Métrique et ecdotique : quelques exemples pris aux Poèmes de Grégoire de Nazianze

La métrique peut poser certains problèmes en ecdotique. Voici quelques exemples, dont tous n’ont pas de solution, empruntés aux Poèmes de Grégoire de Nazianze.

Poème II,1,1, v. 82, texte de la Patrologie grecque, t. 37 :
ἢ χθονὸς ἠὲ θεοῖο. Νόμος δὲ ἐπέσπετ’ ἀλιτρός

Problème : le vers ne respecte pas le « pont de Hermann », qui veut que si, dans les hexamètres dactyliques, le quatrième pied est un dactyle, les deux syllabes brèves de ce dactyle doivent être dans le même mot ; or ici on a Νό | μός δὲ̆ ἐ̆ |
La solution vient des manuscrits eux-mêmes :
ἢ χθονὸς ἠὲ θεοῖο· νόμος δ’ ἐ̆πῐέσπετ’ ἀλιτρός
Des 15 mss retenus dans l’édition d’A. Tuilier et G. Bady (CUF, 2004, p. 8), un seul a δὲ et aucun n’a ἐπέσπετ’

Poème II,1,30, poème en distiques iambiques[2], soit :

4 iambes
3 iambes (avec substitution possible par des spondées dans les deux vers)

Le Laurentianus Pluteus VII 10, du 11e s., f. 164r (sigle L), fait précéder le poème de cet avertissement :

Τοῦτο τὸ μέτρον ἀδιάφορόν ἐστι, ἰαμϐικὸν μέντοι τύγχανον, τὸν μέντοι πρῶτον στίχον δικατάληκτον ἔχον, τὸν δὲ δεύτερον τρικατάληκτον ἡμίαμϐον, τὴν δὲ τελευταίαν (τὸν δὲ τελευταῖον cod., probable faute influencée par ce qui précède : τὸν πρῶτον… τὸν δὲ δεύτερον) συλλαϐὴν ἐφ’ ἑκατέροις τοῖς στίχοις ἀδιάφορον τίϑησιν, εἴτε ἴαμϐος ἔμπεσοι, εἴτε πυρρίχιος. Μή τις οὖν μονοστιχίαν τοῦτο γράψῃ· σφάλλεται γὰρ ὃς τοῦτο ποιήσει.

« Ce poème est indifférent[3] quant au mètre. Certes, c’est un iambe, mais le premier stique est dicatalectique et le second, tricatalectique, forme un demi-iambe ; la dernière syllabe de l’un ou l’autre stique est indifférente, peu importe s’il en résulte un iambe ou un pyrrhique. Qu’on ne le copie donc pas sur une seule ligne, car il se trompe, celui qui le fait. »

Autrement dit, au lieu d’un vers qui comprendrait sept pieds, dont des pyrrhiques jugés dans ce cas inopportuns, le poème doit être copié et interprété comme faisant alterner dimètres iambiques et vers de 4 pieds, dont la fin serait éventuellement constituée par un pyrrhique. En raison de l’état linguistique et des préoccupations qu’il manifeste, il est probable que cet avertissement soit dû au philologue byzantin à qui l’on doit l’édition des Carmina telle qu’en témoigne L. Les corrections dont font preuve d’autres manuscrits montrent en tout cas que la transmission de cette pièce a été délicate et que cet avertissement n’est pas inutile.

5 ἐν initio v. 6 transp. GW || 32 ὡς fine v. 31 transp. L || 89 οὐ initio v. 90 transp. GMW || 93 αἳ initio v. 94 transp. G || 109 καὶ initio v. 110 transp. GMW || 111 τοῦ initio v. 112 transp. GMW || 135 καὶ initio v. 136 transp. GMW || 139 τις initio v. 140 transp. M || 149 καὶ initio v. 150 transp. GW || 153 καὶ initio v. 154 transp. GW || 167 καὶ initio v. 168 transp. GMW || 187 εἰς Cpc D : initio v. 188 transp. GLMW om. Cac S || 213 ἢ initio v. 214 transp. GMW

La disposition des vers dans la mise en pages en témoigne aussi :

 L 164r
Laurentianus Pluteus VII 10, 11e s., f. 164r
Disposition en 3 colonnes, vers suivant en dessous dans la même colonne

 C f 123v
Clarkianus 12, 10e s., f. 123v (sigle C)

Disposition en 2 colonnes, vers suivant dans la colonne suivante
(remarquer la stichométrie : 226 vers – et non la moitié)

D 191
 Coislinianus 56, 14e-15e s., f. 157
Disposition en 4 colonnes, vers suivant dans la colonne suivante

(N.B. en marge droite l’avertissement est réduit à τοῦτο μέτρον ἀδιάφορον ἐστί, ce qui non seulement aide peu, mais ouvre la porte à une complète négligence sur le mètre et la disposition des vers)

 S 157
Baroccianus 96, 14e s., f. 157

Disposition – erratique, sans avertissement – en 3 colonnes, vers suivant dans la colonne suivante

Problèmes d’établissement du texte dans ce poème :

– v. 31-32 dans la PG :
Τὸ γνώριμον δὲ ἄτιμον                           ̅   ̅  |  ̆    ̅   |  ̆    ̆  |  ̅    ̅
Ὡς πολλὰ τυγχάνειν                           ̅   ̅  |  ̆    ̅   |   ̆    ̅

Au v. 31 il y a un pyrrhique. Les 2 plus anciens mss, C et L, aident à corriger le texte :
Τὸ γνώριμον δ’ ἄτιμον ὡς               ̅   ̅  |  ̆    ̅  |  ̆    ̅  |  ̆    ̅
Τὰ πολλὰ τυγχάνειν                         ̆    ̅  |  ̆    ̅   |   ̆    ̅

– v. 72 dans la PG il y a un pyrrhique :
Τίς ἤλπισε τόδε ;                        ̆    ̅   |   ̆    ̆  |  ̆    ̅
Là encore, L peut aider :
Τίς ἤλπισεν τόδε ;                        ̆    ̅   |   ̆    ̅  |  ̆    ̅

– v. 83 dans la PG il y a un pied catalectique impossible :
Οἱ δ’ οὐ λάϑρα δυσμενεῖς            ̅   ̅  |   ̅  |  ̅   ̅  |  ̆    ̅
Là encore, C peut aider :
Οἱ δ’ οὐδὲ λάϑρα δυσμενεῖς            ̅   ̅  |  ̆    ̅  |  ̅   ̅  |  ̆    ̅

– v. 104 dans la PG il y a un anapeste inopportun :
Ἐδίδαξ’ ἐγώ ποτε             ̆   ̆    ̅  | ̆    ̅  | ̆    ̅
Là encore, C et L peuvent aider :
Δίδαξ’ ἐγώ ποτε              ̆    ̅  | ̆    ̅  | ̆    ̅

– v. 183 dans la PG il y a un pyrrhique :
Οἳ καὶ τὸ καλὸν ποίμνιον             ̅   ̅  |  ̆    ̆  |  ̆    ̅  |  ̅   ̅  |  ̆    ̅
Les mss ne fournissent aucune solution ; d’après l’avertissement le pyrrhique est toléré pour la fin d’un vers seulement. La solution serait donc de supposer une fausse quantité ou une correption : en allongeant l’alpha de καλὸν, qui porte le temps fort du pied, on obtiendrait un iambe.

Poème I,1,12, v. 11, texte de la Patrologie :
πρωτίστη Γένεσις, εἶτ’ Ἔξοδος, Λευιτικόν τε

Une des difficultés du poème – qui fournit la liste du canon biblique[1] – est qu’il est fait d’hexamètres ET de iambes. Les hexamètres sont utilisés dans l’introduction et la conclusion, ainsi que pour les livres historiques et pour les 4 évangiles ; les iambes sont employés au dernier vers de l’introduction, annonçant l’Ancien Testament (v. 10) et pour la majeure partie de la liste. Logiquement, d’après ce constat, le v. 11 devrait être un trimètre iambique. Mais tel qu’il est le vers ne peut être scandé selon aucun schème métrique de toute façon.

Là encore un texte meilleur est fourni par les manuscrits : πρώτη Γένεσις, εἶτ’ Ἔξοδος, Λευιτικόν
Le vers pourrait se scander ainsi en tant que trimètre iambique si du moins la substitution d’un tribraque au 2e pied est envisageable (normalement non, surtout pas dans un pied pair) :   ̅   ̅  |  ̆   ̆   ̆  |  ̅   ̅  |  ̆    ̅   |  ̆    ̅   |  ̆    ̅

Deux questions générales demeurent :
– jusqu’à quel point doit-on appliquer aux textes antiques les règles des manuels d’aujourd’hui ?
– dans quelle mesure attribuer à la date tardive des poèmes un laisser-aller dans l’application des règles ?


[1] Voir à ce sujet G. Bady, « Bibles et canons de Basile de Césarée, Grégoire de Nazianze et Jean Chrysostome », à paraître dans les Cahiers de Biblindex 1 fin 2014.

[2] Cf. G. Bady, « Ordre et désordre des Poèmes de Grégoire le Théologien : à propos du Laurentianus, pluteus VII, 10 », dans Motivi e forme della poesia cristiana antica tra Scrittura e tradizione classica, XXXVI Incontro di studiosi dell’antichità cristiana, II, Studia Ephemeridis Augustinianum 108, Rome, Institutum Patristicum Augustinianum, 2008, p. 337-348.

[3] Quelques recentiores ont gardé le début de cet avertissement. Parmi eux, le Papiensis 80, P, et le Monacensis gr. 582, M, lisent ici διάφορόν au lieu de ἀδιάφορόν : l’accent, non sans raison, est alors mis sur la différence avec un trimètre, et non sur la nature indifférente du dernier pied.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *