Stage et table-ronde d’ecdotique

Le stage d’ecdotique des Sources Chrétiennes aura bien lieu du 29 février au 4 mars prochain, ainsi que la table-ronde d’ecdotique le 3 mars à partir de 14h.

Une formation élémentaire à la paléographie latine ou grecque (au choix) est proposée dès le dimanche 28 février à 14h, dans les locaux des Sources Chrétiennes, 22 rue Sala, Lyon 2e.

Le programme du stage comporte une modification: l’atelier consacré à un texte d’Athanase  portera finalement sur la 7e des « Homélies nouvelles » de Jean Chrysostome, intitulée Contre les jeux et le théâtre.

Allez donc voir le programme

 

Les textes patristiques : entre philologie et histoire de la transmission

Compte rendu du séminaire d’Emanuela Colombi  (Lyon, 26 novembre – 11 décembre 2015)

par Piotr Płocharz

« Les textes patristiques : entre philologie et histoire de la transmission ». Tel est le titre du séminaire assuré par Madame Emanuela Colombi à l’Université Lumière-Lyon 2 entre le 26 novembre et le 11 décembre 2015 à la Maison de l’Orient et de la Méditerranée. Madame Colombi, enseignant-chercheur d’histoire du christianisme ancien à l’Université d’Udine (Italie), a donné en tant que professeur invité un cycle de 8 séances destinées non seulement aux étudiants de Lettres classiques, mais aussi au grand public.

Le but du séminaire était de présenter une série de réflexions sur la transmission des œuvres patristiques, sur les textes et les lieux qui ont formé la culture propre à la pensée de l’Europe médiévale, mais aussi sur les spécificités de la philologie des textes patristiques, trop souvent évalués d’après les critères de la philologie classique. L’approche de Madame Colombi consistait à aborder les différences et les similarités entre trois types de philologie (classique, patristique et médiolatine), à réétudier les spécificités de la philologie patristique dans une nouvelle perspective de l’histoire culturelle (en examinant les nouveautés de la culture chrétienne du point de vue de la diffusion et de la création des textes dès le début ; en présentant la multitude des témoignages littéraires sur la circulation « intensive » des textes chrétiens des premiers siècles); et enfin, à mener quelques réflexions sur la transmission du De civitate Dei d’Augustin.

A. Les spécificités de la philologie patristique, par rapport à la philologie classique et à la philologie médiolatine

Le séminaire a débuté par une réflexion très détaillée concernant les spécificités de chaque manière d’aborder la philologie – philologie classique, patristique et médiolatine successivement –, chacune étant comprise comme l’étude des textes dans leur manière d’être transmis. En effet, chacune peut être étudiée selon ces caractéristiques particulières :

  • L’intermédiaire des manuscrits médiévaux
  • La distance qui sépare la composition de l’œuvre et ses premiers manuscrits
  • L’absence d’autographes
  • La multiplicité des traditions
  • L’instabilité du texte
  • L’existence d’un archétype
  • La décadence de la norme linguistique (d’après les derniers acquis de la socio-linguistique historique, on dirait plutôt « décadence de la norme classique », pour ne pas dire « de la langue », puisque la langue – son système grammatical et son ensemble de fonctions, communicatives ou autres – est complète à chaque instant)

Nous avons étudié les caractéristiques énoncées ci-dessus en les appliquant à chaque manière d’étudier la philologie :

  • L’intermédiaire des manuscrits médiévaux concerne les trois philologies puisque les œuvres dont nous disposons aujourd’hui ont été transmises grâce aux copies médiévales. Cela s’explique par deux facteurs : 1) entre le IIe et le IVe siècles les rouleaux sont successivement remplacés par les codex. Cette évolution matérielle implique aussi la nécessité d’un choix : quels textes vaut-il la peine de recopier et lesquels abandonner ? L’enjeu n’est pas seulement celui du contenu : nous ne devons pas oublier qu’il s’agissait aussi de raisons économiques (à comparer avec la numérisation d’aujourd’hui : on ne numérise pas tout, ce n’est même pas possible). 2) Le passage, ou plutôt l’évolution des écritures nationales vers la minuscule carolingienne. Qu’il s’agisse des œuvres classiques (bien que beaucoup d’entre elles soit perdues), patristiques ou médiolatines, nous ne les possédons aujourd’hui que grâce à la transmission médiévale.

L’autre facteur que nous pouvons évoquer et qui unit un tant soit peu les deux précédents, c’est l’apparition des écritures professionnelles. Plus précisément, il s’agit des graphies onciale (IIe – IVe siècles) et semi-onciale (Ve siècle). Dans le contexte de la transmission des textes, surtout chrétiens, il s’agit plutôt d’un problème pratique et non pas d’un problème esthétique.

Les chrétiens jouent un rôle primordial dans la transmission de la culture matérielle. Les premières années du christianisme influencent les modalités de cette transmission, surtout en ce qui concerne la philologie patristique. Sont mis alors en circulation des exemplaires bibliques destinés aux communautés. Les textes concernant les dogmes circulent pour assurer l’unité de la chrétienté. Des scribes en corporations s’attachent aux évêques. Ces « protoscriptoria » anticipent la stabilisation de futurs ateliers d’écriture et marquent les débuts de la professionnalisation du métier. Nous disposons par exemple des témoignages de saint Jérôme et de saint Augustin sur le fait qu’ils ont dicté leurs œuvres. Tout cela nous ouvre à l’aspect oral de la culture littéraire de l’Antiquité.

  • La distance entre la composition de l’œuvre et les premiers manuscrits conservés concerne majoritairement la philologie classique, tandis que la philologie patristique et la philologie médiolatine sont reléguées au second plan. Nous lisons les œuvres en latin classique via les copies médiévales. Par contre, les copies des auteurs patristiques et médiévaux sont, théoriquement, plus proches des versions originales.
  • L’absence d’autographes: seule la philologie médiolatine peut disposer des originaux faits par les auteurs eux-mêmes.
  • Le multiplicité des traditions: plus nous nous approchons des temps modernes, plus la multiplicité de transmissions augmente. De toute manière, l’établissement d’un stemma d’une œuvre étudiée garde toujours une marge d’incertitude. Nous ne pouvons jamais être sûrs de l’exactitude de l’histoire des manuscrits.
  • L’instabilité du texte: les différentes variantes des textes d’une même œuvre constituent un autre problème pour les philologues. Souvent, il est difficile d’établir la nature du texte : on ne sait pas s’il s’agit d’une version stabilisée ou pas, d’une version révisée par l’auteur, d’une circulation partielle des parties d’une œuvre ? Pourtant, on dispose de témoignages disant que saint Augustin a réussi à réviser certains de ses travaux.
  • L’existence d’un archétype: c’est un problème qui nous renvoie à la question de la multiplicité des traditions.
  • La décadence de la norme linguistique: chaque langue change – c’est le caractère universel de toute langue naturelle. Le latin de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge n’échappe pas à cette règle. De nouvelles formes et tournures apparaissent. Des besoin de nature socio-linguistique s’imposent – entre autres la nécessité d’être compris de tous, ce qui provoque la simplification de la langue (ne pas confondre avec l’incorrection). Nous pouvons également remarquer une nouvelle théorisation sur la langue : on souligne l’importance du contenu en abandonnant un langage orné (cf. Césaire d’Arles ou les textes hagiographiques). De plus, d’un point du vue philologique, nous ne pouvons pas savoir si certaines anomalies de la norme classique sont le fait de l’auteur lui-même ou du copiste postérieur qui ignore la grammatica Quoi qu’il en soit, Madame Colombi a remarqué à juste titre qu’il manque actuellement un appareil méthodologique adéquat pour étudier la philologie patristique. Cela est dû à sa spécificité : la philologie patristique, constituant une partie du cursus en Lettres classiques, en théologie ou en histoire, est à chaque fois étudiée dans une perspective qui n’est pas toujours la sienne.

B. Production et circulation des livres

Dans la deuxième partie du séminaire, nous avons abordé la question de la production et de la circulation des livres.

Pour bien saisir ce que veut dire « un livre » à l’époque de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge, nous devons rappeler ces quelques considérations préliminaires : par le terme de « livre », il faut entendre un manuscrit. La production de livres reste privée. De plus, il n’y a pas de vrai commerce ou de droit d’auteur. Ce n’est qu’au début de l’âge impérial que l’on peut remarquer l’apparition du commerce. Nous ne possédons en tout et pour tout que peu de sources. Une publication = les copies de la première rédaction. Il ne faut pas oublier que la distribution reste très restreinte. La première publication pouvait être privée pour que l’auteur puisse appliquer les corrections. Mais dès que l’œuvre se retrouvait en circulation, l’auteur n’avait plus de contrôle sur son texte.

Ce qui importe, c’est aussi l’aspect matériel de la production du livre en lui-même. Ce que l’on peut remarquer c’est que, pour des raisons pratiques, le papyrus l’emporte sur le parchemin jusqu’au Ier siècle après J.-C. Mais le passage du rouleau au codex constitue un facteur plus important dans l’histoire de la transmission des textes. Statistiquement, jusqu’au IIIe siècle 89% des livres païens sont écrits sur des rouleaux et 99% des livres chrétiens sont écrits sur des codex. Ainsi, nous pouvons nous poser la question suivante : d’où vient une telle différence ? En fait, l’utilisation du codex pour des textes littéraires n’est pas inconnue de la culture païenne, mais la disproportion semble énorme. Les chercheurs invoquent différentes motivations de cet état de choses :

  • Des raisons économiques – comme la possibilité d’écrire recto-verso (mais il y a beaucoup d’espace aussi dans les marges ainsi que sur les reliures, de l’ordre de presque 25%)
  • La commodité – l’utilisation de codex semble plus facile (mais le déroulement du rouleau était absolument normal)
  • L’influence du judaïsme (mais en réalité nous ne disposons pas d’épreuves d’annotations sur les codex)
  • Le codex comme texte d’autorité
  • Les questions pratiques (hypothèse « sociologique ») – les codex faisant fonction de manuels

En ce qui concerne la circulation des premiers textes chrétiens, il faut accorder un rôle majeur à la communication qui était d’une grande importance. Il suffit juste de comparer la vitesse de diffusion de certains textes primitifs dans l’espace méditerranéen. Par exemple, on a retrouvé un fragment de papyrus de Contre les hérésies d’Irénée de Lyon (écrit environ en 180) en Égypte à la fin du IIe siècle. De même pour l’Évangile de saint Jean (écrit à la fin du Ier siècle), on possède un fragment de papyrus en Égypte datant du début du IIe siècle.

Ensuite, nous avons étudié quelques textes bibliques et proto-chrétiens qui témoignent d’une circulation intense de textes dans les premiers siècles. En analysant par exemple des fragments des épîtres de Paul, de l’Apocalypse de Jean, du Pasteur d’Hermas et de la Lettre aux Philippiens de Polycarpe de Smyrne, on peut se rendre compte d’un trait dominant : il s’agit davantage d’une circulation communautaire que d’une circulation à l’échelle individuelle. Cette importance de la diffusion à grande échelle s’explique par la nécessité de définir une théologie et des pratiques qui n’existaient pas encore. Par conséquent, il n’y pas de but vraiment intellectuel ou esthétique dans cette première circulation de la communication. Le vrai but s’avère plutôt pratique et concret. G. Cavallo parle ainsi des manuels écrits pour les premières communautés chrétiennes (ce qui nous renvoie à l’hypothèse « sociologique »)

C. Les testimonia d’Augustin sur la rédaction de ses œuvres

La troisième partie du séminaire était consacrée aux testimonia d’Augustin sur la rédaction de ses œuvres. Ces informations données par l’auteur lui-même nous permettent de comprendre les modalités de la rédaction d’un texte et de sa circulation durant l’Antiquité tardive. De plus, on apprend à quoi pouvait ressembler l’acte d’écrire. Les témoignages d’Augustin sont très précieux, puisqu’il nous livre ses réflexions sur les corrections et les changements qu’il a effectués. Augustin réalise un travail d’éditeur, mais malheureusement ne l’a pas fait systématiquement pour l’ensemble de son corpus. Il compose ses ouvrages par phases différentes. Il révise souvent ce qu’il avait dit, ajoute des corrections, etc. L’aspect le plus hardu pour un philologue contemporain est le fait qu’Augustin diffusait ses œuvres partiellement (cf. Cité de Dieu), ce qui rend très difficile la classification de ses manuscrits. Madame Colombi a montré le problème d’une répartition en livres du De civitate Dei à partir de différents manuscrits, problème dû au désordre qui règne dans les titres des chapitres.

D. Augustin et Florus à la Bibliothèque Municipale de Lyon

Grâce à la collaboration de l’Université Lumière-Lyon 2 et la Bibliothèque Municipale de Lyon, une séance s’est déroulée dans les locaux de la Bibliothèque. À cette occasion il a été possible d’étudier deux manuscrits du De civitate Dei qui y sont conservés. Les deux manuscrits sont à consulter en ligne via le portail de la Bibliothèque (http://www.florus.bm-lyon.fr). Il s’agit des manuscrits avec la cote ms 606 et ms 607.

Lors de son séjour à Lyon, Madame Colombi a également donné à la Maison de l’Orient et de la Méditerranée une conférence sur l’histoire des manuscrits provenant de la bibliothèque réunie au IXe siècle par le diacre Florus. Pour plus d’informations sur l’histoire de la bibliothèque de Florus, nous pouvons accéder au service numérique de la Bibliothèque Municipale (http://www.numelyo.bm-lyon.fr/manuscrits/list.php)

Madame Colombi a également présenté le projet Trapat – Traditio Patrum (http://www.traditiopatrum.it) – la transmission des Pères latin dans le Moyen Âge – dont elle est responsable.

E. Bibliographie sélective

Voici une bibliographie sélective qui peut élargir la notion de communication :

Achard, G., La communication à Rome, Paris, 1991.

Banniard, B., Viva Voce. Communication écrite et communication orale du IVe au IXe siècle en Occident latin, Paris, 1992.

Banniard, B., « La cité de la Parole : saint Augustin entre la théorie et la pratique de la communication latinophone », Journal des savants 2 (1995), p. 283-306.

Boureau, A., « La norme épistolaire, une invention médiévale », dans R. Chartier (dir.), La correspondance. Les usages de la lettre au XIXe siècle, Paris, 1991.

Cazal, Y., Les voix du peuple, Verbum Dei : le bilinguisme latin-langue vulgaire au Moyen Age, Genève, 1998.

Van Acker, M., « Ut quique rustici et inlitterati hec audierint intellegant » : hagiographie et communication verticale au temps des mérovingiens, VIIe-VIIIe siècles, Turnhout, 2007.

Van Uytfanghe, M., « La communicatio verticale latine en Italie (VIe – VIIIe siècle) » dans M. Van Acker, R. Van Deyck, M. Van Uytfanghe (éd.), Latin écrit – roman oral ? De la dichotomisation à la continuité, Turnhout, 2008.

Zink, M., La prédication en langue romane avant 1300, Paris, 1976.

Nouveaux manuscrits sur e-codices (17 décembre 2015)

54 nouveaux manuscrits ont été mis en ligne le 17 décembre 2015 sur le site e-codices. Rappelons que “le but d’e-codices – Bibliothèque virtuelle des manuscrits en Suisse est de mettre à disposition, dans une bibliothèque virtuelle, tous les manuscrits suisses du Moyen Âge et une sélection de manuscrits de l’Époque moderne” (phrase empruntée à la page d’accueil du site). La liste de ces manuscrits se trouve sur le site d’e-codices.

Table-ronde ECDOTIQUE du 3 mars 2016: demandez le programme

La 4e table-ronde « Ecdotique, l’édition des textes anciens en devenir » aura lieu aux Sources Chrétiennes le jeudi 3 mars 2016

La table-ronde vise à favoriser les échanges sur des travaux en cours, des questions de méthode ou des études de cas. Le mot « ecdotique » est ici compris comme comprenant les sources littéraires et non littéraires et les techniques les plus diverses.

La table-ronde aura lieu dans le cadre du stage d’ecdotique des Sources Chrétiennes, qui se déroulera du 28 février au 4 mars 2016 et qui est ouvert à des chercheurs et étudiants de divers pays.

Programme

14h00-14h10 – Tour de table
14h10-15h00 – Tiziano Dorandi (CNRS, Centre Jean Pépin)
Variantes d’auteur dans l’Antiquité classique ? Le cas du Cratyle de Platon.
15h00-15h50 – Francesca Barone (CNRS, IRHT)
Un texte à la tradition difficile : l’édition de la Synopse de la sainte Écriture attribuée à Jean Chrysostome. Questions méthodologiques.
15h50-16h00 – Pause
16h00-16h50 – Franz Dolveck (École française de Rome)
Grec et latin chez Ausone : sur le traitement d’une tradition contaminée.
16h50-17h20 – Laetitia Ciccolini (Univ. Paris-Sorbonne)
Comment travailler sur une tradition manuscrite complexe : le cas du De laude martyrii attribué à Cyprien de Carthage.

Entrée libre

Contact:
Tél.:+33(0)472775455    –   guillaume.bady@mom.fr

Télécharger l’affiche-programme de la table-ronde ECDOTIQUE_2016

Nouveaux manuscrits sur e-codices (8 octobre 2015)

41 nouveaux manuscrits ont été mis en ligne le 8 octobre 2015 sur le site e-codices. Rappelons que “le but d’e-codices – Bibliothèque virtuelle des manuscrits en Suisse est de mettre à disposition, dans une bibliothèque virtuelle, tous les manuscrits suisses du Moyen Âge et une sélection de manuscrits de l’Époque moderne” (phrase empruntée à la page d’accueil du site). La liste de ces manuscrits se trouve sur le site d’e-codices.

Appel à contribution pour la table-ronde ECDOTIQUE (Lyon, 3 mars 2016)

La 4e table-ronde « Ecdotique, l’édition des textes anciens en devenir » aura lieu aux Sources Chrétiennes le jeudi 3 mars 2016 de 14h à 17h30.

Organisée par l’UMR 5189 HiSoMA (Sources Chrétiennes), la table-ronde vise à favoriser les échanges sur des travaux en cours, des questions de méthode ou des études de cas. Le mot « ecdotique » est ici compris comme comprenant les sources littéraires et non littéraires et les techniques les plus diverses.

Relativement informelle, la rencontre donne lieu à une publication sous forme de billet dans ce carnet, mais d’autres types de publications ne sont pas exclus.

La table-ronde aura lieu dans le cadre du stage d’ecdotique des Sources Chrétiennes, qui se déroulera du 28 février au 4 mars 2016 et qui est ouvert à des chercheurs et étudiants de divers pays.

Pour proposer une contribution (entre 30 et 45 minutes), de préférence avant le 15 décembre, contacter Guillaume Bady: guillaume.bady@mom.fr

La « Collection des douze Pères » de Florus de Lyon, un carrefour des traditions patristiques au IXe siècle

Voici quelque trois siècles et demi que P.-F. Chifflet a formé le désir de voir paraître une collection patristique « de douze Pères », qu’il attribuait à Florus de Lyon, diacre et érudit actif dans le second tiers du IXe siècle. Outre la considération dans laquelle il la tenait à titre personnel, il estimait en effet que l’œuvre présentait un grand intérêt pour les textes patristiques qu’elle compile. Son projet d’édition n’a pas alors été mené à bien, et la collection en tant que telle est restée inédite jusqu’au début du XXIe siècle. Cependant, l’idée qu’il s’en faisait a été largement confirmée par les éditeurs modernes des Pères de l’Église, pour qui elle fut d’abord une mine de fragments de textes perdu. Grâce au travail de Paul-Irénée Fransen, la Collectio ex dictis XII Patrum a finalement vu paraître son premier tome il y a seulement douze ans, et son dernier il y a sept ans. Cette édition fournit un bel exemple du travail patristique de Florus de Lyon, et elle est l’une des pièces maîtresses de ses Opera omnia en cours de publication dans le Corpus Christianorum Continuatio Mediaeualis de Brepols. Elle est une occasion encore peu exploitée de voir Florus au travail, par comparaison avec les travaux préparatoires, désormais bien étudiés, de sa grande compilation augustinienne . Mais elle ne s’adresse pas qu’aux médiévistes : aux patristiciens, spécialistes et éditeurs d’Hilaire de Poitiers, Cyprien de Carthage, Ambroise de Milan, Pacien de Barcelone, Théophile d’Alexandrie, Grégoire de Nazianze, Éphrem le Syrien, Léon le Grand, Cyrille d’Alexandrie, Fulgence de Ruspe, Paulin de Nole ou Avit de Vienne, elle rend aussi accessible le texte critique d’un précieux témoignage des œuvres de ces Pères, telles qu’on pouvait les lire à Lyon vers le milieu du IXe siècle.
Qu’apportent donc ces douze collections patristiques à notre compréhension des travaux d’érudition et d’édition patristique entrepris dans les centres intellectuels du monde carolingien ? Qu’apportent-elles, de nos jours, aux projets d’édition critique d’œuvres patristiques ? Surtout, quels problèmes posent-elles aux éditeurs de ces œuvres patristiques ? Si ces problèmes sont similaires d’une collection à l’autre, qu’en apprendra-t-on sur les méthodes de travail de Florus de Lyon ? Sur la composition de sa bibliothèque patristique ? Enfin, peut-on mesurer précisément l’étendue de son travail « proto-philologique » et son impact sur les traditions patristiques ? Comment l’appréhendera-t-on dans le cadre d’une histoire de ces textes, dont la restauration carolingienne et la bibliothèque lyonnaise ne constituent qu’une étape ?

Organisation : Pierre Chambert-Protat (EPHE), Franz Dolveck (École française de Rome), Camille Gerzaguet (Fondation Thiers)
Lundi 26 octobre, 9h30-12h15 ; moderatore : Anne-Marie Turcan-Verkerk
9h30 Accueil des participants (Stéphane BOURDIN)
Introduction (Anne-Marie TURCAN-VERKERK)
9h45 Pierre CHAMBERT-PROTAT, École Pratique des Hautes Études : «Un thrésor abbrégé de tout ce que les Saincts Pères ont écrit sur les Epistres de Saint Paul.» Nouveaux faits, réflexions et questions sur le grand œuvre de Florus.
10h30 Laetitia CICCOLINI, Université Paris IV – Sorbonne : Florus témoin du texte de Cyprien de Carthage : questions de méthode, études de cas.
11h30 Marc MILHAU, Université de Poitiers : Les citations d’Hilaire de Poitiers dans la « Collection des douze Pères » de Florus de Lyon : présentation générale ; étude d’un cas particulier : le témoignage des folios 9r à 16v du manuscrit Paris, BnF lat. 152.

Lundi 26 octobre, 14h30-16h ; moderatore : Antonio Manfredi, Biblioteca Apostolica Vaticana
14h30 Camille GERZAGUET, Fondation Thiers – EFR : L’Ambroise de Florus
15h15 Emanuela COLOMBI, Università di Udine : Les Pères grecs dans la Collectio de Florus

Mardi 27 octobre, 9h30-13h00 ; moderatore : Paul Mattei, Université Lumière Lyon 2
9h30 Jérémy DELMULLE, KU Leuven-BnF : L’autre expositio augustinienne de Florus de Lyon : les Sententiae a beato Fulgentio expositae de la « Collection des douze Pères »
10h15 Franz DOLVECK, École française de Rome : Paulin de Nole, Florus et les manuscrits des Douze Pères
11h15 Shari BOODTS, KU Leuven : Les sermons d’Augustin dans la bibliothèque de Florus. Perspectives comparatistes avec la Collectio ex dictis XII Patrum
12h Table-ronde et bilan

Nouveaux manuscrits sur e-codices (25 juin 2015)

73 nouveaux manuscrits ont été mis en ligne le 19 mars 2015 sur le site e-codices. Rappelons que “le but d’e-codices – Bibliothèque virtuelle des manuscrits en Suisse est de mettre à disposition, dans une bibliothèque virtuelle, tous les manuscrits suisses du Moyen Âge et une sélection de manuscrits de l’Époque moderne” (phrase empruntée à la page d’accueil du site). La liste de ces manuscrits se trouve sur le site d’e-codices.

Langues anciennes, épigraphie et papyrologie: un enseignement à distance s’ouvre à Strasbourg

L’Université de Strasbourg ouvre à la rentrée un Diplôme d’Université d’enseignement à distance de langues anciennes, épigraphie et papyrologie (DU LAEP), dont vous pouvez télécharger l’affiche:

DU LAEP image

L’enseignement se décline « en deux niveaux: décliné en deux niveaux (4 semestres) : 1 (débutants) et 2 (avancés). (…) Il est ouvert à toute personne » (de niveau bac; pour le latin ou le grec une « connaissance de la grammaire élémentaire est requise »).

Plus d’informations sur http://histoire.unistra.fr/offre-de-formation/rentree-2015-2016-diplome-duniversite-de-langues-anciennes/

Deux journées exceptionnelles de stage sur l’Égypte copte (2-4 juillet 2015)

Deux journées de formation, très rares en leur genre, sont organisées à Lyon par la MSH MOM, l’UMR HiSoMA et l’Université Lumière-Lyon 2 en partenariat avec le Musée des Tissus, sur

l’Égypte copte (4e-7e siècles)

 du 2 au 4 juillet 2015

colleccoptesLouvrevignet

Après la création de l’Empire romain d’Orient, l’Égypte passe sous domination byzantine, dans un État dont le christianisme est devenu la religion officielle. Comment la vieille Égypte, déjà hellénisée, puis romanisée, traverse-t-elle ces bouleversements ?

L’antiquité tardive de l’Égypte, encore bien méconnue par rapport aux périodes précédentes, est ici présentée par des chercheurs français qui sont en train d’en écrire l’histoire à travers les textes, l’archéologie et l’histoire de l’art «coptes».

Publics ciblés : égyptologues ; archéologues et historiens hellénistes & romanistes, spécialistes d’antiquité tardive ; arabisants travaillant sur la période de la conquête.

Les « ecdoticiens » sont également bienvenus, puisque le stage comporte une partie textuelle.

Programme (.pdf)
– INSCRIPTIONS PROLONGÉES jusqu’au 22 juin 2015, auprès de Maud Roy, dans la limite des places disponibles.

http://www.hisoma.mom.fr/formations/stages-de-formation/legypte-copte

Guide juridique sur « La publication des éditions de textes »

« La publication des éditions de textes. Informations et recommandations« .

Tel est le titre du guide rédigé par Denise Pierrot (ENS de Lyon) dans le cadre du Groupe juridique du Consortium CAHIER (Corpus d’auteurs pour les humanités : informatisation, édition, recherche).
Ce document vise à informer les éditeurs de textes pour les aider dans la négociation des contrats qu’ils sont amenés à signer avec les éditeurs commerciaux.
Il fournit des éléments précieux sur la législation (Code de la propriété intellectuelle) et s’efforce d’éclairer les enjeux de la cession des droits patrimoniaux, notamment sur la question de l’édition numérique des textes et de leur réutilisation dans des projets de recherche.
En voici l’alléchant sommaire:

[I] AVANT-­PROPOS
1.  Le contexte scientifique: les humanités numériques
2.  Le contexte politique
3.  Le contexte éditorial
II.  INFORMATIONS SUR LES DROITS DES ÉDITEURS DE TEXTES
1.  Quelques définitions
– Définition de l’éditeur de textes
– Définition du domaine public
– Définition d’une œuvre de l’esprit
– Définition du droit d’auteur: droit moral et droit patrimonial
2.  La cession des droits d’auteur par le contrat d’édition
– Une cession de droits qui autorise l’éditeur commercial à certaines exploitations de l’œuvre
– Analyse des clauses principales d’un contrat type d’édition français: objet, cession, obligations, supports futurs
– Cas particulier de l’édition universitaire: pas de rémunération, et des subventions
3.  Quelle propriété intellectuelle pour les éditeurs de textes?
– Le statut d’auteur des chercheurs
– Le statut du texte source
III.  RECOMMANDATIONS POUR CONSERVER CERTAINS DROITS
1.  Les contrats proposés  par les éditeurs
2.  Avant de signer un contrat d’édition
– Le choix de l’éditeur
– La lecture du contrat
– Une fois le contrat signé
3.  Que serait un contrat adapté à la recherche scientifique et à l’édition de textes en particulier?
4.  Comment s’y prendre? Rédiger ou faire rédiger un avenant
– 1.  Solution la plus ouverte: L’auteur conserve ses droits d’utiliser toute l’œuvre (source + apparat critique) à des fins de recherche ou d’enseignement pour une diffusion à titre gratuit, dès la publication
– 2.  Solution moins ouverte mais plus facilement négociable: L’auteur conserve le droit d’utiliser le texte source à des fins de recherche ou d’enseignement pour une diffusion à titre gratuit, dès la publication
– 3.  À  défaut…

XIII Seminario papirologico fiorentino, 7-15 settembre 2015

Organisé par l’Istituto Papirologico «G. Vitelli» (Dipartimento di Lettere e Filosofia dell’Università degli Studi di Firenze) – la Biblioteca Medicea Laurenziana – l’Accademia Fiorentina di Papirologia e di Studi sul Mondo Antico, aura lieu du 7 au 15 septembre prochain le treizième séminaire papyrologique florentin.

Programme et modalités d’inscriptions ci-dessous

Continuer la lecture

La collation automatisée pour les éditions critiques digitales: l’exemple de Calpurnius Flaccus

Le 13 mai à l’Université de Genève à 11h15 aura lieu une conférence d’Elisa Nury, doctorante au King’s College de Londres, sur

La collation automatisée pour les éditions critiques digitales: l’exemple de Calpurnius Flaccus

Lieu de la manifestation : Bâtiment De Candolle/Landolt, L107 – Université de Genève
Organisation : Unité de latin – Université de Genève
Contact : lavinia.gallimilic@unige.ch

Source: Compitum

Formes du texte latin au Moyen Âge et à la Renaissance

IVe congrès de la SEMEN-L

Programme prévisionnel

Jeudi 4 juin 2015
À partir de 13h Accueil des participants
13h 30 introduction

LE NOUVEAU ET L’ANCIEN

Du manuscrit au numérique
13h 45 Brigitte Gauvin (Université de Caen-Basse Normandie, CRAHAM, UMR 6273)
« Le Livre sur les poissons et les créatures aquatiques de l’Hortus sanitatis : enjeux d’une édition numérique »
14h 15 Raphaële Mouren (The Warburg Institute / Centre Gabriel Naudé, ENSSIB)
« Humanités latines numériques : état des lieux et quelques questions »
14h 45 Christine Noille-Clauzade (Université Grenoble-Alpes, LITT&ARTS, RARE )
« Comment sortir le latin du musée ? Révolution typographique / Révolution numérique »
Discussion et pause

Le livre : du titre à l’index
15h 30 Max Engammare (Institut d’Histoire de la Réformation, Genève)
« L’invention du titre Biblia et son évolution de Gutenberg à la Sixto-clémentine »
16h 00 Élie Borza (Université catholique de Louvain)
« Cum scholiis locupletissimis : les pages de titres d’éditions et de traductions de Sophocle au XVIe siècle »
Discussion
17h 45 Visite du musée de Valence (collection de peinture et dessins d’Hubert Robert)
20h Apéritif buffet au café Le Bancel

Vendredi 5 juin

MISES EN PAGE

Cadres et seuils
9h Estelle Ingrand Varenne (CNRS, CESCM, Poitiers)
« Inscriptions encadrées/encadrantes : de l’usage du « cadre » en épigraphie médiévale (XIIe-XIVe s.) »
9h 30 Thomas Penguilly (Université de Bretagne occidentale, doctorant)
« Exiliens infans sinuosi e faucibus anguis. Effets de seuil et effets de sens dans les mises en forme des Emblemata d’André Alciat (1531-1547) ».
10h Anne-Pascale Pouey-Mounou (Université de Lille, ALITHILA)
« Les suggestions du livre ouvert – autour de quelques mises en forme des Adages »
Discussion et pause

Texte et image
11h Ginette Vagenheim (Université de Rouen, ERIAC)
« Mise en page des Antichita romane de Pirro Ligorio : texte et illustrations »
11h 30 Anne Raffarin-Dupuis (Université Paris IV-Sorbonne, Rome et ses renaissances)
« L’Antiquae Vrbis Romae cum regionibus Simulachrum de Marco Fabio Calvo : de quel texte les images sont-elles l’illustration? »
12h Francine Mora (Université de Versailles-Saint Quentin en Yvelines, Institut d’Études Culturelles Internationales) Sophie Albert (Université Paris-Sorbonne), Annaïg Penher (Université Paris-Sorbonne)
« Mises en page des manuscrits du Commentaire sur l’Énéide attribué à Bernard Silvestre »
Discussion
12h 45-13h 45 Déjeuner

FORMES MOUVANTES : LES ALEAS DE LA RECEPTION

Les formes du savoir
14h Grégory Clesse (Université catholique de Louvain-la Neuve)
« En amont et en aval des encyclopédies latines du XIIIe siècle : l’influence formelle dans la sélection des sources et la réception des savoirs médicaux »
14h 30 Florent Coste (Université de Lorraine, IUT Nancy Charlemagne)
« Les compilations médiolatines : formes, formations ou transformations textuelles ? »
15h Danièle James-Raoul (Université de Bordeaux Montaigne, EA 4593, CLARE)
« La dispositio dans l’Ars versificatoria de Matthieu de Vendôme »
Discussion et pause

Pratiques éditoriales
16h Valérie Méot-Bourquin (Université Grenoble-Alpes, LITT&ARTS, RARE)
« Leyser, Fabricius, Faral : pratiques éditoriales et lectures du Laborintus d’Evrard l’Allemand »
16h 30 Jean-François Cottier (Université Paris Diderot, CERILAC)
« Avatars anciens du De Alea de Pascasius Justus (1561) »
17h Laurence Boulègue (Université de Picardie-Jules Verne, EA 4284 TRAME)
« Du même à l’autre : des traités de philosophie éthique et politique (1530-1534) d’A. Nifo à l’édition des Opuscula (1645) par G. Naudé »
17h 30 Lucie Claire (Université de Picardie-Jules Verne, EA 4284 TRAME)
« La publication posthume des commentaires de Marc-Antoine Muret par le jésuite André Schott (1600) »
Discussion
20h Dîner (lieu à préciser)

Samedi 6 juin

DISPOSITIONS POETIQUES ET RHETORIQUES

Vers et prose
9h Gian Luca del Noce (Université de Naples)
« De la théorie de la prose à la pratique des vers : pour une lecture organique du dialogue Antonius de Giovanni Pontano »
9h 30 Marie-Geneviève Grossel (Université de Valenciennes, CALHISTE)
« Du vers latin au vers roman : chant de rossignol et horloge de la passion »
10h Paule Desmoulière (Université Paris-Sorbonne, Rome et ses renaissances)
« Les compositions latines dans les recueils de poésie funèbre au début du XVIIe siècle »
Discussion et pause

Exemples et gloses
11h Cécile Conduché (Université d’Orléans, PoLeN)
« La mise en évidence des exemples dans le De verbo d’Eutychès »
11h 30 Valérie Fasseur (Université de Pau et des Pays de l’Adour, CRPHLLF)
« La Consolation de Philosophie de Boèce, sa traduction et ses récritures par Jean de Meun. Vers, prose, exemplum et glose. »
12h François Bérier (Université Grenoble-Alpes, LITT&ARTS, RARE)
« Formes du commentaire exégétique d’après le manuscrit de l’Expositio in Isaiam de Nicolas de Clamanges (Paris, Bibl. de l’Arsenal, n° 137) »
Discussion
12h 45- 13h 45 Déjeuner

Dispositiones
14h Alice Lamy (Université Paris-Sorbonne, Lycée Hélène Boucher, Rome et ses renaissances)
« La forme singulière du commentaire parisien inédit et anonyme au Timée de 1363 »
14h 30 Christiane Louette (Université Grenoble-Alpes, LITT&ARTS, RARE)
« Dispositio rhétorique et mise en forme typographique dans les traductions latines et françaises de l’Iliade au XVIe siècle »
15h Claude La Charité (Université du Québec à Rimouski)
« Veluti per transennam : formes de l’annotation dans les travaux philologiques de Rabelais.
15h 30 Martine Furno (Université Grenoble-Alpes, Institut d’Histoire de la Pensée Classique, UMR 5037, Ens Lyon)
« Un ‘dossier de textes’ pour l’honneur d’une vie : l’Ad censuras responsio de Robert Estienne »
Discussion et conclusion du colloque

Organisation : Martine Furno, Christiane Louette, Valérie Méot-Bourquin

Localisation:

Centre Stendhal de Valence   –   Site internet
87, Avenue de Romans – Pôle Latour-Maubourg
26000 Valence
Source : compitum