Archives par étiquette : Moyen Age

École d’été en humanités numériques – Paris, 29 juin – 10 juillet 2015

École d’été en Humanités numériques de Sorbonne Universités : L’édition scientifique de textes en langues latine et française

Dans le cadre des Écoles internationales de Sorbonne Universités, l’Université de Paris-Sorbonne et l’École nationale des chartes proposent une École d’été consacrée à l’édition scientifique de textes littéraires et historiques, en langues latine et française, du Moyen Âge à l’époque contemporaine. Cette école d’été se déroulera du 29 juin au 10 juillet 2015 à Paris.

Continuer la lecture

L’édition des textes épigraphiques: journée d’études le 17 septembre 2014 au CESCM (Poitiers)

Une journée d’étude sera organisée le 17 septembre 2014, à Poitiers, au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale. Elle sera consacrée à l’édition – notamment numérique – des textes épigraphiques, à l’occasion de la publication du 25e volume du CIFM, Corpus des inscriptions de la France médiévale. Cet anniversaire sera l’occasion d’un bilan de 40 ans de recherche en épigraphie du Moyen Âge (en France, en Italie, notamment).

Programme et toutes  informations sur les carnets hypothèses du CESCM: http://cescm.hypotheses.org/2539

« Pearltrees » et liens internet relatifs à l’ecdotique

« Pearltrees » est le nom d’un service en ligne (français, malgré son nom), apparu fin 2009, qui utilise le principe de la carte heuristique (mind-mapping en anglais). Il permet d’organiser des pages internet qui apparaissent comme des « perles » faisant partie d’un arbre, et donc de créer des bibliothèques de liens à la présentation plus agréable que celle que l’on pourrait trouver sur une page statique. Le programme permet en outre de créer des équipes avec d’autres utilisateurs pour enrichir un même arbre. L’image de l’arbre est un peu trompeuse au premier abord, car il s’agit plutôt d’une organisation en étoile ; elle se justifie sans doute par la possibilité de créer plusieurs branches et rameaux reliés à une « racine » unique.

Ce réseau, ou cette forêt, comme on voudra bien l’appeler, n’est absolument pas une plateforme scientifique, c’est pourquoi l’on y trouve un peu de tout et de n’importe quoi… mais pas seulement. Voici quelques arbres qui peuvent se révéler intéressants pour l’ecdotique ancienne (la liste n’est pas exhaustive, loin de là, car il faudrait sans doute faire une recherche sur les termes proches d’ecdotique ; mais ce serait sans fin et pour l’instant je me bornerai à signaler quelques arbres que j’ai pu repérer jusqu’ici).

On peut noter l’existence de l’arbre « manuscrits en ligne » qui regroupe à ce jour les arbres « enluminure« , « ecdotique électronique« , « manuscrits numérisés » et « manuscrits et enluminures« . Disons tout de suite que pour l’instant, l’arbre « ecdotique électronique » ne comporte que des liens vers des textes modernes. On sera donc plus intéressé ici par les sections concernant les manuscrits, en particulier celle intitulée « manuscrits et enluminures » qui est pour l’instant enrichie par une équipe de trois personnes. Il existe également un arbre « manuscrits numérisés, reliures, enluminures« , moins riche (pour l’heure) que le précédent. « Manuscrits – enluminures » est un arbre qui appartient à un autre, très structuré, consacré à l’histoire en général.

Un autre arbre alléchant, « paléographie en ligne« , se révèle finalement un peu décevant puisqu’il s’intéresse une fois encore surtout à la paléographie moderne et contemporaine (même s’il fait une petite place au Moyen-Âge) – en remontant à la racine on s’aperçoit d’ailleurs qu’il a été créé dans un arbre de recherche généalogique.

Enfin, du côté des humanités digitales ou numériques, une initiative du Grand Lyon a conduit à la mise au point de l’arbre « Digital Humanities » dans lequel on trouve même une branche « Digital Humanities sur le PRES Lyon Saint-Étienne« . Un autre arbre intitulé Digital Humanities apparaît lui aussi très structuré.

Il n’est pas toujours facile au premier abord de se retrouver dans la présentation, car on passe très facilement d’un arbre à l’autre en perdant parfois son chemin dans les embranchements. Cependant, pour des raisons de clarté, le nombre de branches d’un même arbre semble limité, ce qui oblige à créer, pour des bibliothèques très étendues, des sous-arbres plus ciblés permettant une lecture relativement aisée. Un autre point faible, à mon avis, de pearltrees, est sa que la recherche via la barre de recherche est assez rudimentaire (l’outil semble surtout fait pour fureter d’arbre en arbre). D’où l’intérêt, si l’on veut se lancer dans la création de tels arbres, d’utiliser le champ « description » de l’arbre pour augmenter les chances de le retrouver parmi la masse des données présentes.

En bilan provisoire de cette recherche sur les pearltrees en rapport plus ou moins lointain avec l’ecdotique, on peut dire qu’il s’agit d’un outil qui, pour organiser une bibliothèque de liens de manière dynamique et visuelle, que ce soit en vue d’un cours ou en complément d’un site internet, semble intéressant et prometteur. Pour l’instant je n’ai pas trouvé énormément de ressources concernant l’ecdotique antique ; peut-être faudrait-il se saisir de cet outil justement pour proposer des liens sélectionnés dans ce domaine.

Cela ne signifie pas que le latin et le grec soient absents des pearltrees, au contraire ; chacun ou presque semble y être allé de son arbre, surtout dans une optique pédagogique. L’arbre le plus complet que j’aie trouvé en ce domaine s’intitule « langues anciennes » et est structuré d’une façon particulièrement claire.

Pour plus d’informations sur Pearltrees, voir la page wikipédia très complète qui est consacrée à cet outil. Pour tout ce qui concerne les cartes heuristiques, on peut consulter l’arbre à idées « cartes mentales » (que j’ai découvert – rendons à César… – grâce à sa connexion avec l’arbre de l’association de doctorants Enthèse). L’auteure de ce billet se permet enfin de signaler qu’elle a modestement tenté de donner une forme d’arbre aux liens du carnet Grammaticalia dans l’arbre du même nom. (qui est encore à l’état d’ébauche – mais le principe de ces arbres est justement qu’ils permettent une évolution constante et dynamique dans la gestion de la bibliothèque de liens).

Rhetoric of the Page in Latin Manuscripts of the Middle Ages

Une session du prochain congrès de l’APA (American Philological Association), à Chicago, pourra intéresser les amateurs de manuscrits latins.

On retrouvera sur le site de l’Association toutes les informations pratiques sur le 145ème Congrès (January 2–5, 2014, Chicago, IL) et en particulier le programme de toutes les sessions.

Samedi 4 janvier 2014
11:15 a.m. – 1:15 p.m.
Session #45
Rhetoric of the Page in Latin Manuscripts of the Middle Ages
Organized by the Medieval Latin Studies Group
Maura Lafferty, University of Tennessee, Organizer
Continuer la lecture

Parution de La syntaxe du codex

Est paru cette année chez Brepols, comme n°34 de la collection «Bibliologia», le livre intitulé La Syntaxe du codex. Essai de codicologie structurale, de Patrick Andrist, Paul Canart et Marilena Maniaci.

Présentation du livre sur le site de Brepols:

Contrairement à l’idée que nous nous faisons normalement du livre, basée sur notre familiarité avec l’imprimé, le livre manuscrit du Moyen Age et de la Renaissance est habituellement un objet beaucoup plus complexe, qui a subi de multiples vicissitudes.
Souvent, le codex médiéval est complexe dès l’origine. Il est composé d’une ou plusieurs parties, produites à la même époque dans un même lieu, ou à des points très différents du temps et de l’espace. Mais le codex médiéval est également complexe dans son histoire. Chacune de ses parties a pu avoir son histoire propre, avant d’être finalement unie à d’autres parties avec lesquelles elle a, à partir de ce moment, une histoire commune. L’étude de l’objet résultant d’un tel processus demande qu’il soit envisagé dans son histoire constitutive, sous le double aspect génétique – l’origine de chacune de ses composantes – et stratigraphique – la succession des différentes formes sous lesquelles chacune des composantes a circulé, isolément ou unie à d’autres.
Ces dernières décennies, nombre d’auteurs se sont attaqués au problème de l’analyse des manuscrits complexes. Après une ample présentation critique de ces études, le présent ouvrage propose une méthode d’analyse génétique et stratigraphique du manuscrit complexe. S’appuyant sur les notions de production et de circulation, elle étudie les processus de constitution et de transformation du codex, relève les discontinuités observables dans ses unités constitutives et, sur la base de ces observations, tâche d’en reconstituer l’origine et l’histoire.
Pourquoi les auteurs ont-ils intitulé leur essai « La syntaxe du codex » ?
C’est par analogie avec les catégories grammaticales habituelles, qui distinguent morphologie et syntaxe. La morphologie du codex concernerait les éléments qui le constituent (les mots de la grammaire): matière utilisée, composition des cahiers, type et style d’écriture, encre, couleurs, mise en page, ornementation, reliure, notes de lecteurs et de possesseurs. La syntaxe mettrait en relation ces éléments pour comprendre comment le codex « tient ensemble » et se modifie avec le temps. Les réflexions des auteurs concernent uniquement ce dernier aspect de la « grammaire du codex ».

Source: http://www.brepols.net/Pages/ShowProduct.aspx?prod_id=IS-9782503543932-1