Les surprises du sermon pseudo-chrysostomien sur les nouveaux baptisés (CPG 4729)

Le Sermo in recens baptizatos et de paschate (CPG 4729), édité par F. Combefis[1] en 1656, réserve des surprises si l’on tente d’en débusquer la source manuscrite. D’après F.-J. Leroy[2], qui y voit « une seconde mystagogie baptismale de Proclus », le modèle serait un manuscrit du 11e siècle, le Vaticanus gr. 1641 : le texte « dérive d’une copie de Sirmond sur un codex romain : ex Columnensi Bibliothecâ », écrit Leroy p. 132 en se fiant à l’introduction de Combefis.

Or si l’on examine le manuscrit allégué, f. 323-324, on s’aperçoit que le texte est tout différent ; et du reste, le catalogue[3] de ce fonds – dont le Vaticanus gr. 1641 ne fait pas partie de toute façon –, ne laisse aucune trace du sermon. Ce qui allait être le fonds grec Colonna, avant qu’une partie soit achetée par Angelo Mai et n’entre à la Vaticane en juillet 1821, appartint au cardinal Giovanni Salviati (1490-1553) et par succession à la famille Colonna à partir de 1721[4]. La « bibliothèque Colonna » citée plus d’un demi-siècle avant cette date par Comfebis – si du moins cette précision n’est pas erronée –, ne peut donc avoir compris les Columnenses au sens actuel.

En attendant le résultat, si jamais il y en a un, d’une enquête qui promet d’être longue et fastidieuse pour retrouver le manuscrit en question, voici quelques-unes des surprises que réserve le Vaticanus gr. 1641 (V) par rapport au texte édité par Combefis (C) :

– titre : Ἰωάννου ἀρχιεπισκόπου Κωνσταντινουπόλεως τοῦ Χρυσοστόμου λόγος τῇ β’ ἡμέρᾳ εἰς τοὺς νεοφωτίστους καὶ εἰς τὸ πάσχα V (« … discours du 2e jour… ») : τοῦ αὐτοῦ εἰς τοὺς νεοφωτίστους καὶ εἰς τὸ πάσχα C.

– ἔτεκεν ὑμᾶς ἡ νύμφη τοῦ πνεύματος ἐλάϐετε πατέρα τὸν πλάσαντα V (« l’épouse de l’Esprit vous a enfantés, vous avez reçu le Père créateur ») : ἐλάϐετε πνεῦμα τὸ πλάσαν C (« …vous avez reçu l’Esprit créateur »). Le texte de C constitue une lectio facilior, favorisée par la phrase précédente et une confusion entre l’abréviation de πρα et celle de πμα.

– ὑμεῖς δικαίων πατέρων κλήσεις V (« vous êtes les appels des justes pères ») : ὑμεῖς δικαίων καϑαρῶν κλῆσις C (« vous êtes l’appel des justes purs »). Les deux adjectifs non coordonnées dans C sont peu satisfaisants.

– ὑμεῖς ἐλπίδες τῆς πόλεως εἰς ὑμᾶς καταφεύγοντες ἀλλὰ δεόμεϑα ὑμῶν συμμαχήσατε V (« vous êtes les espoirs de la cité qui ont recours à vous ; mais nous vous en prions, venez en aide ») : ὑμεῖς ἡ ἐλπὶς τῆς πόλεως εἰς ὑμᾶς καταφεύγοντες δεόμεϑα ὑμῶν συμμαχήσατε C (« vous êtes l’espoir de la cité ; nous qui avons recours à vous, nous vous en prions, venez[-nous] en aide »). La coupure de la phrase après καταφεύγοντες et le ἀλλὰ, inintelligibles, font préférer le texte de Combefis.

– τὸν φόϐον ἡμᾶς ἀπαλλάξατε V (« débarrassez-nous de la peur ») : τοῦ φόϐου ἡμᾶς ἀπαλλάξατε C. Le double accusatif n’étant pas attesté en l’occurrence, le texte de C est préférable à celui de V.

– τὴν πόλιν εὐχῶν ἀσφαλίσατε V (« procurez la sécurité des prières à la cité ») : τὴν πόλιν ἡμῶν ἀσφαλίσατε (« procurez la sécurité à notre cité »)

– ὃν ἐσϑίετε δυσωπήσατε V (« importunez celui que vous mangez », c’est-à-dire le Christ) om. C

– ὄψιν ἔχει ταπείνωσιν V : ὄψιν ἔχει ταπεινὴν C (« il a un aspect humble »). Le texte de C est le seul intelligible.

– ὅλον ἀκέραιον ἑκάστῳ φυλάττεται V (« tout est conservé intact en chacun ») : ὅλον ἑκάστῳ ἀκήραιω (sic pro ἀκηρίῳ) φυλάττεται C (« tout est conservé en chacun demeuré sauf »). Le texte de V améliore ici celui de C.

– κολυμϐήϑρα ἐρεύγετο V (« piscine il rugissait ») : κολυμϐήϑρα ἐγένετο C (« il est devenu piscine »). Le texte de V a de quoi laisser perplexe.

– τὸν πλατύτερον οὐρανοῦ τάφος οὐκ ἔφερεν δέξασϑαι V (« le tombeau ne pouvait recevoir celui qui était plus grand que le ciel ») : οὐρανιοῦ C (« …que le céleste »). Le texte de V améliore ici celui de C.

– ἐδέδετο καὶ τὴν κτίσιν λυομένην ἔσφιγγεν V (« il a été enchaîné, mais il a affranchi la nature en se l’attachant ») : ἐδέδετο καὶ τὴν φύσιν λυομένην ἔσφιγγεν C (« … affranchi la création… »)

– ἐσφάττετο καὶ οὐκ ἐφϑάνετο V (« il a été immolé, mais il n’a pas pris les devants ») : ἐσφάττετο καὶ οὐκ ἐφϑίνετο C (« …mais il n’a pas été épuisé »). Le texte de V améliore ici celui de C.

– ϑὁνας τὸ ἀϑεάτον V (« ? l’invisible ») : ὁρᾷς τὸν ἀϑεάτον C (« tu vois celui qui est invisible »). Le verbe de V résulte manifestement d’une faute de lecture.

– ὅταν κρατῇς τὸν ἄρτον αὐτὸν φαντάζου τὸν λόγον V (« quand tu tiens le pain, imagine que c’est le Verbe ») : ὅταν κρατῇς τὸ (sic) ἄρτον αὐτὸν φαντάζῃ τὸν λόγον C. Le texte de V améliore ici celui de C.

– ὅτε δέχῃ τὸ μύρον, ἐννόει τὸ ὅλον (« quand tu reçois l’huile, prend conscience que c’est le tout ») : ὅτε δέχῃ τὸ μέρος… C (« quand tu reçois une part… »). Le texte de V semble être une lectio difficilior.

– βεϐαίωσόν μου τὴν πίστιν V (« consolide ma foi ») : βεϐαίωσόν μου τὴν σωτηρίαν C (« assure mon salut »)

– αὔξησόν σου τὸν πόϑον δοῦ μετὰ παρρησίας ἀεὶ σε κατέχειν V (« augmente ton désir [en moi], donne[-moi] de te retenir toujours [auprès de moi] avec assurance ») : αὔξησόν σου τὸν πόϑον τοῦ μετὰ παρρησίας ἀεὶ κατέχειν σε C (« augmente ton désir [en moi], de/pour te retenir… »)

À plusieurs reprises V permet de corriger des « coquilles » de C :
– νυμφίε V : νύμφιε C
– ἀσφάλεια V : εἰσφάλεια C
– ἡλοῦτο V : ἥλωτο C

L’inverse est aussi vrai :
– συνδίδοται C : συνδίδεται V
– ἑωρᾶτο C : ἑωράτω V

Ces exemples montrent que V apporte beaucoup à l’établissement du texte du sermon. Et à l’évidence, dans le texte de Combefis, tout ne peut être mis sur le compte de fautes de copie ou de conjectures d’éditeur. Pour pouvoir finir l’édition critique, il ne reste plus qu’à trouver la source de Combefis…


[1] F. Combefis, S. Ioannis Chrysostomi de educandis liberis liber aureus, Paris, 1656, p. 169-177. Le texte est absent du TLG.

[2] F.-J. Leroy, « Pseudo-Chrysostomica : Jean de Jérusalem. Vers une résurrection littéraire ? », Studia Patristica 10 = Texte und Untersuchungen 107 (1970), p. 131-136.

[3] S. Lilla, Codices Vaticani Graeci. Codices 2162-2254 (Codices Columnenses), Vatican, 1985.

[4] F. d’Aiuto, P. Vian, Guida ai fondi manoscritti, numismatici, a stampa della Biblioteca Vaticana, I. Dipartimento Manoscritti, « Studi e Testi » 466, Vatican, 2011, p. 605-606. Je remercie Pierre Augustin, de l’IRHT, de m’avoir signalé cette référence.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.