Archives de l’auteur : jeanclaudedecourt

Quelques brèves remarques sur les sites d’épigraphie sur le web

1. Mes recherches (mes sondages, plus modestement), brèves, ont porté exclusivement sur l’épigraphie « classique », i. e. sur ce qu’on nomme traditionnellement les mondes anciens, épigraphie latine et grecque, donc.

Ce rapide sondage m’a du reste convaincu que, par exemple, il n’existe pas aujourd’hui de site consacré au gallo-grec, à l’exception des notices de wikipedia, généralistes, philologiques plutôt qu’épigraphiques : http://fr.wikipedia.org/wiki/Gaulois_%28langue%29 ; http://en.wikipedia.org/wiki/Gaulish_language.

En revanche il en existe un certain nombre sur l’épigraphie médiévale, mais guère nombreux, semble-t-il. À titre d’exemple, on citera Ménestrel, http://www.menestrel.fr/spip.php?rubrique735 .

 

2. Les sites consacrés exclusivement à l’épigraphie classique ne sont pas non plus particulièrement nombreux. Cette dernière est plus souvent intégrée, explicitement ou, le plus souvent, de manière implicite, à des sites ou des portails traitant de l’Antiquité en général.

À titre d’exemple (je ne prétends nullement être exhaustif), on citera, dans le premier cas de figure, Current Epigraphy, créé en février 2007,  http://www.currentepigraphy.org, portail purement épigraphique comme son nom l’indique ; dans le second Bibliotheca Classica Selecta (BCS), de l’université de Louvain, http://bcs.fltr.ucl.ac.be, qui possède une page spécifique pour épigraphie et électronique, ou le Consortium Stoa (Université du Kentucky), http://www.stoa.org, qui, par les liens qu’il signale, peut être utile à l’épigraphiste. Même chose si l’on veut avoir un panorama des revues traitant de l’Antiquité, et donc d’épigraphie, e. g. avec le site bien connu AWOL, http://ancientworldonline.blogspot.fr

 

3. Comme pour d’autres disciplines, le système en toile d’araignée fait que ces sites se répondent très souvent, se font écho et l’ensemble donne parfois une impression de richesse et de variété plus apparente que réelle.

Ainsi, le plus efficace est sans doute de repérer un ou deux « sites nœuds » (consortiums, portails) à fréquenter régulièrement pour y trouver l’information. Je ne suis pas sûr que les blogs soient, de ce point de vue, les plus pertinents, pour des raisons de moyens : ils reposent souvent sur un individu… lequel peut se lasser.

En même temps, ces « sites nœuds » sont parfois très (trop ?) ambitieux. Ainsi, certaines de leurs rubriques/pages, non mises à jour ni abondées, doivent être considérées comme mortes, avec des mises à jour datant parfois de plusieurs années ; les liens qu’elles indiquent éventuellement sont parfois eux aussi périmés, faute de vérifications régulières et systématiques. C’est le cas même des pages dites « d’actualités », ce qui est un comble.

Conséquence importante de ce qui vient d’être dit : on ne trouvera pas une liste exhaustive des sites sur l’épigraphie en ligne dans ce qui suit, y compris pour tout ce qui touche aux corpus.

 

4. On peut établir une typologie approximative des sites

4.1. Sites associatifs « officiels »

AIEGL, Association internationale d’épigraphie grecque et latine, http://www.aiegl.org/

SFER, Société d’Études Épigraphiques sur le Monde Romain, http://www.epigraphie-sfer.fr

ASGLE, American Society of Greek and Latin Epigraphy, http://www.case.edu/artsci/clsc/asgle/

BES, British Epigraphy Society, http://www.britishepigraphysociety.org/

Ces sites sont en général austères et pas très riches de contenus. On peut les fréquenter pour les nouvelles qu’ils fournissent, mais ils le font parfois avec un certain retard, ce qui en limite évidemment l’intérêt.

Les liens, quand il y en a (aucun sur le site de la BES), sont limités en nombre, mais pertinents, et se font essentiellement en direction des sites de corpus.

À noter que le site de l’ASGLE (quand je l’ai consulté) n’est plus à jour depuis septembre 2012 et même, pour les liens sur les ressources en ligne, 2007.

À ces sites institutionnels on pourrait adjoindre SITEG, Sito italiano di epigrafia Greca, http://www.siteg.it/ qui est plutôt un consortium qu’un site associatif.

4.2.  Sites d’initiation et d’enseignement

4.2.1.  L’exemple le plus connu est wikipedia. À noter la différence de qualité entre la version anglaise (http://en.wikipedia.org/wiki/Epigraphy) et la version française (http://fr.wikipedia.org/wiki/Épigraphie), qui n’est qu’une ébauche. Assez bonne version allemande (http://de.wikipedia.org/wiki/Epigraphik) aussi.

4.2.2.  Certains services pédagogiques de musées proposent quelques pages d’initiation en lien avec leurs collections : celui du Musée de Saintes (http://www.alienor.org/articles/epigraphie/epigraphie.htm) est très mignon…

4.2.3.  On trouve aussi des sites personnels. Pour la France, on citera, pour l’épigraphie grecque, celui de Claire Tuan (http://lespierresquiparlent.free.fr/), largement illustré —mais l’information n’est pas toujours à jour et les crédits (photos, traductions) pas très explicites — et, pour l’épigraphie latine, celui d’Alain Canu (http://www.noctes-gallicanae.fr/Epigraphie/sommaire.htm). Dans Et ego in Arcadia, http://chaerephon.e-monsite.com/medias/files/index.htm, la page épigraphique donne un choix important de textes avec traductions, mais pas de photos — et les éditions choisies par l’auteur sont parfois obsolètes.

On pourrait regrouper sous la même rubrique un certain nombre de sites pour l’Enseignement, soit secondaire, soit supérieur.

4.2.4.  Pour l’Enseignement Secondaire, le site de l’Académie de Versailles http://web2.crdp.ac-versailles.fr/pedagogi/Lettres/lacad.htm donne une liste de toutes les expériences pédagogiques menées en France sur l’Antiquité : on trouvera très peu de choses en épigraphie et la page propre à Versailles Initiation à l’épigraphie http://web2.crdp.ac-versailles.fr/pedagogi/Lettres/bibepigr.htm est plus que sommaire.

Le site de Nancy-Metz, http://www.ac-nancy-metz.fr/enseign/lettres/languesanciennes/Textes/liens.htm, fait en partie seulement doublon avec celui de Versailles, mais est moins strictement orienté vers les expériences pédagogiques, plus vers les outils de travail. L’épigraphie est présente, mais de manière implicite.

http://lettres.ac-amiens.fr/archives_lettres/Latgrec/inscriptions_funeraires.htm présente un travail sur les épitaphes latines.

Le site http://www.cafepedagogique.net/lemensuel/lenseignant/lettres/languesanciennes, fournit une série de renvois à des expériences pédagogiques ou des sites personnels d’enseignants ; certains de ces sites sont « morts », d’autres mentionnés ici même, d’autres à voir, par exemple http://www.retiarius.org/dos/epig.php donne quelques éléments d’épigraphie latine de la France, essentiellement des articles numérisés.

Il n’y a pas, pour l’épigraphie, d’équivalent à Hélios, projet commun pour les langues anciennes des académies de Grenoble et Toulouse et de l’université de Louvain la Neuve, sur Bibliotheca Classica Selecta (BCS).

4.2.5.  Pour le Supérieur, on citera Antiquitas, le site du Campus Virtuel Suisse, (http://elearning.unifr.ch/antiquitas/index.php), qui offre un module d’épigraphie grecque et un autre d’épigraphie latine avec des exercices.

Le site déjà mentionné de la Bibliotheca Classica Selecta de Louvain est également bien fait pour orienter des étudiants et donne en outre des liens avec des sites pédagogiques.

Voir aussi http://odur.let.rug.nl/~vannijf/epigraphy1.htm, Introduction to Greek and Latin Epigraphy: an absolute beginners’ guide, particulièrement austère.

Un projet pédagogique en Autriche, désormais achevé, avec un site complet, en allemand et en anglais, http://www.sparklingscience.at/en/projekte/331-chatting-with-antiquity-inscriptiones-antiquae/

http://greek-language.com/index.html : portail tout récent qui propose une page sur l’épigraphie avec  mention de sites ici référencés et quelques autres, aux USA, spécialisés dans l’image. Il est très attentif aux utilisateurs de Mac !

4.3.  Sites de corpus

Ce sont ceux que l’on recherche en priorité, sans doute, les plus directement utiles, probablement, mais ils sont de qualités très inégales.

Il y a eu une tentative de fédération des diverses entreprises dans un portail unique EAGLE, Electronic Archive of Greek and Latin Epigraphy (http://www.eagle-eagle.it/), sous le patronage de l’AIEGL, mais il ne regroupe actuellement que quatre projets et il existe donc des entreprises sinon concurrentes, du moins indépendantes.

Epigraphische Datenbank Heidelberg (EDH) : http://edh-www.adw.uni-heidelberg.de/, latines et bilingues.

Epigraphic Database Roma(EDR) : http://www.edr-edr.it/ .

Hispania Epigraphica (HE) : http://eda-bea.es/.

Epigraphic Database Bari (EDB) : http://www.edb.uniba.it/, inscriptions chrétiennes.

En dehors du consortium EAGLE

IG : http://www.bbaw.de/bbaw/Forschung, très décevant. Un nouveau chapitre, intitulé Inscriptiones Graecae : elektronische Edition a été mis en place (exclusivement en allemand), http://pom.bbaw.de/ig/, qui présente un texte et une traduction d’un nombre encore limité d’inscriptions.

Packard Humanities Institute : http://epigraphy.packhum.org/inscriptions, à partir des IG, mais pas seulement. Très sec et les textes ne sont pas toujours proposés dans la meilleure version ; parfois plusieurs versions d’un même texte (IG  + SEG, par exemple).

Ductus : http://www.unil.ch/ductus, inscriptions mineures.

CIL : http://cil.bbaw.de, avec de nombreux liens sur d’autres entreprises analogues.

EDCS, http://www.manfredclauss.de/ site personnel piloté par M. Clauss, pour le latin.

US Epigraphic project : http://library.brown.edu/projects/usep/collections, pour les inscriptions grecques et latines conservées aux USA.

Sites thématiques ou régionaux

ILS : http://www.gnomon.ku-eichstaett.de/Gnomon/ILS.html, sur le livre de Dessau, mais semble (temporairement ?) inaccessible.

Pandektis : http://pandektis.ekt.gr/pandektis/ site grec par le KERA sur l’Achaïe, la Thrace et la Macédoine.

Trismegistos : http://www.trismegistos.org, sur l’Égypte, papyrologique, mais aussi épigraphique.

Epigraphic database for ancient Asia Minor : http://www.epigraphik.uni-hamburg.de, Université de Hambourg.

IRT : http://irt.kcl.ac.uk/irt2009/ sur les inscriptions de Tripolitaine à l’époque romaine.

Das Inschriften von Philippi im Bild : http://www.philippoi.de, Université de Nuremberg.

Vindolanda Tablets Online : http://vindolanda.csad.ox.ac.uk/ et http://vto2.classics.ox.ac.uk/

http://epigraphy.osu.edu/about-us site du Center for epigraphical and paelographical studies de l’Université d’Ohio, pour Athènes.

BDD Claros : http://www.dge.filol.csic.es/claros/cnc/3cnc.htm

Poinikastas : http://poinikastas.csad.ox.ac.uk/, sur les écritures archaïques et les archives Jeffery.

✓ Aphrodisias : Inscriptions of Aphrodisias Project : http://insaph.kcl.ac.uk/index.html, par le Kings College, Université de Londres.

✓ Xanthos : des éléments sur le site de la mission canadienne Xanthos-Létôon, http://www.xanthos.hst.ulaval.ca/fr/photographies.htm en particulier des photographies anciennes

✓Boubon : par le KERA, corpus de Boubon en Cybiratide (Lycie), http://www.eie.gr/nhrf/institutes/igra/projects/boubon/inscriptions/inscription-068.asp

✓Thespies : corpus publié à partir des notes laissées par l’épigraphiste lyonnais P. Rœsch, http://www.hisoma.mom.fr/production-scientifique/les-inscriptions-de-thespies

4.4. Sites d’aide à la recherche, soit généralistes soit plus pointus

Sur les écritures en Méditerranée, voir  Mnamon, Antiche scritture del  Mediterraneo, guida critiqua alle risorse elettroniche, http://lila.sns.it/mnamon/index.php?page=Home&lang=it, sous la direction de C. Ampolo.

Saxa loquuntur. A website on Greek and Latin epigraphy. http://www.saxa-loquuntur.nl/links.html. Un site qui a une présentation très claire, offre beaucoup de liens utiles avec d’autres sites, un outil pour qui veut s’initier à l’épigraphie et pour le chercheur confirmé. Un site nouveau prometteur à suivre.

Stoa : http://www.stoa.org Consortium for Electronic Publication in the Humanities.

Digital Classicist : http://www.digitalclassicist.org/ an international community of scholars and students interested in the application of innovative digital methods and technologies to research on the ancient world.

Gnomon : http://www.gnomon-online.de, Université d’Eichstätt, site bibliographique qui dépasse largement le cadre de la seule épigraphie.

CLAROS, Concordance d’inscriptions grecques : http://www.dge.filol.csic.es/claros/cnc/3cnc.htm ; par le site du dictionnaire grec-espagnol, mais la mise à jour date.

Supplément au Guide de l’épigraphiste : http://129.199.13.51/ressources/publications-aux-p-e-n-s/guide-de-l-epigraphiste. Dommage que le livre ne soit pas online !

✓ KIRKE, Katalog der Internetressourcen für die Klassische Philolologie aus Berlin, en allemand, l’épigraphie y est secondaire.

SEG http://hum.leiden.edu/history/research/projects-umw/seg.htmlpour l’actualité de la recherche, avec version papier.

Current Epigraphy : http://www.currentepigraphy.org reports news and events in Greek and Latin epigraphy.

Center of Digital Epigraphy (CoDE) : http://www.brown.edu/Research/CoDE/index.html, Brown University.

Centre for the Study of Ancient Documents, Oxford : http://www.csad.ox.ac.uk, site d’archives.

Lexicon of Greek Personal Names : http://www.lgpn.ox.ac.uk/index.html.

Epicleses : http://www.sites.univ-rennes2.fr/lahm/crescam/, plus ou moins en sommeil actuellement.

Prosopographia Imperii Romani : http://www.bbaw.de/bbaw/Forschung/Forschungsprojekte/pir/de/Startseite , par l’Académie de Berlin.

Epidoc, Epigraphic Documents in TET XML : http://sourceforge.net/p/epidoc/wiki/Home pour la préparation des publications.

DEA, The Digital Epigraphy and Archaeology project, http://www.digitalepigraphy.org, Université de Floride, propose des  démonstrations de nouveaux outils et s’intéresse en particulier à la représentation 3D des inscriptions.

 

4.5. Blogs, qui débordent, ou pas, de la seule épigraphie

Épigraphie en réseau : http://eer.hypotheses.org/

AWBG : http://ancientworldbloggers.blogspot.fr/

À les consulter, on constatera qu’ils ne sont, ni l’un ni l’autre, pas très actifs !

✓ Le Consortium Stoa déjà cité donne une liste de blogs censés consacrés aux mondes anciens — mais on s’apercevra que pour certains le lien est plus que ténu. Même chose pour Current Epigraphy — moins nombreux, mais plus pertinents.