Archives de catégorie : Actualités / News

Il reste des places pour le stage d’ecdotique (16-20 février 2015)

Le prochain stage d’ecdotique aura lieu du 16 au 20 février 2015 dans les locaux de l’Institut des Sources Chrétiennes.

Une séance de formation en paléographie, grecque ou latine, est proposée le dimanche après-midi précédant le stage, le 15 février, pour les participants qui en auraient besoin.

Vous pouvez d’ores et déjà télécharger l’affiche et  le programme.

Pour plus de précisions, il vous est possible de contacter le secrétariat.

Pendant le stage aura aussi lieu, à l’Institut des Sources Chrétiennes, une table-ronde ECDOTIQUE DES SOURCES ANCIENNES, le jeudi 19 février, de 14h à 17h, organisée par l’UMR 5189 HiSoMA (“Histoire et Sources des Mondes Antiques”). Les stagiaires y sont conviés.

Modalités d’inscription

L’inscription au stage est gratuite, mais il est demandé aux participants d’adhérer à l’Association des Amis de Sources Chrétiennes (cotisation de base: 25 euros), qui fournit les locaux et une partie de la logistique du stage. La date-limite est fixée au 23 janvier 2015. Le nombre total de participants est limité à 25. Les frais de transport et d’hébergement sont à la charge des participants. Des possibilités d’hébergement économiques peuvent être proposées.

Si vous souhaitez y participer, vous pouvez vous préinscrire à l’aide du formulaire en ligne : les demandes seront examinées et classées en fonction de leur pertinence par rapport au stage.

Table-ronde «Ecdotique: l’édition des textes anciens en devenir» (19 février 2015)

La 3e table-ronde Ecdotique aura lieu aux Sources Chrétiennes

le jeudi 19 février 2015 de 14h à 17h30

La table-ronde vise à favoriser les échanges sur des travaux en cours, des questions de méthode ou des études de cas. Le mot “ecdotique” est ici compris comme comprenant les sources littéraires et non littéraires et les techniques les plus diverses.

La table-ronde a lieu dans le cadre du stage d’ecdotique des Sources Chrétiennes, qui aura lieu du 16 au 20 février 2015 et auquel participent une vingtaine d’étudiants de divers pays.

Programme

14h00-14h10 Tour de table
14h10-15h00 Michael I. Allen (Univ.Chicago)
«Les Lettres de Loup de Ferrières (déjà sept fois éditées) : le pourquoi et le comment d’une nouvelle édition.»
15h00-15h50 Tiziano Dorandi (CNRS, Centre Jean Pépin)
«Problèmes d’édition des textes à traditions multiples.»
15h50-16h00 Pause
16h00-16h50 Bruno Bureau (Univ. Lyon 3)
«Un outil de collation et visualisation de variantes en XML TEI, de la saisie du texte à son édition.»
16h50-17h20 Marie-Gabrielle Guérard (CNRS, HiSoMA)
«Remarques sur la transmission médiévale d’un “antibestseller”, le Commentaire de Nil d’Ancyre sur le Cantique des cantiques

Entrée libre

Télécharger l’affiche-programme de la table-ronde ECDOTIQUE_2015

Inscriptions ouvertes pour le stage d’ecdotique (16-20 février 2015)

Le prochain stage d’ecdotique aura lieu du 16 au 20 février 2015 dans les locaux de l’Institut des Sources Chrétiennes.

Une séance de formation en paléographie, grecque ou latine, est proposée le dimanche après-midi précédant le stage, le 15 février, pour les participants qui en auraient besoin.

Vous pouvez d’ores et déjà télécharger l’affiche (et bientôt le programme).

Pour plus de précisions, il vous est possible de contacter le secrétariat.

Pendant le stage aura aussi lieu, à l’Institut des Sources Chrétiennes, une table-ronde ECDOTIQUE DES SOURCES ANCIENNES, le jeudi 19 février, de 14h à 17h, organisée par l’UMR 5189 HiSoMA (“Histoire et Sources des Mondes Antiques”). Les stagiaires y sont conviés.

Modalités d’inscription

L’inscription au stage est gratuite, mais il est demandé aux participants d’adhérer à l’Association des Amis de Sources Chrétiennes (cotisation de base: 25 euros), qui fournit les locaux et une partie de la logistique du stage. La date-limite est fixée au 23 janvier 2015. Le nombre total de participants est limité à 25. Les frais de transport et d’hébergement sont à la charge des participants. Des possibilités d’hébergement économiques peuvent être proposées.

Si vous souhaitez y participer, vous pouvez vous préinscrire à l’aide du formulaire en ligne : les demandes seront examinées et classées en fonction de leur pertinence par rapport au stage.

Appel à contribution à la table-ronde Ecdotique (19 février 2015)

La prochaine table-ronde «Ecdotique: l’édition des textes anciens en devenir» aura lieu aux Sources Chrétiennes dans l’après-midi du jeudi 19 février 2015.

Que vous soyez enseignant, chercheur ou étudiant, vous pouvez d’ores et déjà proposer d’y présenter une communication en contactant Guillaume Bady.

La table-ronde vise à favoriser les échanges sur des travaux en cours, des questions de méthode ou des études de cas. Le mot «ecdotique» est ici compris comme comprenant les sources littéraires et non littéraires et les techniques les plus diverses.

La table-ronde a lieu l’après-midi du jeudi 19 février, dans le cadre du stage d’ecdotique des Sources Chrétiennes, qui aura lieu du 16 au 20 février 2015 et auquel participent une vingtaine d’étudiants de divers pays.

Relativement informelle, la rencontre tend à privilégier les échanges et ne débouche pas a priori sur une publication, à part bien sûr le compte rendu qui en sera fait sur le site d’HiSoMA ou sur ce carnet de recherche.

Une table-ronde Ecdotique est organisée annuellement. La première a eu lieu en 2013.

Colloque sur les titres d’œuvres et autres paratextes dans la littérature antique (Heidelberg, 6-7 octobre 2014)

Un colloque consacré à un aspect majeur de la transmission des textes et intitulé «Book Titles and Other Paratexts in Ancient Literature» aura lieu à Heidelberg les 6 et 7 octobre 2014.

Organisation : Emanuele Castelli et Winrich Löhr

Contact:
emanuele.castelli3@libero.it
nadja.parisi@wts.uni-heidelberg.de

Lieu:
Ruprecht-Karls-Universität
Theologisches Seminar · Kisselgasse 1 · D 69117 Heidelberg

Intervenants:
D. Bianconi (Rome), P. Buzi (Rome), E. Castelli (Heidelberg), E. Colombi (Udine), G. Del Mastro (Naples), T. Dorandi (Paris), H. Essler (Würzburg), P. Fioretti (Bari), W. Löhr (Heidelberg), M.-H. Marganne (Liège), P. Orsini (Rome), M. Wallraff (Bâle)

Télécharger l’affiche et le programme

Il reste des places pour le stage d’initiation aux manuscrits grecs et orientaux (IRHT, 21 – 23 octobre 2014)

La Section grecque et de l’Orient chrétien de l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes propose une formation initiale sur le manuscrit grec, avec une ouverture sur le domaine de l’Orient chrétien (en particulier le copte et le syriaque). Le stage est destiné en priorité aux étudiants en master et en thèse et, plus largement, à tout autre public intéressé.

Cette formation vient en complément des enseignements de paléographie, d’histoire du livre et d’histoire des textes existant par ailleurs en France.

Le stage sera assuré par les membres de la Section grecque et de l’Orient chrétien de l’IRHT et, pour l’histoire de l’écriture grecque, par Mme Brigitte Mondrain, Directeur d’Études à l’EPHE (IVème section). Il se déroulera le matin dans la salle Levi-Strauss (52 rue du Cardinal Lemoine) et l’après midi dans les locaux de la Section grecque, ce qui permettra l’accès à toute la documentation qui s’y trouve: reproductions de manuscrits, catalogues, instruments de travail. Une visite-atelier est prévue dans une ou des bibliothèques parisiennes conservant des manuscrits.

Le stage s’inscrit dans le cadre de la semaine de formation sur le manuscrit médiéval à l’IRHT. En particulier, le lundi 20 octobre, la première journée du « stage d’initiation au manuscrit médiéval et au livre humaniste », qui se tiendra aussi salle Levi-Strauss, proposera une formation généraliste axée sur la tradition occidentale qui peut servir d’introduction au domaine grec et oriental.

Enfin, ce stage s’articule avec le séminaire sur « Littératures techniques et tradition des textes scientifiques de l’Antiquité gréco-romaine », organisé par l’université de Reims au printemps 2015, dont les dates seront communiquées ultérieurement, sur le site de l’IRHT et sur http://crimel.hypotheses.org.

Programme

Présentations générales

— Le livre grec : du rouleau au codex
— Notions fondamentales de codicologie des manuscrits grecs et orientaux
— Histoire de l’écriture grecque
— Apport de l’étude des manuscrits à l’édition des textes
— Apport des traditions orientales (copte, syriaque, arabe)

Ateliers de travaux pratiques sur documents

—Utilisation des instruments de travail (catalogues, répertoires, bases de données)
— Analyse codicologique d’un manuscrit
— Analyse des éléments textuels d’un manuscrit
— Autour du texte : colophons, marginalia, titres

Visite-atelier d’une collection de manuscrits
(1 demi-journée)
— IFEB, Arsenal ou Mazarine

Journée optionnelle du 20 octobre (sur inscription)

— Présentation de l’IRHT
— Le livre des origines à nos jours
— Codicologie du manuscrit médiéval (supports et instruments de l’écriture, préparation de la copie, organisation du volume, reliure)

Le stage est gratuit. Il reste des places.
Deuxième date limite d’inscription: 20 septembre 2014.
Inscription à adresser par mail à : pierre.augustin@irht.cnrs.fr. ou, à défaut, par courrier postal à :
M. Pierre Augustin
IRHT — Section grecque et de l’Orient chrétien
Collège de France
52 rue du Cardinal Lemoine,
75005 Paris
0033.(0)1.44.27.18.71
http://www.irht.cnrs.fr/recherche/grecque.htm

Télécharger le dépliant

L’édition des textes épigraphiques: journée d’études le 17 septembre 2014 au CESCM (Poitiers)

Une journée d’étude sera organisée le 17 septembre 2014, à Poitiers, au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale. Elle sera consacrée à l’édition – notamment numérique – des textes épigraphiques, à l’occasion de la publication du 25e volume du CIFM, Corpus des inscriptions de la France médiévale. Cet anniversaire sera l’occasion d’un bilan de 40 ans de recherche en épigraphie du Moyen Âge (en France, en Italie, notamment).

Programme et toutes  informations sur les carnets hypothèses du CESCM: http://cescm.hypotheses.org/2539

Études classiques et société de l’information – Naples, 28 mai 2014

Une journée d’études intitulée

Gli studi classici e la società dell’informazione

organisée dans le cadre du projet MIUR “Messaggeri della conoscenza” aura lieu le 28 mai prochain à l’Université Federico II de Naples, au départment d’études humanistes (DSU), salle Piovani.

Le programme prévoit notamment des interventions sur les éditions digitales, de commentateurs ou de scholiastes en particuliers, et sur des outils de requête comme X-Query.

Contact : Concetta Longobardi (cette information est tirée de la lettre du Notiziario di Antichistica du 10 mai 2014)

 Programme

9.00: Saluti (Gaetano Manfredi, Prorettore dell’università degli Studi di Napoli Federico II ; Arturo De Vivo, Direttore del Dipartimento di Studi Umanistici (DSU) ; Guglielmo Trupiano, Direttore del Centro LUPT ; Giovanni Polara, Coordinatore della Sezione di Scienze dell’antichità)

PRESIEDE Giovanni Polara

9.40: Marisa Squillante “Recentium curiosi: nuove vie per una didattica integrativa”

10.00: Valeria Viparelli “Un prodotto innovativo: il patrimonio culturale della Campania”

10.20: Raffaella Tabacco “Strumenti digitali e edizioni critiche: un rapporto complesso”

10.45: coffee break

11.00: Salvatore Cerasuolo “L’epigramma sul figlio di Cinira attribuito a Zona di Sardi (Anth. Pal. VII 365)”

11.25: Lucio Cristante “Fare/farsi una biblioteca digitale”

11.50: Christian Nicolas “Nuptiae Philologiae et… X-Query”

12.15: Concetta Longobardi “Vantaggi di un’edizione digitale per i corpora scoliastici”

12.40: Michele Ambrosino, Gaia Castaldi, Sara Fascione, Federica Nicolardi “Le edizioni digitali dei commentari antichi: verso un quadro sinottico di una realtà stratificata”

 

L’Anthologie Latine et les sirènes de l’hypercritique

par Daniel VALLAT (Univ. Lyon 2),
à la Table-ronde “Ecdotique”, Lyon, HiSoMA-Sources Chrétiennes, le 7 mars 2014.

Daniel Vallat 1

Qu’est-ce que l’Anthologie latine ?

  • Problèmes de dénominations

L’histoire des textes a fait que l’expression Anthologie Latine (désormais AL) recouvre deux réalités distinctes : au sens large, la volonté de réunir des poèmes latins épars, et, au sens restreint, un ensemble de textes précis.

La volonté de réunir les poésies latines brèves et éparses est ancienne et date, dans l’édition, du 16e s., par exemple : P. Pithou, Epigrammata et poemata uetera, Paris, 1590 / Lyon 1596, etc. – le classement est alors en partie thématique et en partie « poètes latins mineurs ».

Le terme anthologia dans le titre apparaît avec Peter Burman le Jeune en 1759 : Anthologia veterum Latinorum epigrammatum et poematum, en 2 volumes et 6 parties thématiques : les dieux, les héros, etc. Edition complétée par Meyer (1835), tandis qu’à Paris Lemaire traduisait l’édition Wernsdorf de la décennie 1780 (Poetae Latini minores, classement thématique).

Il faut attendre l’édition de Riese en 1869 pour que le titre Anthologia Latina fasse son apparition, selon une nouvelle méthode : le classement par manuscrits, eux-mêmes classés par date (siècle) ; l’élément le plus riche en est le manuscrit Par. Lat. 10318, qui par extension a pris le nom d’AL, alors que pour être précis c’est « l’AL de Saumaise » (d’après le nom de son inuentor, Claude Saumaise) ; le dernier éditeur en date est Shackleton Bailey en 1982. On peut la distinguer de l’Anthologie de Vossius (présente dans un manuscrit Vossianus de Leyde) et de toutes les pièces éparses contenues dans le second volume de l’édition Riese.

  • L’AL de Saumaise

Il s’agit d’une compilation de textes poétiques, tardifs dans l’ensemble, réunie vraisemblablement dans l’Afrique vandale – vu les références aux divers souverains – et conservée, pour l’essentiel des textes, dans un manuscrit unique, le Parisinus Latinus 10318, du 8e siècle apparemment (2e moitié), sans doute écrit dans le Latium ou la Campanie.

Dans le manuscrit, l’AL occupe juste une partie : on y trouve également de nombreux textes en prose, à visée encyclopédiste : extrait de Pline l’Ancien, sentences de Sénèque et de Sextus, traité de géographie, extraits d’Apicius, comput pascal, etc.

Le manuscrit étant du 8e s., et la compilation carthaginoise du 6e s., le texte est sans doute parvenu en Italie en suivant la route réouverte par les troupes byzantines de Justinien, après la reconquête des années 533-534.

Après une longue période de latence, le manuscrit réapparaît en Bourgogne en 1615 et finit dans les mains de Claude Saumaise (peut-être issu du fonds de Cluny, dispersé dans les années 1570, pendant les Guerres de Religion) : il en existe plusieurs copies partielles faites aux 17-18e siècles, et il a été en partie exploité par Burman le jeune dans son Anthologia veterum Latinorum epigrammatum et poematum de 1759.

  • L’AL et l’hypercritique

Si le manuscrit est bien conservé, le texte lui-même est dans un état très mauvais : on y relève, en grand nombre, toutes les fautes qu’on puisse imaginer. Des corrections sont donc nécessaires, mais c’est précisément le genre de textes et le genre de nécessités qui ont ouvert un boulevard pour l’hypercritique, en particulier aux 19e-20e siècles (mais déjà au 18e avec Burman), où l’on procède à une véritable réécriture des textes. Le but était certes d’améliorer le texte, mais il s’agit là d’une notion extrêmement subjective et problématique. Comme souvent, le problème est que ces corrections hypercritiques, une fois installées, ne sont guère remises en cause par la suite, et ont une tendance nette à se perpétuer alors même que les méthodes ecdotiques se renouvellent. L’édition de Shackleton Bailey, au 20e s. finissant, prenant appui sur des méthodes dépassées en ecdotique des textes tardifs, en est un parfait exemple. Nous illustrerons ces phénomènes à partir d’un texte long de l’AL, la pièce 21 Riese (Sacrilegus capite puniatur).

AL 21 R

Il s’agit d’une déclamation en vers, très probablement d’époque vandale (le seul autre exemple de controverse en vers que nous ayons conservé est la Controuersia de statua uiri fortis de Dracontius (Rom. 5), du même milieu, selon toute vraisemblance).

Quant au sujet proprement dit, il est moins alambiqué que dans la plupart des déclamations : pas de conflits juridiques, pas de situations invraisemblables ni trop convenues. Dans une ville indéterminée, on constate le vol du trésor du temple de Neptune ; plus tard, un pêcheur autrefois pauvre, mais riche désormais, offre au dieu un ex-voto en forme de poisson, accompagné d’une inscription ambiguë (« A toi, Neptune, de ton bien ») qui ouvre la voie à l’accusation de vol. La plaidoirie contre le pêcheur s’appuie sur deux thématiques, poussées à leur paroxysme : les pêcheurs sont des voleurs ; les pauvres sont des criminels.

Editions

Haupt M. 1847, « Aus den Berichten der K. S. Gesellschaft der Wissenschaften, 2 », (= Opuscula Leipzig, 1875, p. 217-230).

Quicherat J. 1849, « Neptune volé par un pêcheur. Déclamation en vers latins d’un écolier de la décadence », Bibliothèque de l’Ecole des Chartes, 3e série, vol. 1, p. 201-215.

Riese A. 18691 – 18942, Anthologia Latina, siue Poesis Latinae supplementum, pars prior, Carmina in codicibus scripta, fasciculus 1 : Libri Salmasiani aliorumque carmina, Leipzig.

Bährens E. 1882, Poetae Latini Minores, IV, Lipsiae.

Shackleton Bailey D.R. 1982, Anthologia Latina, Carmina in codicibus scripta, fasc. 1 : Libri Salmasiani aliorumque carmina, Stuttgart.

Focardi G. 1998, Il carme del pescatore sacrilego (Anth. Lat. 1, 21 Riese) : una declamazione in versi.

Quelques exemples d’hypercritique abusive

Nous présentons d’abord le texte de l’édition Riese (1894), puis un bref apparat critique, enfin quelques éléments de commentaire pour justifier le rejet des corrections hypercritiques et la conservation du texte du manuscrit. Le sigle A désigne le manuscrit unique (Parisinus Latinus 10318, 8e s.).

  • 21,1-6

‘Vnde redit fulgor templis ? Quis inania nuper
tantis, Salsipotis, distendit limina donis ?
Ecce abiit damnum : splendescunt icta metallis
marmora et antiquus caedit laquearia fulgor.’
Pone animos laetos, quisquis testantia furtum
dona uides !

3. abiit Haupt (Riese Bährens Shackl.) : aliud (-t) A (Quicherat)

La correction adoptée depuis Haupt (« C’en est fini du crime ») est inutile, et entraîne même un contre-sens : l’auteur insiste sur le second crime qui, après le vol de l’or, consiste à le rendre sous une autre forme (cf. v. 12-13, 25 et 93-95). On peut donc conserver le texte original ecce aliud damnum et traduire :

« Comment les temples ont-ils retrouvé leur éclat ? Qui, Maître des flots, a comblé tes seuils, encore vides il y a peu, de si grands présents ? C’est là un autre crime. Frappés par la brillance du métal, les marbres resplendissent, et l’éclat d’antan frappe les caissons du plafond. Renonce à toute joie, qui que tu sois, en voyant des présents qui attestent d’un vol ! »

  • 21,8-11

Heu scelus et magnis nequiquam prodiga rebus
mens humilis ! Miseros semper quam maxima produnt !
Sordidus et nigrae dudum uagus accola harenae
nunc aurum piscator habet gaudetque metallis.

8. nequiquam prodiga Haupt (Riese Bährens Shackl.) : numquidnam prodita A (Quicherat)

Malgré la brillante conjecture de Haupt, presque unanimement reprise (« en vain une âme est prodigue en grands présents »), le texte du manuscrit (numquidnam prodita) se suffit à lui-même et forme une question cohérente avec le sens du texte : la même idée paradoxale (le pauvre surjoue le riche pour cacher ses origines) est développée aux v. 76-80 et 161-167. Certes, numquidnam n’est guère employé en vers depuis Plaute, mais n’oublions pas qu’il s’agit d’un texte rhétorique avant tout, manipulant paradoxes sur paradoxes :

« De grands présents trahissent-ils aussi, vraiment, une âme basse ? Oui, toujours les plus grands dons révèlent des misérables ! C’était naguère un sale vilain, un vagabond qui n’avait pour gîte que du sable noir : mais maintenant le pêcheur a de l’or et jouit de ses feux. »

  • 21,57

hinc murena ardens, illinc aurata coruscans

57. murena ardens Haupt (Riese Bährens Shackl.) : murena madens A (Quicherat)

Correction inutile : la murène a une peau lisse, sans écailles, et la leçon authentique madens peut référer à sa brillance lorsqu’elle est mouillée. De plus, ce mot est cohérent avec la « dorade brillante » au même vers.

  • 21,87-90

Huc huc tergemino letalia fulmina telo,
Iuppiter undarum, ualido, Neptune, tridenti
concutiens maria alta iacē pontoque uerendus
litoreas transcende moras !

87. letalia fulmina Haupt (Quicherat Riese Bährens Shackl.) : letali fulmine A

Le texte de A (letali fulmine) est cohérent, alors que la correction apportée (letalia fulmina, sans doute vu comme l’accusatif de iace) entraîne une complication syntaxique inutile. Il vaut mieux faire de letali fulmine une apposition à telo et à tridenti : le long groupe à l’ablatif, complément de concutiens fait alors référence au trident de Neptune et demeure cohérent avec les schémas paroxystiques de répétition dans ce passage (huc huc ; Iuppiter undarum = Neptune) ; alta maria est dans ce cas le complément de iace :

« Rejette ici, sur nous, Neptune, les mers profondes en les bouleversant avec ton arme triple, ta foudre mortelle, ô Jupiter des flots, ton terrible trident, et franchis, terreur de l’océan, l’obstacle des rivages ! »

  • 21,117-118

Nunc ergo incipiam crimen sic pandere uerbis
ut uisum te, scaeue, putes.

117. uerbis Riese (Shackl.: ueris A (Haupt Quicherat) uere Bährens

La leçon manuscrite ueris, acceptée par Haupt et Quicherat, peut être conservée : il s’agit alors d’un adjectif substantivé au neutre pluriel :

« Maintenant, je vais donc dénoncer ton crime par des faits exacts, de sorte que tu croies, scélérat, qu’on t’a vu. »

  • 21,169-170

… quisquis honoratos respexit forte potentes
ob meritum fulgere uiros ?

169. potentes Haupt (Riese Bährens) : parentes A (Quicherat) parentis Schakl.

Les corrections proposées sont là encore inutiles, l’auteur insistant sur la jalousie au sein même d’une famille (parentes) :

« [A moins qu’il ne soit de cette race dont l’un, dans cet essaim grouillant,] a vu par hasard dans sa famille des hommes respectés briller par leur mérite ? »

  • 21,177-182

An non sunt isti quorum de nomine multi,
ducere concessis dum nolunt artibus aeuum,
caedibus infamant siluas et crimine cauto 180
insidias tendunt domibus gregibusque rapinas ?
In quibus haut ulla est caro de sanguine cura ;

179. concessis Juret (Quicherat Riese Bährens Shackl.) : concessum A (Haupt)
182. haut Haupt (Quicherat Riese Bährens Shackl.) : aut A

179. Exemple typique où la correction fournit un texte en apparence meilleur que celui du manuscrit : tous les éditeurs, à part Haupt, suivent une correction présente dans l’exemplaire de Juret (17e s., aujourd’hui BNF Par. Lat. 17904) et corrigent concessum en concessis et comprennent « ne voulant pas passer leur vie à des métiers permis », alors que le texte original est tout-à-fait acceptable : « N’est-ce pas là cette engeance dont beaucoup, ne voulant pas passer à travailler le temps qui leur est imparti, souillent les forêts de meurtres et, en un crime cauteleux, tendent des pièges dans les maisons et pillent les troupeaux ? ».

182. La correction de Haupt, unanimement acceptée, est tout à fait légitime, puisque, dans le manuscrit, aut et haut se confondent très souvent ; la phrase est alors assertive : « ils n’ont en eux aucun souci du sang des proches ». Mais, pour ce cas précis, on pourrait conserver la leçon aut, car on trouve chez Virgile, par exemple, ce terme pour relancer une question (En. 2,43-44 : Creditis auectos hostis ? Aut ulla putatis / dona carere dolis Danaum ?) ; il serait nécessairement décalé en seconde position par le relatif de liaison. Le sens serait alors :

« Ou bien ont-ils en eux le moindre souci du sang des proches ? »

  • 21,274-277

Vos quoque, quis ferro mortales caedere fas est,
cum iam damnati iugulos ac cola petetis,
ne campis patriaeque loco nec caedite iuxta.
Deprecor

274. mortales Juret (edd.) : mortale A, an mortali legendum ?
275. petetis Haupt (Riese Bährens Shackl.) : petistis A

274. Juret, Haupt séparément, puis tous les éditeurs ont corrigé l’adjectif mortale du manuscrit, inacceptable en soi, en mortales, substantif à l’accusatif : « Et vous, à qui il est permis de frapper les mortels du fer… ». Il serait pourtant possible, par une correction moindre, de proposer mortali accordé avec ferro, à l’ablatif, le E et le I s’intervertissant très fréquemment dans le manuscrit ; le sens serait : « Et vous, à qui il est permis de frapper du fer mortel… ».

275. Là encore, la correction qui propose le futur petetis à la place petistis est inutile : le parfait se comprend aisément : « vous qui déjà avez pris le condamné par la gorge et le cou, je vous en prie, ne le frappez pas près de nos champs et de la patrie » (avec une ponctuation différente de celle de Riese) ; à la fin du discours, le déclamateur présente son auditoire comme convaincu et prêt à faire justice immédiatement ; la temporalité est d’ailleurs traitée un peu légèrement : le juge est invité à saisir la hache du bourreau, on demande leur verdict aux jurés, le pêcheur est condamné (damnati) ; on s’est déjà saisi de lui (valeur du parfait) et l’exécution est imminente.

L’édition de Shackleton Bailey (1982) : les derniers retranchements de l’hypercritique

Voici des exemples où le dernier éditeur de l’AL de Saumaise a de lui-même modifié le texte du manuscrit (retenu par les éditeurs antérieurs) sans aucune nécessité, et souvent contre la paléographie et le sens ; ce sont précisément des exemples de ce l’hypercritique fait de pire, qui prétend améliorer un texte « idéal », voir imaginaire, sans respect pour le texte transmis :

  • 21,119-121 R

Signantia rebus
argumenta feram magno quae saepta uigore
interdum uisus fallunt et crimina produnt.

120. uigore A : nigrore Shackl.

  • 21,149-150 R

et licet Iliacus flammam Vestamque regentem
hoc metuens Priamus muris uallasset et armis

149. regentem A : calentem Shackl.

  • 21, 209-210 R

quod ferrum intundit, liquidus quod conficit ignis
quod furor exposcit demens, quod proelia saeua,

210. quod A : ad Shackl.

  • 21,224-225 R

« Tibi nunc, salis alme profundi,
quod dedimus, Neptune, tuum est ».

224. salis A : rex Shackl.

  • 21,251-256 R

Hic taceam audaces ducit quos pallida semper
in scelus omne fames secretaque litora cogunt.
Hoc loquor, infaustis leuior cum scanditur alnus,
quid faciant remo celeri lemboque uolantes,
excussum uentis pelagus cum litora frangit :
naufragium expectant.

252. litora A : crimina Shackl.
254. uolantes A : -ti Shackl.

Le paradoxe de l’édition de textes : un travail d’auteur visant son propre effacement

[N.B. Cet article engage son auteur à titre individuel, mais ne prétend pas engager le carnet Ecdotique ni les personnes et institutions qui y sont liées, ne serait-ce que parce qu’elles n’ont pas été consultées.]

Un jugement récent du tribunal de Grande Instance de Paris défraie la chronique dans le monde académique, où elle suscite des réactions aussi virulentes qu’opposées, les uns s’indignant de l’injure qui serait faite au travail même d’édition critique, les autres criant à la victoire du domaine public concernant les textes anciens. Au-delà de la polémique, le débat pose des questions extrêmement intéressantes.

Le texte brut d’une édition critique est-il susceptible d’être protégé par le droit d’auteur ?

Pour commencer, voici les faits ou, du moins, les textes (télécharger le texte intégral du jugement).

Le 27 mars dernier, le TGI a débouté la société Librairie Droz dans sa plainte contre les Classiques Garnier, les Éditions Garnier, Claude Blum et la société Champion électronique. Droz leur reprochait, si je résume bien, d’avoir commercialisé à leur profit des textes médiévaux bruts en langue originale (sans apparats ni notes ni traduction) provenant du catalogue de Droz. La position de Droz est la suivante (page 4 du document) :

La société Librairie Droz soutient que ces textes sont originaux et protégés par le droit d’auteur même s’ils sont publiés sans apparat critique ni index. Elle déclare que la paléographie repose sur des choix opérés par l’auteur et qui reflètent sa personnalité.

À l’appui de cette thèse, elle produit les témoignages d’éminents spécialistes de l’édition des textes médiévaux.

De leur côté, les défendeurs nient en somme la part d’originalité des textes publiés par Droz (page 6) :

Les défendeurs font également valoir que la société Librairie Droz n’établit pas l’originalité des textes visés. Ils rappellent que le travail des éditeurs scientifiques ou paléographes consiste à retranscrire le texte ancien et à l’accompagner de l’apparat critique, de notes historiques, d’index, de glossaires. Ils expliquent que les textes du Moyen-âge étant tombés dans le domaine public, la protection revendiquée porte sur la transcription réalisée par les éditeurs scientifiques. Ils font valoir que cette protection ne peut être accordée que si l’oeuvre seconde est elle-même originale et que le travail de transcription qui consiste à restaurer un texte ancien en cherchant à lui être le plus fidèle possible, ne peut donner lieu à un<e> œuvre originale. Ils relèvent que la société Librairie Droz n’effectue aucune comparaison entre le texte d’origine et sa retranscription de telle sorte qu’elle ne dégage aucun élément d’originalité et ils ajoutent que la comparaison entre plusieurs transcriptions d’un même texte ancien fait apparaître qu’elles aboutissent à des résultats à peu près identiques.

Une des conclusions de la défense parle de « simple retranscription » (page 8) :

A titre principal, la société Champion electronique conclut au mal-fondé de l’action de la société Droz. Elle fait valoir que la simple retranscription d’un texte médiéval n’est pas protégeable par le droit d’auteur. Elle ajoute que la société Librairie Droz entretient la confusion entre les qualités d’auteur et de titulaire des droits d’exploitation. Elle relève que la société Librairie Droz n’est pas l’auteur des poèmes médiévaux qui sont tombés dans le domaine public.

Voici la décision du juge, qui procède en plusieurs temps (pages 13-14) :

Il ressort de ces éléments que le travail de transcription d’un texte médiéval dont le manuscrit original a disparu et qui est reconstitué à partir de différentes copies plus ou moins fidèles, supposent la mobilisation de nombreuses connaissances et le choix entre plusieurs méthodes. Il apparaît que la restitution du texte original se heurte à des incertitudes qui vont conduire le savant à émettre des hypothèses et à effectuer des choix dont le plus difficiles donneront lieu de sa part à des explications et des commentaires dans le cadre d’un apparat critique.

Il apparaît également que l’éditeur afin de faciliter la compréhension du texte, va en modifier la présentation par une ponctuation ou une typographie particulière (espaces, majuscules, création de paragraphes).

Ce travail scientifique ne consiste donc pas en une simple transcription automatique et repose sur des choix propres à l’éditeur.

Dans cette première partie du jugement, le travail propre à l’éditeur de textes est donc assez bien reconnu. Il ne s’agit donc pas, à mon avis, d’une injure faite à la profession… quelle que soit la suite immédiate du texte du jugement, qui constitue à la fois une négation du droit d’auteur en l’espèce et une apologie du travail d’ecdotique :

Néanmoins, il convient de rappeler que le droit de la propriété intellectuelle n’a pas vocation à appréhender tout travail intellectuel ou scientifique mais uniquement celui qui repose sur un apport créatif qui est le reflet de la personnalité de son auteur.

Or en l’espèce, le savant qui va transcrire un texte ancien dont le manuscrit original a disparu, à partir de copies plus ou moins nombreuses, ne cherche pas à faire oeuvre de création mais de restauration et de reconstitution et il tend à établir un transcription la plus fidèle possible du texte médiéval, en mobilisant ses connaissances dans des domaines divers.

Il va effectuer des choix mais ceux-ci ne sont pas fondés sur la volonté d’exprimer sa propre personnalité mais au contraire sur le souci de restituer la pensée et l’expression d’un auteur ancien, en utilisant les moyens que lui fournissent les recherches scientifiques dans différents domaines. Il ne cherche pas à donner une interprétation personnelle des idées ou sentiments de l’auteur mais à être au plus près du texte d’origine en exposant les solutions qu’il retient ou qu’il écarte en fonction de critères scientifiques dictés par les connaissances acquises dans l’étude des manuscrits et non pas en fonction de sa propre subjectivité. Il cherche à détecter les erreurs ou les remaniements personnels des copistes en s’abstenant de ces mêmes comportements et en accompagnant la transcription d’un apparat critique qui a pour objet d’expliciter les choix qu’il a effectués en fonction de données objectives, afin d’éliminer tout arbitraire.

Son travail de reconstitution ne constitue pas une adaptation ni même une traduction puisqu’il cherche à transcrire le texte tel qu’il était et non pas à l’écrire dans un langage moderne différent de celui utilisé par l’auteur du texte d’origine.

Enfin, il convient de relever que plusieurs transcriptions d’un même texte médiéval peuvent aboutir à des textes identiques ou très proches [page 14] car les deux transcripteurs auront utilisé la même méthode et déployé le même savoir qui les auront conduits à effectuer les mêmes choix et que la société Librairie Droz n’a versé aucun tableau comparatif expliquant en quoi ses propres versions seraient différentes des autres et porteraient l’empreinte de la personnalité de leur auteur.

Il apparaît donc que la société Librairie Droz n’apporte pas la preuve que les textes bruts exploités par la société Classiques GN sont protégés par le droit d’auteur. Ainsi ses demandes qui sont uniquement fondées sur la contrefaçon, doivent être rejetées.

Passons sur le fait, légitime, mais plutôt désobligeant et surtout rageant quand on a déjà passé des années à faire des collations, que, pour ce procès, Droz aurait dû… faire collationner à nouveau toutes les versions connues de ces textes pour montrer l’originalité du travail publié.

Après une lecture à froid du jugement, il me semble que, même si c’est pour lui refuser le statut d’auctorialité concernant le texte même, le jugement prend au sérieux la « science » ecdotique et, loin de la déprécier, il la valorise, en énonçant le paradoxe de sa méthode et de sa visée : faire un travail d’auteur qui consiste à ne rien faire en tant qu’auteur.

Travail ou création ?

Le plus intéressant est dans ce paradoxe. Il y a bien sûr un autre paradoxe, bien ancré dans les usages : le résultat de travaux financés sur fonds publics est souvent commercialisé au profit des éditeurs commerciaux et des « auteurs ». Cela se justifie, à l’évidence, par les coûts spécifiques d’édition, de composition, d’impression, de diffusion et de distribution. Cet état de fait est naturellement remis en cause depuis internet par la possibilité technique d’éditer, de publier et de diffuser sans intermédiaire commercial. Mais là n’est pas le cœur du problème.

Il n’est pas non plus dans la définition juridique de ce qu’est une œuvre d’auteur. En effet, comme on le sait, l’édition de textes critiques demande des années, voire des vies entières de labeur ingrat. Or, contrairement au droit anglo-saxon qui, selon le principe du « sweat of the brow », protège les droits d’une œuvre résultant d’un travail quelconque, même s’il n’est pas créatif ni original, le droit français ne protège que ce qui reflète la « personnalité » d’un auteur. Il y a bien dans l’ecdotique un travail, et il peut être mille fois plus important que n’importe quelle « production » censée être originale, mais tant qu’il n’a pas été prouvé qu’il était créatif ou original, ce n’est pas considéré comme un travail d’auteur à proprement parler.

L’ecdotique est-elle une science ?

Car le problème de fond, sur lequel s’appuie le jugement, est épistémologique. Maïeul Rouquette dit très justement :

Il faut voir dans cette jurisprudence une victoire de la prétention positiviste de l’édition critique.

Autrement dit, l’édition de textes est ici considérée en droit (mais est-ce à bon droit ?) comme une science exacte, positive, objective. De fait, le travail d’ecdotique, dans son intention même, vise à s’effacer devant l’auteur premier. Or, dans les faits, si l’on passe de la théorie à la pratique, qu’en est-il vraiment ?

Consacrer des années ou sa vie entière à une édition équivaut bien sûr, d’un point de vue psychologique et social, existentiel même, à quelque chose de très personnel. Plus fondamentalement, l’ecdotique est davantage un art qu’une science, et l’édition, plus une forme d’interprétation qu’une transcription. Sans parler du fait qu’on n’édite pas un texte au 21e siècle comme on le faisait au 19e – les sciences et les arts aussi ont leur histoire –, il est difficile de nier qu’entrent dans le travail d’ecdotique bien des facteurs subjectifs, socio-culturels, linguistiques, etc. Dans des cas qui ne sont pas si rares, le choix du titre d’une œuvre lorsque les sources sont muettes ou contradictoires à ce sujet, ou tout bonnement le regroupement de matériaux textuels divers sous un titre littéraire original – opération qui revient à créer une œuvre littéraire originale que l’auteur premier n’avait même pas envisagée en tant que telle – illustrent bien le rôle majeur et, dans une certaine mesure, la paternité de l’éditeur sur le texte qu’il édite.

Le sujet de la « science » ecdotique influe donc beaucoup sur son objet. Car cet objet lui-même est souvent difficile à définir. Pour beaucoup de textes anciens, l’impossibilité de remonter à un Urtext accentue beaucoup le poids de la tradition non seulement dans la transcription et la transmission du texte, mais aussi dans sa forme et dans sa définition. En histoire des textes, on compare souvent le texte à un organisme vivant – notamment le « tissu » –, au point que, dans le motif qu’ils forment ensemble, les fils du tissu textuel se fondent et ne permettent plus de distinguer l’original du secondaire.

Édition et traduction, autorité et propriété

En somme, l’édition de textes rejoint la problématique de la traduction par le fait qu’elle fait tradition, c’est-à-dire qu’elle est à la fois transmission et transformation, et donc aussi trahison et re-création.

Or en définitive, malgré toute la part d’interprétation, de subjectivité et même de créativité qu’il faut reconnaître dans un travail d’édition, l’intention n’est pas de produire une œuvre différente. Paradoxale elle aussi, la traduction peut aussi viser à rester le plus fidèle possible au texte original, mais elle produit tout de même une œuvre différente, dans une langue différente.

Autrement dit, même si l’éditeur est responsable du texte qu’il édite, il n’est pas et ne veut pas en être l’auteur. En « augmentant » les textes édités par les signes et l’appareil critique qui l’entoure, en garantissant leur exactitude et leur sérieux, en agissant directement sur leur trame, l’éditeur est au mieux un « acteur » ou un « aucteur » du texte. En ce sens-là, il peut avoir autorité, mais je me demande s’il peut revendiquer une propriété.

Conclusions pragmatiques et interprétation du jugement

En ce qui me concerne, je ne revendique pas la paternité des textes de Jean Chrysostome ou de Grégoire de Nazianze que j’édite, et personne n’aurait même l’idée d’une prétention aussi ridicule. On voit bien que la question n’est pas là et, de ce point de vue, il ne faut pas faire de ce procès un « faux procès », puisque Droz ne prétend pas à cela et que ce qui est en cause, ce n’est que le texte brut, pas l’appareil éditorial. Juridiquement, je suis bien incompétent, dans tous les sens du terme, pour me prononcer sur la légitimité d’une protection d’un texte critiquement établi en termes de droits d’auteur – protection dont bénéficient par ailleurs des productions bien peu originales. À titre personnel, quand bien même je trufferais mes éditions de conjectures, je ne me reconnais pas de tels droits de propriété, du moins globalement ; et pourtant il y aura dans « mes » textes édités quelque chose qui m’est propre. Le texte ne m’appartient pas, mais certains choix m’appartiennent.

Ce que le jugement ne reconnaît pas assez, c’est que le texte brut édité, par bien des aspects, reflète bien la personnalité de l’éditeur dans ses choix (qu’il reconnaît en tant que tels) : il n’y a pas que l’apparat, les notes ou le commentaire qui revêtent une trace de sa personnalité.

La question, comme on peut s’y attendre dans un cas paradoxal, est difficile à trancher, et si l’on peut souhaiter qu’il y ait jurisprudence, c’est pour que l’on traite la question au cas par cas.

Par ailleurs, on peut souhaiter, par souci d’information, que la source des textes soit autant que possible précisée. Puisqu’un texte diffère d’une édition à l’autre, toute citation de ce texte devrait s’accompagner de la mention de sa référence de publication. D’un point de vue pragmatique, je ne sais si le jugement du 27 mars dernier est une bonne chose, même s’il ne me paraît pas injustifié dans tous les cas. Car tout en entretenant l’illusion qu’un texte serait une réalité objective et intangible, il risque d’ouvrir plus grand encore la porte aux citations incomplètes, pendant que, faute de don quichotte attaquant le système, les pratiques de « copyfraud » prospéreront en France ou ailleurs et qu’au mieux, les maisons d’édition bénéficiant d’une législation de type anglo-saxon continueront à faire payer des milliers d’euros la reproduction commerciale de textes bruts.

Plus largement, l’indignation des spécialistes concernés montre que le jugement est déjà mal perçu, dans la mesure où il laisserait penser que la recherche en ecdotique serait une discipline intellectuelle de second ordre, ou même pire, qu’elle serait inutile. Ce qui pourrait entraîner non seulement un désintérêt des maisons d’édition pour les éditions critiques, mais un arrêt des financements publics… et la fin de l’ecdotique.

Dans cette perspective, cet article vise à montrer que, quel que soit son bien-fondé et quelle que soit la position qu’on adopte à son sujet, le jugement du 27 mars ne doit décidément pas être interprété dans ce sens.

 Guillaume Bady

Deux pages de blogs peuvent être utiles à lire à ce sujet :
– celui de Lionel Maurel : http://scinfolex.com/2014/04/13/une-victoire-pour-le-domaine-public-un-cas-de-copyfraud-reconnu-par-un-juge-francais/#comment-13612
– celui de Maïeul Rouquette : http://apocryphes.hypotheses.org/389

Scholiastes, Lexicographes, Polygraphes

L’équipe EDITTA (Édition, Interprétation, Traduction des Textes Anciens, EA1491) lance un nouveau programme de recherches pour le contrat 2014-2018. Ce programme, intitulé « Scholiastes, Lexicographes, Polygraphes », coordonné par D. Arnould et C. Le Feuvre, a pour but d’étudier l’apport de ces textes techniques à l’édition et à l’interprétation des textes grecs et latins. Il comprendra un cycle de conférences ouvertes à tous et des journées d’études, dont la première est prévue pour le début de l’année 2015.
Cet atelier est ouvert aux collègues et aux doctorants qui, sans être membres de l’EA 1491, s’intéressent à cette approche et souhaitent participer au projet, ponctuellement ou de manière régulière. Vous trouverez ci-dessous le programme des deux premières séances.

Mercredi 26 mars 2013, 17h-18h30
bibliothèque de l’UFR de Grec (16 rue de la Sorbonne. 2e étage)

C. Le Feuvre (Paris-Sorbonne) : « Les analyses stylistiques des scholiastes et la stratigraphie du corpus homérique »
D. Arnould (Paris-Sorbonne) : « A la recherche des textes de Sappho »

Mercredi 14 mai 2013, 17h-18h30
bibliothèque de l’UFR de Grec (16 rue de la Sorbonne. 2e étage)

C. Bréchet (université Paris Ouest), G. Kolovou (université Paris Ouest): Présentation du projet « Les scholies à l’Iliade d’Homère : du texte à l’hypertexte », mené dans le cadre du LabEx « Les passés dans le présent » (université Paris Ouest Nanterre La Défense)

Contacts :
dominique.arnould@paris-sorbonne.fr
claire.le-feuvre@paris-sorbonne.fr

Variants 10, Amsterdam/New York, 2013

Éditeur : Rodopi
Collection : The European Society for Textual Scholarship
318 pages
ISBN : 978-90-420-3632-1 – ISSN: 1573-3084
€ 70    

On notera, dans le dernier numéro de la revue interdisciplinaire Variants, des articles qui pourront intéresser directement les amateurs d’éditions numériques. Voici le résumé de ces articles en anglais. Plus bas, la présentation du numéro et de l’ensemble de ses articles.

Tara L. Andrews, “The Third Way: Philology and Critical Edition in the Digital Age”, probes deeply into the question what a digital scholarly edition should look like and, polemically, why there are so few of them around. The two questions, as she demonstrates, are closely interlinked, as she points not only to a resistance among classical philologists to use computers to make the editions, but also to a shift in approach between “old” and “new” philology. Manual methods of collation have tended towards the establishment of an “ideal” text, while computer-assisted collation and data processing has focused more on the unique existence of texts as they were produced, transmitted and consumed.

Franz Fischer, “All texts are equal, but… Textual Plurality and the Critical Text in Digital Scholarly Editions”, agrees that the power of the computer has not been sufficiently harnessed in classical philology. Too often still a digital edition points to its availability online (as digital text or pdf), not to the way it was produced using the computer as a tool. He presents a detailed case study of two digital editions — one of William of Auxerre’s Summa de officiis ecclesiasticis and of Saint Patrick’s Confessio — to illustrate the different methodologies at work and to highlight the important conclusion that the edition that is fully digitally prepared satisfies better the criterion for scholarly transparency.

Peter Robinson, ” Towards a Theory of Digital Editions”, reflects on the need for, and the principles that ought to underpin, a theoretical consideration of digital scholarly editions. The direction this theory should take is based on the primacy of the document, rather than that of the work, that has emerged in debates over recent years. Yet while Robinson welcomes this shift he also warns that the text-as-document is in danger simply of taking over from the text-as-work because current digital tools for scholarly editing do not allow for the encoding of both.

Continuer la lecture

Textual Trails (11th Conference of the European Society for Textual Scholarship, Helsinki 2014)

La 11ème Conference of the European Society for Textual Scholarship (ESTS) aura lieu à Helsinki du 30 octobre au 1er novembre 2014. Voici le texte (en anglais) de l’appel à contribution, publié sur le blog de l’APA. Date-limite de réponse : 15 avril 2014.

Texts tend to travel across space and time, carried by sound waves, written on parchments and codices, sealed in envelopes and travel trunks, and streaming as bits in the internet. They pass from mouth to mouth, from singers’ performances to scholars’ notes, from stone engravings to printed books, or from writing desks to digital editions.  Sometimes it is possible to trace the trail of a text or a fragment via several phases of transmission. These trails can be, for instance, a part of the genesis of one writing or an editorial history of one literary work, or they can run through a historical text tradition of scribal texts.
Continuer la lecture

Table-ronde ECDOTIQUE le 7 mars

La prochaine Table-ronde
ECDOTIQUE
L’ÉDITION DES TEXTES EN DEVENIR
aura lieu aux Sources Chrétiennes

le vendredi 7 mars 2014 de 14h à 18h

Programme

14h00-14h10 Tour de table

14h10-14h45
Béatrice NICOLAS-DUVAL (Rennes) : « Les manuscrits du De odoribus de Théophraste : aspects matériels et ecdotique »

14h45-15h20
Marie CRONIER (IRHT) : « Pour une nouvelle édition du De materia medica de Dioscoride : problèmes d’un texte à tradition multiple »

15h20-15h55
Jordi PAMIAS (Univ. Autonome de Barcelone) : « Mythographie et ecdotique »

15h55-16h15 pause

16h15-16h50
Lionel DUMARTY (Univ. Lyon 2) : « Pour une édition du Traité des adverbes d’Apollonius Dyscole : remarques sur la tradition manuscrite »

16h50-17h25
Daniel VALLAT (Univ. Lyon 2) : « L’Anthologie latine et les sirènes de l’hypercritique »

17h25-18h00
Bruno BUREAU (Univ. Lyon 3) : « Quel modèle d’encodage pour quel outil d’édition critique (domaine latin) ? Quelques perspectives »

Entrée libre

Lieu et contact