Archives par étiquette : Afrique

L’édition des manuscrits de Tombouctou

par Georges Bohas, professeur émérite de l’ENS de Lyon,
à la Table-ronde “Ecdotique”, Lyon, HiSoMA-Sources Chrétiennes, le 23 février 2017.

Ce petit exposé est, pour la plus grande part, un résumé, avec quelques ajouts de mon cru, de quelques paragraphes de l’article de Bernard Salvaing intitulé : « À propos d’un projet en cours d’édition de manuscrits arabes de Tombouctou et d’ailleurs », paru dans Afriques, Sources, le 25 décembre 2015. Pour plus de détails et les références, on se reportera donc à ce grand article qui fait la synthèse des travaux de VECMAS.

Le programme VECMAS (Valorisation et édition critique des manuscrits arabes subsahariens) a pour but de combler un vide : l’absence presque complète à ce jour d’éditions critiques de manuscrits arabes de Tombouctou et de toute l’Afrique subsaharienne.

Il s’agit donc de :

  • procéder à une édition critique, selon les règles de l’art, d’un nombre significatif de manuscrits arabes subsahariens, en établissant le texte le plus fiable possible à partir des différentes versions manuscrites accessibles de chacun de ces textes ;
  • réaliser, dans un certain nombre de cas, une traduction accompagnée d’une présentation des textes.

L’équipe VECMAS a commencé ses travaux le 1er janvier 2009. Ce projet a bénéficié pendant trois ans de l’appui de l’ANR et se poursuit aujourd’hui avec le soutien de l’ENS de Lyon et de la région Auvergne Rhône-Alpes qui est jumelée avec la région de Tombouctou. Il regroupe une équipe pluridisciplinaire (linguistes, historiens) comprenant des Français, mais aussi des étrangers, européens et africains. Cette action est renforcée par une coopération avec les bibliothèques de Tombouctou, matérialisée notamment par une convention signée avec la bibliothèque Mamma Haïdara, en vue de l’édition et de la traduction des manuscrits. Des travaux sont menés également en relation avec d’autres bibliothèques de la sous-région, comme celle des manuscrits anciens du Niger.

A. Un rapide rappel historique

On imagine l’émotion qui étreignit l’explorateur Heinrich Barth lorsqu’il découvrit à Gwandu (dans l’actuel Nigéria) en 1853 le Tarîkh as-Sudân : on pouvait enfin, grâce à ce texte, montrer l’ancienneté de l’histoire de l’Afrique, et que, contrairement aux affirmations de Hegel, l’Afrique n’était pas « un continent anhistorique ». Des pans entiers d’une histoire jusqu’alors largement ignorée – à la réserve des écrits de quelques historiens arabes comme Ibn Battutâ – surgissaient ainsi du passé.

Barth n’eut pas le temps de recopier la totalité du texte. Il ne put que prendre des notes à la hâte. Il fallut attendre le tournant des années 1900 pour que Houdas et son gendre Delafosse s’attellent à la publication des grandes chroniques de Tombouctou, à partir desquelles fut reconstruite l’histoire des grands empires soudanais[1].

Cependant, les publications et traductions de manuscrits arabes de la région restèrent ensuite en nombre limité, malgré quelques travaux de pionniers.

Après un long entracte, correspondant à la période coloniale, un véritable renouveau s’est amorcé se matérialisant par :

  • la création d’institutions publiques destinées à conserver et sauvegarder les manuscrits : le Centre Ahmed Baba de Tombouctou est inauguré en 1973, l’Institut Mauritanien de Recherches Scientifiques en 1974. Au Niger, les manuscrits recueillis par Boubou Hama sont conservés à l’Assemblée nationale, avant de l’être à l’Institut de Recherches en Sciences Humaines (Niamey). À Dakar, existe le département des manuscrits de l’IFAN, où Théodore Monod avait déposé les manuscrits recueillis par Gilbert Vieillard jusqu’à sa mort en 1940, point de départ de l’actuel département des manuscrits arabes de l’IFAN, créé en 1965.
  • la rédaction de travaux de recherches s’appuyant sur les manuscrits arabes : même s’il y avait eu auparavant des travaux précurseurs, les thèses se multiplient surtout à partir des années 1970. On en compte une vingtaine de 1970 à 1980.
  • les premières actions visant à microfilmer les manuscrits de façon à constituer simultanément une banque de données exploitables et à assurer la sauvegarde de leur contenu, sinon du manuscrit original : citons l’intérêt précoce de plusieurs universités américaines pour ce type d’actions, avec le Project for conservation of Malian Arabic manuscripts.
  • des actions de catalogage : ainsi était réalisé le catalogue des manuscrits de l’IFAN (Institut fondamental d’Afrique noire), l’Inventaire de la bibliothèque oumarienne de Ségou conservée à la BNF à Paris, (édité en 1985, 418 pages) et un peu plus tard un catalogue de manuscrits mauritaniens.

Parallèlement, sont publiées quelques traductions en français de textes arabes. Citons au Sénégal la thèse d’Amar Samb, en France Voilà ce qui est arrivé[2] et enfin Tombouctou au milieu du XVIIIe siècle, d’après la chronique de Mawlây al-Qasîm B. Mawlây Sulaymân.

C’est cependant à la fin des années 1990 et au début des années 2000 que se développe un regain d’intérêt nouveau autour des manuscrits de Tombouctou, permis par d’importantes actions de mécénat (Fondations américaines ou luxembourgeoise comme la Ford Foundation, Fondations islamiques comme la Fondation al-Furqân, etc.)[3]. L’élan vers ce nouvel « Eldorado » s’explique par la prise de conscience des promesses qu’ils laissent espérer à la recherche, sans doute également aussi par le potentiel de rêve dégagé par les manuscrits du désert auprès d’un plus large public, parfois aussi par des enjeux d’influence d’une autre nature.

B. Des ressources documentaires variées

Nul ne peut à l’heure actuelle donner un inventaire exhaustif des manuscrits arabes subsahariens ni évaluer même approximativement leur nombre. La seule certitude est que, malgré la disparition attestée de quantité d’entre eux, malgré les dangers de tous types qui en menacent la préservation, ils existent encore en grand nombre dans une bonne partie de l’Afrique de l’Ouest. Cependant, on connaît maintenant le nombre des manuscrits de Tombouctou et de ses environs qui ont été transférés secrètement sur Bamako pendant l’occupation de la ville, et ont été comptés lors de leur réception. D’après les informations que m’a communiquées Abdelkader Haïdara, directeur de la Bibliothèque Mamma Haïdara, 377 491 manuscrits provenant de 45 bibliothèques privées de la région de Tombouctou sont arrivés à Bamako (cet inventaire a été établi par Banzoumana Traoré, responsable scientifique de la bibliothèque Mamma Haïdara) ; en ajoutant environ 40 000 manuscrits de la bibliothèque Ahmad Baba CEDRAB et 12 000 de la bibliothèque Fondo Kati, on arrive à 439 491. C’est donc au-delà de ce que la plupart des estimations laissaient espérer.

Les catalogues déjà réalisés donnaient une idée de l’importance du trésor. À Tombouctou, les deux bibliothèques les plus importantes de Tombouctou (IHERIAB et Mamma Haïdara) ont commencé l’inventaire et le catalogage. Plusieurs catalogues d’une partie d’entre eux ont été publiés par Al-Furqân Islamic Heritage Foundation[4]. Si l’on ajoute les autres bibliothèques de la ville, on dispose donc d’une masse de manuscrits considérable[5]. Il est vrai que ces chiffres sont à accompagner de quelques remarques : la longueur de ces manuscrits est très variable, allant de la simple page à des centaines de pages. Un nombre significatif d’entre eux est constitué par des copies d’œuvres extérieures qui, indépendamment de leur intérêt comme objet patrimonial[6], n’ont d’importance scientifique que lorsqu’il s’agit d’œuvres connues par un très petit nombre de copies Il faut enfin signaler que de nombreux manuscrits existent à plusieurs exemplaires : ils ont été recopiés, ils ont circulé, et peuvent se trouver dans des bibliothèques éloignées les unes des autres ; ainsi une partie des textes présents à Tombouctou le sont également à Walâta (en Mauritanie) ou à la biblothèque royale de Rabat.

Enfin, signalons qu’il existe des catalogues disponibles sur internet, couvrant également d’autres régions, qui confirment une richesse documentaire dont seule une partie est connue à ce jour.

Le dépouillement même partiel des catalogues permet de répartir le contenu des manuscrits locaux dans les rubriques suivantes :

  • Sociologie et histoire locale : documents  juridiques littéraires et historiques.
  • Manuscrits ajami-s (rédigés dans une langue africaine, mais transcrits en écriture arabe).
  • Sciences arabes (philosophie, logique, science exactes : astronomie, mathématique, médecine, chimie, musique, grammaire).
  • Domaine religieux : théologie, principes du droit et jurisprudence, commentaires du Coran, des paroles du Prophète, vies et éloges du Prophète, mystique et sciences ésotériques.
  • Littérature : il existe de nombreux écrits du genre qissa (histoire).

Le dépouillement des catalogues auquel il a été procédé a, en effet, mis en lumière l’existence de nombreux écrits du genre qissa (histoire) qui peuvent également être traduits, d’où l’idée d’une collection visant le grand public et intitulée Les belles histoires de Tombouctou.

On peut rattacher cette importante production à quelques grands thèmes :
1) Personnages traités de façon légendaire : Alexandre, Joseph, la reine de Saba.
2) Histoires des prophètes.
3) Les débuts de l’islam.
4) Le Prophète et ses miracles (dont al-’isrâ’ wa-l-micrâj, le voyage nocturne et l’ascension jusqu’au septième ciel du Prophète).
5) Histoires tournant autour des Mille et Une Nuits.
6) Histoires mettant en jeu des animaux (genre Kalîla et Dimna).
7) Le monde des Djinns.
8) Histoires locales.

Grâce à la collaboration active de Banzoumana Traorésuperviseur des travaux de catalogage et de traduction à la Bibliothèque Mamma Haïdara de Tombouctou, il a été possible à VECMAS de se procurer les manuscrits correspondant aux quatre premiers volumes de cette collection.

Mis à part ceux qu’on appelle « manuscrits ajamis », qui notent en caractère arabe des langues africaines locales, ces manuscrits sont rédigés en arabe.

C. La langue des manuscrits

On peut dégager trois caractéristiques de cette langue :

1°) Ce sont des textes écrits par des personnes dont l’arabe n’est pas la langue maternelle. Certains auteurs en ont une connaissance très approfondie, du point de vue du lexique comme de celui de la grammaire. Mais le type d’apprentissage qu’ils en ont effectué explique qu’il s’agit souvent d’une langue « formulaire », dont les rédacteurs reprennent en les intégrant dans leur propos tout ou partie d’expressions qu’ils ont mémorisées lors de leurs études religieuses. Ces emprunts souvent ne sont pas cités, mais peuvent aujourd’hui être détectés grâce à des moyens modernes d’investigation comme le logiciel alshamila, et sont en général relativement nombreux dans tous les textes d’une certaine ambition théorique. On peut supposer qu’ils étaient reconnus par les auditeurs ou les lecteurs partageant les mêmes références culturelles, tout au moins les plus savants d’entre eux.

La langue arabe de ces textes est donc une langue technique, dotée de lexiques spécialisés selon les thèmes traités, mais sans doute assez « formulaire », conformément à ce que l’on attend d’une lingua franca technico-scientifique maniée comme une langue de spécialité par des auteurs dont elle n’est pas la langue d’origine. De ce point de vue elle a, pour la période historique considérée, un peu le statut de l’anglais international, scientifique et technique, d’aujourd’hui, ou du latin d’autrefois en Europe.

2°) Ce sont des textes de caractère relativement technique (textes juridiques, grammaticaux, scientifiques) dont la compréhension en profondeur demande des connaissances allant au-delà de la simple maîtrise de la langue arabe. Dans les textes liés à l’histoire locale, de nombreuses allusions, souvent peu explicites, ne sont compréhensibles qu’aux personnes connaissant le milieu humain dont les textes sont issus. Il en est également ainsi lorsqu’il s’agit d’identifier les individus ou les lieux cités, dont l’identité n’est pas toujours connue par ailleurs, et qui seront d’autant plus difficiles à retrouver que les termes les désignant ne sont pas vocalisés dans les textes arabes.

3°) Ce sont des textes destinés à un public relativement restreint (étudiants, disciples, confrères) et partageant, en principe, le même type de savoir.

Certains auteurs, en particulier en poésie, emploient volontiers des mots rares, des tournures elliptiques, et paraissent avoir voulu, par coquetterie de clerc, montrer à leurs pairs l’étendue de leur savoir. Ainsi, la lettre d’Albakaye Kunta à Amadou Amadou étudiée par M. Traoré présente plusieurs paragraphes écrits dans un arabe très difficile, d’une obscurité qui semble parfois volontaire, comme si l’auteur avait voulu ainsi montrer la supériorité de sa profonde connaissance de la langue arabe, par rapport à celle de ses destinataires de Hamdallaye.

Un des objectifs du travail amorcé est d’analyser les caractéristiques de la langue arabe utilisée dans les manuscrits africains, en procédant à partir des textes édités à la création de corpus, de lexiques et de bases de données. En effet, les hypothèses qu’on peut avancer aujourd’hui ne seront confirmées, infléchies ou infirmées que lorsqu’on aura procédé à une étude systématique d’un corpus vraiment représentatif de ces textes. Ce corpus devra être suffisamment important quantitativement et varié qualitativement pour prendre en compte l’extension géographique considérable de l’aire où ces textes ont été produits (plusieurs millions de kilomètres carrés), la longue période historique de leur production (plusieurs siècles) et la grande diversité des thèmes dont ils traitent.

La quantité considérable de textes qui ont survécu dans des conditions qui laissent espérer qu’ils sont encore exploitables (au moins plusieurs dizaines de milliers) permet, sur le principe, d’être optimiste quant à la possibilité de constituer un tel corpus. Mais le nombre d’étapes qu’il faut, pour chaque texte, franchir depuis sa recension et la réalisation d’un copie électronique complète et exploitable, jusqu’à son analyse par un logiciel de traitement de corpus en vue de la production de lexiques, indexes, concordances – en passant au préalable par sa numérisation et son édition scientifique, laisse deviner que la tâche sera colossale et demandera des moyens techniques et humains considérables, qui devront être assurés sur une période suffisamment longue pour que des résultats totalement significatifs puissent émerger.

 

[1] Es-Sa’di, Tarikh es Soudan, traduit de l’arabe par O. Houdas, avec la collaboration d’E. Benoist, Paris, Ernest Leroux, 1900, rééd. Adrien Maisonneuve, 1981 ; Mahmoud Kati, Tarikh El-Fettach ou Chronique du chercheur pour servir à l’histoire des villes, des armées et des principaux personnages du Tekrour, traduction française de O. Houdas et M. Delafosse, Paris, Ernest Leroux, 1913, rééd. Adrien Maisonneuve, 1981 ; Tedzkiret En-Nisian fi Akhbar Molouk Es-Soudan, Texte arabe édité par O. Houdas, avec la collaboration d’E. Benoist, Paris, Ernest Leroux, 1899, réed. Adrien Maisonneuve, 1981.

[2] Jean-Louis Triaud et Sidi Mohamed Mahibou, Voilà ce qui est arrivé, Bayân mâ waqa’a d’al-hâjj ‘Umar al-Fûtî, plaidoyer pour une guerre sainte en Afrique de l’Ouest au XIXe siècle, Paris, éd. du CNRS 1983, 262 p. + texte arabe.

[3] Voir notamment http://www.tombouctoumanuscripts.org/fr/

[4] Handlist of Manuscripts in the Centre de Documentation et de Recherches Historiques Ahmed Baba, Timbuktu, prepared by : Sidi Amar Ould Ely, edited by : Julian Johansen, Vol. 1, 1995, 575 pages ; Vol. 2, 1996, 684 pages ; Vol. 3, 1997, 864 pages ; Vol. 4, 1998, 745 pages ;  Vol. 5, 1998, 857 pages ; London, Al-Furqân Islamic Heritage Foundation.

[5] On arrive à un chiffre minimum d’environ 30 000 manuscrits catalogués, dont la moitié pour Tombouctou.

[6] Nous n’abordons pas ici ce que peut apporter l’étude des manuscrits en tant qu’objets matériels : étude des encres, étude du papier, etc.