Archives par étiquette : ecdotique

Il reste des places pour le stage d’ecdotique (16-20 février 2015)

Le prochain stage d’ecdotique aura lieu du 16 au 20 février 2015 dans les locaux de l’Institut des Sources Chrétiennes.

Une séance de formation en paléographie, grecque ou latine, est proposée le dimanche après-midi précédant le stage, le 15 février, pour les participants qui en auraient besoin.

Vous pouvez d’ores et déjà télécharger l’affiche et  le programme.

Pour plus de précisions, il vous est possible de contacter le secrétariat.

Pendant le stage aura aussi lieu, à l’Institut des Sources Chrétiennes, une table-ronde ECDOTIQUE DES SOURCES ANCIENNES, le jeudi 19 février, de 14h à 17h, organisée par l’UMR 5189 HiSoMA (« Histoire et Sources des Mondes Antiques »). Les stagiaires y sont conviés.

Modalités d’inscription

L’inscription au stage est gratuite, mais il est demandé aux participants d’adhérer à l’Association des Amis de Sources Chrétiennes (cotisation de base: 25 euros), qui fournit les locaux et une partie de la logistique du stage. La date-limite est fixée au 23 janvier 2015. Le nombre total de participants est limité à 25. Les frais de transport et d’hébergement sont à la charge des participants. Des possibilités d’hébergement économiques peuvent être proposées.

Si vous souhaitez y participer, vous pouvez vous préinscrire à l’aide du formulaire en ligne : les demandes seront examinées et classées en fonction de leur pertinence par rapport au stage.

Table-ronde «Ecdotique: l’édition des textes anciens en devenir» (19 février 2015)

La 3e table-ronde Ecdotique aura lieu aux Sources Chrétiennes

le jeudi 19 février 2015 de 14h à 17h30

La table-ronde vise à favoriser les échanges sur des travaux en cours, des questions de méthode ou des études de cas. Le mot « ecdotique » est ici compris comme comprenant les sources littéraires et non littéraires et les techniques les plus diverses.

La table-ronde a lieu dans le cadre du stage d’ecdotique des Sources Chrétiennes, qui aura lieu du 16 au 20 février 2015 et auquel participent une vingtaine d’étudiants de divers pays.

Programme

14h00-14h10 Tour de table
14h10-15h00 Michael I. Allen (Univ.Chicago)
«Les Lettres de Loup de Ferrières (déjà sept fois éditées) : le pourquoi et le comment d’une nouvelle édition.»
15h00-15h50 Tiziano Dorandi (CNRS, Centre Jean Pépin)
«Problèmes d’édition des textes à traditions multiples.»
15h50-16h00 Pause
16h00-16h50 Bruno Bureau (Univ. Lyon 3)
«Un outil de collation et visualisation de variantes en XML TEI, de la saisie du texte à son édition.»
16h50-17h20 Marie-Gabrielle Guérard (CNRS, HiSoMA)
«Remarques sur la transmission médiévale d’un « antibestseller », le Commentaire de Nil d’Ancyre sur le Cantique des cantiques

Entrée libre

Télécharger l’affiche-programme de la table-ronde ECDOTIQUE_2015

Parution de : Everything You Always Wanted to Know about Lachmann’s Method: A Non-Standard Handbook of Genealogical Textual Criticism in the Age of Post-Structuralism, Cladistics, and Copy-Text

“This book, written with the non-Italian reader in mind, addresses a central problem in textual criticism, and one that it is currently fashionable to regard as insoluble, namely, how to reconstruct a text of the past so that it is as close as possible to the lost original, starting from a number of copies more or less full of mistakes.
The idea of writing this book – which I left to age, as one does with wine and cured meats – first occurred to me in 2006-2007, when I had the privilege of being a visiting professor at the Hebrew University of Jerusalem. As the students felt the need to explain to me: ‘Nobody had ever talked to us about these things.’ For decades, very few, if any, Biblical, Germanic and Slavonic philologists, or French Romanists, or German editors of Anglo-American or Medieval Latin texts, have been talking about many of the things this book is about” (from the author’s preface).

“My first essay on editorial methodology concerned the number of branches in family trees, and my latest concerned editing with the aid of computer programmes. On these topics and many another, Paolo Trovato’s combative and richly instructive book leaves me far behind, and it is a privilege to have the opportunity of commending it” (from M.D. Reeve’s foreword).

Source : http://www.libreriauniversitaria.it

Inscriptions ouvertes pour le stage d’ecdotique (16-20 février 2015)

Le prochain stage d’ecdotique aura lieu du 16 au 20 février 2015 dans les locaux de l’Institut des Sources Chrétiennes.

Une séance de formation en paléographie, grecque ou latine, est proposée le dimanche après-midi précédant le stage, le 15 février, pour les participants qui en auraient besoin.

Vous pouvez d’ores et déjà télécharger l’affiche (et bientôt le programme).

Pour plus de précisions, il vous est possible de contacter le secrétariat.

Pendant le stage aura aussi lieu, à l’Institut des Sources Chrétiennes, une table-ronde ECDOTIQUE DES SOURCES ANCIENNES, le jeudi 19 février, de 14h à 17h, organisée par l’UMR 5189 HiSoMA (« Histoire et Sources des Mondes Antiques »). Les stagiaires y sont conviés.

Modalités d’inscription

L’inscription au stage est gratuite, mais il est demandé aux participants d’adhérer à l’Association des Amis de Sources Chrétiennes (cotisation de base: 25 euros), qui fournit les locaux et une partie de la logistique du stage. La date-limite est fixée au 23 janvier 2015. Le nombre total de participants est limité à 25. Les frais de transport et d’hébergement sont à la charge des participants. Des possibilités d’hébergement économiques peuvent être proposées.

Si vous souhaitez y participer, vous pouvez vous préinscrire à l’aide du formulaire en ligne : les demandes seront examinées et classées en fonction de leur pertinence par rapport au stage.

Appel à contribution à la table-ronde Ecdotique (19 février 2015)

La prochaine table-ronde «Ecdotique: l’édition des textes anciens en devenir» aura lieu aux Sources Chrétiennes dans l’après-midi du jeudi 19 février 2015.

Que vous soyez enseignant, chercheur ou étudiant, vous pouvez d’ores et déjà proposer d’y présenter une communication en contactant Guillaume Bady.

La table-ronde vise à favoriser les échanges sur des travaux en cours, des questions de méthode ou des études de cas. Le mot «ecdotique» est ici compris comme comprenant les sources littéraires et non littéraires et les techniques les plus diverses.

La table-ronde a lieu l’après-midi du jeudi 19 février, dans le cadre du stage d’ecdotique des Sources Chrétiennes, qui aura lieu du 16 au 20 février 2015 et auquel participent une vingtaine d’étudiants de divers pays.

Relativement informelle, la rencontre tend à privilégier les échanges et ne débouche pas a priori sur une publication, à part bien sûr le compte rendu qui en sera fait sur le site d’HiSoMA ou sur ce carnet de recherche.

Une table-ronde Ecdotique est organisée annuellement. La première a eu lieu en 2013.

Métrique et ecdotique : quelques exemples pris aux Poèmes de Grégoire de Nazianze

La métrique peut poser certains problèmes en ecdotique. Voici quelques exemples, dont tous n’ont pas de solution, empruntés aux Poèmes de Grégoire de Nazianze.

Poème II,1,1, v. 82, texte de la Patrologie grecque, t. 37 :
ἢ χθονὸς ἠὲ θεοῖο. Νόμος δὲ ἐπέσπετ’ ἀλιτρός

Problème : le vers ne respecte pas le « pont de Hermann », qui veut que si, dans les hexamètres dactyliques, le quatrième pied est un dactyle, les deux syllabes brèves de ce dactyle doivent être dans le même mot ; or ici on a Νό | μός δὲ̆ ἐ̆ |
La solution vient des manuscrits eux-mêmes :
ἢ χθονὸς ἠὲ θεοῖο· νόμος δ’ ἐ̆πῐέσπετ’ ἀλιτρός
Des 15 mss retenus dans l’édition d’A. Tuilier et G. Bady (CUF, 2004, p. 8), un seul a δὲ et aucun n’a ἐπέσπετ’

Poème II,1,30, poème en distiques iambiques[2], soit :

4 iambes
3 iambes (avec substitution possible par des spondées dans les deux vers)

Le Laurentianus Pluteus VII 10, du 11e s., f. 164r (sigle L), fait précéder le poème de cet avertissement :

Τοῦτο τὸ μέτρον ἀδιάφορόν ἐστι, ἰαμϐικὸν μέντοι τύγχανον, τὸν μέντοι πρῶτον στίχον δικατάληκτον ἔχον, τὸν δὲ δεύτερον τρικατάληκτον ἡμίαμϐον, τὴν δὲ τελευταίαν (τὸν δὲ τελευταῖον cod., probable faute influencée par ce qui précède : τὸν πρῶτον… τὸν δὲ δεύτερον) συλλαϐὴν ἐφ’ ἑκατέροις τοῖς στίχοις ἀδιάφορον τίϑησιν, εἴτε ἴαμϐος ἔμπεσοι, εἴτε πυρρίχιος. Μή τις οὖν μονοστιχίαν τοῦτο γράψῃ· σφάλλεται γὰρ ὃς τοῦτο ποιήσει.

« Ce poème est indifférent[3] quant au mètre. Certes, c’est un iambe, mais le premier stique est dicatalectique et le second, tricatalectique, forme un demi-iambe ; la dernière syllabe de l’un ou l’autre stique est indifférente, peu importe s’il en résulte un iambe ou un pyrrhique. Qu’on ne le copie donc pas sur une seule ligne, car il se trompe, celui qui le fait. »

Autrement dit, au lieu d’un vers qui comprendrait sept pieds, dont des pyrrhiques jugés dans ce cas inopportuns, le poème doit être copié et interprété comme faisant alterner dimètres iambiques et vers de 4 pieds, dont la fin serait éventuellement constituée par un pyrrhique. En raison de l’état linguistique et des préoccupations qu’il manifeste, il est probable que cet avertissement soit dû au philologue byzantin à qui l’on doit l’édition des Carmina telle qu’en témoigne L. Les corrections dont font preuve d’autres manuscrits montrent en tout cas que la transmission de cette pièce a été délicate et que cet avertissement n’est pas inutile.

5 ἐν initio v. 6 transp. GW || 32 ὡς fine v. 31 transp. L || 89 οὐ initio v. 90 transp. GMW || 93 αἳ initio v. 94 transp. G || 109 καὶ initio v. 110 transp. GMW || 111 τοῦ initio v. 112 transp. GMW || 135 καὶ initio v. 136 transp. GMW || 139 τις initio v. 140 transp. M || 149 καὶ initio v. 150 transp. GW || 153 καὶ initio v. 154 transp. GW || 167 καὶ initio v. 168 transp. GMW || 187 εἰς Cpc D : initio v. 188 transp. GLMW om. Cac S || 213 ἢ initio v. 214 transp. GMW

La disposition des vers dans la mise en pages en témoigne aussi :

 L 164r
Laurentianus Pluteus VII 10, 11e s., f. 164r
Disposition en 3 colonnes, vers suivant en dessous dans la même colonne

 C f 123v
Clarkianus 12, 10e s., f. 123v (sigle C)

Disposition en 2 colonnes, vers suivant dans la colonne suivante
(remarquer la stichométrie : 226 vers – et non la moitié)

D 191
 Coislinianus 56, 14e-15e s., f. 157
Disposition en 4 colonnes, vers suivant dans la colonne suivante

(N.B. en marge droite l’avertissement est réduit à τοῦτο μέτρον ἀδιάφορον ἐστί, ce qui non seulement aide peu, mais ouvre la porte à une complète négligence sur le mètre et la disposition des vers)

 S 157
Baroccianus 96, 14e s., f. 157

Disposition – erratique, sans avertissement – en 3 colonnes, vers suivant dans la colonne suivante

Problèmes d’établissement du texte dans ce poème :

– v. 31-32 dans la PG :
Τὸ γνώριμον δὲ ἄτιμον                           ̅   ̅  |  ̆    ̅   |  ̆    ̆  |  ̅    ̅
Ὡς πολλὰ τυγχάνειν                           ̅   ̅  |  ̆    ̅   |   ̆    ̅

Au v. 31 il y a un pyrrhique. Les 2 plus anciens mss, C et L, aident à corriger le texte :
Τὸ γνώριμον δ’ ἄτιμον ὡς               ̅   ̅  |  ̆    ̅  |  ̆    ̅  |  ̆    ̅
Τὰ πολλὰ τυγχάνειν                         ̆    ̅  |  ̆    ̅   |   ̆    ̅

– v. 72 dans la PG il y a un pyrrhique :
Τίς ἤλπισε τόδε ;                        ̆    ̅   |   ̆    ̆  |  ̆    ̅
Là encore, L peut aider :
Τίς ἤλπισεν τόδε ;                        ̆    ̅   |   ̆    ̅  |  ̆    ̅

– v. 83 dans la PG il y a un pied catalectique impossible :
Οἱ δ’ οὐ λάϑρα δυσμενεῖς            ̅   ̅  |   ̅  |  ̅   ̅  |  ̆    ̅
Là encore, C peut aider :
Οἱ δ’ οὐδὲ λάϑρα δυσμενεῖς            ̅   ̅  |  ̆    ̅  |  ̅   ̅  |  ̆    ̅

– v. 104 dans la PG il y a un anapeste inopportun :
Ἐδίδαξ’ ἐγώ ποτε             ̆   ̆    ̅  | ̆    ̅  | ̆    ̅
Là encore, C et L peuvent aider :
Δίδαξ’ ἐγώ ποτε              ̆    ̅  | ̆    ̅  | ̆    ̅

– v. 183 dans la PG il y a un pyrrhique :
Οἳ καὶ τὸ καλὸν ποίμνιον             ̅   ̅  |  ̆    ̆  |  ̆    ̅  |  ̅   ̅  |  ̆    ̅
Les mss ne fournissent aucune solution ; d’après l’avertissement le pyrrhique est toléré pour la fin d’un vers seulement. La solution serait donc de supposer une fausse quantité ou une correption : en allongeant l’alpha de καλὸν, qui porte le temps fort du pied, on obtiendrait un iambe.

Poème I,1,12, v. 11, texte de la Patrologie :
πρωτίστη Γένεσις, εἶτ’ Ἔξοδος, Λευιτικόν τε

Une des difficultés du poème – qui fournit la liste du canon biblique[1] – est qu’il est fait d’hexamètres ET de iambes. Les hexamètres sont utilisés dans l’introduction et la conclusion, ainsi que pour les livres historiques et pour les 4 évangiles ; les iambes sont employés au dernier vers de l’introduction, annonçant l’Ancien Testament (v. 10) et pour la majeure partie de la liste. Logiquement, d’après ce constat, le v. 11 devrait être un trimètre iambique. Mais tel qu’il est le vers ne peut être scandé selon aucun schème métrique de toute façon.

Là encore un texte meilleur est fourni par les manuscrits : πρώτη Γένεσις, εἶτ’ Ἔξοδος, Λευιτικόν
Le vers pourrait se scander ainsi en tant que trimètre iambique si du moins la substitution d’un tribraque au 2e pied est envisageable (normalement non, surtout pas dans un pied pair) :   ̅   ̅  |  ̆   ̆   ̆  |  ̅   ̅  |  ̆    ̅   |  ̆    ̅   |  ̆    ̅

Deux questions générales demeurent :
– jusqu’à quel point doit-on appliquer aux textes antiques les règles des manuels d’aujourd’hui ?
– dans quelle mesure attribuer à la date tardive des poèmes un laisser-aller dans l’application des règles ?


[1] Voir à ce sujet G. Bady, « Bibles et canons de Basile de Césarée, Grégoire de Nazianze et Jean Chrysostome », à paraître dans les Cahiers de Biblindex 1 fin 2014.

[2] Cf. G. Bady, « Ordre et désordre des Poèmes de Grégoire le Théologien : à propos du Laurentianus, pluteus VII, 10 », dans Motivi e forme della poesia cristiana antica tra Scrittura e tradizione classica, XXXVI Incontro di studiosi dell’antichità cristiana, II, Studia Ephemeridis Augustinianum 108, Rome, Institutum Patristicum Augustinianum, 2008, p. 337-348.

[3] Quelques recentiores ont gardé le début de cet avertissement. Parmi eux, le Papiensis 80, P, et le Monacensis gr. 582, M, lisent ici διάφορόν au lieu de ἀδιάφορόν : l’accent, non sans raison, est alors mis sur la différence avec un trimètre, et non sur la nature indifférente du dernier pied.

Table-ronde ECDOTIQUE le 7 mars

La prochaine Table-ronde
ECDOTIQUE
L’ÉDITION DES TEXTES EN DEVENIR
aura lieu aux Sources Chrétiennes

le vendredi 7 mars 2014 de 14h à 18h

Programme

14h00-14h10 Tour de table

14h10-14h45
Béatrice NICOLAS-DUVAL (Rennes) : « Les manuscrits du De odoribus de Théophraste : aspects matériels et ecdotique »

14h45-15h20
Marie CRONIER (IRHT) : « Pour une nouvelle édition du De materia medica de Dioscoride : problèmes d’un texte à tradition multiple »

15h20-15h55
Jordi PAMIAS (Univ. Autonome de Barcelone) : « Mythographie et ecdotique »

15h55-16h15 pause

16h15-16h50
Lionel DUMARTY (Univ. Lyon 2) : « Pour une édition du Traité des adverbes d’Apollonius Dyscole : remarques sur la tradition manuscrite »

16h50-17h25
Daniel VALLAT (Univ. Lyon 2) : « L’Anthologie latine et les sirènes de l’hypercritique »

17h25-18h00
Bruno BUREAU (Univ. Lyon 3) : « Quel modèle d’encodage pour quel outil d’édition critique (domaine latin) ? Quelques perspectives »

Entrée libre

Lieu et contact

Ecdotique

Le carnet ECDOTIQUE est consacré à l’art d’éditer les sources anciennes, de l’Antiquité au Moyen Age, essentiellement les textes de la littérature grecque et latine, avec une ouverture sur l’épigraphie et d’autres langues. Les principales disciplines concernées sont: la paléographie, la codicologie, la papyrologie, l’épigraphie, la philologie, les lettres classiques, l’histoire des textes, l’histoire, la philosophie, l’ecdotique et l’édition numérique. Très diverse en tant qu’art, la pratique de l’ecdotique est en général assez cloisonnée : soit par discipline, soit par domaine spécifique, soit, très souvent, par des chercheurs confrontés à des cas toujours particuliers. Les méthodes sont rarement interrogées ou échangées, mais depuis un peu plus de 10 ans, des colloques, des séminaires, des sites et réseaux du web – en particulier avec le développement des humanités numériques – aident à changer les choses. Le carnet ECDOTIQUE se propose de diffuser ces efforts et de favoriser l’apprentissage de l’ecdotique ainsi que les échanges entre chercheurs, éditeurs, enseignants et étudiants, dans une perspective à la fois scientifique et pédagogique. L’édition traditionnelle, moins présente sur le web que l’édition numérique, est privilégiée, avec la double conscience que le travail en amont est identique, quelle que soit le type d’édition, et que la différence de traitement en aval n’est pas non plus sans influence sur les méthodes et les visées en amont.
Face visible du programme « Ecdotique » d’HiSoMA (UMR 5189, Lyon) – http://www.hisoma.mom.fr/recherche-et-activites/axe-a1-ecdotique -, mais en lien avec de nombreuses autres institutions, le carnet ECDOTIQUE souhaite se faire l’écho de l’activité de nombreux chercheurs, enseignants-chercheurs et doctorants à Lyon, à Grenoble, à Saint-Etienne notamment – et si possible au-delà -, engagés dans l’édition d’une source ancienne. En plus des travaux d’édition en cours, de nombreux enseignements spécifiques sont dispensés ne serait-ce qu’à Lyon. Le noyau d’ECDOTIQUE est constitué par l’équipe qui anime le stage d’ecdotique, organisé chaque année par l’Institut des Sources Chrétiennes, membre d’HiSoMA et éditeur de la collection éponyme.