Les Lettres de Loup de Ferrières : le pourquoi et le comment d’une nouvelle édition

par Michael I. ALLEN, University of Chicago,
à la Table-ronde “Ecdotique”, Lyon, HiSoMA-Sources Chrétiennes, le 19 février 2015.

P1070212

A la page 201 d’un article de Michael D. Reeve (“Cuius in Usum?  Recent and Future Editing.” Journal of Roman Studies 90, 2000, p. 196-206), on lit :

« ‘The editor’s principal function [écrit Michael Lapidge] is … to recover by sifting manuscript evidence, what the author wrote, and to represent the author’s words for the modern reader. Any other consideration is a secondary one. Desirable though they might be, indices, introductions, commentaries – and even translations – are not indispensable features of editorial activity. What is indispensable, is that the editor represent the words of the author as accurately as possible.’ From an edition so conceived I have come to expect five things:  [1] a survey of the available witnesses, [2] reasons for using some rather than others, [3] accurate collation, [4] guidance on the difference between the best text that can be extracted from the witnesses and what the author seems likely to have written, and [5] substantial progress in at least one of these four. »

Concernant les Lettres de Loup de Ferrières, dit Loup Servat (v. 805-862), il existe déjà sept éditions « scientifiques », à savoir celles de :

  • Papire Masson, Paris, 1588 (sigle m)
  • André Duchesne, Paris, 1636 (sigle c)
  • Étienne Baluze, Paris, 1664 ; Antwerp, 21710, repris dans la Patrologie Latine (sigle b)
  • Georges Desdevises du Dezert, Paris, 1888
  • Ernst Dümmler, MGH EE 6, Berlin, 1902
  • Léon Levillain, Paris, 1927, 1935; réimpr. 1964
  • Peter K. Marshall, Bibliotheca Teubneriana, Leipzig, 1984

D’où la question : pourquoi faire une huitième édition ? Ce qui revient à se demander : satisferait-elle aux exigences formulées par Michael D. Reeve ?

Voici en tout quelques exemples d’améliorations qu’elle apporterait, sachant que le témoin d’où sont issues les autres copies manuscrites ainsi que l’editio princeps est le Paris, BnF, lat. 2858 (sigle P), qui comporte 128 lettres (dont 2 fragmentaires) aux ff. 1v-63r (le f. 36, correspondant aux epp. 72-74, était abîmé à l’époque de Masson; il a été enlevé par la suite et a disparu).

1. La prise en compte de la ponctuation et du cursus (notamment dans les clausules)

Loup emploie les trois types principaux de cursus, qu’il adapte parfois au contexte et fait alterner pour donner forme à sa pensée (les syllabes accentuées sont notées /, celles qui ne sont pas accentuées o, et la césure est signalée par un point) :

Cursus planus : /o . o/o   ou bien   /oo . /o   ou même   / . oo/o
Cursus tardus : /o . o/oo   ou bien   /oo . /oo
Cursus uelox : /oo . oo/o   ou bien   /o . ooo/o

Les éditions n’en tiennent pas compte et découpent le sens trop souvent à tort et à travers.

Or dans l’édition de Levillain, p. 6, l’alinéa commençant par Quod posse ignore la ponctuation spécifique au f. 2r de P à cet endroit ainsi qu’avant Neque vero. L’alinéa de Levillain (retenu par Marshall) reflète la préoccupation d’un éditeur de l’entre-deux-guerres soucieux de faire ressortir le séjour « inusité » d’un « françois » en Allemagne (celui de Loup entre 833 et 836) plutôt que l’expression de Loup lui-même (temps, modes, propos).

2. Le titre – à titre d’exemple

L’édition de Marshall est intitulée SERVATI LVPI EPISTVLAE, alors qu’à toutes les occurrences du mot, P ne témoigne que de la forme epistola.

Slide11

Qui plus est, p. VI de sa préface, le titre dans P, f. 1v est transcrit INCIPIVNT EPISTOLAE BEATI LVPI FERRARIENSIS. Nul besoin d’être un grand paléographe pour lire : INCIPIVNT EPISTOLE BEATI LVPI ABBATIS FERRARIENSIS. Cela aurait « peu » d’importance si le phénomène de mélecture ne se trouvait pas tout au long de l’édition de Marshall.

INCIPIVNT EPISTOLAE BEATI LVPI FERRARIENSIS

Slide04

3. Une meilleure estimation des sources

Le manuscrit de Berne, Burgerbibl. 141, item 321 (= ff. 413–53, saec. xvi4/4) contient les epp. 31-127 (sigle B). Est-ce une « mauvaise copie » de la source de m (d’après l’avis, correct, d’Ernst Marckwald, 1894) ou bien une copie de m améliorée à l’aide de P (d’après l’avis erroné de Peter K. Marshall dans la préface de son édition) ?

En réalité m et B partagent des lacunes faciles à combler à partir de P : par ex. ut otio, ou subtilitatem (au lieu de utilitatem m B).

m (corrigé par Baluze) comparé à B
m (corrigé par Baluze) comparé à B

On voit bien en fait que Baluze, en 1664, a corrigé son exemplaire de m par un recours plus attentif à P (« Collatus cum vetustissimo MS. »), que Masson – ou peut-être son secrétaire – n’avait pas bien lu.

Slide18
Exemplaire de la 1re édition de m annotée par Baluze (University of Chicago, Regenstein Library, Special Collections, legs du Professeur C. H. Beeson).

De même André Duchesne a utilisé P pour corriger m.

Quant à Pierre Daniel, qui, à un moment entre 1562 et 1575, a annoté et numéroté les ff. de P, il a utilisé B par la suite pour « améliorer » son exemplaire de m, où il a fait du reste des conjectures fondées, semble-t-il, sur les souvenirs de sa lecture préalable de P. On trouve de sa main des notes collées à l’intérieur de l’ais inférieur de son exemplaire de m, notamment celle-ci :

86b  in lacuna sic habet vetus exemplar
               pretea cuius dantur pronis .f. leg.
praeda cuiusdam turpionis

Daniel turpionis

La note est à comparer avec l’annotation marginale qu’il a écrite (bien avant) dans P :

Slide28P f. 86v (ep. 91) avec annotation de Pierre Daniel

À l’évidence le « vetus exemplar » qui a lu pretea cuius dantur pronis au lieu de praeterea cuiusdam turpionis est B. La mélecture relève ici de B et donc de l’état de non-sens dans la source commune que m a traduit par une lacune. L’amélioration – fortasse lege suivi du nom propre « Turpin », l’élément clef – doit relever d’un souvenir correct de P  :

Slide26

B était sans doute une piètre récompense offerte à Daniel par Masson pour le vieux manuscrit P. Celui-ci est resté à Paris et a été utilisé par Duchesne pour son édition de 1636, c, qui offre quant à elle un très bon témoignage de l’état de P, surtout pour le f. 36, perdu par la suite. On peut donc et on doit tenir compte de la pleine valeur de B et de c.

4. un meilleur texte, de meilleures conjectures

Dans la Lettre 72, qui se trouve justement au f. 36r, on lira désormais :

Et ideo, ut optime nostis, lat<um *** ***> mandatum attestatione prophetica confirmatur.

Avec l’apparat:

latum … mandatum] c, lat. (blanc) mandatum B, oraculi mandatum m b Dümmler Levillain Marshall

Bien meilleure que la conjecture courante des éditeurs, la citation du Ps 118,96 (latum mandatum tuum nimis) devinée par Duchesne se voit secondée par B, et cette leçon est confirmée si besoin est par la précision « attestatione prophetica ». Le « large commandement » est d’ailleurs une façon très courante de désigner la charité depuis l’époque patristique (Augustin, Tractatus in Prima Iohannis, PL 35, 2058 ; Grégoire le Grand, In Cant., PL 79, 483D et In Ez. II,2,15, PL 76, 957C). Du reste, les éléments de cette solution correcte font défaut dans l’apparat « critique » de Marshall.

Autre et dernier exemple, la Lettre 74, que le traducteur américain et spécialiste du latin de Loup, Graydon W. Regenos (The Letters of Lupus of Ferrières, The Hague 1966, p. 122), a même renoncé à essayer de traduire à cause de sa prétendue corruption. Voici le texte qui figurait au bas du f. 36v de P, tel qu’imprimé dans m (exemplaire de Pierre Daniel) :

Lettre 74 exemplaire Daniel

Voici maintenant une reconstitution de la Lettre 74 :

‹Reuerentissimo prae›suli Gueniloni, Lupus in Domino salutem. Titum Liuium per hunc ‹nuntium, quaeso, diri›gite, quia illo non mediocriter indigemus. Bene‹ficium intempestiuum, quod› tamen postulauimus, dignamini implere ***. ‹Per sacro›sanctos ordines largiemini participem c‹on- ***, et diaco›ni senum infirmitas illius promotione *** ***. ‹Collectan›eum quod elaboraui de libero ar‹bitrio et praedestinatione atque› ueritate pretii quo redempti sumus, [[P (‘36–’37)]]ipse uobis elegi ostendere quam per quemlibet dirigere ….

Là où les tous éditeurs ont imaginé simplement meum, Loup évoque ici son Collectaneum de tribus quaestionibus, datant de 849/850.

Pour la suite, il ne s’agit pas de delibero : Loup se cite lui-même, Liber de tribus quaestionibus, PL 119, 623C : « de libero arbitrio et de praedestinatione bonorum et malorum ac de sanguinis Domini taxatione. »

Loup se fait valoir ici comme humaniste autant que comme théologien, ce qui a été un peu négligé par les historiens. Il nous donne aussi par l’évocation du conflit sur la prédestination une datation sûre non seulement pour cette lettre, mais aussi pour ses voisines.

(compte rendu de Guillaume Bady, revu et complété par Michael I. Allen)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *