Archives par étiquette : manuscrits grecs

L’Italia degli Umanisti, 1. Marco Musuro, Turnhout 2015

Décidément beaucoup de choses qui concernent l’édition et son histoire dans la lettre du Notiziario de ce 28 mars… encore une parution:

LUIGI FERRERI, L’Italia degli Umanisti. 1. Marco Musuro, Brepols (Europa humanistica), Turnhout 2015, €95 (ISBN 978-2-503-55483-9).

Continuer la lecture

Pour une nouvelle édition du De materia medica de Dioscoride : problèmes d’un texte à tradition multiple

par Marie Cronier (IRHT),
à la Table-ronde « Ecdotique », Lyon, HiSoMA-Sources Chrétiennes, le 7 mars 2014.

Marie Cronier 5

Une tradition abondante et variée

Vaste encyclopédie pharmacologique rédigée dans le troisième quart du 1er siècle de notre ère, le Περὶ ὕλης ἰατρικῆς (De materia medica) de Dioscoride connut très rapidement un grand succès. La seule édition critique de son texte, due à Max Wellmann, parut il y a un siècle : Pedanii Dioscuridis Anazarbei, De materia medica libri quinque, 3 vol., Berlin 1906-1914.

Une analyse exhaustive de la tradition manuscrite, entreprise dans le cadre de ma thèse de doctorat, m’a permis de montrer la nécessité d’entreprendre une nouvelle édition de ce traité, qui sera accompagnée d’une traduction française, la première depuis la Renaissance (actuellement en préparation pour la Collection des Universités de France, en collaboration avec Pascal Luccioni).

Le De materia medica se caractérise par une tradition abondante (pour un texte classique) : dix papyrus et une soixantaine de manuscrits grecs parmi lesquels, fait très rare pour un texte profane,  trois témoins en majuscule : Wien, ÖNB, med. gr. 1 (produit à Constantinople au début du 6e s.) ; Napoli, BN, gr. 1* (probablement produit en Italie vers le 7e s.) ; Paris, BNF, gr. 2179 (produit en Syrie-Palestine à la fin du 8e s.).

Sa tradition indirecte est également abondante (trois traductions latines anciennes, quatre traductions arabes, trois traductions persanes, nombreux extraits syriaques, etc.). Enfin, les livres XI-XIII des Collectiones medicae d’Oribase (4e s.) sont en totalité composés d’extraits du De materia medica.

Autre caractéristique remarquable, cette tradition est très variée et largement fluctuante. Sous un nom d’auteur et un titre relativement stables sont en effet données à lire des formes textuelles extrêmement différentes, qui varient par exemple selon le nombre de chapitres (de 100 à 900 environ), de livres (de 1 à 9), l’organisation (alphabétique – selon plusieurs variantes–, thématique, à la fois alphabétique et thématique, etc.) et la présence ou non d’illustrations.

D’après la structure générale sous laquelle ils conservent le traité, les manuscrits peuvent être regroupés en différentes familles ou recensions. Comment l’éditeur doit-il se comporter face à cette situation ?

Une philologie historique : éditer le texte tel qu’il a circulé

Une première possibilité consiste à élaborer autant d’éditions qu’il y a de grandes familles ou recensions. On choisit ainsi de présenter le texte de Dioscoride tel qu’il a réellement circulé : cela doit  naturellement s’appuyer sur une minutieuse étude matérielle et historique des manuscrits, permettant d’établir quand forme a vu le jour, à quel endroit, selon quelles modalités, de quelle manière elle a ensuite circulé, etc. Par exemple, pour éditer la famille dite « Herbier alphabétique » (où ne sont conservés qu’environ 450 chapitres, consacrés à de petites plantes, tous accompagnés d’une illustration soignée, et se succédant selon un ordre alphabétique assez souple), on ne retient que deux témoins, le « Dioscoride de Vienne » et le « Dioscoride de Naples », à l’origine de tous les autres représentants de cette branche et remontant tous deux à un ancêtre commun non conservé. En revanche, qui souhaite éditer la famille dite « alphabétique en cinq livres » devra reproduire le codex M. 652 de la Morgan Library de New York (Constantinople, début du 10e s.), qui en est l’archétype. Cette solution pose certes plusieurs problèmes, notamment celui de la faisabilité technique et celui de la répétitivité, mais ces derniers ne sont pas insurmontables (notamment grâce au support électronique) et les formes textuelles du De materia medica sont tellement différentes qu’elle mérite fortement d’être envisagée. L’éditeur, en ce cas, devra faire appel à de multiples compétences : outre la philologie comme critique textuelle, ce genre d’éditions requiert une très solide analyse historique et culturelle et une excellente connaissance de chacun des manuscrits en tant qu’objets.

Une philologie critique : retrouver l’organisation première

Une possibilité plus traditionnelle consiste à attendre d’une édition critique un texte qui se rapproche le plus possible de la forme première du texte. Si cela relève de l’utopie pour bien des ouvrages, la chose n’est pas complètement désespérée pour le De materia medica. En adoptant d’ailleurs une approche similaire à celle exposée plus haut, il est possible de classer les manuscrits et même les familles les unes par rapport aux autres, si bien que la question de la structure générale de l’œuvre peut être résolue de manière satisfaisante. On parvient ainsi à montrer qu’un certain nombre de formes sont à coup sûr des remaniements, en particulier toutes celles qui utilisent, d’une manière ou d’une autre, un classement alphabétique.

Une fois ces familles exclues, restent bon nombre de témoins qui, dans le détail, peuvent comporter des différences textuelles, mais dont l’organisation générale est identique, c’est-à-dire formée de cinq livres constitués de la juxtaposition de groupes de chapitres consacrés à des simples de même nature, avec la séquence suivante :

–       livre 1 : produits exotiques ; huiles et résines ; arbres et fruits ;
–       livre 2 : produits animaux ; céréales et légumes ; plantes à fleurs et autres plantes ;
–       livres 3 et 4 : suite des plantes ; début des vignes ;
–       livre 5 : vignes et vins ; minéraux.

Jointe à des témoignages indirects, par exemple celui de Galien,  cette constatation permet d’affirmer que pareil ordre de succession des chapitres (dont la cohérence pose d’ailleurs quelques problèmes) reflète probablement, sinon une hypothétique forme d’origine, du moins celle qui a circulé le plus tôt et sous laquelle le texte a été transmis dès les premiers siècles. La subdivision en cinq livres ne semble pas voulue par l’auteur, du moins ne paraît-elle pas répondre à une logique scientifique mais bien plutôt à une nécessité matérielle (celle de la longueur nécessairement limitée d’un rouleau de papyrus, support en vigueur à l’époque où le traité a été composé). Comme c’est néanmoins la structure qui semble attestée dès Galien et comme on ne conserve la trace d’aucune organisation antérieure, l’éditeur n’a pas de raison de ne pas l’adopter.

Pour résumer, l’édition en préparation gardera la même organisation en cinq livres que celle retenue pas M. Wellmann. La principale différence viendra, d’une part, de l’importance respective accordée aux différents manuscrits et aux traductions latines et arabes et, d’autre part, de la prise en compte de manuscrits inconnus de M. Wellmann – mais cela sera exposé en un autre lieu.

Une édition incluant les illustrations ?

Enfin, mentionnons rapidement la question de savoir si des illustrations peuvent et doivent accompagner l’édition du texte grec. En effet, une proportion importante de manuscrits grecs comporte des illustrations[1], souvent (mais non toujours) très soignées mais dont le rapport avec le texte est complexe.

Plusieurs paramètres doivent être pris en compte, par exemple la faisabilité technique, les droits d’images et, surtout, le choix du/des manuscrit(s) dont on reproduira choisir les figures (car, contrairement à un texte, une image ne peut pas être « éditée »). Cela nous ramène à la question initiale du classement des différentes familles ou recensions, étant donné que la présence d’images est souvent liée à la famille à laquelle appartient le manuscrit. Ainsi, si c’est par exemple la famille dite « Herbier alphabétique » qu’on choisit d’éditer, il est évident qu’il faut adjoindre des images, qui constituent la raison d’être et la base de cette branche.

En revanche, si l’on choisit, comme je le fais, de tenter de reconstituer l’archétype de la tradition manuscrite du De materia medica, la question ne se pose plus puisque, pour un certain nombre de raisons qu’il n’y a pas lieu de développer ici, il semble bien que ce traité n’était pas originellement illustré…


[1] Outre les exemples déjà signalés, on pourra consulter d’autres fac-similés en ligne de manuscrits grecs de Dioscoride illustrés : Padova, Bibl. Sem. 194 (14e s.) ; Salamanca, BU, 2659 (15e s.), et quelques manuscrits arabes : Paris, BNF, gr. 2850 (13e s.), 4947 (12e s.) ; Leiden, BU, or. 289 (11e s.).

Homère dans le Genavensis 44 et l’Homer Multitext

Mardi 10 décembre 2013 a eu lieu à l’université de Lausanne une intéressante journée d’étude sur « Le devenir numérique d’un texte fondateur : l’Iliade et le Genavensis 44″. En voici le programme pour mémoire, grâce aux actualités du site de l’ISTA (Besançon). Cette journée précédait de peu l’ajout du manuscrit dans la base e-codices (Voir un article du blog de l’Homer Multitext à ce propos).

Cette journée s’inscrivait par ailleurs dans le cadre d’une collaboration avec l’équipe du Homer Multitext, qui s’intéresse aux différentes versions existantes de l’Iliade et de l’Odyssée. L’équipe utilise les dernières technologies pour permettre des publications digitales de manuscrits et d’outils qui permettent aux lecteurs d’essayer de comprendre les multiples facettes de la tradition homérique. Leur blog permet de relayer des annonces diverses : notes de chercheurs, annonces de numérisations, colloques et journées sur le texte homérique, ses scholies, et surtout ses numérisations. À suivre, donc.

Inventaire des manuscrits grecs conservés en Suisse

Grâce au soutien du Curatorium pour le catalogage des manuscrits médiévaux et prémodernes conservés en Suisse (membre de l’Académie suisse des sciences humaines et sociales) ont été mises en ligne quelque 900 notices bibliographiques concernant les manuscrits grecs conservés en Suisse sur le site codices.ch/graeca/codices.html sous la responsabilité de Patrick Andrist.

Cet inventaire des manuscrits grecs conservés en Suisse vise à constituer une liste de tous les manuscrits écrits en grec ancien dans les collections privées et publiques de Suisse, ainsi que des principales références bibliographiques les concernant. En attendant une analyse systématique des manuscrits, les titres (qui ne représentent pas la table des matières des manuscrits!) et les dates principales, qui correspondent à l’état actuel de nos connaissances, sont donnés à titre indicatif.

Source: codices.ch/graeca/codices.html