Archives par étiquette : andrist

Inventaire des manuscrits grecs conservés en Suisse

Grâce au soutien du Curatorium pour le catalogage des manuscrits médiévaux et prémodernes conservés en Suisse (membre de l’Académie suisse des sciences humaines et sociales) ont été mises en ligne quelque 900 notices bibliographiques concernant les manuscrits grecs conservés en Suisse sur le site codices.ch/graeca/codices.html sous la responsabilité de Patrick Andrist.

Cet inventaire des manuscrits grecs conservés en Suisse vise à constituer une liste de tous les manuscrits écrits en grec ancien dans les collections privées et publiques de Suisse, ainsi que des principales références bibliographiques les concernant. En attendant une analyse systématique des manuscrits, les titres (qui ne représentent pas la table des matières des manuscrits!) et les dates principales, qui correspondent à l’état actuel de nos connaissances, sont donnés à titre indicatif.

Source: codices.ch/graeca/codices.html

Parution de La syntaxe du codex

Est paru cette année chez Brepols, comme n°34 de la collection «Bibliologia», le livre intitulé La Syntaxe du codex. Essai de codicologie structurale, de Patrick Andrist, Paul Canart et Marilena Maniaci.

Présentation du livre sur le site de Brepols:

Contrairement à l’idée que nous nous faisons normalement du livre, basée sur notre familiarité avec l’imprimé, le livre manuscrit du Moyen Age et de la Renaissance est habituellement un objet beaucoup plus complexe, qui a subi de multiples vicissitudes.
Souvent, le codex médiéval est complexe dès l’origine. Il est composé d’une ou plusieurs parties, produites à la même époque dans un même lieu, ou à des points très différents du temps et de l’espace. Mais le codex médiéval est également complexe dans son histoire. Chacune de ses parties a pu avoir son histoire propre, avant d’être finalement unie à d’autres parties avec lesquelles elle a, à partir de ce moment, une histoire commune. L’étude de l’objet résultant d’un tel processus demande qu’il soit envisagé dans son histoire constitutive, sous le double aspect génétique – l’origine de chacune de ses composantes – et stratigraphique – la succession des différentes formes sous lesquelles chacune des composantes a circulé, isolément ou unie à d’autres.
Ces dernières décennies, nombre d’auteurs se sont attaqués au problème de l’analyse des manuscrits complexes. Après une ample présentation critique de ces études, le présent ouvrage propose une méthode d’analyse génétique et stratigraphique du manuscrit complexe. S’appuyant sur les notions de production et de circulation, elle étudie les processus de constitution et de transformation du codex, relève les discontinuités observables dans ses unités constitutives et, sur la base de ces observations, tâche d’en reconstituer l’origine et l’histoire.
Pourquoi les auteurs ont-ils intitulé leur essai « La syntaxe du codex » ?
C’est par analogie avec les catégories grammaticales habituelles, qui distinguent morphologie et syntaxe. La morphologie du codex concernerait les éléments qui le constituent (les mots de la grammaire): matière utilisée, composition des cahiers, type et style d’écriture, encre, couleurs, mise en page, ornementation, reliure, notes de lecteurs et de possesseurs. La syntaxe mettrait en relation ces éléments pour comprendre comment le codex « tient ensemble » et se modifie avec le temps. Les réflexions des auteurs concernent uniquement ce dernier aspect de la « grammaire du codex ».

Source: http://www.brepols.net/Pages/ShowProduct.aspx?prod_id=IS-9782503543932-1