Archives de catégorie : Actualités / News

Revue d’Histoire des textes 10, 2015

Pantelis Golitsis, Collation but not contamination?: on some textual
problems of Aristotle’s Metaphysics Kappa 1065a 25sqq

Morgane Cariou, Constantin Lascaris et les Halieutiques d’Oppien de
Cilicie:du brouillon à l’édition

Lukas J. Dorfbauer, Kardinal Pitras Handschrift von De rebus in oriente
mirabilibus «?wiederentdeckt?»?: Gent, Univ. bibl. 324

Jesse Keskiaho, On the transmission of Peter Tudebode’s De Hierosolymitano
itinere and related chronicles. With a critical edition of Descriptio
sanctorum locorum Hierusalem

Antoni Biosca, La versión latina de Pere Marsili frente a los manuscritos
del Llibre dels fets?: propuesta de stemma codicum y reconstrucción del
arquetipo

Olivier Delsaux, Simon de Plumetot et sa copie des poésies d’Eustache
Deschamps. Une édition génétique au début du XVe siècle? (Partie II)

ARS MEDICA

Vincenzo Ortoleva, Un frammento inedito di un non identificato trattato di
medicina tardolatino

Arsenio Ferraces Rodríguez, Un capítulo de medicina en el manuscrito de
Viena, ÖNB, 1761 (s. xi-xii)

Raphaela Veit, Les Diètes universelles et particulières d’Isaac Israëli?:
traduction et réception dans le monde latin

Iolanda Ventura, Il Circa instans attribuito a Platearius?: trasmissione
manoscritta, redazioni, criteri di costruzione di un’edizione critica

Source : Notiziario Italiano di Antichistica, lettre du 28 mars 2015 ; Brepols

Problèmes d’édition des textes grecs à traditions multiples : le cas des Divisones quae dicuntur Aristoteleae

par Tiziano DORANDI, Centre Jean Pépin UMR 8230/CNRS-ENS [1],
à la Table-ronde “Ecdotique”, Lyon, HiSoMA-Sources Chrétiennes, le 19 février 2015.

DORANDI 2

Note préliminaire (15 mars 2016): L’auteur de cette communication tient à signaler qu’il a achevé son édition des rédactions des Divisons transmises par les manuscrits byzantins. Elle sera publiée dans le volume 6 (2016) de la revue Studia Graeca-Arabica. Dans la longue introduction à cette édition, il a aussi complété et modifié certains détails de la présente communication.

La première question que l’on doit se poser est la suivante : Qu’est-ce qu’un texte à tradition multiple ?

J’entends pour texte à tradition multiple une œuvre pour laquelle on peut supposer l’existence d’un modèle unique qu’il est impossible de restaurer dans son identité originaire – tel qu’il était sorti de la plume (ou mieux, du calame) de son auteur – et qui nous a été transmis à travers plusieurs rédactions par les manuscrits médiévaux. Dans des cas semblables on peut avoir la présomption d’établir l’état textuel d’une ou plusieurs rédactions, mais il est assez difficile, voire impossible, d’en restaurer la version originale.

La liste de ces textes est assez longue. En voici quelques exemples tirés de la littérature grecque : la Vie d’Ésope (en trois recensions : celle du ms. G, celle du ms. W et la Planudea) ; le Roman d’Alexandre (en plusieurs rédactions : recensio vetusta = A ; recensio β ; recensio γ ou byzantine ; recensio λ ; recensio de Julius Valerius etc.) ; certains textes d’alchimie ou les Éléments d’Euclide (recensio vulgata et recensio Theonina). Dans le monde byzantin le phénomène est aussi connu. Je ne citerai que le cas du Roman de Digénis Akritas : le poème en langue démotique dont on conserve trois recensions plus ou moins « populaires » ou « savantes », et qui représentent toutes des remaniements importants du texte original, aujourd’hui perdu.

On voit bien que chaque recensio est connue par l’intermédiaire d’un ou plusieurs manuscrits. Dans certains cas, on en conserve, en plus de rédactions en grec et d’autres en traduction : en latin, en langues vulgaires ou encore orientales.

On pourrait aisément supposer à l’origine de ces différentes branches des modèles divers remontant aux auteurs, mais, le plus souvent, il s’agit plutôt de phénomènes qui sont nés et se sont propagés tout au long de la transmission de ces textes pour des raisons indépendantes de la volonté de leurs auteurs et qu’il n’est pas toujours facile de déterminer ou d’analyser.

Dans le premier cas, je pense évidemment aux variantes d’auteurs et au problème conjoint de l’existence de secondes éditions de quelques livres d’un auteur antique. C’est-à-dire : on pourrait supposer que ces différentes versions reflètent les différents états d’une œuvre ancienne à travers les remaniements qui remontent à son auteur.

Pour mon exposé, j’ai laissé de côté le volet qui concerne les variantes d’auteur et j’ai aussi pris la décision de choisir un cas qui n’a pas souvent attiré l’attention. J’ai donc renoncé à l’étude d’une des œuvres que je viens de citer. On a en effet déjà beaucoup écrit sur ces textes et je ne veux pas résumer les travaux d’autrui, mais présenter les résultats de mes recherches.

Le texte que j’ai choisi est un petit recueil, intéressant tant pour son contenu que pour l’histoire de son texte et qui continue à révéler ses secrets d’une manière étonnante : il s’agit des Divisiones quae dicuntur Aristoteleae.

Peu d’entre vous ont probablement entendu parler des Divisiones quae dicuntur Aristoteleae. Je suis arrivé à l’étude de ce court texte pendant les années que j’ai consacrés à l’édition des Vies des philosophes de Diogène Laërce (publiée à Cambridge en 2013).

Qu’est-ce que sont les Divisiones quae dicuntur Aristoteleae ?

Avant de répondre à cette question, il y en a une autre plus générale. Qu’est ce qu’une division ?

Les divisions proposent une classification des plusieurs concepts « philosophiques » tel que l’âme, les biens, la sagesse, la justice, la vertu, le vice etc. Un seul exemple peut se révéler plus utile qu’une longue description. J’ai choisi la division de biens dont on conserve une double rédaction en Diogène Laërce (3.80) et dans la tradition des manuscrits médiévaux indépendants. Voici la traduction (de L. Brisson) de la version de Diogène Laërce (qui suffit à vous donner une idée concrète) :

Parmi les biens, certains résident dans l’âme, d’autres dans le corps, et d’autres sont extérieurs. Par exemple, la justice, la sagesse, le courage, la modération etc., résident dans l’âme ; la beauté, la bonne constitution, la santé et la force résident dans le corps ; les amis, la prospérité de sa patrie et la richesse sont des biens extérieurs. Il y a donc trois espèces de biens : ceux qui résident dans l’âme, ceux qui résident dans le corps et les biens extérieurs.

Je n’aborde pas ici la question très débattue de la fonction des ces textes dans l’enseignement de l’Académie de Platon à l’époque où la fréquentait le jeune Aristote. Je ne m’arrête pas, non plus, sur la question de l’auteur (ou mieux, des auteurs) de ce recueil. Je dis seulement que je ne nie pas que dans ce recueil il y a une partie de textes d’Aristote lui-même, mais je pense que ces textes ont été à plusieurs reprises contaminés et réécrits au cours des siècles et que, même en supposant qu’il y a des traces de certains traités d’Aristote dédiés à ce sujet (et dont on conserve les titres dans le catalogues des vies anciennes du Stagirite), on n’a pas à faire, sinon d’une manière très éloignée et pâle, à ceux-ci. Un texte comme celui des Divisiones commença très tôt à changer de forme et de contenu et à avoir une vie indépendante de son modèle originaire.

Le témoignage de Diogène Laërce prouve qu’au IIIe siècle de notre ère circulait déjà au moins une rédaction des Divisiones liée au nom d’Aristote et que cette rédaction était déjà assez manipulée et retravaillée pour des exigences liées probablement aux milieux de l’enseignement. Une trace ultérieure de l’utilisation de ce texte et de sa diffusion dans l’Antiquité tardive se repère dans une scholie à l’In Hexaëmeron de Basile de Césarée. J’ai aussi récemment montré que la même méthode dihairétique (ce qui ne signifie pas, bien entendu, un recours au même recueil qui est l’objet de mon attention) était connue et utilisée dans le texte d’argument médical du Ier siècle de notre ère transmis par le Papyrus de la British Library inv. 137 (PLitLond. 165) que l’on connaît sous le titre d’Anonyme de Londres.

Venons-en à un examen des différentes traditions dans lesquelles le texte des Divisiones a été transmis.

J’ai déjà présenté une partie de mes résultats en deux articles parus à une quinzaine d’année de distance. Le deuxième fait suite à la découverte d’un nouveau témoin de ce texte qui a remis en question certains de mes acquis précédents. Il y a quelques mois, un jeune chercheur américain – Justin Barney – a repéré un folio d’un autre manuscrit beaucoup plus ancien d’une des traditions de cet ouvrage qui porte à modifier encore certains détails de sa tradition. J’ai moi-même – il y a seulement quelques semaines – retrouvé un autre témoin complet de la même tradition. Je n’ai pas encore eu le temps d’approfondir l’analyse de ce nouveau manuscrit, mais les premiers échantillons de mon enquête confirment l’importance du rôle que le groupe auquel il appartient (et donc de cette rédaction) a joué dans la transmission des Divisiones Aristoteleae dans la culture et le monde byzantins.

On connaît au moins deux rédactions probablement en trois versions d’un même modèle des Divisiones.

La première est celle que Diogène Laërce cite en conclusion à sa Vie de Platon (3.80-109) : « Platon, dit Aristote, divisait les réalités de la manière suivante » – écrit Diogène en introduisant le recueil – et « Voilà donc les premières divisions qu’effectuait Platon, si l’on en croit à Aristote » (3.109) à la fin (trad. Brisson).

Cette rédaction transmet un corpus de 32 Divisiones.

Les manuscrits à partir du témoignage desquels j’ai édité le texte de l’ensemble des Vies des philosophes de Diogène Laërce sont les suivants : les trois manuscrits complets BPF qui s’échelonnent chronologiquement entre la fin du XIe siècle et le début du XIIIe. Parmi les manuscrits qui transmettent seulement des extraits, j’ai utilisé Φ du XIIe siècle ainsi que Vi (du 28 juillet 925). Pour l’édition des Divisiones, on ne peut pas compter ni sur Φ ni sur Vi qui ne transmettent pas cette partie.

Tous ces manuscrits dérivent d’un seul archétype (Χ). Quand Φ fait défaut (comme pour les Divisiones), on doit se contenter de reconstituer seulement l’hyparchétype Ω, dont le texte a toutefois des chances d’être identique à celui de l’archétype X. Pour parvenir à la reconstitution de l’hyparchétype, il faut s’appuyer sur B, le seul témoin non contaminé, ni même interpolé, en éliminant ses fautes vénielles à l’aide de PF (quand ceux-ci s’accordent). L’accord de B avec P ou avec F permet d’assurer la leçon de l’hyparchétype, même lorsque F appuie la leçon du manuscrit divergent. Lorsque les trois témoins primaires complets (BPF) divergent et que l’on manque du secours de F, on ne peut pas donner mécaniquement la préférence à B, mais on optera pour la leçon la plus proche de celle de B. A partir du comportement de la « vulgate », l’éditeur peut établir quel est, de P ou de F, le manuscrit transmettant le texte authentique. Autre principe important : il est possible de corriger parfois l’hyparchétype Ω grâce à Φ, mais on doit s’en remettre au seul iudicium pour amender l’archétype X (mis à part les passages où l’on dispose d’une tradition indirecte). Il faut s’abstenir de corriger sans raison sérieuse le texte de X oυ de Ω tout en ayant conscience qu’ils n’étaient pas irréprochables.

La deuxième tradition, indépendante de celle de Diogène Laërce, est connue par six manuscrits byzantins qui transmettent deux rédactions diverses d’un même texte.

Une liste des six témoins avec peu de détails sur leur datation et leur contenu suit. Afin d’éviter toute confusion, les sigles de ces témoins ont été choisies en tenant compte de celles déjà utilisées pour le manuscrits de Diogène Laërce.

MMarcianus gr. 257, s. XIIIe/XIVe. On trouve dans ce témoin (ff. 251r-254r), sous le titre Διαίρεσις Ἀριστοτέλους, un recueil (le plus complet) de 69 divisions. Le texte des Divisiones y est défiguré par de nombreuses fautes, imprécisions et lacunes.

AParisinus gr. 39, s. XIIIe. Ce manuscrit transmet (ff. 168v-172v) seulement 39 divisions sous le titre Διαίρεσις Ἀριστοτέλους. A (indiqué par Moraux avec le sigle P) détient un étroit lien de parenté avec M, mais par rapport à ce dernier, il omet plusieurs entrées; il présente en outre plusieurs lacunes; il abrège le texte de la division [41], après lequel on trouve deux fragments étrangers à la compilation (f. 172r 7-172v 4); il fournit pourtant en quelques cas la bonne leçon corrompue en M.

LLeidensis Vossianus gr. Q 11, s. XIVe in. Il conserve (ff. 92r-96r), sous le titre Περὶ διαιρέσεως, un corpus de 61 des 69 divisions de M. Ce manuscrit n’est ni un descendant, ni un frère, ni un proche parent de M. Une des différences les plus marquantes entre les deux témoins réside dans le fait que le texte de L est moins long que celui de M. Dans L il n’y a pas les huit divisions [35], [63] et [64]-[69]. L’absence de [35] est due probablement à un simple accident. La division [63] fait double emploi avec [51]. Les Divisiones [64]-[69], enfin, « constituent un ensemble assez différent du reste de l’ouvrage » et sont « d’une toute autre veine que le reste de la compilation ». P. Moraux explique l’absence de ces dernières en L en supposant que « son ancêtre ne comportait que les divisions au sens propre du terme et ne connaissait pas encore l’appendice en question ». Elles sont remplacées par un bref appendice (une διαίρεσις ψυχῆς μετὰ ὁρισμοῦ et un ὅρος νοός) dans lequel Moraux saisit une influence de la terminologie et de la pensée néoplatoniciennes.

C — On retrouve le même contenu et la même structure de L ainsi que le même nombre de divisions dans le manuscrit (du XIIIe siècle) que je viens de découvrir et que pour le moment je laisse anonyme. J’utilise cependant pour commodité le sigle C.

NLeidensis BPG 67C, s. XVe/XVIe. Il transmet (ff. 18r-26v), sous le titre Περὶ διαιρέσεων, les divisions [1]-[47]. Ce manuscrit montre un lien de parenté très étroit avec L. Les deux témoins partagent en effet la quasi-totalité des variantes; mais parfois, N s’accorde avec M et A, ou présente des lectiones singulares par rapport aux trois autres témoins. La descendance de N de L (qui ne serait pas impossible du point de vue chronologique) est à écarter en tenant compte d’au moins deux éléments. Premièrement, N a la division [35], accidentellement perdue dans CL. Le texte de celle-ci [35] dans N s’éloigne cependant de celui de M (la division manque en A et dans la tradition de Diogène Laërce), ce qui porte à exclure qu’il y ait eu contamination entre ces deux témoins.

Y  — Brigham Young University, s. Xe, ff. 5r-v. Il conserve seulement les divisions [37]-[42]. Il appartient sans aucun doute à la même tradition de CLN.

En ce qui concerne les rapports entre les six manuscrits, on peut dire tout de suite que MA et CLNY représentent deux traditions indépendantes non seulement de Diogène Laërce, mais aussi entre elles. On ne peut pas donner plus de confiance à l’une ou à l’autre série et il serait faux et contraire à la méthode d’essayer de reconstruire un Urtext des Divisiones en mélangeant les deux traditions ou les branches d’une même tradition.

La première famille est la mieux connue, parce que M est le manuscrit dont on dispose depuis plus longtemps et sur lequel est fondée l’édition de Mutschmann. Ce dernier publie le texte de M en parallèle à celui de Diogène Laërce.

A, frère de M, est important pour rétablir et restaurer le texte de M en certains endroits, mais son apport est limité en conséquence du peu de texte qui transmet.

La deuxième famille n’arrête pas de s’accroître ! Moraux avait découvert L. Maintenant, après la trouvaille de N, Y et en particulier de C, on peut avoir une meilleure et plus fiable image de cette branche de la tradition.

N est un frère de L. L’apport de N s’avère ainsi fondamental pour reconstruire en plusieurs endroits le texte de cette tradition des Divisiones.

Y appartient à la même famille et, en considération de sa datation, il est probablement l’ancêtre des autres témoins. Quant à savoir si c’est leur ancêtre direct ou indirect, il est encore tôt pour le dire, tant parce qu’il transmet seulement une petite portion de texte, que parce qu’il faudrait auparavant avoir à disposition les résultats complets de l’analyse de C.

CLNY ne sont pas exempts de fautes et de bévues graves; dans plusieurs passages ils transmettent néanmoins le texte original perdu par saut du même au même ou lacune par homéotéleute dans M, et ils conservent (ou aident à rétablir) une bonne leçon corrompue dans M ou A. Mais il ne manque pas d’exemples où M ou A transmettent le texte correct par rapport à celui de CLNY.

Il est nécessaire de préciser de maintenant que l’on ne peut pas tracer un vrai stemma ni de l’ensemble de cette partie de la tradition ni de l’une ou de l’autre de ses branches. On doit éventuellement se contenter de schémas qui donnent une idée probable des rapports entre les manuscrits des deux branches séparées.

Il faut définir les critères de la nouvelle édition à partir de ces données.

Diogène Laërce transmet une rédaction à part dont l’origine précède celle de la composition des Vies (première moitié du IIIe siècle) et elle est postérieure à Aristote auquel elle est attribuée.

On ne doute pas de l’indépendance de la tradition de Diogène Laërce par rapport aux deux recensions MA et CLNY. Elle avait été déjà reconnue par V. Rose (qui ne disposait que de M) et elle a été entérinée par Mutschmann, qui publia le texte de Diogène et celui de M (quand il y avait une correspondance) sur deux colonnes parallèles. A ce que l’on peut supposer, il donnait cependant la préférence à la rédaction de Diogène Laërce, qui occupe la colonne de gauche et dont la numérotation des divisions est suivie.

La situation a commencé à se compliquer au moment de la découverte de A et elle est devenue encore plus complexe au moment où on a eu accès à CLNY.

P. Boudreaux avait déjà reconnu en A une tradition proche de M et il avait suggéré d’en utiliser les données pour corriger certaines fautes et omissions de M qu’il jugeait d’origine accidentelle. Il s’agit en réalité, dans plusieurs cas, d’omissions volontaires qui laissent présupposer une influence de choix rédactionnels ou survenues dans un milieu scolaire. Par voie de conséquence, en dépit du lien de parenté entre les deux témoins qui appartiennent à la même famille, on ne peut pas mélanger sans raison leurs leçons afin de reconstruire un Urtext idéal. Le même discours vaut pour les manuscrits CLNY. Les leçons de L peuvent se révéler parfois utiles pour corriger des passages corrompus dans M (et éventuellement A), mais seulement si l’on peut établir qu’il s’agit de fautes accidentelles. Dans ce cas aussi, il faut éviter de céder à la tentation de reconstruire un Urtext.

On peut donc parler, dans le cas des Divisiones, d’un texte qui a été transmis en deux ou plutôt trois rédactions différentes l’une de l’autre, mais qui remontent cependant à un même texte qu’il est assez difficile de restaurer dans son état primaire. Il ne faut pas donner la préférence, dans l’absolu, à l’une ou à l’autre rédaction, mais il faut tenir compte de chaque rédaction de manière indépendante.

Comment doit donc opérer le futurus editor de ces textes ? Il pourrait choisir, comme Mutschmann, de publier les textes sur deux colonnes parallèles : le texte de Diogène d’un côté et celui des deux autres versions de l’autre côté. Cette opération n’était pas trop compliquée à l’époque de Mutschmann. Elle serait assez contraignante, voire impossible, aujourd’hui (au moins avec les moyens traditionnels d’édition). Je ne peux donc que suggérer de publier les trois rédactions distinctes l’une de suite à l’autre. C’est le choix qu’ont fait, par exemple, les éditeurs du Roman d’Alexandre. Peut-être, un jour, mais seulement après cette édition préliminaire, on pourrait essayer de publier avec les moyens numériques une nouvelle édition online sur colonnes parallèles.

Voila tout ce que je voulais vous dire cet après-midi. J’espère que j’ai attiré suffisamment votre attention et que j’ai réussi à vous donner une idée convenable de la transmission d’un texte grec à traditions multiples.

Bibliographie

Éditions

Dorandi, T. (2013) Diogenes Laertius. Lives of Eminent Philosophers (Cambridge)
Mutschmann, H. (1906) Divisiones quae vulgo dicuntur Aristoteleae (Lipsiae)

Traduction

Rossitto, C. (2005) Aristotele e altri autori. Divisioni. Testo greco a fronte. Seconda edizione rivista (Milano)

Études

Barney, J. (2014), « New Manuscript of the Divisiones Aristoteleae. With. Fig. 1-2 », Codices Manuscripti et Impressi 93/94, 1-6
Boudreaux, P. (1909) « Un nouveau manuscrit des Divisiones Aristoteleae », Revue de Philologie 33, 221-224
Dorandi, T. (1996), « Ricerche sulla trasmissione delle Divisioni aristoteliche », in Algra, K.A., van der Horst, P.W., Runia, D.T. (eds.) Polyhistor. Studies in the History of Historiography of Ancient Philosophy (Leiden), 145-65
Dorandi, T. (2011), « Le Leidensis BPG 67C et l’histoire du texte des Divisiones quae vulgo dicuntur Aristoteleae », Mnemosyne 64, 632-8
Moraux, P. (1977) « Témoins méconnus des Divisiones Aristoteleae », L’Antiquité Classique 46, 100-127.

Annexe

Manuscrits des Vies des philosophes de Diogène Laërce

Neapolitanus III. B 29, s. XII
Parisinus gr. 1759, s. XI/XII
Laurentianus plut. 69.13, s. XIII
Φ  Vaticanus gr. 96, s. XII
Vi  Vindobonensis phil. gr. 314, 28 luglio 925.

Manuscrits des Divisiones que dicuntur Aristoteleae

M  Marcianus gr. 257, s. XIII/XIV
A  Parisinus gr. 39, s. XIII

L  Leidensis Vossianus gr. Q 11, s. XIV in.
Leidensis BPG 67C s. XV/XVI
Brigham Young University s. X
Testimonium novum, s. XIII.

[1] Ces pages que j’ai lues à Lyon à l’occasion de la Table-ronde « Ecdotique: l’édition des textes anciens en devenir » organisée par G. Bady le 19 mars 2015 ne sont qu’une ébauche encore incomplète qui a comme but la présentation de mes recherches actuelles, en particulier sur les Divisiones quae dicuntur Aristoteleae. Elles ne sont pas destinées pour le moment à une publication académique, mais seulement à une circulation restreinte.

Les éditions anciennes de l’Iliade ont la cote

Dans la page Culture de Liberation de ce jeudi, on peut lire une moquerie (« Jennifer Lopez vient à l’aède d’Homère ») reprise dans la revue de presse de Natacha Polony sur Europe 1 ce vendredi : depuis la sortie du film de Rob Cohen, The Boy Next Door (Un voisin trop parfait), le 23 janvier dernier aux Etats-Unis, l’Iliade est en tête des requêtes des internautes sur le site Abebooks, plus exactement, “The Iliad, first edition”.

La raison en est la suivante : dans une scène du film, la belle Jennifer Lopez, qui incarne un professeur de lycée qui vient juste de divorcer, reçoit de son jeune voisin et futur amant une édition ancienne de l’Iliade. Elle s’exclame alors : « Oh mon Dieu – c’est une première édition ? Je ne peux pas accepter, cela a dû coûter une fortune ». Le jeune homme dit l’avoir achetée un dollar à un vide-grenier. Continuer la lecture

«Trends in Manuscript Studies. Sources, Issues and Technologies» (Cassino/Mont-Cassin, 29 juin – 3 juillet 2015)

LiberSummerSchool_cover_small

Le laboratoire LIBeR. Libro e ricerca de l’Université de Cassino et du Latium méridional, en partenariat avec l’Abbaye du Mont-Cassin, organise du 29 juin au 3 juillet 2015 sa première université d’été, dont le titre peut se traduire par « Tendances actuelles des études sur les manuscrits. Sources, problèmes et technologies ». Elle est ouverte aux étudiants de mastère et de doctorat ainsi qu’aux bibliothécaires, aux spécialistes et à toute personne s’intéressant aux manuscrits médiévaux et aux imprimés anciens. Les dates sont plutôt bien choisies pour les étudiants et le programme est extrêmement séduisant.

Email: liberschool@unicas.it

Programme et inscription:

http://www3.laboratori.unicas.it/Libro-e-ricerca/SummerSchool

Inscription pour le stage d’ecdotique possible jusqu’au 2 février

La date-limite d’inscription au prochain stage d’ecdotique est reportée au 2 février 2015. Le stage aura lieu du 16 au 20 février 2015 dans les locaux de l’Institut des Sources Chrétiennes.

Une séance de formation en paléographie, grecque ou latine, est proposée le dimanche après-midi précédant le stage, le 15 février, pour les participants qui en auraient besoin.

Vous pouvez d’ores et déjà télécharger l’affiche et  le programme.

Pour plus de précisions, il vous est possible de contacter le secrétariat.

Pendant le stage aura aussi lieu, à l’Institut des Sources Chrétiennes, une table-ronde ECDOTIQUE DES SOURCES ANCIENNES, le jeudi 19 février, de 14h à 17h, organisée par l’UMR 5189 HiSoMA (« Histoire et Sources des Mondes Antiques »). Les stagiaires y sont conviés.

Modalités d’inscription

L’inscription au stage est gratuite, mais il est demandé aux participants d’adhérer à l’Association des Amis de Sources Chrétiennes (cotisation de base: 25 euros), qui fournit les locaux et une partie de la logistique du stage. Le nombre total de participants est limité à 25. Les frais de transport et d’hébergement sont à la charge des participants. Des possibilités d’hébergement économiques peuvent être proposées.

Si vous souhaitez y participer, vous pouvez vous préinscrire à l’aide du formulaire en ligne : les demandes seront examinées et classées en fonction de leur pertinence par rapport au stage.

Naissance de la revue COMMENTARIA CLASSICA

La naissance de la revue était annoncée et attendue. Voici que le premier numéro vient de sortir:

COMMENTARIA CLASSICA.

Rivista di filologia greca e latina

http://www.commentariaclassica.altervista.org/Commentaria_Classica/Home.html

copertina

Le Département des Sciences humanistiques de Catane en Italie a donc lancé cette nouvelle revue annuelle, diffusée gratuitement et uniquement en ligne, consacrée aux textes grecs et latins de la période archaïque à l’humanisme; l’accent est mis sur la philologie et la critique textuelle ainsi que sur l’histoire des études classiques.

Riche de 6 articles et une recension, le premier numéro illustre bien les questions qui se posent aux éditeurs modernes. Par exemple, sur Apollonius Dyscole, l’article de L. Dumarty complète utilement le compte rendu de son intervention à la table-ronde Ecdotique de 2014. À cet égard, la revue constitue un excellent moyen pour nous de développer ou de préciser des recherches qui souvent ne trouvent pas place dans les éditions mêmes.
Rappelons que la revue dispose un comité scientifique international chargé de sélectionner les contributions et d’en faire la critique anonymement, et que les langues acceptées sont l’italien, l’anglais, le français, l’allemand, l’espagnol et le latin.

Souhaitons une belle fécondité et une longue vie à cette revue qui sera particulièrement utile aux spécialistes de nos domaines d’investigation.

Contact: Vincenzo Ortoleva e Maria Rosaria Petringa
Università di Catania
Dipartimento di Scienze Umanistiche
Piazza Dante 32
I-95124 Catania
ITALIE
tel.: +39-095-7102580
fax: +39-095-7102710
commentaria.classica@gmail.com

Colloque « L’éditeur de textes est-il un auteur ? Questions juridiques et scientifiques à propos de l’édition critique »

Dans le prolongement d’un événement récent, et abordant de front un sujet qui est au cœur de nos activités, l’IRHT organise les 2-3 février 2015 à Paris 16e, 40 avenue d’Iéna, un colloque intitulé:
« L’éditeur de textes est-il un auteur ? Questions juridiques et scientifiques à propos de l’édition critique« 

colloque-editeur-212x300

 Programme
Lundi 2 février
09h30 Présentation du colloque
Matinée : analyses inscrites dans les champs disciplinaires de l’édition savante
09h45 Pierre Chiron (université Paris-Est Créteil), « L’édition des textes littéraires et rhétoriques de l’Antiquité, tradition directe, tradition indirecte et tradition “fluide” »
10h15 Jean-Luc Fournet (École pratique des hautes études), « L’édition papyrologique »
10h45 Michèle Brunet (université Lyon 2, UMR 5189 HiSoMA), « L’édition scientifique de textes épigraphiques : traditions et changements induits par le numérique »
11h15 Pause
11h30 Dominique Poirel (Institut de recherche et d’histoire des textes), « Fidélité, méthode et invention dans l’édition des textes littéraires du Moyen Âge »
12h00 Laurent Morelle (École pratique des hautes études), « Éditer, c’est choisir : observations sur les pratiques éditoriales des diplomatistes »
12h30 Repas
Après-midi : analyses juridiques de la propriété intellectuelle
14h00 Sébastien Raimond (université Paris-Ouest Nanterre La Défense, EA 3457 Centre de droit civil des affaires et du contentieux économique), « Enjeux et difficultés de la qualification de l’édition de texte en œuvre protégeable par le droit d’auteur »
14h30 Pauline Lebbe (Brepols), « Publication d’éditions critiques. Droit belge et international »
15h00 Pause
15h15 Lionel Maurel (juriste et bibliothécaire, auteur du blog S.I.Lex et co-fondateur du collectif SavoirsCom1), « Édition critique, domaine public et copyfraud »
15h45 Marie-Luce Demonet (avec la collaboration de Denise Pierrot) : « Le Consortium Cahier : réflexions sur la propriété intellectuelle »
Mardi 3 février
9h30 Table ronde thématique. Cette table ronde animée par Caroline Macé (KU Leuven) réunira les intervenants de la journée du 2 février et traitera de questions transversales, dont les suivantes :
– textes à tradition unique et textes à tradition pléthorique ;
– compilations et autres types de texte ;
– transcriptions et éditions critiques, notamment dans le cadre de l’utilisation d’outils numériques ;
– édition et stemmatisation semi-automatique.
12h30 Repas
14h00 Atelier : bonnes pratiques juridiques. Cet atelier de formation viendra compléter le colloque, en proposant des méthodes pour rendre juridiquement plus sûr le processus d’édition savante. Il sera animé par Pierre-Yves Buard (Pôle « Document numérique », MRSH de Caen), Rémi Mathis (Bibliothèque nationale de France), Marc Renneville (TGIR Huma-Num) et Anne-Marie Turcan-Verkerk (Equipex Biblissima).
Argumentaire
 
Le 27 mars 2014, le tribunal de grande instance de Paris rendait dans un différend opposant les maisons d’édition Libraire Droz et Classiques Garnier un jugement très rapidement commenté dans les milieux de la recherche érudite, d’une part, et dans ceux des spécialistes du droit d’auteur et du copyfraud, de l’autre. Éclairée entre autres par les opinions de spécialistes, la cour concluait que l’édition d’un texte dépourvu d’apparat critique ne pouvait fonder un droit d’auteur, tout en reconnaissant par ailleurs la contribution intellectuelle de l’éditeur.
Au-delà du cas d’espèce, ce jugement est une excellente occasion de s’interroger sur ce qu’est l’édition de textes, notamment celle de textes anciens, et sur ses mutations. Ce secteur des activités historiques et littéraires s’est, du reste, déjà engagé dans cette réflexion, comme le montrait un récent colloque organisé par l’Institut historique allemand et l’École des chartes sur le thème « Pourquoi éditer des textes médiévaux au XXIe siècle ? » De ce point de vue, l’évolution de l’édition critique, tout comme celle des sciences humaines et sociales en général, a bien sûr été fortement affectée par l’irruption des « nouvelles technologies », puis l’apparition des humanités numériques, en pleine structuration.
Bien avant cet ébranlement numérique, la mise en œuvre de pratiques très différentes sur des points aussi essentiels que la ponctuation, la restitution des éventuelles abréviations, le traitement des variantes, l’intervention sur le découpage des mots et la transcription des phonèmes montre à quel point l’acte d’éditer n’est pas neutre – sans même évoquer les débats que les éditeurs et érudits ont hérités de Lachmann ou Bédier, porteurs de démarches fondamentalement différentes. Cela frappe d’autant plus que ces différences, si elles sont en partie issues d’aires disciplinaires (latin classique contre latin médiéval ou néo-latin, par exemple), ne s’y limitent pas : entrent en jeu également des traditions nationales en matière d’édition, qui ne sont pas seulement affaire de détails. Derrière les multiples décisions prises par l’éditeur, c’est tout un projet scientifique et intellectuel qui se profile : restitution aussi proche que possible d’un « original » confinant au fac-similé textuel, ou au contraire rumination de différents témoins d’un texte pour en extraire une sorte de version idéale, attention plus ou moins forte portée aux éléments matériels de la tradition, etc. Enfin, les manières d’éditer dépendent aussi du nombre de manuscrits conservés, des langues à traiter, des éditions antérieures, des visées culturelles des textes transmis – productions originales, commentaires ou compilations – et des lacunes de nos documents, voire du statut scolaire et culturel des auteurs. C’est sur ce substrat, déjà complexe, que viennent se greffer les débats actuels, qu’ils soient numériques ou juridiques.
Afin de permettre une réflexion aussi large et profonde que possible, ces deux journées combineront plusieurs questionnements, appliqués à différents secteurs de l’édition de textes selon des combinaisons variables. La base en sera posée par l’exposé des pratiques scientifiques normalement et actuellement admises dans l’édition de textes littéraires ou diplomatiques, par exemple, pour des périodes allant de l’Antiquité à la Renaissance et des supports incluant tant le parchemin ou le papier que la pierre ou le papyrus. C’est à ces exposés que pourront réagir des juristes issus de divers milieux professionnels (édition, institutions scientifiques, enseignement du droit, militants du libre, notamment) avant qu’une table ronde ne reprenne la matière, cette fois-ci envisagée non plus selon ses divisions typologiques traditionnelles, mais selon des axes méthodologiques transversaux : traitement de la tradition manuscrite, stemmatisation plus ou moins automatisée, recours à des traitements critiques de plusieurs niveaux (transcriptions simples ou éditions « lourdes »)… Enfin, un atelier permettra de rassembler les réflexions, de les mettre en acte et d’ébaucher les contours de bonnes pratiques, en confrontant juristes, techniciens de l’édition et chercheurs autour des dossiers mis sur la table.

Un MOOC sur les manuscrits médiévaux à l’Université de Stanford

https://class.stanford.edu/courses/English/DiggingDeeper1/Winter2015/about

Il reste des places pour le stage d’ecdotique (16-20 février 2015)

Le prochain stage d’ecdotique aura lieu du 16 au 20 février 2015 dans les locaux de l’Institut des Sources Chrétiennes.

Une séance de formation en paléographie, grecque ou latine, est proposée le dimanche après-midi précédant le stage, le 15 février, pour les participants qui en auraient besoin.

Vous pouvez d’ores et déjà télécharger l’affiche et  le programme.

Pour plus de précisions, il vous est possible de contacter le secrétariat.

Pendant le stage aura aussi lieu, à l’Institut des Sources Chrétiennes, une table-ronde ECDOTIQUE DES SOURCES ANCIENNES, le jeudi 19 février, de 14h à 17h, organisée par l’UMR 5189 HiSoMA (« Histoire et Sources des Mondes Antiques »). Les stagiaires y sont conviés.

Modalités d’inscription

L’inscription au stage est gratuite, mais il est demandé aux participants d’adhérer à l’Association des Amis de Sources Chrétiennes (cotisation de base: 25 euros), qui fournit les locaux et une partie de la logistique du stage. La date-limite est fixée au 23 janvier 2015. Le nombre total de participants est limité à 25. Les frais de transport et d’hébergement sont à la charge des participants. Des possibilités d’hébergement économiques peuvent être proposées.

Si vous souhaitez y participer, vous pouvez vous préinscrire à l’aide du formulaire en ligne : les demandes seront examinées et classées en fonction de leur pertinence par rapport au stage.

Table-ronde «Ecdotique: l’édition des textes anciens en devenir» (19 février 2015)

La 3e table-ronde Ecdotique aura lieu aux Sources Chrétiennes

le jeudi 19 février 2015 de 14h à 17h30

La table-ronde vise à favoriser les échanges sur des travaux en cours, des questions de méthode ou des études de cas. Le mot « ecdotique » est ici compris comme comprenant les sources littéraires et non littéraires et les techniques les plus diverses.

La table-ronde a lieu dans le cadre du stage d’ecdotique des Sources Chrétiennes, qui aura lieu du 16 au 20 février 2015 et auquel participent une vingtaine d’étudiants de divers pays.

Programme

14h00-14h10 Tour de table
14h10-15h00 Michael I. Allen (Univ.Chicago)
«Les Lettres de Loup de Ferrières (déjà sept fois éditées) : le pourquoi et le comment d’une nouvelle édition.»
15h00-15h50 Tiziano Dorandi (CNRS, Centre Jean Pépin)
«Problèmes d’édition des textes à traditions multiples.»
15h50-16h00 Pause
16h00-16h50 Bruno Bureau (Univ. Lyon 3)
«Un outil de collation et visualisation de variantes en XML TEI, de la saisie du texte à son édition.»
16h50-17h20 Marie-Gabrielle Guérard (CNRS, HiSoMA)
«Remarques sur la transmission médiévale d’un « antibestseller », le Commentaire de Nil d’Ancyre sur le Cantique des cantiques

Entrée libre

Télécharger l’affiche-programme de la table-ronde ECDOTIQUE_2015

Inscriptions ouvertes pour le stage d’ecdotique (16-20 février 2015)

Le prochain stage d’ecdotique aura lieu du 16 au 20 février 2015 dans les locaux de l’Institut des Sources Chrétiennes.

Une séance de formation en paléographie, grecque ou latine, est proposée le dimanche après-midi précédant le stage, le 15 février, pour les participants qui en auraient besoin.

Vous pouvez d’ores et déjà télécharger l’affiche (et bientôt le programme).

Pour plus de précisions, il vous est possible de contacter le secrétariat.

Pendant le stage aura aussi lieu, à l’Institut des Sources Chrétiennes, une table-ronde ECDOTIQUE DES SOURCES ANCIENNES, le jeudi 19 février, de 14h à 17h, organisée par l’UMR 5189 HiSoMA (« Histoire et Sources des Mondes Antiques »). Les stagiaires y sont conviés.

Modalités d’inscription

L’inscription au stage est gratuite, mais il est demandé aux participants d’adhérer à l’Association des Amis de Sources Chrétiennes (cotisation de base: 25 euros), qui fournit les locaux et une partie de la logistique du stage. La date-limite est fixée au 23 janvier 2015. Le nombre total de participants est limité à 25. Les frais de transport et d’hébergement sont à la charge des participants. Des possibilités d’hébergement économiques peuvent être proposées.

Si vous souhaitez y participer, vous pouvez vous préinscrire à l’aide du formulaire en ligne : les demandes seront examinées et classées en fonction de leur pertinence par rapport au stage.

Appel à contribution à la table-ronde Ecdotique (19 février 2015)

La prochaine table-ronde «Ecdotique: l’édition des textes anciens en devenir» aura lieu aux Sources Chrétiennes dans l’après-midi du jeudi 19 février 2015.

Que vous soyez enseignant, chercheur ou étudiant, vous pouvez d’ores et déjà proposer d’y présenter une communication en contactant Guillaume Bady.

La table-ronde vise à favoriser les échanges sur des travaux en cours, des questions de méthode ou des études de cas. Le mot «ecdotique» est ici compris comme comprenant les sources littéraires et non littéraires et les techniques les plus diverses.

La table-ronde a lieu l’après-midi du jeudi 19 février, dans le cadre du stage d’ecdotique des Sources Chrétiennes, qui aura lieu du 16 au 20 février 2015 et auquel participent une vingtaine d’étudiants de divers pays.

Relativement informelle, la rencontre tend à privilégier les échanges et ne débouche pas a priori sur une publication, à part bien sûr le compte rendu qui en sera fait sur le site d’HiSoMA ou sur ce carnet de recherche.

Une table-ronde Ecdotique est organisée annuellement. La première a eu lieu en 2013.

Colloque sur les titres d’œuvres et autres paratextes dans la littérature antique (Heidelberg, 6-7 octobre 2014)

Un colloque consacré à un aspect majeur de la transmission des textes et intitulé «Book Titles and Other Paratexts in Ancient Literature» aura lieu à Heidelberg les 6 et 7 octobre 2014.

Organisation : Emanuele Castelli et Winrich Löhr

Contact:
emanuele.castelli3@libero.it
nadja.parisi@wts.uni-heidelberg.de

Lieu:
Ruprecht-Karls-Universität
Theologisches Seminar · Kisselgasse 1 · D 69117 Heidelberg

Intervenants:
D. Bianconi (Rome), P. Buzi (Rome), E. Castelli (Heidelberg), E. Colombi (Udine), G. Del Mastro (Naples), T. Dorandi (Paris), H. Essler (Würzburg), P. Fioretti (Bari), W. Löhr (Heidelberg), M.-H. Marganne (Liège), P. Orsini (Rome), M. Wallraff (Bâle)

Télécharger l’affiche et le programme

Il reste des places pour le stage d’initiation aux manuscrits grecs et orientaux (IRHT, 21 – 23 octobre 2014)

La Section grecque et de l’Orient chrétien de l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes propose une formation initiale sur le manuscrit grec, avec une ouverture sur le domaine de l’Orient chrétien (en particulier le copte et le syriaque). Le stage est destiné en priorité aux étudiants en master et en thèse et, plus largement, à tout autre public intéressé.

Cette formation vient en complément des enseignements de paléographie, d’histoire du livre et d’histoire des textes existant par ailleurs en France.

Le stage sera assuré par les membres de la Section grecque et de l’Orient chrétien de l’IRHT et, pour l’histoire de l’écriture grecque, par Mme Brigitte Mondrain, Directeur d’Études à l’EPHE (IVème section). Il se déroulera le matin dans la salle Levi-Strauss (52 rue du Cardinal Lemoine) et l’après midi dans les locaux de la Section grecque, ce qui permettra l’accès à toute la documentation qui s’y trouve: reproductions de manuscrits, catalogues, instruments de travail. Une visite-atelier est prévue dans une ou des bibliothèques parisiennes conservant des manuscrits.

Le stage s’inscrit dans le cadre de la semaine de formation sur le manuscrit médiéval à l’IRHT. En particulier, le lundi 20 octobre, la première journée du « stage d’initiation au manuscrit médiéval et au livre humaniste », qui se tiendra aussi salle Levi-Strauss, proposera une formation généraliste axée sur la tradition occidentale qui peut servir d’introduction au domaine grec et oriental.

Enfin, ce stage s’articule avec le séminaire sur « Littératures techniques et tradition des textes scientifiques de l’Antiquité gréco-romaine », organisé par l’université de Reims au printemps 2015, dont les dates seront communiquées ultérieurement, sur le site de l’IRHT et sur http://crimel.hypotheses.org.

Programme

Présentations générales

— Le livre grec : du rouleau au codex
— Notions fondamentales de codicologie des manuscrits grecs et orientaux
— Histoire de l’écriture grecque
— Apport de l’étude des manuscrits à l’édition des textes
— Apport des traditions orientales (copte, syriaque, arabe)

Ateliers de travaux pratiques sur documents

—Utilisation des instruments de travail (catalogues, répertoires, bases de données)
— Analyse codicologique d’un manuscrit
— Analyse des éléments textuels d’un manuscrit
— Autour du texte : colophons, marginalia, titres

Visite-atelier d’une collection de manuscrits
(1 demi-journée)
— IFEB, Arsenal ou Mazarine

Journée optionnelle du 20 octobre (sur inscription)

— Présentation de l’IRHT
— Le livre des origines à nos jours
— Codicologie du manuscrit médiéval (supports et instruments de l’écriture, préparation de la copie, organisation du volume, reliure)

Le stage est gratuit. Il reste des places.
Deuxième date limite d’inscription: 20 septembre 2014.
Inscription à adresser par mail à : pierre.augustin@irht.cnrs.fr. ou, à défaut, par courrier postal à :
M. Pierre Augustin
IRHT — Section grecque et de l’Orient chrétien
Collège de France
52 rue du Cardinal Lemoine,
75005 Paris
0033.(0)1.44.27.18.71
http://www.irht.cnrs.fr/recherche/grecque.htm

Télécharger le dépliant

L’édition des textes épigraphiques: journée d’études le 17 septembre 2014 au CESCM (Poitiers)

Une journée d’étude sera organisée le 17 septembre 2014, à Poitiers, au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale. Elle sera consacrée à l’édition – notamment numérique – des textes épigraphiques, à l’occasion de la publication du 25e volume du CIFM, Corpus des inscriptions de la France médiévale. Cet anniversaire sera l’occasion d’un bilan de 40 ans de recherche en épigraphie du Moyen Âge (en France, en Italie, notamment).

Programme et toutes  informations sur les carnets hypothèses du CESCM: http://cescm.hypotheses.org/2539