Archives par étiquette : édition

Une homélie pascale nestorienne revisitée (CPG 4751)

par Guillaume Bady (CNRS, HiSoMA)
à la Table-ronde “Ecdotique”, Lyon, HiSoMA-Sources Chrétiennes, le 23 février 2017.

Dans le cadre de mes recherches sur les homélies pascales transmises faussement sous le nom de Jean Chrysostome, mon attention a été retenue par celle, intéressante à plus d’un titre, publiée par Chr. Baur dans son article « Drei unedierte Festpredigten aus der Zeit der nestorianischen Streittigkeiten », Traditio 9, 1953, p. 101-126 (plus précisément p. 108-110). Dans la Clavis Patrum Graecorum, cette homélie intitulée In sanctum pascha porte le n° 4751 et a pour incipit Πᾶσα μὲν ἡμέρα ϕαιδρὰ καὶ περίβλεπτος.

Baur a fondé son edition sur un seul manuscrit, du 12e siècle : le Berol. gr. 77 (Phillips 1481), f. 233-235. L’homélie est transmise par un autre témoin, le Bruxelles, Bibliothèque Royale Albert I, IV.459 (Phillips 22406), f. 66-68v, du 13e s.

En fait ce nouveau témoin n’aide pas vraiment à améliorer le texte. C’est plutôt certains choix de l’éditeur qui semblent sujets à discussion.

Résumé de l’homélie

Mais commençons par présenter l’homélie elle-même. Baur d’emblée estime sa langue et son style incompatibles avec ceux de Jean Chrysostome, et marqués par la Seconde sophistique. On peut résumer la composition du texte en quatre parties :

1° Une fête paradoxale: la mort est en réalité une bienfaitrice, du fait de la résurrection du Christ, qui intervient au bout de 3 jours, et non immédiatement, pour accomplir la prophétie de Jonas.

2° Une série d’antithèses : le jour chasse la nuit, notre joie fait l’affliction du diable, la croix est victorieuse des démons, la mort est mise à mort, le second Adam sauve le premier, Eve est vengée par Marie, « voici que tout est nouveau » (2 Co 5,17).

Alors que la création tout entière est radieuse, le diable seul s’afflige, je le vois. Car notre joie est le malheur des démons. Le diable s’afflige donc. (…) Il rend grâce au bois de la transgression, il se lamentera, puni par la Croix. Au paradis il a été le maître, en enfer il a été maîtrisé. Au paradis, sans être le maître il s’est imposé, mais en enfer, alors qu’il était le maître il a été dépouillé. Celui qu’il ne tenait pas auparavant, il l’a reçu, mais après, celui qu’il retenait, il l’a perdu. Il a couru en se réjouissant et il est reparti en se lamentant. Les choses anciennes sont passées, tout est nouveau (2 Co 5,17). Le paradis n’est plus fermé à Adam, depuis que le larron en a ouvert les portes.

3° En quoi le Christ est-il « prémices de ceux qui sont morts » (1 Co 15,20) ? Non à la façon de Lazare, ressuscité pour mourir une seconde fois, mais pour la vie éternelle, une fois pour toutes.

4° Comment le Christ a-t-il pu être crucifié s’il est Dieu ? À cette question sans doute de provenance arienne, l’auteur répond : « Ce n’est pas la divinité qui a été crucifiée, mais le vêtement de la divinité. »

Que l’on dise ceci : « S’il est Dieu, comment a-t-il été crucifié ? Comment une nature incorporelle a subi une douleur corporelle ? Comment le pouvoir tout-puissant a-t-il fait l’expérience de la mort ? » Que répondrons-nous à cela ? Ce n’est pas la divinité qui a été crucifiée, mais le vêtement de la divinité ; or, comme le corps a été crucifié, la divinité a subi le déshonneur. Car celui qui a déchiré un manteau outrage celui qui le portait, et celui qui met en pièce la pourpre royale pousse le roi à la colère.

Et l’orateur d’ajouter – in cauda venenum – que ceux qui réitèrent l’onction baptismale crucifient le Christ à nouveau.

Des parallèles avec Nestorius

Venons-en à présent au travail de Chr. Baur, qui s’intéresse tout d’abord à la christologie de l’homélie, selon lui d’origine nestorienne, sinon due à Nestorius lui-même. Voici les principaux arguments qu’il avance :

1° La phrase Οὐχ ἡ θεότης ἐσταυρώθη, ἀλλὰ τὸ περιβόλαιον τῆς θεότητος, « Ce n’est pas la divinité qui a été crucifiée, mais le vêtement de la divinité », est très semblable à une autre phrase, transmise comme étant de Nestorius.

2° La répétition de certaines expressions comme ἐκεῖνο λεγέτω (reprise négativement : μηδεὶς ἐκεῖνο λεγέτω) montre qu’il s’agit d’un texte homogène écrit par un même auteur, et non d’un mélange de sources différentes.

3° La mention du « vêtement » comporte de nombreux parallèles chez Nestorius.

4° La sobriété avec laquelle il est question de « Marie » et de « la Vierge », le mot ἐνανϑρώπησις et la citation de Jn 2,19 – qui figure parmi les préférées de Nestorius –, ainsi que d’autres parallèles, sont cohérents avec certains passages de Nestorius.

En tout cas, pour Baur qui reste prudent en n’affirmant pas positivement la paternité de Nestorius sur le texte, rien n’empêche que Nestorius soit l’auteur de l’homélie.

La réitération de l’onction baptismale

L’autre point d’intérêt de Baur concerne la critique acerbe de la pratique de la réitération de l’onction baptismale que l’on trouve à la fin de l’homélie. Il s’interroge notamment sur l’identité des πρωτόϑρονοι qui assurent cette nouvelle onction (je traduis plus bas par « prélats », à défaut de trouver mieux). Le mot apparaît pour la première fois avec Théodore Studite († 826) et désigne des archevêques, des patriarches, des métropolites, des exarques, ou de simples évêques. Dès lors Baur se demande si une telle polémique contre des évêques pratiquant la réitération de l’onction est envisageable au tournant des 4e et 5e siècle. Baur cite des polémiques similaires à différentes époques, avant d’en venir au pape Innocent I qui en 416 demandait que seuls les évêques, et non les simples prêtres, oignent le front des futurs baptisés, ce qui laisse penser que si l’onction avait été faite par un prêtre, elle était à refaire. Inversement, en Occident, Optat de Milève, vers 385, avait protesté contre ce type de réitération. Baur en conclut qu’une datation de l’homélie vers le début du 5e siècle à cet égard n’est pas impossible.

Un texte à restaurer?

Voilà donc le contexte. Voici à présent le texte, ou plus précisément le passage qui se trouve vers la fin de l’homélie, où le choix de l’éditeur peut poser question. Comme je l’ai dit, le  témoin dont il n’avait pas connaissance ne permet pas, en dehors de quelques détails, d’améliorer le texte.

Καὶ τότε μὲν αὐτὸν ἐσταύρωσαν οἱ Ἰουδαῖοι· νῦν δὲ οἱ τῶν Χριστιανῶν αὐτὸν ἀνασταυροῦσι πρωτόθρονοι. Ὁ γὰρ ἀναχρίσας τὸν Χριστὸν ἀνεσταύρωσεν. Εἷς γὰρ Κύριος, μία πίστις, ἓν βάπτισμα. Ἐπὶ γὰρ τῷ βαπτίσματι τὸ χρῖσμα. Πῶς οὖν ὁ χρισθεὶς μέχρι νῦν ὡς ἄχριστος ἀνεχρίσθη ; Τὸ γὰρ περιττὸν χρῖσμα τὸν Χριστιανὸν ἐποίησεν ἄχριστον καὶ σαυτοῦ γέγονας ὡς Ἰούδας προδότης, διὰ χρυσὸν τὸν Χριστὸν ἀρνησάμενος.

Voici les corrections de Baur:
ἀναχρίσας Baur : ἀναχρισϑεὶς codd.
χρισθεὶς Baur : χρίων codd.

Ces corrections répondent à une certaine logique, dont l’on peut rendre compte en traduisant :

Or si autrefois les Juifs l’ont crucifié, maintenant les prélats des chrétiens le crucifient à nouveau. Car celui qui a donné l’onction à nouveau a crucifié le Christ à nouveau. En effet, il y a un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême (Ep 4,5). Car l’onction se fait au baptême. Comment donc celui qui a reçu l’onction a-t-il à nouveau reçu l’onction comme si jusqu’à maintenant il n’avait pas reçu d’onction ? Car l’onction superflue a rendu le chrétien sans onction, et pour toi-même tu es devenu, comme Judas, un traître, ayant renié le Christ pour de l’or.

Ces corrections semblent raisonnables. On pouvait tout de même imaginer que le nouveau témoin puisse apporter un éclairage nouveau sur ce passage ; or il confirme la leçon du manuscrit de Berlin. Un réexamen est décidément nécessaire, aboutissant, je crois, à l’abandon de la conjecture de Baur et à la restitution du texte des manuscrits.

Ce qui permet de comprendre le texte tel qu’il est, c’est le temps des verbes : dans le premier cas, ὁ ἀναχρισϑεὶς, à l’aoriste, désigne bien le prélat qui « a reçu l’onction à nouveau » ; dans le second, si l’on fait attention que μέχρι νῦν porte sur χρίων et non sur ἄχριστος, la personne visée est bien le prélat qui « donne l’onction jusqu’à maintenant » (ὁ χρίων μέχρι νῦν), mais qui « a reçu l’onction à nouveau comme s’il ne l’avait pas recue ». L’erreur de Baur, en tout cas à mon avis, a donc été de croire que l’auteur s’en prenait aux πρωτόθρονοι parce qu’ils pratiquaient la réitération de l’onction, alors qu’en fait il leur reproche d’abord, si ce n’est exclusivement, d’avoir eux-mêmes reçu l’onction une deuxième fois par le passé et, par conséquent, d’être eux-mêmes devenus illégitimes et en quelque sorte « non chrétiens ». À cet égard, il joue – en l’inversant – sur l’idée, exprimée par exemple par Cyrille de Jérusalem[1], que le chrétien par l’onction devient un christ : en recevant une seconde onction, il renie la première qui l’avait fait chrétien et devient « achrist ».

On peut donc – il faut donc – conserver le texte des manuscrits, que l’on peut traduire ainsi :

Or si autrefois les Juifs l’ont crucifié, maintenant les prélats des chrétiens le crucifient à nouveau. Car celui qui a reçu l’onction à nouveau a crucifié le Christ à nouveau. En effet, il y a un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême (Ep 4,5). Car l’onction se fait au baptême. Comment donc celui qui donne l’onction jusqu’à maintenant a-t-il à nouveau reçu l’onction comme s’il n’avait pas reçu d’onction ? Car l’onction superflue a rendu le chrétien sans onction, et pour toi-même tu es devenu, comme Judas, un traître, ayant renié le Christ pour de l’or.

Ce réexamen du texte permettra, je l’espère, de repréciser le contexte historique de cette homélie, qui mérite bien, en tout cas, une attention renouvelée.

[1] Cyrille de Jérusalem, 3e catéchèse mystagogique, 1, trad. P. Paris, Sources Chrétiennes 126 bis, Paris 2004, p. 121-123: « Désormais participants du Christ, vous êtes à juste titre appelés ‘christ’», et c’est de vous que Dieu disait : Ne touchez pas mes christs. Or, vous êtes devenus des christs, ayant reçu l’empreinte de l’Esprit saint, et tout s’est accompli sur vous en image, parce que vous êtes les images du Christ. (…) Pour vous, la chrismation fut l’image exacte de celle dont fut oint le Christ. »

Guide juridique sur « La publication des éditions de textes »

« La publication des éditions de textes. Informations et recommandations« .

Tel est le titre du guide rédigé par Denise Pierrot (ENS de Lyon) dans le cadre du Groupe juridique du Consortium CAHIER (Corpus d’auteurs pour les humanités : informatisation, édition, recherche).
Ce document vise à informer les éditeurs de textes pour les aider dans la négociation des contrats qu’ils sont amenés à signer avec les éditeurs commerciaux.
Il fournit des éléments précieux sur la législation (Code de la propriété intellectuelle) et s’efforce d’éclairer les enjeux de la cession des droits patrimoniaux, notamment sur la question de l’édition numérique des textes et de leur réutilisation dans des projets de recherche.
En voici l’alléchant sommaire:

[I] AVANT-­PROPOS
1.  Le contexte scientifique: les humanités numériques
2.  Le contexte politique
3.  Le contexte éditorial
II.  INFORMATIONS SUR LES DROITS DES ÉDITEURS DE TEXTES
1.  Quelques définitions
– Définition de l’éditeur de textes
– Définition du domaine public
– Définition d’une œuvre de l’esprit
– Définition du droit d’auteur: droit moral et droit patrimonial
2.  La cession des droits d’auteur par le contrat d’édition
– Une cession de droits qui autorise l’éditeur commercial à certaines exploitations de l’œuvre
– Analyse des clauses principales d’un contrat type d’édition français: objet, cession, obligations, supports futurs
– Cas particulier de l’édition universitaire: pas de rémunération, et des subventions
3.  Quelle propriété intellectuelle pour les éditeurs de textes?
– Le statut d’auteur des chercheurs
– Le statut du texte source
III.  RECOMMANDATIONS POUR CONSERVER CERTAINS DROITS
1.  Les contrats proposés  par les éditeurs
2.  Avant de signer un contrat d’édition
– Le choix de l’éditeur
– La lecture du contrat
– Une fois le contrat signé
3.  Que serait un contrat adapté à la recherche scientifique et à l’édition de textes en particulier?
4.  Comment s’y prendre? Rédiger ou faire rédiger un avenant
– 1.  Solution la plus ouverte: L’auteur conserve ses droits d’utiliser toute l’œuvre (source + apparat critique) à des fins de recherche ou d’enseignement pour une diffusion à titre gratuit, dès la publication
– 2.  Solution moins ouverte mais plus facilement négociable: L’auteur conserve le droit d’utiliser le texte source à des fins de recherche ou d’enseignement pour une diffusion à titre gratuit, dès la publication
– 3.  À  défaut…

Colloque « L’éditeur de textes est-il un auteur ? Questions juridiques et scientifiques à propos de l’édition critique »

Dans le prolongement d’un événement récent, et abordant de front un sujet qui est au cœur de nos activités, l’IRHT organise les 2-3 février 2015 à Paris 16e, 40 avenue d’Iéna, un colloque intitulé:
« L’éditeur de textes est-il un auteur ? Questions juridiques et scientifiques à propos de l’édition critique« 

colloque-editeur-212x300

 Programme
Lundi 2 février
09h30 Présentation du colloque
Matinée : analyses inscrites dans les champs disciplinaires de l’édition savante
09h45 Pierre Chiron (université Paris-Est Créteil), « L’édition des textes littéraires et rhétoriques de l’Antiquité, tradition directe, tradition indirecte et tradition “fluide” »
10h15 Jean-Luc Fournet (École pratique des hautes études), « L’édition papyrologique »
10h45 Michèle Brunet (université Lyon 2, UMR 5189 HiSoMA), « L’édition scientifique de textes épigraphiques : traditions et changements induits par le numérique »
11h15 Pause
11h30 Dominique Poirel (Institut de recherche et d’histoire des textes), « Fidélité, méthode et invention dans l’édition des textes littéraires du Moyen Âge »
12h00 Laurent Morelle (École pratique des hautes études), « Éditer, c’est choisir : observations sur les pratiques éditoriales des diplomatistes »
12h30 Repas
Après-midi : analyses juridiques de la propriété intellectuelle
14h00 Sébastien Raimond (université Paris-Ouest Nanterre La Défense, EA 3457 Centre de droit civil des affaires et du contentieux économique), « Enjeux et difficultés de la qualification de l’édition de texte en œuvre protégeable par le droit d’auteur »
14h30 Pauline Lebbe (Brepols), « Publication d’éditions critiques. Droit belge et international »
15h00 Pause
15h15 Lionel Maurel (juriste et bibliothécaire, auteur du blog S.I.Lex et co-fondateur du collectif SavoirsCom1), « Édition critique, domaine public et copyfraud »
15h45 Marie-Luce Demonet (avec la collaboration de Denise Pierrot) : « Le Consortium Cahier : réflexions sur la propriété intellectuelle »
Mardi 3 février
9h30 Table ronde thématique. Cette table ronde animée par Caroline Macé (KU Leuven) réunira les intervenants de la journée du 2 février et traitera de questions transversales, dont les suivantes :
– textes à tradition unique et textes à tradition pléthorique ;
– compilations et autres types de texte ;
– transcriptions et éditions critiques, notamment dans le cadre de l’utilisation d’outils numériques ;
– édition et stemmatisation semi-automatique.
12h30 Repas
14h00 Atelier : bonnes pratiques juridiques. Cet atelier de formation viendra compléter le colloque, en proposant des méthodes pour rendre juridiquement plus sûr le processus d’édition savante. Il sera animé par Pierre-Yves Buard (Pôle « Document numérique », MRSH de Caen), Rémi Mathis (Bibliothèque nationale de France), Marc Renneville (TGIR Huma-Num) et Anne-Marie Turcan-Verkerk (Equipex Biblissima).
Argumentaire
 
Le 27 mars 2014, le tribunal de grande instance de Paris rendait dans un différend opposant les maisons d’édition Libraire Droz et Classiques Garnier un jugement très rapidement commenté dans les milieux de la recherche érudite, d’une part, et dans ceux des spécialistes du droit d’auteur et du copyfraud, de l’autre. Éclairée entre autres par les opinions de spécialistes, la cour concluait que l’édition d’un texte dépourvu d’apparat critique ne pouvait fonder un droit d’auteur, tout en reconnaissant par ailleurs la contribution intellectuelle de l’éditeur.
Au-delà du cas d’espèce, ce jugement est une excellente occasion de s’interroger sur ce qu’est l’édition de textes, notamment celle de textes anciens, et sur ses mutations. Ce secteur des activités historiques et littéraires s’est, du reste, déjà engagé dans cette réflexion, comme le montrait un récent colloque organisé par l’Institut historique allemand et l’École des chartes sur le thème « Pourquoi éditer des textes médiévaux au XXIe siècle ? » De ce point de vue, l’évolution de l’édition critique, tout comme celle des sciences humaines et sociales en général, a bien sûr été fortement affectée par l’irruption des « nouvelles technologies », puis l’apparition des humanités numériques, en pleine structuration.
Bien avant cet ébranlement numérique, la mise en œuvre de pratiques très différentes sur des points aussi essentiels que la ponctuation, la restitution des éventuelles abréviations, le traitement des variantes, l’intervention sur le découpage des mots et la transcription des phonèmes montre à quel point l’acte d’éditer n’est pas neutre – sans même évoquer les débats que les éditeurs et érudits ont hérités de Lachmann ou Bédier, porteurs de démarches fondamentalement différentes. Cela frappe d’autant plus que ces différences, si elles sont en partie issues d’aires disciplinaires (latin classique contre latin médiéval ou néo-latin, par exemple), ne s’y limitent pas : entrent en jeu également des traditions nationales en matière d’édition, qui ne sont pas seulement affaire de détails. Derrière les multiples décisions prises par l’éditeur, c’est tout un projet scientifique et intellectuel qui se profile : restitution aussi proche que possible d’un « original » confinant au fac-similé textuel, ou au contraire rumination de différents témoins d’un texte pour en extraire une sorte de version idéale, attention plus ou moins forte portée aux éléments matériels de la tradition, etc. Enfin, les manières d’éditer dépendent aussi du nombre de manuscrits conservés, des langues à traiter, des éditions antérieures, des visées culturelles des textes transmis – productions originales, commentaires ou compilations – et des lacunes de nos documents, voire du statut scolaire et culturel des auteurs. C’est sur ce substrat, déjà complexe, que viennent se greffer les débats actuels, qu’ils soient numériques ou juridiques.
Afin de permettre une réflexion aussi large et profonde que possible, ces deux journées combineront plusieurs questionnements, appliqués à différents secteurs de l’édition de textes selon des combinaisons variables. La base en sera posée par l’exposé des pratiques scientifiques normalement et actuellement admises dans l’édition de textes littéraires ou diplomatiques, par exemple, pour des périodes allant de l’Antiquité à la Renaissance et des supports incluant tant le parchemin ou le papier que la pierre ou le papyrus. C’est à ces exposés que pourront réagir des juristes issus de divers milieux professionnels (édition, institutions scientifiques, enseignement du droit, militants du libre, notamment) avant qu’une table ronde ne reprenne la matière, cette fois-ci envisagée non plus selon ses divisions typologiques traditionnelles, mais selon des axes méthodologiques transversaux : traitement de la tradition manuscrite, stemmatisation plus ou moins automatisée, recours à des traitements critiques de plusieurs niveaux (transcriptions simples ou éditions « lourdes »)… Enfin, un atelier permettra de rassembler les réflexions, de les mettre en acte et d’ébaucher les contours de bonnes pratiques, en confrontant juristes, techniciens de l’édition et chercheurs autour des dossiers mis sur la table.

La transmission des textes : nouveaux outils, nouvelles approches

L’Institut de recherche et d’histoire des textes (Paris) a le plaisir d’annoncer un stage de formation, du 31 mars au 4 avril 2014, sur « La transmission des textes : nouveaux outils, nouvelles approches », financé par la COST ACTION IS 1005 Medieval Europe. Medieval Cultures and Technological Resources, et organisé en collaboration avec Biblissima (Campus Condorcet).

Le stage comprend cinq journées de formation intensive (combinant des sessions de travaux pratiques et des enseignements magistraux), qui porteront entre autres sur le maniement des bases de données de l’IRHT et sur les outils et applications développés par l’équipe d’Humanités numériques de Biblissima. Les participants recevront une formation théorique de base et enrichiront leur expérience concrète des outils de recherche dans les domaines de la circulation des textes, des collections de manuscrits, de la transmission des savoirs. L’accent sera mis sur l’interopérabilité entre bases de données et sur les nouvelles méthodologies (ontologies, TEI-XML).

Les langues d’enseignement seront le français et l’anglais.

Vous trouverez le programme, les informations pratiques sur les modalités d’inscription et le formulaire de candidature dans les documents joints sur le site de l’IRHT.

Date limite d’envoi des dossiers le lundi 10 février 2014 à minuit.

Pour toute information, contactez : training-school@irht.cnrs.fr

Source : site de l’IRHT.

Ecdotique

Le carnet ECDOTIQUE est consacré à l’art d’éditer les sources anciennes, de l’Antiquité au Moyen Age, essentiellement les textes de la littérature grecque et latine, avec une ouverture sur l’épigraphie et d’autres langues. Les principales disciplines concernées sont: la paléographie, la codicologie, la papyrologie, l’épigraphie, la philologie, les lettres classiques, l’histoire des textes, l’histoire, la philosophie, l’ecdotique et l’édition numérique. Très diverse en tant qu’art, la pratique de l’ecdotique est en général assez cloisonnée : soit par discipline, soit par domaine spécifique, soit, très souvent, par des chercheurs confrontés à des cas toujours particuliers. Les méthodes sont rarement interrogées ou échangées, mais depuis un peu plus de 10 ans, des colloques, des séminaires, des sites et réseaux du web – en particulier avec le développement des humanités numériques – aident à changer les choses. Le carnet ECDOTIQUE se propose de diffuser ces efforts et de favoriser l’apprentissage de l’ecdotique ainsi que les échanges entre chercheurs, éditeurs, enseignants et étudiants, dans une perspective à la fois scientifique et pédagogique. L’édition traditionnelle, moins présente sur le web que l’édition numérique, est privilégiée, avec la double conscience que le travail en amont est identique, quelle que soit le type d’édition, et que la différence de traitement en aval n’est pas non plus sans influence sur les méthodes et les visées en amont.
Face visible du programme « Ecdotique » d’HiSoMA (UMR 5189, Lyon) – http://www.hisoma.mom.fr/recherche-et-activites/axe-a1-ecdotique -, mais en lien avec de nombreuses autres institutions, le carnet ECDOTIQUE souhaite se faire l’écho de l’activité de nombreux chercheurs, enseignants-chercheurs et doctorants à Lyon, à Grenoble, à Saint-Etienne notamment – et si possible au-delà -, engagés dans l’édition d’une source ancienne. En plus des travaux d’édition en cours, de nombreux enseignements spécifiques sont dispensés ne serait-ce qu’à Lyon. Le noyau d’ECDOTIQUE est constitué par l’équipe qui anime le stage d’ecdotique, organisé chaque année par l’Institut des Sources Chrétiennes, membre d’HiSoMA et éditeur de la collection éponyme.