Les textes patristiques : entre philologie et histoire de la transmission

Compte rendu du séminaire d’Emanuela Colombi  (Lyon, 26 novembre – 11 décembre 2015)

par Piotr Płocharz

« Les textes patristiques : entre philologie et histoire de la transmission ». Tel est le titre du séminaire assuré par Madame Emanuela Colombi à l’Université Lumière-Lyon 2 entre le 26 novembre et le 11 décembre 2015 à la Maison de l’Orient et de la Méditerranée. Madame Colombi, enseignant-chercheur d’histoire du christianisme ancien à l’Université d’Udine (Italie), a donné en tant que professeur invité un cycle de 8 séances destinées non seulement aux étudiants de Lettres classiques, mais aussi au grand public.

Le but du séminaire était de présenter une série de réflexions sur la transmission des œuvres patristiques, sur les textes et les lieux qui ont formé la culture propre à la pensée de l’Europe médiévale, mais aussi sur les spécificités de la philologie des textes patristiques, trop souvent évalués d’après les critères de la philologie classique. L’approche de Madame Colombi consistait à aborder les différences et les similarités entre trois types de philologie (classique, patristique et médiolatine), à réétudier les spécificités de la philologie patristique dans une nouvelle perspective de l’histoire culturelle (en examinant les nouveautés de la culture chrétienne du point de vue de la diffusion et de la création des textes dès le début ; en présentant la multitude des témoignages littéraires sur la circulation « intensive » des textes chrétiens des premiers siècles); et enfin, à mener quelques réflexions sur la transmission du De civitate Dei d’Augustin.

A. Les spécificités de la philologie patristique, par rapport à la philologie classique et à la philologie médiolatine

Le séminaire a débuté par une réflexion très détaillée concernant les spécificités de chaque manière d’aborder la philologie – philologie classique, patristique et médiolatine successivement –, chacune étant comprise comme l’étude des textes dans leur manière d’être transmis. En effet, chacune peut être étudiée selon ces caractéristiques particulières :

  • L’intermédiaire des manuscrits médiévaux
  • La distance qui sépare la composition de l’œuvre et ses premiers manuscrits
  • L’absence d’autographes
  • La multiplicité des traditions
  • L’instabilité du texte
  • L’existence d’un archétype
  • La décadence de la norme linguistique (d’après les derniers acquis de la socio-linguistique historique, on dirait plutôt « décadence de la norme classique », pour ne pas dire « de la langue », puisque la langue – son système grammatical et son ensemble de fonctions, communicatives ou autres – est complète à chaque instant)

Nous avons étudié les caractéristiques énoncées ci-dessus en les appliquant à chaque manière d’étudier la philologie :

  • L’intermédiaire des manuscrits médiévaux concerne les trois philologies puisque les œuvres dont nous disposons aujourd’hui ont été transmises grâce aux copies médiévales. Cela s’explique par deux facteurs : 1) entre le IIe et le IVe siècles les rouleaux sont successivement remplacés par les codex. Cette évolution matérielle implique aussi la nécessité d’un choix : quels textes vaut-il la peine de recopier et lesquels abandonner ? L’enjeu n’est pas seulement celui du contenu : nous ne devons pas oublier qu’il s’agissait aussi de raisons économiques (à comparer avec la numérisation d’aujourd’hui : on ne numérise pas tout, ce n’est même pas possible). 2) Le passage, ou plutôt l’évolution des écritures nationales vers la minuscule carolingienne. Qu’il s’agisse des œuvres classiques (bien que beaucoup d’entre elles soit perdues), patristiques ou médiolatines, nous ne les possédons aujourd’hui que grâce à la transmission médiévale.

L’autre facteur que nous pouvons évoquer et qui unit un tant soit peu les deux précédents, c’est l’apparition des écritures professionnelles. Plus précisément, il s’agit des graphies onciale (IIe – IVe siècles) et semi-onciale (Ve siècle). Dans le contexte de la transmission des textes, surtout chrétiens, il s’agit plutôt d’un problème pratique et non pas d’un problème esthétique.

Les chrétiens jouent un rôle primordial dans la transmission de la culture matérielle. Les premières années du christianisme influencent les modalités de cette transmission, surtout en ce qui concerne la philologie patristique. Sont mis alors en circulation des exemplaires bibliques destinés aux communautés. Les textes concernant les dogmes circulent pour assurer l’unité de la chrétienté. Des scribes en corporations s’attachent aux évêques. Ces « protoscriptoria » anticipent la stabilisation de futurs ateliers d’écriture et marquent les débuts de la professionnalisation du métier. Nous disposons par exemple des témoignages de saint Jérôme et de saint Augustin sur le fait qu’ils ont dicté leurs œuvres. Tout cela nous ouvre à l’aspect oral de la culture littéraire de l’Antiquité.

  • La distance entre la composition de l’œuvre et les premiers manuscrits conservés concerne majoritairement la philologie classique, tandis que la philologie patristique et la philologie médiolatine sont reléguées au second plan. Nous lisons les œuvres en latin classique via les copies médiévales. Par contre, les copies des auteurs patristiques et médiévaux sont, théoriquement, plus proches des versions originales.
  • L’absence d’autographes: seule la philologie médiolatine peut disposer des originaux faits par les auteurs eux-mêmes.
  • Le multiplicité des traditions: plus nous nous approchons des temps modernes, plus la multiplicité de transmissions augmente. De toute manière, l’établissement d’un stemma d’une œuvre étudiée garde toujours une marge d’incertitude. Nous ne pouvons jamais être sûrs de l’exactitude de l’histoire des manuscrits.
  • L’instabilité du texte: les différentes variantes des textes d’une même œuvre constituent un autre problème pour les philologues. Souvent, il est difficile d’établir la nature du texte : on ne sait pas s’il s’agit d’une version stabilisée ou pas, d’une version révisée par l’auteur, d’une circulation partielle des parties d’une œuvre ? Pourtant, on dispose de témoignages disant que saint Augustin a réussi à réviser certains de ses travaux.
  • L’existence d’un archétype: c’est un problème qui nous renvoie à la question de la multiplicité des traditions.
  • La décadence de la norme linguistique: chaque langue change – c’est le caractère universel de toute langue naturelle. Le latin de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge n’échappe pas à cette règle. De nouvelles formes et tournures apparaissent. Des besoin de nature socio-linguistique s’imposent – entre autres la nécessité d’être compris de tous, ce qui provoque la simplification de la langue (ne pas confondre avec l’incorrection). Nous pouvons également remarquer une nouvelle théorisation sur la langue : on souligne l’importance du contenu en abandonnant un langage orné (cf. Césaire d’Arles ou les textes hagiographiques). De plus, d’un point du vue philologique, nous ne pouvons pas savoir si certaines anomalies de la norme classique sont le fait de l’auteur lui-même ou du copiste postérieur qui ignore la grammatica Quoi qu’il en soit, Madame Colombi a remarqué à juste titre qu’il manque actuellement un appareil méthodologique adéquat pour étudier la philologie patristique. Cela est dû à sa spécificité : la philologie patristique, constituant une partie du cursus en Lettres classiques, en théologie ou en histoire, est à chaque fois étudiée dans une perspective qui n’est pas toujours la sienne.

B. Production et circulation des livres

Dans la deuxième partie du séminaire, nous avons abordé la question de la production et de la circulation des livres.

Pour bien saisir ce que veut dire « un livre » à l’époque de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge, nous devons rappeler ces quelques considérations préliminaires : par le terme de « livre », il faut entendre un manuscrit. La production de livres reste privée. De plus, il n’y a pas de vrai commerce ou de droit d’auteur. Ce n’est qu’au début de l’âge impérial que l’on peut remarquer l’apparition du commerce. Nous ne possédons en tout et pour tout que peu de sources. Une publication = les copies de la première rédaction. Il ne faut pas oublier que la distribution reste très restreinte. La première publication pouvait être privée pour que l’auteur puisse appliquer les corrections. Mais dès que l’œuvre se retrouvait en circulation, l’auteur n’avait plus de contrôle sur son texte.

Ce qui importe, c’est aussi l’aspect matériel de la production du livre en lui-même. Ce que l’on peut remarquer c’est que, pour des raisons pratiques, le papyrus l’emporte sur le parchemin jusqu’au Ier siècle après J.-C. Mais le passage du rouleau au codex constitue un facteur plus important dans l’histoire de la transmission des textes. Statistiquement, jusqu’au IIIe siècle 89% des livres païens sont écrits sur des rouleaux et 99% des livres chrétiens sont écrits sur des codex. Ainsi, nous pouvons nous poser la question suivante : d’où vient une telle différence ? En fait, l’utilisation du codex pour des textes littéraires n’est pas inconnue de la culture païenne, mais la disproportion semble énorme. Les chercheurs invoquent différentes motivations de cet état de choses :

  • Des raisons économiques – comme la possibilité d’écrire recto-verso (mais il y a beaucoup d’espace aussi dans les marges ainsi que sur les reliures, de l’ordre de presque 25%)
  • La commodité – l’utilisation de codex semble plus facile (mais le déroulement du rouleau était absolument normal)
  • L’influence du judaïsme (mais en réalité nous ne disposons pas d’épreuves d’annotations sur les codex)
  • Le codex comme texte d’autorité
  • Les questions pratiques (hypothèse « sociologique ») – les codex faisant fonction de manuels

En ce qui concerne la circulation des premiers textes chrétiens, il faut accorder un rôle majeur à la communication qui était d’une grande importance. Il suffit juste de comparer la vitesse de diffusion de certains textes primitifs dans l’espace méditerranéen. Par exemple, on a retrouvé un fragment de papyrus de Contre les hérésies d’Irénée de Lyon (écrit environ en 180) en Égypte à la fin du IIe siècle. De même pour l’Évangile de saint Jean (écrit à la fin du Ier siècle), on possède un fragment de papyrus en Égypte datant du début du IIe siècle.

Ensuite, nous avons étudié quelques textes bibliques et proto-chrétiens qui témoignent d’une circulation intense de textes dans les premiers siècles. En analysant par exemple des fragments des épîtres de Paul, de l’Apocalypse de Jean, du Pasteur d’Hermas et de la Lettre aux Philippiens de Polycarpe de Smyrne, on peut se rendre compte d’un trait dominant : il s’agit davantage d’une circulation communautaire que d’une circulation à l’échelle individuelle. Cette importance de la diffusion à grande échelle s’explique par la nécessité de définir une théologie et des pratiques qui n’existaient pas encore. Par conséquent, il n’y pas de but vraiment intellectuel ou esthétique dans cette première circulation de la communication. Le vrai but s’avère plutôt pratique et concret. G. Cavallo parle ainsi des manuels écrits pour les premières communautés chrétiennes (ce qui nous renvoie à l’hypothèse « sociologique »)

C. Les testimonia d’Augustin sur la rédaction de ses œuvres

La troisième partie du séminaire était consacrée aux testimonia d’Augustin sur la rédaction de ses œuvres. Ces informations données par l’auteur lui-même nous permettent de comprendre les modalités de la rédaction d’un texte et de sa circulation durant l’Antiquité tardive. De plus, on apprend à quoi pouvait ressembler l’acte d’écrire. Les témoignages d’Augustin sont très précieux, puisqu’il nous livre ses réflexions sur les corrections et les changements qu’il a effectués. Augustin réalise un travail d’éditeur, mais malheureusement ne l’a pas fait systématiquement pour l’ensemble de son corpus. Il compose ses ouvrages par phases différentes. Il révise souvent ce qu’il avait dit, ajoute des corrections, etc. L’aspect le plus hardu pour un philologue contemporain est le fait qu’Augustin diffusait ses œuvres partiellement (cf. Cité de Dieu), ce qui rend très difficile la classification de ses manuscrits. Madame Colombi a montré le problème d’une répartition en livres du De civitate Dei à partir de différents manuscrits, problème dû au désordre qui règne dans les titres des chapitres.

D. Augustin et Florus à la Bibliothèque Municipale de Lyon

Grâce à la collaboration de l’Université Lumière-Lyon 2 et la Bibliothèque Municipale de Lyon, une séance s’est déroulée dans les locaux de la Bibliothèque. À cette occasion il a été possible d’étudier deux manuscrits du De civitate Dei qui y sont conservés. Les deux manuscrits sont à consulter en ligne via le portail de la Bibliothèque (http://www.florus.bm-lyon.fr). Il s’agit des manuscrits avec la cote ms 606 et ms 607.

Lors de son séjour à Lyon, Madame Colombi a également donné à la Maison de l’Orient et de la Méditerranée une conférence sur l’histoire des manuscrits provenant de la bibliothèque réunie au IXe siècle par le diacre Florus. Pour plus d’informations sur l’histoire de la bibliothèque de Florus, nous pouvons accéder au service numérique de la Bibliothèque Municipale (http://www.numelyo.bm-lyon.fr/manuscrits/list.php)

Madame Colombi a également présenté le projet Trapat – Traditio Patrum (http://www.traditiopatrum.it) – la transmission des Pères latin dans le Moyen Âge – dont elle est responsable.

E. Bibliographie sélective

Voici une bibliographie sélective qui peut élargir la notion de communication :

Achard, G., La communication à Rome, Paris, 1991.

Banniard, B., Viva Voce. Communication écrite et communication orale du IVe au IXe siècle en Occident latin, Paris, 1992.

Banniard, B., « La cité de la Parole : saint Augustin entre la théorie et la pratique de la communication latinophone », Journal des savants 2 (1995), p. 283-306.

Boureau, A., « La norme épistolaire, une invention médiévale », dans R. Chartier (dir.), La correspondance. Les usages de la lettre au XIXe siècle, Paris, 1991.

Cazal, Y., Les voix du peuple, Verbum Dei : le bilinguisme latin-langue vulgaire au Moyen Age, Genève, 1998.

Van Acker, M., « Ut quique rustici et inlitterati hec audierint intellegant » : hagiographie et communication verticale au temps des mérovingiens, VIIe-VIIIe siècles, Turnhout, 2007.

Van Uytfanghe, M., « La communicatio verticale latine en Italie (VIe – VIIIe siècle) » dans M. Van Acker, R. Van Deyck, M. Van Uytfanghe (éd.), Latin écrit – roman oral ? De la dichotomisation à la continuité, Turnhout, 2008.

Zink, M., La prédication en langue romane avant 1300, Paris, 1976.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *