L’odyssée de l’écriture, un documentaire qui donne à voir et à réfléchir

La trilogie documentaire « L’odyssée de l’écriture », réalisée par David Sington pour Arte, a été diffusée par la chaîne à partir du 14 novembre 2020. Après le premier volet, « Les origines », et avant le troisième, « Une nouvelle ère », le deuxième, intitulé « L’empreinte des civilisations », est particulièrement intéressant pour les techniques de production des textes depuis l’Antiquité jusqu’à l’invention de l’imprimerie. En le voyant, je dois l’avouer, j’ai été un peu déçu, mais tout de même passionné.

Déçu, car à mon avis, un petit bain d’acide critique n’aurait pas fait de mal au propos. Préjugés, raccourcis, grossières erreurs historiques ? En tout cas, en le voyant il semble opportun de se poser les questions suivantes : le parchemin est-il bien apparu au début du Moyen Age – cette période qui comme chacun sait est obscurantiste et a fait exprès d’utiliser ce support plus que luxueux pour faire reculer la science et le savoir – ou bien de nombreux siècles auparavant ? Le papyrus a-t-il cessé d’être employé ? N’y avait-il pas deux usages, le papyrus, fragile, pour les écrits de la vie quotidienne, le parchemin pour une conservation qui allait, effectivement, défier les siècles ? Quand et comment le papier est-il passé en Occident ? Pourquoi consacrer quelques – très belles – minutes à magnifier l’art astronomique d’Ulugh Beg, gouverneur de Samarcande faisant construire un impressionnant observatoire en 1425 (n’est-ce pas très tard dans l’histoire du papier, introduit en Occident depuis longtemps ?), sinon pour illustrer la bien connue supériorité scientifique du monde islamique favorisée par le papier ? Ouf, grâce à Gutenberg, génie isolé et transcendant tout contexte, l’Occident a enfin rattrapé son retard (inversement, au début du troisième volet de la trilogie, l’Orient est-il si arriéré par rapport à l’Occident industrialisé ?) ! Mais en quoi son rôle est-il déterminant alors que les caractères mobiles, même en métal, existaient déjà depuis longtemps en Extrême-Orient ? La première révolution technologique, qui a permis celle de l’imprimerie, n’est-elle pas le remplacement du parchemin par le papier ? Ce dernier point, en ce qui concerne l’importance du papier en Orient, est tout de même l’un de ceux qui sont mis en valeur dans le documentaire. Celui-ci permet aussi de voir pourquoi l’impression des caractères arabes a longtemps échoué – mais pourquoi attendre le troisième volet du film pour laisser deviner, sans vraiment le dire, que l’impression du Coran a été tout bonnement interdite pour des raisons religieuses ? Il permet en contrepoint de voir aussi en quoi les caractères latins s’y prêtaient mieux – mais est-ce « fortuitement » ou bien plutôt grâce à un choix fait parmi de multiples traditions calligraphiques (et même épigraphiques) ? Et, en dépit de toutes ses ligatures, le grec n’a-t-il pas, assez rapidement, été imprimé avec succès ?

Malgré tout, c’est l’intérêt et souvent l’enthousiasme qui m’a animé, car ce documentaire, au reste remarquablement réalisé et visuellement somptueux, donne à voir de manière admirable certaines des techniques de production des supports des textes : papyrus, parchemin, papier, et l’art magistral des calligraphes, en particulier celui de Brody Neuenschwander, que j’ai eu l’honneur de rencontrer chez lui à Bruges il y a une trentaine d’années avec l’artiste graphique Nicole Halsberghe. Sur un point, son avis m’a surpris : selon lui – et son extraordinaire dextérité rend son témoignage plus crédible qu’aucun autre –, le papyrus permet d’écrire très vite, contrairement au parchemin ; pourtant les fibres du papyrus, dont il dit avec raison qu’elles guident le calame, et sur lesquelles de toute façon l’exigence calligraphique était généralement moins forte, offrent une résistance que ne présente pas la peau lissée des parchemins. J’invite donc chacun à faire soi-même le test s’il le peut et à se faire sa propre opinion à ce sujet. C’est en tout cas là encore une belle opportunité offerte par ce film, à regarder sur https://www.arte.tv/fr/videos/083905-002-A/l-odyssee-de-l-ecriture-2-3/ jusqu’au 19 janvier 2021 ou sur https://www.youtube.com/watch?v=VISbZI_fim4


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.