella Tabacco « Strumenti digitali e edizioni critiche: un rapporto complesso »

10.45: coffee break

11.00: Salvatore Cerasuolo « L’epigramma sul figlio di Cinira attribuito a Zona di Sardi (Anth. Pal. VII 365) »

11.25: Lucio Cristante « Fare/farsi una biblioteca digitale »

11.50: Christian Nicolas « Nuptiae Philologiae et… X-Query »

12.15: Concetta Longobardi « Vantaggi di un’edizione digitale per i corpora scoliastici »

12.40: Michele Ambrosino, Gaia Castaldi, Sara Fascione, Federica Nicolardi « Le edizioni digitali dei commentari antichi: verso un quadro sinottico di una realtà stratificata »

 

« Pearltrees » et liens internet relatifs à l’ecdotique

« Pearltrees » est le nom d’un service en ligne (français, malgré son nom), apparu fin 2009, qui utilise le principe de la carte heuristique (mind-mapping en anglais). Il permet d’organiser des pages internet qui apparaissent comme des « perles » faisant partie d’un arbre, et donc de créer des bibliothèques de liens à la présentation plus agréable que celle que l’on pourrait trouver sur une page statique. Le programme permet en outre de créer des équipes avec d’autres utilisateurs pour enrichir un même arbre. L’image de l’arbre est un peu trompeuse au premier abord, car il s’agit plutôt d’une organisation en étoile ; elle se justifie sans doute par la possibilité de créer plusieurs branches et rameaux reliés à une « racine » unique.

Ce réseau, ou cette forêt, comme on voudra bien l’appeler, n’est absolument pas une plateforme scientifique, c’est pourquoi l’on y trouve un peu de tout et de n’importe quoi… mais pas seulement. Voici quelques arbres qui peuvent se révéler intéressants pour l’ecdotique ancienne (la liste n’est pas exhaustive, loin de là, car il faudrait sans doute faire une recherche sur les termes proches d’ecdotique ; mais ce serait sans fin et pour l’instant je me bornerai à signaler quelques arbres que j’ai pu repérer jusqu’ici).

On peut noter l’existence de l’arbre « manuscrits en ligne » qui regroupe à ce jour les arbres « enluminure« , « ecdotique électronique« , « manuscrits numérisés » et « manuscrits et enluminures« . Disons tout de suite que pour l’instant, l’arbre « ecdotique électronique » ne comporte que des liens vers des textes modernes. On sera donc plus intéressé ici par les sections concernant les manuscrits, en particulier celle intitulée « manuscrits et enluminures » qui est pour l’instant enrichie par une équipe de trois personnes. Il existe également un arbre « manuscrits numérisés, reliures, enluminures« , moins riche (pour l’heure) que le précédent. « Manuscrits – enluminures » est un arbre qui appartient à un autre, très structuré, consacré à l’histoire en général.

Un autre arbre alléchant, « paléographie en ligne« , se révèle finalement un peu décevant puisqu’il s’intéresse une fois encore surtout à la paléographie moderne et contemporaine (même s’il fait une petite place au Moyen-Âge) – en remontant à la racine on s’aperçoit d’ailleurs qu’il a été créé dans un arbre de recherche généalogique.

Enfin, du côté des humanités digitales ou numériques, une initiative du Grand Lyon a conduit à la mise au point de l’arbre « Digital Humanities » dans lequel on trouve même une branche « Digital Humanities sur le PRES Lyon Saint-Étienne« . Un autre arbre intitulé Digital Humanities apparaît lui aussi très structuré.

Il n’est pas toujours facile au premier abord de se retrouver dans la présentation, car on passe très facilement d’un arbre à l’autre en perdant parfois son chemin dans les embranchements. Cependant, pour des raisons de clarté, le nombre de branches d’un même arbre semble limité, ce qui oblige à créer, pour des bibliothèques très étendues, des sous-arbres plus ciblés permettant une lecture relativement aisée. Un autre point faible, à mon avis, de pearltrees, est sa que la recherche via la barre de recherche est assez rudimentaire (l’outil semble surtout fait pour fureter d’arbre en arbre). D’où l’intérêt, si l’on veut se lancer dans la création de tels arbres, d’utiliser le champ « description » de l’arbre pour augmenter les chances de le retrouver parmi la masse des données présentes.

En bilan provisoire de cette recherche sur les pearltrees en rapport plus ou moins lointain avec l’ecdotique, on peut dire qu’il s’agit d’un outil qui, pour organiser une bibliothèque de liens de manière dynamique et visuelle, que ce soit en vue d’un cours ou en complément d’un site internet, semble intéressant et prometteur. Pour l’instant je n’ai pas trouvé énormément de ressources concernant l’ecdotique antique ; peut-être faudrait-il se saisir de cet outil justement pour proposer des liens sélectionnés dans ce domaine.

Cela ne signifie pas que le latin et le grec soient absents des pearltrees, au contraire ; chacun ou presque semble y être allé de son arbre, surtout dans une optique pédagogique. L’arbre le plus complet que j’aie trouvé en ce domaine s’intitule « langues anciennes » et est structuré d’une façon particulièrement claire.

Pour plus d’informations sur Pearltrees, voir la page wikipédia très complète qui est consacrée à cet outil. Pour tout ce qui concerne les cartes heuristiques, on peut consulter l’arbre à idées « cartes mentales » (que j’ai découvert – rendons à César… – grâce à sa connexion avec l’arbre de l’association de doctorants Enthèse). L’auteure de ce billet se permet enfin de signaler qu’elle a modestement tenté de donner une forme d’arbre aux liens du carnet Grammaticalia dans l’arbre du même nom. (qui est encore à l’état d’ébauche – mais le principe de ces arbres est justement qu’ils permettent une évolution constante et dynamique dans la gestion de la bibliothèque de liens).