Archives par étiquette : digital humanities

École d’été en humanités numériques – Paris, 29 juin – 10 juillet 2015

École d’été en Humanités numériques de Sorbonne Universités : L’édition scientifique de textes en langues latine et française

Dans le cadre des Écoles internationales de Sorbonne Universités, l’Université de Paris-Sorbonne et l’École nationale des chartes proposent une École d’été consacrée à l’édition scientifique de textes littéraires et historiques, en langues latine et française, du Moyen Âge à l’époque contemporaine. Cette école d’été se déroulera du 29 juin au 10 juillet 2015 à Paris.

Continuer la lecture

Études classiques et société de l’information – Naples, 28 mai 2014

Une journée d’études intitulée

Gli studi classici e la società dell’informazione

organisée dans le cadre du projet MIUR « Messaggeri della conoscenza » aura lieu le 28 mai prochain à l’Université Federico II de Naples, au départment d’études humanistes (DSU), salle Piovani.

Le programme prévoit notamment des interventions sur les éditions digitales, de commentateurs ou de scholiastes en particuliers, et sur des outils de requête comme X-Query.

Contact : Concetta Longobardi (cette information est tirée de la lettre du Notiziario di Antichistica du 10 mai 2014)

 Programme

9.00: Saluti (Gaetano Manfredi, Prorettore dell’università degli Studi di Napoli Federico II ; Arturo De Vivo, Direttore del Dipartimento di Studi Umanistici (DSU) ; Guglielmo Trupiano, Direttore del Centro LUPT ; Giovanni Polara, Coordinatore della Sezione di Scienze dell’antichità)

PRESIEDE Giovanni Polara

9.40: Marisa Squillante « Recentium curiosi: nuove vie per una didattica integrativa »

10.00: Valeria Viparelli « Un prodotto innovativo: il patrimonio culturale della Campania »

10.20: Raffaella Tabacco « Strumenti digitali e edizioni critiche: un rapporto complesso »

10.45: coffee break

11.00: Salvatore Cerasuolo « L’epigramma sul figlio di Cinira attribuito a Zona di Sardi (Anth. Pal. VII 365) »

11.25: Lucio Cristante « Fare/farsi una biblioteca digitale »

11.50: Christian Nicolas « Nuptiae Philologiae et… X-Query »

12.15: Concetta Longobardi « Vantaggi di un’edizione digitale per i corpora scoliastici »

12.40: Michele Ambrosino, Gaia Castaldi, Sara Fascione, Federica Nicolardi « Le edizioni digitali dei commentari antichi: verso un quadro sinottico di una realtà stratificata »

 

« Pearltrees » et liens internet relatifs à l’ecdotique

« Pearltrees » est le nom d’un service en ligne (français, malgré son nom), apparu fin 2009, qui utilise le principe de la carte heuristique (mind-mapping en anglais). Il permet d’organiser des pages internet qui apparaissent comme des « perles » faisant partie d’un arbre, et donc de créer des bibliothèques de liens à la présentation plus agréable que celle que l’on pourrait trouver sur une page statique. Le programme permet en outre de créer des équipes avec d’autres utilisateurs pour enrichir un même arbre. L’image de l’arbre est un peu trompeuse au premier abord, car il s’agit plutôt d’une organisation en étoile ; elle se justifie sans doute par la possibilité de créer plusieurs branches et rameaux reliés à une « racine » unique.

Ce réseau, ou cette forêt, comme on voudra bien l’appeler, n’est absolument pas une plateforme scientifique, c’est pourquoi l’on y trouve un peu de tout et de n’importe quoi… mais pas seulement. Voici quelques arbres qui peuvent se révéler intéressants pour l’ecdotique ancienne (la liste n’est pas exhaustive, loin de là, car il faudrait sans doute faire une recherche sur les termes proches d’ecdotique ; mais ce serait sans fin et pour l’instant je me bornerai à signaler quelques arbres que j’ai pu repérer jusqu’ici).

On peut noter l’existence de l’arbre « manuscrits en ligne » qui regroupe à ce jour les arbres « enluminure« , « ecdotique électronique« , « manuscrits numérisés » et « manuscrits et enluminures« . Disons tout de suite que pour l’instant, l’arbre « ecdotique électronique » ne comporte que des liens vers des textes modernes. On sera donc plus intéressé ici par les sections concernant les manuscrits, en particulier celle intitulée « manuscrits et enluminures » qui est pour l’instant enrichie par une équipe de trois personnes. Il existe également un arbre « manuscrits numérisés, reliures, enluminures« , moins riche (pour l’heure) que le précédent. « Manuscrits – enluminures » est un arbre qui appartient à un autre, très structuré, consacré à l’histoire en général.

Un autre arbre alléchant, « paléographie en ligne« , se révèle finalement un peu décevant puisqu’il s’intéresse une fois encore surtout à la paléographie moderne et contemporaine (même s’il fait une petite place au Moyen-Âge) – en remontant à la racine on s’aperçoit d’ailleurs qu’il a été créé dans un arbre de recherche généalogique.

Enfin, du côté des humanités digitales ou numériques, une initiative du Grand Lyon a conduit à la mise au point de l’arbre « Digital Humanities » dans lequel on trouve même une branche « Digital Humanities sur le PRES Lyon Saint-Étienne« . Un autre arbre intitulé Digital Humanities apparaît lui aussi très structuré.

Il n’est pas toujours facile au premier abord de se retrouver dans la présentation, car on passe très facilement d’un arbre à l’autre en perdant parfois son chemin dans les embranchements. Cependant, pour des raisons de clarté, le nombre de branches d’un même arbre semble limité, ce qui oblige à créer, pour des bibliothèques très étendues, des sous-arbres plus ciblés permettant une lecture relativement aisée. Un autre point faible, à mon avis, de pearltrees, est sa que la recherche via la barre de recherche est assez rudimentaire (l’outil semble surtout fait pour fureter d’arbre en arbre). D’où l’intérêt, si l’on veut se lancer dans la création de tels arbres, d’utiliser le champ « description » de l’arbre pour augmenter les chances de le retrouver parmi la masse des données présentes.

En bilan provisoire de cette recherche sur les pearltrees en rapport plus ou moins lointain avec l’ecdotique, on peut dire qu’il s’agit d’un outil qui, pour organiser une bibliothèque de liens de manière dynamique et visuelle, que ce soit en vue d’un cours ou en complément d’un site internet, semble intéressant et prometteur. Pour l’instant je n’ai pas trouvé énormément de ressources concernant l’ecdotique antique ; peut-être faudrait-il se saisir de cet outil justement pour proposer des liens sélectionnés dans ce domaine.

Cela ne signifie pas que le latin et le grec soient absents des pearltrees, au contraire ; chacun ou presque semble y être allé de son arbre, surtout dans une optique pédagogique. L’arbre le plus complet que j’aie trouvé en ce domaine s’intitule « langues anciennes » et est structuré d’une façon particulièrement claire.

Pour plus d’informations sur Pearltrees, voir la page wikipédia très complète qui est consacrée à cet outil. Pour tout ce qui concerne les cartes heuristiques, on peut consulter l’arbre à idées « cartes mentales » (que j’ai découvert – rendons à César… – grâce à sa connexion avec l’arbre de l’association de doctorants Enthèse). L’auteure de ce billet se permet enfin de signaler qu’elle a modestement tenté de donner une forme d’arbre aux liens du carnet Grammaticalia dans l’arbre du même nom. (qui est encore à l’état d’ébauche – mais le principe de ces arbres est justement qu’ils permettent une évolution constante et dynamique dans la gestion de la bibliothèque de liens).

Recension en cours des éditions électroniques

Sur le site suivant se trouve un catalogue détaillé de près de 190 projets en cours ou réalisés d’éditions électroniques de textes anciens, médiévaux ou modernes. Il a été mis en place par une doctorante de l’UCL, Greta Franzini, qui cherchait elle-même le meilleur moyen pour réaliser son édition d’un manuscrit d’Augustin, à travers les expériences des autres. Les éditeurs qui le souhaitent peuvent y signaler leur propre projet en éditant eux-mêmes le catalogue ou en répondant à un questionnaire (nom du projet, durée, institution mère, budget, contact, site du projet, édition critique ou fac-similé, public visé, usage de la TEI, présence d’images et qualité, présence de glossaire et d’indices, open access et open source, plate-forme, logiciels utilisés, etc.). Le site propose aussi des liens vers d’autres catalogues de projets d’éditions électroniques.

https://sites.google.com/site/digitaleds/home

Homère dans le Genavensis 44 et l’Homer Multitext

Mardi 10 décembre 2013 a eu lieu à l’université de Lausanne une intéressante journée d’étude sur « Le devenir numérique d’un texte fondateur : l’Iliade et le Genavensis 44″. En voici le programme pour mémoire, grâce aux actualités du site de l’ISTA (Besançon). Cette journée précédait de peu l’ajout du manuscrit dans la base e-codices (Voir un article du blog de l’Homer Multitext à ce propos).

Cette journée s’inscrivait par ailleurs dans le cadre d’une collaboration avec l’équipe du Homer Multitext, qui s’intéresse aux différentes versions existantes de l’Iliade et de l’Odyssée. L’équipe utilise les dernières technologies pour permettre des publications digitales de manuscrits et d’outils qui permettent aux lecteurs d’essayer de comprendre les multiples facettes de la tradition homérique. Leur blog permet de relayer des annonces diverses : notes de chercheurs, annonces de numérisations, colloques et journées sur le texte homérique, ses scholies, et surtout ses numérisations. À suivre, donc.

Appel à contributions : The problematic text : classical editing in the 21st century

APA 146TH annual meeting January 8-11, 2015, New Orleans, LA
Date limite : 1er février 2014

Organizers:
Tom Keeline (Harvard University)
Justin Stover (All Souls College, Oxford)

E. R. Dodds once remarked that our classical texts were good enough to live with; D. R. Shackleton Bailey is said to have replied, “That depends on your standard of living.” That was some 50 years ago—what is the state of classical editing today? Textual criticism and editing have long been regarded as central to classical scholarship, but do they still have a place in the year 2015? How does traditional textual criticism overlap and interact with other established and emerging fields of classical studies, such as papyrology, reception studies, digital humanities, and literary theory? What possibilities for editing classical texts are provided by new technologies like computer-assisted recension, electronic text corpora, manuscript digitization, and digital editions? This panel seeks to showcase new work in textual scholarship that demonstrates the field’s ongoing importance to contemporary research in classics. Papers on Greek or Latin texts from Homer through the end of antiquity discussing new and recent editorial work, emendations, theoretical or practical problems of editing, the relationship between critical edition and commentary, prospects and possibilities for future editions, and the opportunities and challenges of editing in the digital age will all be welcome. Taken together, the papers presented will demonstrate the continued vitality and importance of textual scholarship in terms accessible to a general audience of classicists.
Continuer la lecture