Handbook of Stemmatology

Vient de paraître à Berlin chez De Gruyter un monumental manuel de stemmatologie, auquel ont participé de nombreux spécialistes:

Handbook of Stemmatology. History, Methodology, Digital Approaches, ed. by Philipp Roelli et al., 2020 doi.org/10.1515/9783110684384

https://www.degruyter.com/view/title/569065

Presque 700 pages portant sur des méthodes, époques et aires linguistiques diverses, dont le sommaire donne une petite idée:

Introduction (Philipp Roelli) 1

1 Textual traditions (ed. Elisabet Göransson) 9
1.1 Literacy and literature since Antiquity (Gerd V. M. Haverling) 11
1.2 Transmission of texts (Sinéad O’Sullivan) 15
1.3 Book production and collection (Outi Merisalo) 24
1.4 Textual traditions and early prints (Iolanda Ventura) 32
1.5 Palaeography, codicology, and stemmatology (Peter A. Stokes)

2 The genealogical method (ed. Odd Einar Haugen) 57
2.1 Background and early developments (Gerd V. M. Haverling) 59
2.2 Principles and practice (Paolo Chiesa) 74
2.3 Criticism and controversy (Giovanni Palumbo) 88
2.4 Neo-Lachmannism: A new synthesis? (Paolo Trovato) 109

3 Towards the construction of a stemma (ed. Marina Buzzoni) 139
3.1 Heuristics of witnesses (Gabriel Viehhauser) 140
3.2 Indirect tradition (Caroline Macé) 148
3.3 Transcription and collation (Tara Andrews) 160
3.4 Data representation ( Joris van Zundert) 175

4 The stemma (ed. Tara Andrews) 208
4.1 Definition of stemma and archetype (Philipp Roelli) 209
4.2 The stemma as a computational model (Armin Hoenen) 226
4.3 A typology of variation and error (Aidan Conti) 242
4.4 Dealing with open textual traditions (Tuomas Heikkilä) 254
4.5 The stemma as a historical tool (Caroline Macé) 272

5 Computational methods and tools (ed. Joris van Zundert) 292
5.1 History of computer-assisted stemmatology (Armin Hoenen) 294
5.2 Terminology and methods (Sara Manafzadeh, Yannick M. Staedler) 303
5.3 Computational construction of trees (Teemu Roos) 315
5.4 Software tools (Armin Hoenen) 327
5.5 Criticisms of digital methods (Jean-Baptiste Guillaumin) 339

6 Editions (ed. Aidan Conti) 357
6.1 Types of editions (Odd Einar Haugen) 359
6.2 Text-critical analysis (Marina Buzzoni) 380
6.3 Representing the critical text (Franz Fischer) 405
6.4 Publication of digitally prepared editions (Tara Andrews) 427

7 Philological practices ed. Caroline Macé) 437
7.1 The New Testament (Christian-Bernard Amphoux) 440
7.2 Classical Greek (Heinz-Günther Nesselrath) 451
7.3 Mediaeval Romance Philology (Frédéric Duval) 456
7.4 Mediaeval German (Ralf Plate) 466
7.5 Ethiopic (Alessandro Bausi ) 479
7.6 Hebrew (Chaim Milikowsky) 493
7.7 Chinese (Christopher Nugent) 501
7.8 Early modern printed texts (Iolanda Ventura) 512
7.9 Genetic maps in modern philology (Dirk van Hulle) 524

8 Evolutionary models in other disciplines (ed. Armin Hoenen) 534
8.1 Phylogenetics (Heather Windram, Christopher Howe) 537
8.2 Linguistics (Dieter Bachmann) 548
8.3 Anthropology ( Jamshid Tehrani) 568
8.4 Musicology (Cristina Urchueguía) 576

Terminology in other languages 587
References 597
General Index 667
Index of Manuscripts 683
List of authors 685

Stage d’initiation au manuscrit médiéval de l’IRHT (2-6 novembre 2020)

Le stage d’initiation au manuscrit médiéval organisé par l’IRHT (Institut de recherche et d’histoire des textes) aura lieu, cette année, du

2 au 6 novembre 2020,
dans le respect des conditions sanitaires en vigueur, au campus Condorcet (voir adresse ci-dessous).

La journée du lundi 2 et l’après-midi du mardi 3 seront consacrés à des exposés en séance plénière : histoire du livre, codicologie, histoire des bibliothèques, iconographie, paléographie et méthodologie de l’étude des écritures, humanités numériques, dans les différentes aires culturelles.

Durant la matinée du mardi 3, le mercredi 4, le jeudi 5 et la matinée du vendredi 6, les stagiaires (de niveau Master 1 ou 2 ou en doctorat) seront répartis par groupes de spécialité linguistique – latin, grec et Orient chrétien, hébreu, arabe – ou thématique, entre ateliers (10-15 personnes) et visites en bibliothèques ou en archives. Attention : les séances ne comprennent ni apprentissage de la paléographie, ni exercice de lecture. Comme son nom l’indique, le stage est une initiation aux sujets concernés et non un approfondissement pour qui en serait déjà spécialiste.

Les pré-inscriptions sont ouvertes en ligne et uniquement en ligne à compter du 22 juin 2020 :

https://www.irht.cnrs.fr/formulaire-d-inscription-au-stage-d-initiation-au-manuscrit-medieval

Le nombre de places étant limité, il y aura une sélection en fonction des sujets et de l’ordre d’arrivée des candidatures, à envoyer avant le 30 septembre 2020.

Une attestation de présence sera délivrée en fin de stage.

L’adresse: CNRS IRHT, Campus Condorcet, Bâtiment Recherche Nord, 14 cours des Humanités, 93322 Aubervilliers Cedex

https://www.irht.cnrs.fr/agenda/stage-d-initiation-au-manuscrit-medieval

Pour tout renseignement : stage-manuscrit-irht@services.cnrs.fr

Des modes en ecdotique : apprendre de nos erreurs d’après l’histoire de l’édition critique de la troisième Vita s. Genovefae (BHL 3336)

par Marie-Céline Isaïa, maître de conférences HdR à l’Université Jean Moulin-Lyon 3[0],
à la table-ronde « Ecdotique », Lyon HiSoMA-Sources Chrétiennes, le 5 mars 2020

Introduction

L’attitude des éditeurs face aux textes hagiographiques est révélatrice du caractère plus changeant qu’on ne veut parfois le croire de l’ecdotique. Oui, les éditeurs de texte appliquent des principes scientifiques ; oui, ils peuvent rendre compte de leurs critères pour le choix des manuscrits ou des variantes ; reste qu’ils travaillent, comme tous les chercheurs, dans un environnement intellectuel et dans un contexte historique, et subissent deux types d’influences:

  • Leurs propres goûts et jugements a priori, cette subjectivité dont tout scientifique essaie de réduire la part mais qui transparaît néanmoins, rarement sous la forme d’un véritable préjugé ou biais inconscient, plus souvent sous la forme respectable de l’exigence de sens : est-il raisonnable de penser que le copiste dont j’examine le travail écrivait n’importe quoi ? N’ai-je pas raison de rectifier ce qui doit l’être pour rétablir un sens clair ? Au risque de confondre le sens qui m’apparaît évident et un hypothétique sens universellement obvie.
  • L’existence de véritables modes, qu’il est assez facile de mettre en évidence quand on observe l’attitude des éditeurs vis-à-vis des sources hagiographiques latines. En dehors de quelques textes fondamentaux mais non-représentatifs comme la Vie de Martin par Sulpice Sévère, nous parlons d’un matériau qui se présente majoritairement d’une façon anonyme et traditionnelle : un hagiographe affirme qu’il n’est qu’un instrument chargé de mettre par écrit le témoignage voire l’opinion d’une communauté, pour son usage propre ; la communauté est fondée à compléter et corriger un texte revêtu d’une faible autorité auctoriale, mais qui peut avoir une forte portée normative communautaire. La tradition manuscrite témoigne de ce statut ambivalent des textes hagiographiques : ils circulent amputés ou augmentés, réécrits dans un cadre scolaire et réagencés pour les besoins de la commémoration liturgique. Leur lettre n’est pas intouchable ; ils sont en même temps utiles et nécessaires. Après qu’elle a longtemps pratiqué l’édition critique la plus orthodoxe sur le modèle des Monumenta Germaniae Historica, l’érudition prend aujourd’hui acte du caractère labile des textes hagiographiques et reproduit des manuscrits plus qu’elle ne reconstitue des Urtexten. L’accent porté par la philologie sur la création (projet, culture et formation de l’auteur) se déplace vers la réception des textes (public, adaptations, voire transmission).

L’édition d’une brève Vita comme la Vie de sainte Geneviève dite C ou VGC (BHL 3336) donne l’occasion de mettre en évidence l’influence de ces modes et quelques pratiques implicites voire erronés des philologues qui nous ont précédés. Ce n’est certainement pas dire que les contemporains ont toujours raison contre les anciens ; plutôt qu’en voyant travailler les autres, on identifie plus facilement les tentations auxquelles tout philologue est exposé.

Trois Vies de Geneviève, et deux a priori

La Vie de Geneviève C (BHL 3336) se prête à l’exercice comme tout texte hagiographique sans intérêt, c’est-à-dire sans importance aux yeux des historiens méthodiques : la figure historique Geneviève (m. ca. 500/502) est déjà documentée par deux biographies concordantes (BHL 3335) et (BHL 3334) qui ont concentré toute l’attention. Tout le monde à la fin du XIXe siècle reconnaît que l’une dépend de l’autre – mais c’est le seul point d’accord. Pour donner une vision réduite à l’extrême des positions en présence :

  • Bruno Krusch a édité BHL 3335[1]. Il la considère comme la première Vie de sainte Geneviève (VGA) dont BHL 3334 n’est que la réécriture. Il voit en BHL 3335 un texte au mieux carolingien, qui prétend avoir été rédigé au VIe siècle.
  • Charles Kohler a édité BHL 3334[2]. Il la considère comme la première Vie de sainte Geneviève et croit l’hagiographe qui dit qu’il l’a rédigée au début du VIe siècle. BHL 3335 est sa réécriture.

La lucidité est comme souvent du côté de l’historien belge Godefroy Kurth, capable de voir que BHL 3335 est antérieure et qu’il s’agit bien d’une biographie mérovingienne[3]. Sans parler de certains relents de nationalisme, la vivacité des débats est rendue possible par l’absence de manuscrits antérieurs à l’an Mil : tout jugement sur les deux Vies dépend de la seule appréciation des éditeurs (Le vocabulaire est-il mérovingien ? Peut-on identifier d’évidentes sources postérieures au VIe siècle ? etc.).

C’est dans ce contexte tendu qu’intervient le patristicien catholique allemand Karl Künstle en 1910[4]. Künstle pense mettre tout le monde d’accord en publiant une troisième Vie, VGC (BHL 3336) ; il ne prétend pas qu’elle soit le texte d’origine, mais sa réécriture précoce et la plus proche de l’original. BHL 3334 et BHL 3335 dépendent dans sa reconstitution d’une branche dérivée.

Or l’édition de Künstle repose sur des jugements présentés comme raisonnables mais en vérité mal fondés :

  • a priori 1: le manuscrit produit par un grand centre intellectuel et soigneusement corrigé contient un meilleur texte

Künstle retient les leçons d’un légendier de Reichenau (A, IXe s.)[5] , où l’on repère la main de Régimbert (m. 846) contre celles d’un légendier conservé à Vienne qu’il croit contemporain (V, VIIIe s.)[6].

  • a priori 2: le bon texte est le plus correct selon les normes de la grammaire latine

Par ex. au ch. 14, Künstle choisit A contre V du fait de désinences apparemment plus correctes :

A = Cupiebat enim sancta Genovefa… basilicam maxima construere ambitione….
« Sainte Geneviève de fait souhaitait avec une ambition extrême édifier… une basilique… »
V = Cupiebat enim sancta Genovefa… basilicam maximam ambitionem construere….
« Sainte Geneviève caressait donc le projet d’édifier… une très grande basilique... »

Il tire de ces points de départ discutables une conclusion presque tautologique : parti du texte rédigé dans le latin le plus correct selon les normes de la grammaire latine rétablies à l’époque carolingienne, il en déduit une datation tardive pour le texte qu’il édite.

Deux comptes rendus de l’édition Künstle paraissent immédiatement, en 1911 (Karl Weyman[7]) et en 1913 (Rudolf Bitschofsky[8]). Ni Weyman ni Bitschofsky n’ont vu de nouveaux manuscrits. Ils corrigent le texte édité par simple déduction. Neuf fois sur dix, leurs suggestions s’imposent comme des évidences.

Par ex. au ch. 36, Künstle a édité un texte absurde : Multos ibidem tunc… inmundis spiritibus adimpletos orationum meritis ac virtutibus reddidit (« En ce même lieu, par les mérites et vertus de ses prières, elle rendit alors de nombreuses personnes… comblées d’esprits impurs »).

Weyman ajoute l’adjectif indispensable : Multos ibidem tunc …inmundis spiritibus adimpletos orationum meritis ac virtutibus reddidit <sanos> (« En ce même lieu, par les mérites et vertus de ses prières, elle rendit alors à la santé de nombreuses personnes dont s’étaient emparé des esprits impurs ) ». On verra infra que ce n’est pas la bonne solution.

Autre exemple au ch. 20, Künstle a édité un texte manifestement lacunaire : …parentes puellae, quae iam novem fere annos ita paralitici erat humoris dominatione penetrata, ut ad nullam prorsus possit membrorum compagem (« …les parents d’une fille qui, depuis près de neuf ans déjà, avait vu se répandre en ses veines une paralysie qui exerçait en elle une telle emprise qu’elle ne pouvait aucune coordination des membres »).

Weyman ajoute le verbe le plus vraisemblable : …ut ad nullam prorsus <uti> possit membrorum compagem (« … qu’elle ne pouvait <user d’>aucune coordination des membres »).

Les corrections selon le sens sont-elles toujours justes?

Ces interventions nombreuses posent le double problème de leurs justes proportions (combler une lacune n’est pas la même chose que modifier plusieurs mots) et de leur justification.

Par ex. au ch. 24 décrit des démoniaques uociferantes quadam uinculorum more curuati («vociférant courbés par une [sic] usage des chaînes »).

Künstle corrige le genre de l’article : uociferantes quodam uinculorum more curuati (« vociférant courbés par quelque usage des chaînes »).

Weyman corrige en séparant la proposition en deux après corrections sur uinculorum et quadam : uociferantes quaedam, uinculatorum more curuati  (« vociférant des choses, ils sont courbés à la manière des prisonniers »).

Le sens est plus satisfaisant, mais le texte qui ainsi restitué est-il plus proche du texte originel ou seulement plus facile à comprendre ?

Ces philologues auraient pu se souvenir que la Vie C avait déjà été éditée par Jean Bolland dans les Acta sanctorum[9] :

  • un légendier de Saint-Maximin de Trèves (T) en neuf volumes (xiie-xiiie), Paris, BnF, lat. 9741, fol. 66-74
  • un légendier de Saint-Bertin (B) du xiesiècle = Saint-Omer, Bibliothèque municipale 715, fol. 18v-22.

Peut-on croire que ces deux manuscrits si tardifs ont de l’intérêt pour l’établissement du texte ? Oui, si on observe que

  • pour les problèmes « résolus » par Weyman, B contient des solutions alternatives crédibles :

Ch. 20 : à la place de la conjecture Weyman …ut ad nullam prorsus <uti> possit membrorum compagem, B a écrit …ut ad nullam prorsus possit membrorum compagem conuerti.

Ch. 24 : à la place de la conjecture Weyman …uociferantes quaedam, uinculatorum more curuati, B a une solution beaucoup plus économique …quadam uinculorum mole curuati
« courbés par quelque masse de de chaînes »

  • pour des passages incertains, T peut avoir conservé la trace de l’écriture originelle :

Au ch. 26, Künstle édite un texte sans ponctuation et sans grande signification : matri filium reddidit uiuum spoliata morte restituit (Geneviève « a rendu le fils à la mère vivant, la mort une fois dépouillée, a remis »).

Bolland suppose une copule qui n’existe dans aucun manuscrit, mais rend la phrase intelligible : matri filium reddidit uiuum, ac spoliata morte restituit (« rendit à la mère le fils et remis celui qu’elle avait rappelé à la vie après avoir dépouillé la mort »).

Or on doit au moins prendre le temps de considérer la solution de T : matri filium uiuum spoliata morte restituit. Le copiste pourrait avoir bien compris une exponctuation de reddidit.

Le ch. 31 offre la même difficulté et la même solution. Geneviève va à Troyes à la rencontre d’aveugles et de nombreux malades qualifiés par des adjectifs trop nombreux : quam plurimos… languoribus semianimes cruciatos (« nombreux… par des affection à demi-morts torturés »). T est le seul manuscrit a n’avoir que cruciatos. Deux hypothèses possibles :

      1. le copiste de T est paresseux et négligent ; les erreurs nombreuses de son texte alimentent ce doute légitime
      2. le copiste de T est le seul à avoir conservé la trace d’une étape de rédaction qui a vu l’auteur écrire d’abord languoribus semianimis avant de choisir languoribus semianimis cruciatos (exponctuation de semianimis)

Comment trancher ? Pour BHL 3336, un travail philologique exemplaire a été proposé en 1970 par Giovanni Orlandi[10]. Orlandi part des travaux de Künstle, mais résiste à la tentation de faire des manuscrits les plus anciens (A et V) les plus proches de l’original. Il met en évidence l’importance d’un légendier copié à Stavelot-Malmédy au XIe s. (M), actuellement BAV, Vat. Lat. 8565, fol. 228-241, qui atteste la valeur des leçons de V, sans pourtant en être M la copie. L’accord de V et M met en évidence que BHL 3336 est rédigé en latin mérovingien :

Par ex. au ch. 5, …mater eius palma maxillam eius iracundia percussit. Qui ilico luminis visione priuata, supplicium continuae cecitatis incurrit (« … sa mère en colère lui frappa la joue de la main. Elle fut sur le champ privée de l’usage de ses yeux et soumise au châtiment d’une cécité permanente »).

L’antécédent de « qui », qui est la leçon de V et de M, est mater. Les autres manuscrits ont corrigé selon la grammaire et portent quae. V et M se trouvent donc partager une aberration grammaticale, qu’aucun scribe n’aurait inventée après le VIIIe siècle pour une anecdote dans laquelle n’apparaissent que des personnages féminins. Ce qui est une « erreur » pour Künstle est possible dans la langue mérovingienne.

Surtout, Orlandi identifie la présence massive de cursus dans le texte. Il devient alors possible d’évaluer la pertinence d’une hypothèse ou d’ajouter la ponctuation en fonction du respect du cursus. Dans le cas du ch. 31, languoribus semianimis s’intègre mal en clausule, mais languoribus cruciatos ne pose plus problème. T n’est peut-être pas seulement le travail d’un copiste distrait ; un « mauvais » manuscrit peut avoir conservé de bonnes leçons.

Au crible de ce cursus, on peut alors faire d’autres suggestions que celles de Weyman. La correction du ch. 36 par ex., reddidit <sanos>, est peut-être moins fondée que la restitution reddidit <absolutos>.

Conclusion

En guise de conclusion, je pose la question de la lectio difficilior sans pouvoir la résoudre. Le respect de la leçon rare et originale, à privilégier par rapport à la leçon convenue et répandue, est un principe sain. Son application se heurte à un passage de [BHL 3336] où tous les manuscrits sauf un ont conservé une leçon peu évidente, la leçon banale n’étant attestée que par un unique manuscrit :

    • Künstle : auras brachiorum ictibus criniumque diuerberant,  « (les possédés) frappent les airs de coups de bras et de cheveux »
    • M : auras brachiorum ictibus crurumque diuerberant, « (les possédés) frappent les airs de coups de bras et de jambes »

Faut-il croire au jugement de la majorité, même quand elle créé une image originale ? Faut-il suivre l’exception, même si elle a adopté le sens le plus commun ? Vos arguments en faveur de l’une ou l’autre solution m’intéressent.

[0] marie.isaia [at] cnrs.fr – Marie Isaïa prépare, avec la collaboration de Florence Bret, l’édition avec introduction et traduction annotée de la Vie de Geneviève (Vies A, C et E) pour la collection Sources Chrétiennes, à paraître dans le cadre de l’année Sainte Geneviève à Paris.

[1] Monumenta Germaniae Historica, Scriptores Rerum Merowingicarum 3, Hanovre 1896, p. 215-238.

[2] Étude critique sur la Vie de sainte Geneviève de Paris avec deux textes de cette Vie, Paris 1881 (Bibliothèque de l’École des Hautes Études, 48), p. 5-47.

[3] G. Kurth, « Étude critique sur la Vie de sainte Geneviève », Revue d’histoire ecclésiastique 14, 1913, p. 5-80.

[4] Karl Künstle, Vita s. Genovefae virginis Parisiorum patronae, Leipzig 1910, p. 1-20.

[5] Karlsruhe, Landesbibliothek, Augiensis perg. 32, fol. 76v-80v.

[6] Wien, Österreichische Nationalbibliothek, Palatinus 420, fol. 131-140.

[7] Karl Weyman, « K. Künstle Vita s. Genovefae virginis Parisiorum patronae », Berliner Philologische Wochenschrift 31, 1911, col. 1026-1030.

[8] Rudolf Bitschofsky, « Zur Vita sanctae Genovefae virginis Parisiorum patronae », Wiener Studien. Zeitschrift für classische Philologie 35, 1913, p. 208-210.

[9] Alia Vita s. Genovefae, éd. Jean Bolland, AASS, Ian. I, Anvers 1643, col. 143-148.

[10] Giovanni Orlandi, « Sul testo della Vita Genovefae (Redazione III) », Annali della Facolta du Lettere et Filosofia dell’Universita degli Studi di Milano. ACME 23 1-2, 1970, p. 165-173.

Onomastikon: édition en ligne des Hermeneumata Celtis

Vincenzo Ortoleva et Maria Rosaria Petringa, de l’Université de Catane, lancent le projet Onomastikon, qui entend contribuer à l’étude du lexique grec et latin à travers l’analyse de certains genres de textes littéraires de l’Antiquité tardive, en prose et en poésie, publiés ou inédits: https://onomastikon.altervista.org 

Le projet comprend deux volets:

1) l’édition critique (ou diplomatique, avec les corrections nécessaires) commentée des sections encore inédites du glossaire latin-grec dit Hermeneumata Celtis, sous la coordination du Professeur Vincenzo Ortoleva, ainsi que de Maria Rosaria Petringa et Salvatore Cammisuli, en collaboration avec le Thesaurus linguae Latinae (Munich, Bayerische Akademie der Wissenschaften) et le Diccionario Griego-Español (Madrid, Instituto de Lenguas y Culturas del Mediterráneo y Oriente Próximo et Centro de Ciencias Humanas y Sociales, CSIC). Ce glossaire, copié en 1495, d’après un manuscrit aujourd’hui perdu, dans le cod. Wien, Österreichische Nationalbibliothek suppl. Gr. 43, par l’humaniste allemand Conrad Celtis (1459-1508). Les Hermeneumata Celtis sont divisés en deux parties distinctes: un colloquium bilingue grec-latin, composé de textes et de dialogues visant à enseigner les deux langues (f. 12-17); un glossaire latin-grec organisé en sections thématiques (f. 18-45v). C’est cette deuxième partie qui est ici éditée. Les premiers éléments du premier volet, comprenant 7 sections ou parties de sections (travail du cuir, aliments, spectacles, oiseaux, animaux sauvages, parties du corps humain), éditées par des étudiants de l’Université de Catane (ce sont les fichiers pdf de leurs tesi di laurea), sont déjà en ligne, protégés par un mot de passe à demander à onomastikon.lessicografia@gmail.com. Dix autres sections ou parties de section sont en cours d’édition. Un lien est donné pour les 8 autres sections déjà publiées isolément, avec la bibliographie afférente.

2) des archives numériques du lexique de la poésie chrétienne ancienne et médiévale, sous la coordination du Professeur Maria Rosaria Petringa. Pour l’instant, la bibliographie afférente est en ligne.

Cette dernière initiative rejoint opportunément, semble-t-il, celle du GIRPAM (Groupement International de Recherche sur la Poésie Antique et Médiévale) qui vient de naître sous la dir. de M. Cutino (Strasbourg) et B. Bureau (Lyon 3).

 

How to read on LIPPS

Pour saluer le départ des Britanniques aujourd’hui – et tenter de nous en consoler –, quoi de mieux qu’un peu d’humour anglais?
LIPPS, cela dit, est quelque chose d’aussi sérieux qu’intéressant.

Il s’agit du London International Palaeography Summer School (LIPSS) de l’Institute of English Studies de l’Université de Londres. Une série de cours intensifs de paléographie et d’études de manuscrits est proposée du 8 au 12 juin 2020.  Les cours vont d’une demi-journée à deux jours et portent sur la paléographie latine, anglo-saxonne, anglaise, allemande et grecque, les manuscrits enluminés, la codicologie, l’édition de manuscrits et les manuscrits liturgiques et dévotionnels.

De plus amples informations sur le LIPSS sont disponibles sur https://www.ies.sas.ac.uk/lipss.

Colloque bâlois sur la « néopaléographie », ou la paléo à l’ère du numérique (27-29 janvier 2020)

Voici l’annonce faite par Isabelle Marthot-Santaniello, l’organisatrice:

As part of D-scribes project, the International Conference Neo-Paleography: Analysing Ancient Handwritings in the Digital Age will be held in Basel between January 27 and 29, 2020. This conference will gather specialists of Egyptian, Hebrew, Greek, Latin and Coptic Manuscripts and combine traditional paleographic analyses to the most recent computerized approaches.

Please find the program below, also available along with the abstracts on the project website (see here).

Entrance is free, for logistic reasons, please notify your interest to attend via email to i.marthot-santaniello@unibas.ch

Presentations will be recorded and made available soon after the conference. To be sure to be informed of the release, do not hesitate to subscribe to d-scribes mailing list (here).

Neo-Paleography: Analysing Ancient Handwritings in the Digital Age

Basel 27-29 January 2020

 

Kollegienhaus, Regenzzimmer 111, Petersplatz 1, 4001 Basel

 

Monday 27 January

14:00 Welcome

14:15 Nachum Dershowitz, Adiel Ben-Shalom in abs., Lior Wolf in abs. (Tel Aviv): Computerized Paleography: Tools for Historical Manuscripts

14:45 Mladen Popović, Lambert Schomaker, Maruf Dhali (Groningen): Digital Palaeography of the Dead Sea Scrolls for Dating Undated Manuscripts

15:15 Gemma Hayes, Maruf Dhali (Groningen): Identifying Dead Sea Scribes: A Digital Palaeographic Approach

15:45 Discussion

16:00 Coffee break

16:30 Vinodh Rajan Sampath (Hamburg): Script Analyzer: A Tool for Quantitative Paleography

17:00 Timo Korkiakangas (Helsinki): Quantifying Medieval Latin handwriting with Script Analyzer  

17:30 Elena Nieddu, Serena Ammirati in abs. (Roma): IN CODICE RATIO: a gateway to paleographical thesauri

18:00 Discussion

 

Tuesday 28 January

9:00 Peter Stokes (Paris): (Still) Describing Handwriting: With Archetype and Beyond

9:30 Simona Stoyanova (Nottingham): The Python in the letterbox – epigraphic palaeography with Archetype

10:00 Lorenzo Sardone (San Marino): For a Palaeography of Demosthenic Papyri

10:30 Discussion

10.45 Coffee break

11:00 Yasmine Amory (Ghent): More than a simple intuition. Towards a categorisation of palaeographical features

11:30 Loreleï Vanderheyden (Heidelberg): How to unmask a digraph scribe? Apollos’ Greek and Coptic styles in the Aphrodito Byzantine Archive

12:00  Discussion

12:30 Lunch

14:00 Anne Boud’hors (Paris): Identifying hands and styles in the Coptic papyri from Edfu (Papas’ archive)

14:30 Esther Garel (Strasbourg): The Fayyumic Coptic Documentary Papyri: Issues of Palaeography, Formats and Dating

15:00 Christian Askeland (Cambridge): How to clean up a Papyrustastrophe? Using empirical data and common sense to reconnect shattered fragments

15:30 Discussion

15:45 Coffee break

16:00 Katharina Schröder (Münster): Searching for Relatives: Palaeographical Analysis of Coptic New Testament Manuscripts in the Institute for New Testament Textual Research Münster

16:30 Alin Suciu, Ulrich Schmid in abs. (Göttingen): Digital Support for a Paleographical Assessment of the White Monastery Manuscripts

17:00  Discussion

Wednesday 29 January

9:00 Marie Beurton-Aimar, Cecilia Ostertag in abs. (Bordeaux): Re-assembly Egyptian potteries with handwritten texts

9:30 Vincent Christlein (Nuremberg): Writer identification in historical document images

10:00 Imran Siddiqi (Islamabad): Dating of Historical Manuscripts using Image Analysis & Deep Learning Techniques

10:30 Discussion

10.45 Coffee break

11:00 Tanmoy Mondal (Montpellier): Efficient technique for Binarization, Noise Cleaning and Convolutional Neural Network Based Writer Identification for Papyri Manuscripts

11:30 Andreas Fischer (Fribourg): Recent Advances in Graph-Based Keyword Spotting for Supporting Quantitative Paleography

12:00 Discussion

12:30 Lunch

14:00 Vlad Atanasiu, Peter Fornaro (Basel): On the Utility of Color in Computational Paleography

15:00-17:00 Visit of the Digital Humanities Lab and the papyrus collection in the University Library

Formations en codicologie (Paris, 6 décembre 2019) et en paléographie grecque (Gand, 3-4 février 2020)

Deux informations intéressantes encore pour cette année:

– en codicologie, le 6 décembre 2019 à Paris (campus Condorcet, salle 0.010, bâtiment de recherche Nord): Alberto Campagnolo donnera un atelier d’une journée sur le modèle VisColl :  https://www.irht.cnrs.fr/?q=fr/agenda/describing-complex-gathering-structures-viscoll
Le modèle VisColl (cf. https://github.com/leoba/VisColl), développé par Dot Porter et Alberto Campagnolo, permet de décrire de façon structurée et normalisée la structure matérielle d’un codex et de générer les visualisations correspondantes, à la fois des diagrammes et des bifeuillets dans le cas des manuscrits numérisés.
 
– en paléographie grecque, une formation de 2 jours est proposée par la Research School OIKOS de l’Université de Gand les 3 et 4 février 2020: https://www.ru.nl/oikos/news/current-events/crash-course-greek-paleography-ugent/
 

Atelier de collation des Homélies sur la Lettre aux Philippiens de Jean Chrysostome

Le séminaire d’édition de textes de Jean Chrysostome, à l’Institut des Sources Chrétiennes, propose les 6 novembre et 4 décembre 2019, de 14h à 16h, deux séances de collation en commun de manuscrits grecs des Homélies sur la Lettre aux Philippiens. La visée est à la fois pédagogique, méthodologique et éditoriale, puisqu’il s’agit de mettre en œuvre un travail collaboratif aboutissant à l’édition de cette série. Le début de chaque séance du séminaire par la suite devrait ainsi permettre de faire le point sur l’avancée de ce projet pluriannuel.

Voir le programme du séminaire sur le site d’HiSoMA

et le blog https://chrysostom.hypotheses.org/

 

Séminaire d’initiation à l’édition de textes patristiques grecs – Paris

Pour sa deuxième année, le Séminaire d’initiation à l’édition de textes patristiques aura lieu une fois par mois le jeudi de 16h à 18h, à partir du 17 octobre 2019, à la Maison de la Recherche de Sorbonne Université. Ce séminaire est spécialement dédié à l’édition de textes patristiques grecs.
En voici le programme : 2019_edition_textes_patristiques

L’édition critique et ses méthodes (IRHT, Paris, 28 mai 2019)

L’ecdotique déclinée selon divers corpus de diverses langues par les spécialistes des diverses sections de l’IRHT? Une journée au programme alléchant: tous détails sur

https://www.irht.cnrs.fr/?q=fr%2Fagenda%2Fl-edition-critique-et-ses-methodes&fbclid=IwAR2F1-SNqxbb1MMwohudvH9AvWznsjsuEx3hOytCi_z3kxJfxATLINEVyjA

D’Helladius à Praesidius : Jérôme en question(s)

Intervention à la Table ronde du stage d’ecdotique (Sources Chrétiennes, HiSoMA UMR 5189) du 21 février 2019

Aline Canellis (Université Jean Monnet-Saint-Étienne, HiSoMA UMR 5189) a présenté trois cas de figures qui ont jalonné son expérience en ecdotique. Le premier a montré le lent travail de maturation effectué depuis sa thèse de doctorat, une édition critique « à l’ancienne » (Saint Jérôme, Altercatio Luciferiani et Orthodoxi, Recherches littéraires, historiques et doctrinales, soutenue en 1995) jusqu’à sa double publication, l’édition majeure au CCSL (79B, Brepols, Turnhout, 2000) et l’édition mineure, dans la Collection des Sources Chrétiennes (Jérôme, Débat entre un Luciférien et un Orthodoxe, SC 473, Paris, Cerf, 2003). Le deuxième cas de figure évoqué est une gestion de projet pendant près de dix ans pour l’élaboration d’un ouvrage collectif et collaboratif paru sous la direction d’A. Canellis en 2017, avec une équipe de chercheurs, hiéronymiens ou non, expérimentés et moins expérimentés, et de toutes spécialités et régions : Jérôme, Préfaces aux livres de la Bible, SC 592, Paris, Cerf ; le texte latin, publié par des éditeurs illustres et fixé depuis longtemps, a dû être légèrement modifié, en particulier en deux passages importants pour l’histoire du canon biblique (la leçon apocrypha est en effet préférable à celle d’hagiographa, dans le Prologue de Tobie et le Prologue de Judith). Enfin, le troisième cas de figure abordé est un work in progress personnel d’A. Canellis :l’édition scientifique de la Lettre à Praesidius de Jérôme (Epistula 18*), premier écrit à attester l’usage d’un éloge du cierge pascal en Italie du Nord. La recherche est désormais facilitée par le développement du numérique : catalogues en ligne, manuscrits numérisés en libre accès, possibilité d’échanger rapidement avec les conservateurs des fonds anciens… Cette triple expérience a ainsi témoigné de l’intérêt toujours renouvelé à éditer des textes, quelles qu’en soient les modalités. On pourra retrouver la version détaillée de l’exposé sur https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-02051375.

Formation sur les outils numériques à Lyon le 1er juillet 2019

En amont de la session annuelle de l’AELAC, est organisée une demi-journée de formation sur les outils numériques pour l’édition critique, incluant deux formations en parallèle pour la mise en page finale de l’édition critique :

    – Classical Text Editor avec Caroline Macé

   – LaTeX, avec Maïeul Rouquette.

   La formation aura lieu le 1er juillet prochain à Lyon, au Centre Jean Bosco.

   Le programme détaillé et l’inscription se font sur le site de l’AELAC: http://wp.unil.ch/aelac/mots-savants-et-outils-numeriques-de-ledition-critique/

Nouveaux manuscrits sur e-codices (14 décembre 2018)

69 nouveaux manuscrits ont été mis en ligne le 14 décembre 2018 sur le site e-codices. Rappelons que “le but d’e-codices – Bibliothèque virtuelle des manuscrits en Suisse est de mettre à disposition, dans une bibliothèque virtuelle, tous les manuscrits suisses du Moyen Âge et une sélection de manuscrits de l’Époque moderne” (phrase empruntée à la page d’accueil du site). La liste de ces manuscrits se trouve sur le site d’e-codices.