Archives de catégorie : Billets

La « Collection des douze Pères » de Florus de Lyon, un carrefour des traditions patristiques au IXe siècle

Voici quelque trois siècles et demi que P.-F. Chifflet a formé le désir de voir paraître une collection patristique « de douze Pères », qu’il attribuait à Florus de Lyon, diacre et érudit actif dans le second tiers du IXe siècle. Outre la considération dans laquelle il la tenait à titre personnel, il estimait en effet que l’œuvre présentait un grand intérêt pour les textes patristiques qu’elle compile. Son projet d’édition n’a pas alors été mené à bien, et la collection en tant que telle est restée inédite jusqu’au début du XXIe siècle. Cependant, l’idée qu’il s’en faisait a été largement confirmée par les éditeurs modernes des Pères de l’Église, pour qui elle fut d’abord une mine de fragments de textes perdu. Grâce au travail de Paul-Irénée Fransen, la Collectio ex dictis XII Patrum a finalement vu paraître son premier tome il y a seulement douze ans, et son dernier il y a sept ans. Cette édition fournit un bel exemple du travail patristique de Florus de Lyon, et elle est l’une des pièces maîtresses de ses Opera omnia en cours de publication dans le Corpus Christianorum Continuatio Mediaeualis de Brepols. Elle est une occasion encore peu exploitée de voir Florus au travail, par comparaison avec les travaux préparatoires, désormais bien étudiés, de sa grande compilation augustinienne . Mais elle ne s’adresse pas qu’aux médiévistes : aux patristiciens, spécialistes et éditeurs d’Hilaire de Poitiers, Cyprien de Carthage, Ambroise de Milan, Pacien de Barcelone, Théophile d’Alexandrie, Grégoire de Nazianze, Éphrem le Syrien, Léon le Grand, Cyrille d’Alexandrie, Fulgence de Ruspe, Paulin de Nole ou Avit de Vienne, elle rend aussi accessible le texte critique d’un précieux témoignage des œuvres de ces Pères, telles qu’on pouvait les lire à Lyon vers le milieu du IXe siècle.
Qu’apportent donc ces douze collections patristiques à notre compréhension des travaux d’érudition et d’édition patristique entrepris dans les centres intellectuels du monde carolingien ? Qu’apportent-elles, de nos jours, aux projets d’édition critique d’œuvres patristiques ? Surtout, quels problèmes posent-elles aux éditeurs de ces œuvres patristiques ? Si ces problèmes sont similaires d’une collection à l’autre, qu’en apprendra-t-on sur les méthodes de travail de Florus de Lyon ? Sur la composition de sa bibliothèque patristique ? Enfin, peut-on mesurer précisément l’étendue de son travail « proto-philologique » et son impact sur les traditions patristiques ? Comment l’appréhendera-t-on dans le cadre d’une histoire de ces textes, dont la restauration carolingienne et la bibliothèque lyonnaise ne constituent qu’une étape ?

Organisation : Pierre Chambert-Protat (EPHE), Franz Dolveck (École française de Rome), Camille Gerzaguet (Fondation Thiers)
Lundi 26 octobre, 9h30-12h15 ; moderatore : Anne-Marie Turcan-Verkerk
9h30 Accueil des participants (Stéphane BOURDIN)
Introduction (Anne-Marie TURCAN-VERKERK)
9h45 Pierre CHAMBERT-PROTAT, École Pratique des Hautes Études : «Un thrésor abbrégé de tout ce que les Saincts Pères ont écrit sur les Epistres de Saint Paul.» Nouveaux faits, réflexions et questions sur le grand œuvre de Florus.
10h30 Laetitia CICCOLINI, Université Paris IV – Sorbonne : Florus témoin du texte de Cyprien de Carthage : questions de méthode, études de cas.
11h30 Marc MILHAU, Université de Poitiers : Les citations d’Hilaire de Poitiers dans la « Collection des douze Pères » de Florus de Lyon : présentation générale ; étude d’un cas particulier : le témoignage des folios 9r à 16v du manuscrit Paris, BnF lat. 152.

Lundi 26 octobre, 14h30-16h ; moderatore : Antonio Manfredi, Biblioteca Apostolica Vaticana
14h30 Camille GERZAGUET, Fondation Thiers – EFR : L’Ambroise de Florus
15h15 Emanuela COLOMBI, Università di Udine : Les Pères grecs dans la Collectio de Florus

Mardi 27 octobre, 9h30-13h00 ; moderatore : Paul Mattei, Université Lumière Lyon 2
9h30 Jérémy DELMULLE, KU Leuven-BnF : L’autre expositio augustinienne de Florus de Lyon : les Sententiae a beato Fulgentio expositae de la « Collection des douze Pères »
10h15 Franz DOLVECK, École française de Rome : Paulin de Nole, Florus et les manuscrits des Douze Pères
11h15 Shari BOODTS, KU Leuven : Les sermons d’Augustin dans la bibliothèque de Florus. Perspectives comparatistes avec la Collectio ex dictis XII Patrum
12h Table-ronde et bilan

Nouveaux manuscrits sur e-codices (25 juin 2015)

73 nouveaux manuscrits ont été mis en ligne le 19 mars 2015 sur le site e-codices. Rappelons que “le but d’e-codices – Bibliothèque virtuelle des manuscrits en Suisse est de mettre à disposition, dans une bibliothèque virtuelle, tous les manuscrits suisses du Moyen Âge et une sélection de manuscrits de l’Époque moderne” (phrase empruntée à la page d’accueil du site). La liste de ces manuscrits se trouve sur le site d’e-codices.

Guide juridique sur « La publication des éditions de textes »

« La publication des éditions de textes. Informations et recommandations« .

Tel est le titre du guide rédigé par Denise Pierrot (ENS de Lyon) dans le cadre du Groupe juridique du Consortium CAHIER (Corpus d’auteurs pour les humanités : informatisation, édition, recherche).
Ce document vise à informer les éditeurs de textes pour les aider dans la négociation des contrats qu’ils sont amenés à signer avec les éditeurs commerciaux.
Il fournit des éléments précieux sur la législation (Code de la propriété intellectuelle) et s’efforce d’éclairer les enjeux de la cession des droits patrimoniaux, notamment sur la question de l’édition numérique des textes et de leur réutilisation dans des projets de recherche.
En voici l’alléchant sommaire:

[I] AVANT-­PROPOS
1.  Le contexte scientifique: les humanités numériques
2.  Le contexte politique
3.  Le contexte éditorial
II.  INFORMATIONS SUR LES DROITS DES ÉDITEURS DE TEXTES
1.  Quelques définitions
– Définition de l’éditeur de textes
– Définition du domaine public
– Définition d’une œuvre de l’esprit
– Définition du droit d’auteur: droit moral et droit patrimonial
2.  La cession des droits d’auteur par le contrat d’édition
– Une cession de droits qui autorise l’éditeur commercial à certaines exploitations de l’œuvre
– Analyse des clauses principales d’un contrat type d’édition français: objet, cession, obligations, supports futurs
– Cas particulier de l’édition universitaire: pas de rémunération, et des subventions
3.  Quelle propriété intellectuelle pour les éditeurs de textes?
– Le statut d’auteur des chercheurs
– Le statut du texte source
III.  RECOMMANDATIONS POUR CONSERVER CERTAINS DROITS
1.  Les contrats proposés  par les éditeurs
2.  Avant de signer un contrat d’édition
– Le choix de l’éditeur
– La lecture du contrat
– Une fois le contrat signé
3.  Que serait un contrat adapté à la recherche scientifique et à l’édition de textes en particulier?
4.  Comment s’y prendre? Rédiger ou faire rédiger un avenant
– 1.  Solution la plus ouverte: L’auteur conserve ses droits d’utiliser toute l’œuvre (source + apparat critique) à des fins de recherche ou d’enseignement pour une diffusion à titre gratuit, dès la publication
– 2.  Solution moins ouverte mais plus facilement négociable: L’auteur conserve le droit d’utiliser le texte source à des fins de recherche ou d’enseignement pour une diffusion à titre gratuit, dès la publication
– 3.  À  défaut…

XIII Seminario papirologico fiorentino, 7-15 settembre 2015

Organisé par l’Istituto Papirologico «G. Vitelli» (Dipartimento di Lettere e Filosofia dell’Università degli Studi di Firenze) – la Biblioteca Medicea Laurenziana – l’Accademia Fiorentina di Papirologia e di Studi sul Mondo Antico, aura lieu du 7 au 15 septembre prochain le treizième séminaire papyrologique florentin.

Programme et modalités d’inscriptions ci-dessous

Continuer la lecture

Formes du texte latin au Moyen Âge et à la Renaissance

IVe congrès de la SEMEN-L

Programme prévisionnel

Jeudi 4 juin 2015
À partir de 13h Accueil des participants
13h 30 introduction

LE NOUVEAU ET L’ANCIEN

Du manuscrit au numérique
13h 45 Brigitte Gauvin (Université de Caen-Basse Normandie, CRAHAM, UMR 6273)
« Le Livre sur les poissons et les créatures aquatiques de l’Hortus sanitatis : enjeux d’une édition numérique »
14h 15 Raphaële Mouren (The Warburg Institute / Centre Gabriel Naudé, ENSSIB)
« Humanités latines numériques : état des lieux et quelques questions »
14h 45 Christine Noille-Clauzade (Université Grenoble-Alpes, LITT&ARTS, RARE )
« Comment sortir le latin du musée ? Révolution typographique / Révolution numérique »
Discussion et pause

Le livre : du titre à l’index
15h 30 Max Engammare (Institut d’Histoire de la Réformation, Genève)
« L’invention du titre Biblia et son évolution de Gutenberg à la Sixto-clémentine »
16h 00 Élie Borza (Université catholique de Louvain)
« Cum scholiis locupletissimis : les pages de titres d’éditions et de traductions de Sophocle au XVIe siècle »
Discussion
17h 45 Visite du musée de Valence (collection de peinture et dessins d’Hubert Robert)
20h Apéritif buffet au café Le Bancel

Vendredi 5 juin

MISES EN PAGE

Cadres et seuils
9h Estelle Ingrand Varenne (CNRS, CESCM, Poitiers)
« Inscriptions encadrées/encadrantes : de l’usage du « cadre » en épigraphie médiévale (XIIe-XIVe s.) »
9h 30 Thomas Penguilly (Université de Bretagne occidentale, doctorant)
« Exiliens infans sinuosi e faucibus anguis. Effets de seuil et effets de sens dans les mises en forme des Emblemata d’André Alciat (1531-1547) ».
10h Anne-Pascale Pouey-Mounou (Université de Lille, ALITHILA)
« Les suggestions du livre ouvert – autour de quelques mises en forme des Adages »
Discussion et pause

Texte et image
11h Ginette Vagenheim (Université de Rouen, ERIAC)
« Mise en page des Antichita romane de Pirro Ligorio : texte et illustrations »
11h 30 Anne Raffarin-Dupuis (Université Paris IV-Sorbonne, Rome et ses renaissances)
« L’Antiquae Vrbis Romae cum regionibus Simulachrum de Marco Fabio Calvo : de quel texte les images sont-elles l’illustration? »
12h Francine Mora (Université de Versailles-Saint Quentin en Yvelines, Institut d’Études Culturelles Internationales) Sophie Albert (Université Paris-Sorbonne), Annaïg Penher (Université Paris-Sorbonne)
« Mises en page des manuscrits du Commentaire sur l’Énéide attribué à Bernard Silvestre »
Discussion
12h 45-13h 45 Déjeuner

FORMES MOUVANTES : LES ALEAS DE LA RECEPTION

Les formes du savoir
14h Grégory Clesse (Université catholique de Louvain-la Neuve)
« En amont et en aval des encyclopédies latines du XIIIe siècle : l’influence formelle dans la sélection des sources et la réception des savoirs médicaux »
14h 30 Florent Coste (Université de Lorraine, IUT Nancy Charlemagne)
« Les compilations médiolatines : formes, formations ou transformations textuelles ? »
15h Danièle James-Raoul (Université de Bordeaux Montaigne, EA 4593, CLARE)
« La dispositio dans l’Ars versificatoria de Matthieu de Vendôme »
Discussion et pause

Pratiques éditoriales
16h Valérie Méot-Bourquin (Université Grenoble-Alpes, LITT&ARTS, RARE)
« Leyser, Fabricius, Faral : pratiques éditoriales et lectures du Laborintus d’Evrard l’Allemand »
16h 30 Jean-François Cottier (Université Paris Diderot, CERILAC)
« Avatars anciens du De Alea de Pascasius Justus (1561) »
17h Laurence Boulègue (Université de Picardie-Jules Verne, EA 4284 TRAME)
« Du même à l’autre : des traités de philosophie éthique et politique (1530-1534) d’A. Nifo à l’édition des Opuscula (1645) par G. Naudé »
17h 30 Lucie Claire (Université de Picardie-Jules Verne, EA 4284 TRAME)
« La publication posthume des commentaires de Marc-Antoine Muret par le jésuite André Schott (1600) »
Discussion
20h Dîner (lieu à préciser)

Samedi 6 juin

DISPOSITIONS POETIQUES ET RHETORIQUES

Vers et prose
9h Gian Luca del Noce (Université de Naples)
« De la théorie de la prose à la pratique des vers : pour une lecture organique du dialogue Antonius de Giovanni Pontano »
9h 30 Marie-Geneviève Grossel (Université de Valenciennes, CALHISTE)
« Du vers latin au vers roman : chant de rossignol et horloge de la passion »
10h Paule Desmoulière (Université Paris-Sorbonne, Rome et ses renaissances)
« Les compositions latines dans les recueils de poésie funèbre au début du XVIIe siècle »
Discussion et pause

Exemples et gloses
11h Cécile Conduché (Université d’Orléans, PoLeN)
« La mise en évidence des exemples dans le De verbo d’Eutychès »
11h 30 Valérie Fasseur (Université de Pau et des Pays de l’Adour, CRPHLLF)
« La Consolation de Philosophie de Boèce, sa traduction et ses récritures par Jean de Meun. Vers, prose, exemplum et glose. »
12h François Bérier (Université Grenoble-Alpes, LITT&ARTS, RARE)
« Formes du commentaire exégétique d’après le manuscrit de l’Expositio in Isaiam de Nicolas de Clamanges (Paris, Bibl. de l’Arsenal, n° 137) »
Discussion
12h 45- 13h 45 Déjeuner

Dispositiones
14h Alice Lamy (Université Paris-Sorbonne, Lycée Hélène Boucher, Rome et ses renaissances)
« La forme singulière du commentaire parisien inédit et anonyme au Timée de 1363 »
14h 30 Christiane Louette (Université Grenoble-Alpes, LITT&ARTS, RARE)
« Dispositio rhétorique et mise en forme typographique dans les traductions latines et françaises de l’Iliade au XVIe siècle »
15h Claude La Charité (Université du Québec à Rimouski)
« Veluti per transennam : formes de l’annotation dans les travaux philologiques de Rabelais.
15h 30 Martine Furno (Université Grenoble-Alpes, Institut d’Histoire de la Pensée Classique, UMR 5037, Ens Lyon)
« Un ‘dossier de textes’ pour l’honneur d’une vie : l’Ad censuras responsio de Robert Estienne »
Discussion et conclusion du colloque

Organisation : Martine Furno, Christiane Louette, Valérie Méot-Bourquin

Localisation:

Centre Stendhal de Valence   –   Site internet
87, Avenue de Romans – Pôle Latour-Maubourg
26000 Valence
Source : compitum

Nouveaux manuscrits sur e-codices (19 mars 2015)

57 nouveaux manuscrits ont été mis en ligne le 19 mars 2015 sur le site e-codices. Rappelons que “le but d’e-codices – Bibliothèque virtuelle des manuscrits en Suisse est de mettre à disposition, dans une bibliothèque virtuelle, tous les manuscrits suisses du Moyen Âge et une sélection de manuscrits de l’Époque moderne” (phrase empruntée à la page d’accueil du site). La liste de ces manuscrits se trouve sur le site d’e-codices.

Gaio Sulpicio Apollinare grammatico latino del II secolo d.C, Roma 2015

FRANCESCO MANTELLI, Gaio Sulpicio Apollinare grammatico latino del II secolo d.C. Le « Periochae » terenziane, gli « Argumenta » plautini non acrostici, la testimonianza di Aulo Gellio (Prefazione di Fabio STOK), Aracne Editrice (Lecturae Novae, 2), Roma 2015, € 15 (ISBN 978-88-548-8297-3).

Pour la table des matières, voir le billet sur Grammaticalia.

Manuscrits et aventures d’éditeurs

Manuscrits et aventures d’éditeurs
XLVIIIème Congrès de l’APLAES / Université de Franche-Comté

PROGRAMME PROVISOIRE

Vendredi 29 mai 2015
Journée scientifique, UFR SLHS, Grand Salon
Manuscrits et aventures d’éditeurs

9h30 : accueil des participants
10h00 : discours d’ouverture

1e session
10h30 : Rudy Chaulet (Université de Franche-Comté, ISTA, EA4011), « Les Granvelle »
11h00 : Marie-Claire Waille (Bibliothèque d’Etude et de Conservation de Besançon), « Les livres anciens de la Bibliothèque d’Etude et de Conservation de Besançon »
11h30 : discussion

2e session
11h45 : Jean-Louis Ferrary, « Jean Matal et les manuscrits d’arpenteurs romains »
12h15 : discussion
12h30 : présentation d’un manuscrit par les conservateurs de la Bibliothèque d’Etude et de Conservation de Besançon

12h45 : déjeuner (buffet comtois), salle D02

3e session
14h00 : Jacques Elfassi (Université de Lorraine – Metz), « Un manuscrit des Étymologies d’Isidore de Séville redécouvert »
14h30 : Bernard Mineo (Université de Nantes), « Trogue Pompée et Rome »
15h00 : discussion

15h15 : pause

4e session
15h45 : Gabriella Ottone (Université de Gênes), Travailler sur des fragments d’histoire en histoire ancienne. Titre à préciser.
16h15 : Daniel Battesti (doctorant Université de Franche-Comté, ISTA), Un manuscrit problématique dans une recherche sur Thucydide
16h45 : discussion
17h00 : Morgane Patin et Edwige Pépin (enseignement secondaire, ISTA et Fr-educ), présentation du projet 2014-2015 sur la parité : « (In)égalités Homme-Femme. »
17h30 : discussion

19h00 : accueil à l’Hôtel de Ville de Besançon (sous réserve)
20h30 : dîner dans un restaurant bisontin

Samedi 30 mai 2015
Journée administrative, UFR SLHS, Grand Salon

9h00 : accueil
9h15 : Rapport moral
9h45 : Rapport financier
10h00 : Interventions de l’Inspection générale et des Sociétés amies.
11h00 : pause
11h15 : Table ronde
13h00 : buffet comtois (salle D02)
14h30 : débat interne et assemblée générale
15h30 : Election du bureau et vote des motions
16h30 : réunion du bureau
17h30 : visite de la Domus située à la Faculté des Lettres
20h00 : dîner dans un restaurant bisontin, Barthod (optionnel)

Dimanche 31 mai 2015
Journée culturelle

10h00 : visite du Musée du Temps
12h00 : déjeuner libre
14h00 : visite guidée de Besançon

Bulletin d’inscription sur le site de l’APLAES.
Contact : thomas.guard[at]univ-fcomte.fr
Source : APLAES

Retour sur la tradition manuscrite du Commentaire sur le Cantique de Nil d’Ancyre, pour lequel des manuscrits en tradition directe font défaut

par Marie-Gabrielle GUÉRARD,
à la Table-ronde “Ecdotique”, Lyon, HiSoMA-Sources Chrétiennes, le 19 février 2015.

GUERARD 2On se trouve face à une tradition disparate, puisque le texte de Nil (fin du 4e – début du 5e s. ?)  est présent dans des chaînes exégétiques. Quel texte l’éditeur contemporain peut-il espérer atteindre ? Est-il légitime de reconstruire le commentaire nilien qui se trouve être le plus ancien commentaire grec sur le Cantique qui commente le texte biblique in extenso ?

Est-il possible, à partir des manuscrits dont on dispose et des remarques les plus récentes sur les traditions caténaires, de parvenir à une « histoire du texte » où l’imagination ait moins de part que dans la construction de H. U. Rosenbaum ? Je me réfère à la page 243* (les pages de l’introduction sont ainsi assorties d’un astérisque) de son édition du Commentaire (voir bibliographie ci-dessous), où – en dehors de toute chronologie – l’éditeur dispose pour figurer la « représentation graphique du développement textuel » (graphische Darstellung der Textentwicklung) 14 états différents du texte aboutissant aux six manuscrits qui seront finalement retenus.

Je crois qu’il est possible d’être à la fois moins ambitieux et plus raisonnable.

L’édition de Rosenbaum présente un caractère accumulatif : il s’agit d’imprimer tout ce qu’il a trouvé de Nil ou de ressemblant à Nil, y compris en insérant en petit corps des passages de la Chaîne des trois Pères, ou des mots ajoutés de son propre chef (peu de pages sont dépourvues de mots ou expressions entre chevrons), parce qu’ils lui paraissent manquer… Bref, il parvient à « reconstruire » — c’est le terme qu’il utilise, en particulier pp. 213*-222*, puis 239*-240* — un texte qui n’a jamais existé.

Voici les principaux manuscrits (cf. mon édition du Commentaire, Sources Chrétiennes 403, 1994, p. 10 et 86-94) :
Venetus Marcianus gr 22, XIIIe s.
Vaticanus gr. 2129, après 1480
C  Cantab. Trin. Coll. O.I. 54, Xe s.
G  Genuensis bibl. Durazzo-Giustiniani A.I. 10, IXe s.
P  BNF. Paris. gr. 153, XIIe s. (le plus ancien manuscrit contenant l’Épitomé de Procope de Gaza sur le Cantique).

Je ne reviens pas sur les 2 premiers manuscrits de la liste, qui contiennent le commentaire nilien jusqu’à Cant. 4,1d en faisant alterner les homélies de Grégoire de Nysse avec le commentaire nilien. J’ai montré que ces deux mss avaient toute chance de transmettre le texte nilien intégral. Qu’on appelle cette tradition textuelle « chaîne à deux auteurs » n’autorise nullement à penser qu’il s’agit de la forme la plus ancienne d’une « chaîne exégétique sur le Cantique », dont la tradition se serait peu à peu enrichie par l’ajout d’extrait textuels d’autres auteurs (position de Rosenbaum, p. 17*-19* en particulier et la notion de Urkatene). D’ailleurs les deux manuscrits de cette tradition sont datables du 13e et de la fin du 15e siècles. Le fait que les commentaires de nos deux auteurs soient cités in extenso inviterait plutôt à penser, avec G. Dorival et J.-M. Auwers, qu’il s’agit d’une tradition savante de retour à l’original (cf. Auwers, L’interprétation, n. 6, p. 98) dans une sorte d’édition synoptique.

Le cas de C est différent : il s’agit d’un manuscrit ancien, de bonne facture, où le commentaire de Nil est évidemment privilégié, cité in extenso, ou presque jusqu’à Cant. 4, 1 pour Nil, et sous forme très résumée pour les 2 autres auteurs, Théodoret et Grégoire de Nysse. A partir de Cant. 5, 2, la suite la plus fréquente est Nil, Théodoret, Origène. Comme il contient la totalité de l’explication du texte biblique, c’est la tradition qu’il faut privilégier quand on édite Nil. Il est en effet vraisemblable qu’il conserve aussi la totalité ou quasi totalité de l’exégèse nilienne pour l’ensemble du commentaire. Les seules « coupes » repérées concernent des citations scripturaires en fin de développement où le copiste écrit simplement le premier mot de la citation et : καὶ τὰ λοιπὰ. Malheureusement, on y déplore des lacunes, du fait de la perte de plusieurs folios. La seule solution consiste alors à suppléer à ces lacunes grâce au résumé fourni par l’Épitomé de Procope.

Par ailleurs le manuscrit de Gênes, le plus ancien et le plus récemment mis au jour (par S. Lucà en 1981) offre la fin de notre commentaire (de Cant. 6, 8 à 8, 14) aux ff. 281-296, suivi d’un autre texte de Nil, Le Discours ascétique. Comme dans ce manuscrit, le texte nilien est transmis seul, on peut croire, avec S. Lucà, qu’il s’agit là de notre commentaire en tradition directe. Rosenbaum pense qu’il s’agit en réalité d’une sorte de «restauration» à partir d’extraits caténiques, p. 123*-124*. Les explications du texte du Cantique s’y présentent sous la même forme de péricopes à la suite des lemmes textuels ; tous les textes sont ceux du commentaire de Nil, tels qu’on les lit aussi dans C. S’il s’agissait effectivement d’une reconstitution à partir d’une chaîne exégétique, on aurait là l’exemplaire unique d’une telle entreprise, et à une époque très haute, puisque ce manuscrit est datable de la fin du 9e siècle. A ma connaissance, le seul autre exemple connu de manuscrit reprenant les extraits caténiques d’un seul auteur est le Barberinianus gr. 388 où le copiste a rassemblé ce qui reste du commentaire grec sur le Cantique d’Origène. C’est un manuscrit du 14e siècle qui ne contient rien de plus que les extraits origéniens de l’Épitomé de Procope (cf. Commentario al cantico dei cantici, ed. M.-A. Barbàra, Bologne 2005, p. 117-121).

Quelle confiance accorder à l’Épitomé de Procope pour la transmission du commentaire de Nil ? La question est d’importance, en particulier pour les versets du Cantique où les manuscrits de la tradition complète font défaut. Les trois exemples joints montrent que « Procope » ne réécrit pas Nil : dans le §110 on ne trouve qu’un changement dans l’ordre des mots, une variante qui peut résulter d’une mélecture, la mauvaise résolution d’une abréviation et une simplification.

Au § 114, il s’est contenté de suppressions. Enfin dans le long §134, face à une explication pour le moins alambiquée, bien dans le style de la fin du commentaire de Nil, le caténiste s’est simplement livré à des coupes. Je partage l’opinion de J.-M. Auwers (Interprétation du Cantique de cantiques, p. 300) qui estime, au vu de ces techniques d’abrègement, que les scholies niliennes ont été introduites après le travail de réduction-réécriture des commentaires de Grégoire de Nysse et Origène.

Brève bibliographie :

Nil d’Ancyre, Commentaire sur le Cantique des cantiques, I, introduction, édition et traduction de M.-G. Guérard, SC 403, Paris, 1994

Santo Lucà, «Il codice A.I. 10 della Biblioteca Durazzo-Giustiniani di Genova», Bollettino della Badia Greca di Grottaferrata, NS 35, 1981, p. 133-163

Santo Lucà, «La fine inedita del commento di Nilo d’Ancira al Cantico dei Cantici», Augustinianum 22/3, 1982, p. 365-403

Edition du Comm. par H. U. Rosenbaum 2004 : Nilus von Ancyra, Schriften, Kommentar zum Hohelied, PTS 57, Berlin – New York 2004

Édition de l’Épitomé de Procope par Jean-Marie Auwers, CCSG 67, Turnhout, 2011

Jean-Marie Auwers, L’interprétation du Cantique des cantiques à travers les chaînes, Turnhout 2011.

Exemples joints en fichier pdf

Les éditions anciennes de l’Iliade ont la cote

Dans la page Culture de Liberation de ce jeudi, on peut lire une moquerie (« Jennifer Lopez vient à l’aède d’Homère ») reprise dans la revue de presse de Natacha Polony sur Europe 1 ce vendredi : depuis la sortie du film de Rob Cohen, The Boy Next Door (Un voisin trop parfait), le 23 janvier dernier aux Etats-Unis, l’Iliade est en tête des requêtes des internautes sur le site Abebooks, plus exactement, “The Iliad, first edition”.

La raison en est la suivante : dans une scène du film, la belle Jennifer Lopez, qui incarne un professeur de lycée qui vient juste de divorcer, reçoit de son jeune voisin et futur amant une édition ancienne de l’Iliade. Elle s’exclame alors : « Oh mon Dieu – c’est une première édition ? Je ne peux pas accepter, cela a dû coûter une fortune ». Le jeune homme dit l’avoir achetée un dollar à un vide-grenier. Continuer la lecture

Découverte d’une vie inédite de saint François écrite par Thomas de Celano

Dans la séance de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres du vendredi 16 janvier 2015, Jacques Dalarun a présenté, en présence de Bruno Racine, directeur de la Bibliothèque nationale de France, et d’Isabelle Le Masne de Chermont, directrice de son département des manuscrits, le manuscrit d’une version abrégée inédite de la première Vie du bienheureux François de Thomas de Celano, maillon manquant de la légende franciscaine dont le manuscrit, issu d’une collection privée, vient d’être acquis par la BNF alertée par ses soins. Copié dans la décennie 1230, le petit volume contenant cette Vie regroupe également un florilège de sermons et d’extraits d’auteurs médiévaux, mais aussi la Regula bullata, les Admonitions de François d’Assise et se termine par un recueil de miracles posthumes. Pour en savoir davantage, voir l’article de C. Vincent, « La vie retrouvée de François d’Assise » dans Le Monde du 24 janvier 2015 (l’article est en partie réservé aux abonnés, mais le contenu en est repris sur divers sites, par exemple les Archives franciscaines).
Source ; Académie des Inscriptions et Belles-Lettres.

Memento sur les revues

Petite liste non exhaustive de revues publiant régulièrement des contributions en critique textuelle et en philologie :

American Journal of Philology
Annali della Scuola Normale Superiore di Pisa. Classe di lettere et filosofia
Archivum Latinitatis Medii Aevi (Bulletin du Cange)
Classical Philology
Classical Quaterly
Commentaria Classica. Rivista di filologia greca e latina
Giornale italiano di filologia
Helmantica
Hermes. Zeitschrift für klassische Philologie
Latomus
Maia. Rivista di letterature classiche
Mnemosyne. Tijdschrift voor classieke litteratuur
Philologus. Zeitschrift für antike Literatur und ihre Rezeption
Revue de philologie, de littérature et d’histoire anciennes
Revue d’histoire des textes
Revue belge de philologie et d’histoire
Rivista di filologia e di istruzione classica
Segno & Testo : International Journal of Manuscripts and Text Transmission
Studi italiani di filologia classica
Wiener Studien. Zeitschrift für Klassische Philologie, Patristische und lateinische Tradition

Nouveaux manuscrits sur e-codices (18 décembre 2014)

43 nouveaux manuscrits ont été mis en ligne le 18 décembre 2014 sur le site e-codices. Rappelons que “le but d’e-codices – Bibliothèque virtuelle des manuscrits en Suisse est de mettre à disposition, dans une bibliothèque virtuelle, tous les manuscrits suisses du Moyen Âge et une sélection de manuscrits de l’Époque moderne” (phrase empruntée à la page d’accueil du site). La liste de ces manuscrits se trouve sur le site d’e-codices.

Parution : Daniele BIANCONI (cur.), Storia della scrittura e altre storie, Roma 2014

Parution, annoncée dans le Notiziario di Antichistica du 13 septembre dernier, de l’ouvrage :

DANIELE BIANCONI (cur.), Storia della scrittura e altre storie, Accademia Nazionale dei Lincei (Bollettino dei Classici – Supplementa, 29), Roma 2014, € 70 (ISBN 978-88-218-1082-4).

Table des matières

Continuer la lecture

Parution de : Everything You Always Wanted to Know about Lachmann’s Method: A Non-Standard Handbook of Genealogical Textual Criticism in the Age of Post-Structuralism, Cladistics, and Copy-Text

“This book, written with the non-Italian reader in mind, addresses a central problem in textual criticism, and one that it is currently fashionable to regard as insoluble, namely, how to reconstruct a text of the past so that it is as close as possible to the lost original, starting from a number of copies more or less full of mistakes.
The idea of writing this book – which I left to age, as one does with wine and cured meats – first occurred to me in 2006-2007, when I had the privilege of being a visiting professor at the Hebrew University of Jerusalem. As the students felt the need to explain to me: ‘Nobody had ever talked to us about these things.’ For decades, very few, if any, Biblical, Germanic and Slavonic philologists, or French Romanists, or German editors of Anglo-American or Medieval Latin texts, have been talking about many of the things this book is about” (from the author’s preface).

“My first essay on editorial methodology concerned the number of branches in family trees, and my latest concerned editing with the aid of computer programmes. On these topics and many another, Paolo Trovato’s combative and richly instructive book leaves me far behind, and it is a privilege to have the opportunity of commending it” (from M.D. Reeve’s foreword).

Source : http://www.libreriauniversitaria.it