Les éditions anciennes de l’Iliade ont la cote

Dans la page Culture de Liberation de ce jeudi, on peut lire une moquerie (« Jennifer Lopez vient à l’aède d’Homère ») reprise dans la revue de presse de Natacha Polony sur Europe 1 ce vendredi : depuis la sortie du film de Rob Cohen, The Boy Next Door (Un voisin trop parfait), le 23 janvier dernier aux Etats-Unis, l’Iliade est en tête des requêtes des internautes sur le site Abebooks, plus exactement, “The Iliad, first edition”.

La raison en est la suivante : dans une scène du film, la belle Jennifer Lopez, qui incarne un professeur de lycée qui vient juste de divorcer, reçoit de son jeune voisin et futur amant une édition ancienne de l’Iliade. Elle s’exclame alors : « Oh mon Dieu – c’est une première édition ? Je ne peux pas accepter, cela a dû coûter une fortune ». Le jeune homme dit l’avoir achetée un dollar à un vide-grenier.

Et l’article de Libé et N. Polony de se gausser de cette absurdité du film, pour la principale raison, disent-ils, que l’Iliade a été rédigée 700 ans avant J.-C., soit bien avant l’imprimerie. A leur décharge, le journal et la journaliste reprennent l’information du blog Jezebel (« Celebrity, Sex, Fashion for Women. Without Airbrushing »), qui conclut : Who knew that old Greek scrolls came so cheap and beautifully bound ? (Un lien vers l’extrait du film se trouve d’ailleurs sur la page de ce site ou encore sur celui du Telegraph)

Dans cette affaire, ces commentaires sont très révélateurs : la composition et la transmission des textes de l’Antiquité sont finalement un processus mal connu du grand public, qui se représente apparemment des vieux manuscrits (de parchemin ?) contemporains de leurs auteurs (et peut-être autographes ?) qui auraient traversé des siècles pour parvenir quasiment intacts jusqu’à nous. Dès lors, imaginer une édition imprimée remontant à plus d’un millénaire avant l’invention de l’imprimerie est effectivement absurde.

Il est cependant ici question, à l’évidence, des éditions imprimées depuis la Renaissance de ces textes anciens : on se reportera surtout à un post du blog d’Abebooks (par Richard Davies) pour avoir tous les détails. Richard Davies tente de venir au secours du dialogue du film : il y a eu de nombreuses éditions de l’Iliade depuis le 16ème siècle, et chaque nouvelle édition pourrait être considérée techniquement comme une première édition. La scène du film a provoqué de très nombreuses tentatives d’identification de l’édition en question, les internautes finissant par se demander si ce n’était pas simplement un accessoire de cinéma créé pour l’occasion. Le film a suscité des recherches sur la section « Livres anciens » d’Abebooks, mais finalement peu d’achats onéreux, à l’exception d’une copie de 1715 vendue 3785 $ le 4 février. S’agissait-il d’offrir à sa dulcinée une première édition de l’Iliade, comme dans le film ?

L’édition en question a cependant fini par être identifiée par des internautes et les références exactes pourront se trouver ici : il s’agit d’une édition du 19ème siècle, une traduction d’Alexander Pope publiée à Chicago chez Belford, Clarke & Co. (1884). Un accessoire de cinéma esthétique et bien réel, qu’on aura du mal, cependant, à qualifier de « première édition ».

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.