Le dossier hagiographique de saint Jacques l’Intercis en grec et en latin

Le 28 février 2024, lors de la table-ronde “Ecdotique, l’édition des textes anciens en devenir” qui a eu lieu aux Sources Chrétiennes, dans le cadre du stage d’ecdotique, Anna LAMPADARIDI (CNRS, HiSoMA) et Fernand PELOUX (CNRS, FRAMESPA) ont présenté deux exposés conjoints sur le dossier hagiographique de saint Jacques l’Intercis en grec et en latin.

Anna LAMPADARIDI
Les trois recensions grecques de la Passion de saint Jacques l’Intercis (BHG 772, 772a et 772b) : enjeux d’édition.

Jacques le Perse était un dignitaire de la cour des rois Sassanides, originaire de la ville de Beth-Lapat (aujourd’hui la ville iranienne de Gundishapur), une ville qui fut refondée au 3e siècle par Sabuhr Ier (239-270). Jacques fut apostat de la foi chrétienne par complaisance envers le roi Sassanide Yazdgird Ier (399-420). Repenti, il fut martyrisé par le fils et successeur de ce dernier, Wahram V qui régna de 420 environ à 438. Le roi fit subir à Jacques l’amputation successive des doigts, des orteils, des mains, des pieds, des bras, des jambes et, pour finir, la décapitation. C’est justement ce supplice qui lui valut le surnom de « l’Intercis », qui veut dire « taillé en pièces ». Sa mémoire est célébrée le 27 novembre, aussi bien dans l’Eglise orientale que dans l’Eglise occidentale: c’est le jour assigné à sa mort par la presque totalité des témoins manuscrits.-

La détermination de l’année exacte de son martyre qui se situe vraisemblablement au tout début du règne de Wahram aux alentours de 421, tout comme celle de l’existence historique du personnage se heurtent à plusieurs difficultés. 

Mon exposé a porté sur le dossier grec de Jaques l’Intercis, et notamment sur les trois recensions principales de la version grecque qui ont été éditées par le Père Devos dans deux publications successives parues dans les Analecta Bollandiana dans les années 50. Le Bollandiste a fourni la première édition critique des trois recensions grecques de la Passion de S. Jacques le Perse en offrant une base solide pour l’étude du dossier grec. Les travaux du Père Devos ont donc servi de point de départ à mon travail dans le cadre du projet ANR Transperse. Ma contribution a consisté à rééditer les trois recensions grecques principales sur la base de nouveaux témoins auxquels j’ai pu avoir accès.

Fernand PELOUX
Recherches sur le dossier hagiographique latin de Jacques l’Intercis

Quand on s’intéresse à l’histoire des textes hagiographiques latins, on est souvent confronté à des éditions anciennes, qui ne s’appuient que sur une part restreinte des manuscrits. La situation est peut-être plus vraie encore pour le fonds commun des légendiers latins, composé essentiellement de textes romains et orientaux, longtemps restés dans un angle mort des recherches. Le cas de la Passion latine de Jacques l’Intercis, que nous avons pu étudier avec Monique Goullet dans le cadre de l’ANR Transperse illustre ce point : la bibliographie et les recherches sur la Passion latine de ce « martyr célèbre entre les plus célèbres » selon Paul Peeters est inversement proportionnelle à la renommée de ce saint au martyre spectaculaire. Avant que Jacques de Voragine ne l’intègre dans sa Légende dorée, le texte était connu en Occident sous la forme d’une Passion, enregistrée dans la Bibliotheca Hagiographica Latina sous le numéro 4100, à partir de l’édition qu’en donna Mombritius au XVe siècle dans son Sanctuarium. Les Bollandistes n’ont pas traité le dossier hagiographique du saint dans leurs Acta Sanctorum puisque ces derniers s’arrêtent avant la fête de saint Martin au 11 novembre : Jacques est pour sa part fêté le 27 novembre. Cela dit, les Collectanea bollandiana conservent encore les matériaux rassemblés par eux sur ce dossier hagiographique : la documentation réunie par les érudits de l’époque moderne ne saurait être négligée.

La Passion latine circula principalement en Italie centrale dès le XIe siècle (une trentaine de témoins est connue, mais d’autres doivent pouvoir être repérés). Un seul témoin extérieur à cet espace est connu avant 1200, issu de Saint-Martial de Limoges. Il présente des leçons particulières, parfois meilleures. Une édition de travail a été proposée en collationnant les six témoins les plus anciens. Dans certains cas, quand le sens ne permettait pas d’opérer un choix dans les leçons, nous avons recouru au modèle grec, grâce à notre collaboration avec Anna Lampadaridi qui a étudié de près le travail du traducteur latin. Les autres pièces latines du dossier hagiographique témoignent de l’intérêt pour ce saint en Occident à partir du début du XIIe siècle. Un premier récit de translation de reliques rapporte comment la tête du saint est arrivée en 1102 à l’abbaye bénédictine de Cormery (diocèse de Tours). Une quinzaine d’années plus tard, une autre translation est opérée, en 1117 par Maurice Bourdin, depuis Rome jusqu’au siège métropolitain de Braga. Limousin d’origine, ce moine clunisien a pu connaître la Passion de saint Jacques telle qu’elle a été copiée à Limoges. Ce transfert de reliques est connu par deux versions principales, toutes connues par des bréviaires ou des copies tardives.

À la fin du Moyen Âge enfin, les légendiers abrégés qui se développent pour servir de support à la prédication ont accueilli la Passion de saint Jacques, et la Légende dorée lui a assuré un succès sans précédent, grâce notamment aux traductions dans les différentes langues de l’Europe.

Pour découvrir le carnet de recherche du projet ANR Transperse : https://transperse.hypotheses.org/

Notre travail sur les dossiers grec et latin est en cours de publication :

Christelle et Florence Jullien (éd.), Les textes migrateurs. Transmissions interculturelles entre Orient et Occident. Les Actes des martyrs perses du début du Ve siècle (Subsidia Hagiographica 100), Bruxelles 2024 (à paraître).

Programme de la table-ronde “Ecdotique, l’édition des textes anciens en devenir”

La table-ronde “Ecdotique, l’édition des textes anciens en devenir” aura lieu le mercredi 28 février 2024 dans le cadre du stage d’ecdotique des Sources Chrétiennes. 

Lire la suite : Programme de la table-ronde “Ecdotique, l’édition des textes anciens en devenir”

14h00 Alexey MOROZOV (Univ. de Fribourg)
Le De resurrectione de Méthode d’Olympe.
Édition d’un texte conservé exclusivement
en tradition indirecte : problèmes et enjeux.

14h45 Giovanni MARCOTULLIO (Univ. Salerne – Ucly)
La nouvelle édition critique du De induratione cordis Pharaonis : de ChrysoCollate à LaTeX.

15h30 Pause

15h45 Anna LAMPADARIDI (CNRS, HiSoMA) – en visio
Les trois recensions grecques de la Passion de
Saint Jacques l’Intercis (BHG 772, 772a et 772b) :
enjeux d’édition.

16h30 Fernand PELOUX (CNRS, FRAMESPA) – en visio
Recherches sur le dossier hagiographique latin de Jacques l’Intercis

Stage d’ecdotique 2024 à Sources Chrétiennes : Les inscriptions sont ouvertes !

Comme chaque année, l’équipe des Sources Chrétiennes (HiSoMA, UMR 5189) organise un stage d’ecdotique pour aider une vingtaine de jeunes chercheurs (niveau master ou thèse) à acquérir les méthodes scientifiques et techniques pour éditer un texte ancien, latin ou grec.

 Le prochain stage aura lieu du lundi 26 février au vendredi 1er mars 2024, dans les locaux des Sources Chrétiennes, 22 rue Sala, F-69002 LYON, avec possibilité, pour celles et ceux qui le souhaitent, d’une séance de (re)mise à niveau en paléographie grecque ou latine, le dimanche 25 février, de 14h00 à 18h00. Le programme détaillé pour 2024 n’est pas encore disponible, mais on peut télécharger, à titre indicatif, celui de 2023 à la page : https://sourceschretiennes.org/ecdotique

Le principe du stage est d’articuler apports théoriques (en général le matin) et ateliers pratiques, sur un texte latin ou grec, qui reprend les étapes du travail éditorial : recherche de manuscrits, techniques de collation et de rédaction d’un apparat critique avec les logiciels existants, mise en forme du travail en vue d’une édition papier ou numérique (initiation au balisage en XML-TEI). Quelques bases de données utiles sont aussi présentées (TLG, LLT-A, Biblindex). La formation est orientée vers une édition dans la collection Sources Chrétiennes, mais permet aussi la préparation d’un volume pour la Collection des Universités de France (Budé) ou d’autres.

Au cours du stage sont prévues une visite du fonds manuscrit de la Bibliothèque Municipale de Lyon (très riche en manuscrits latins) et une table ronde où quelques intervenants présentent des cas particuliers du travail d’édition.

Les inscriptions au stage 2024 sont ouvertes dès à présent et seront closes au 15 décembre 2023. Pour se pré-inscrire : https://sourceschretiennes.org/ecdotique/stage/pre-inscription

L’inscription au stage est gratuite (hormis une cotisation à l’Association des Amis de Sources Chrétiennes). Une formule d’hébergement payante est proposée en option.

École d’été sur l’édition critique numérique (Lausanne, 10-14 juillet 2023)

Une école d’été intitulée « Éditions critiques numériques de textes apocryphes chrétiens anciens et médiévaux » aura lieu à l’Université de Lausanne du 10 au 14 juillet 2023.

Cette école d’été se propose d’initier à deux nouveaux outils numériques élaborés selon les principes FAIR dans le cadre d’un projet du Fonds national suisse de la recherche scientifique portant sur l’édition et l’étude de textes apocryphes chrétiens : le premier est une chaîne de traitement informatique innovante facilitant l’établissement d’éditions critiques numériques d’œuvres anciennes à tradition manuscrite multiple et fluide. Le second est un outil numérique de synopse capable de prendre en charges plusieurs langues anciennes (grec, latin, syriaque, éthiopien, etc.) et de gérer tous les types de parallèles au niveau des phrases et des mots (déplacements, inversions, entrecroisements, etc.) avec des annotations et des lexiques.

En prenant pour cas d’étude des écrits apocryphes chrétiens en grec et en latin, la suite logicielle fournit des outils intégrés et souples couvrant toutes les étapes de l’ecdotique, de la transcription des manuscrits avec des balises TEI à l’établissement du texte et de l’apparat critique, en passant par la collation des témoins, l’analyse des variantes en format « graphe ».

Inscription avant le 15 mai auprès de Frédéric Amsler (frederic.amsler@unil.ch), l’organisateur.

Toutes informations sur https://www.unil.ch/summerschools/editions-textes-apocryphes 

avec le programme.

Ressources et projets éditoriaux de l’Institut patriarcal d’études patristiques (Thessalonique)

Lors de la table-ronde Ecdotique, aux Sources Chrétiennes, à Lyon, le mercredi 15 février 2023 à 15h, Syméon PASCHALIDIS, professeur de patrologie et d’hagiographie à l’Université Aristote et directeur de l’Institut patriarcal d’études patristiques de Thessalonique, a présenté en anglais cet Institut qui offre sans cesse davantage de ressources aux éditeurs de texte et a développé aussi ses activités de publication.

Il a projeté un diaporama en français qu’il a eu l’extrême amabilité de
nous autoriser à publier sur ce carnet : vous pouvez ainsi télécharger le pdf PIPM.Editorial tools presentation (5,6 Mo).

Table-ronde ecdotique 2023

L’édition de 2023 de la table-ronde “Ecdotique, l’édition des textes anciens en devenir” a eu lieu aux Sources Chrétiennes, dans le cadre du stage d’ecdotique, le mercredi 15 février 2023 à partir de 14h.

Programme

14h Antonio RICCIARDETTO (HiSoMA, Lyon)
Le métier d’éditeur de papyrus. Édition d’une pièce de prose inédite

15h Syméon PASCHALIDIS (Centre patriarcal des études patristiques, Thessalonique)
Editorial tools and projects of the Patriarchal Institute for Patristic Studies/Thessaloniki

16h Sophie SANZEY (HiSoMA, Lyon)
La Vita Sancti Germani d’Heiric d’Auxerre : enjeux de l’édition d’une Vie en vers.

Nouveaux manuscrits sur e-codices (14 décembre 2022)

33 nouveaux manuscrits ont été mis en ligne le 14 décembre 2022 sur le site e-codices. Rappelons que “Le but d′e-codices est de mettre à disposition tous les manuscrits médiévaux et une sélection de manuscrits modernes en Suisse dans une bibliothèque virtuelle” (phrase empruntée à la page d’accueil du site). La liste de ces manuscrits se trouve sur le site d’e-codices.

Le titre oublié ? La naissance du titre dans la littérature grecque, par E. Castelli

Tel est le paradoxe du titre dans l’édition de textes grecs et latins : ce sont les mots les plus importants, et pourtant il n’est pas si rare qu’ils soient absents des apparats critiques, si ce n’est de la première page du texte. Le fait paraît surprenant ; l’expérience néanmoins le montre, et parfois c’est in extremis que l’oubli est corrigé dans certaines éditions.

Ce paradoxe en rejoint un autre : le titre donne à l’œuvre son identité et lui assure le plus souvent une paternité ; or souvent, il est le fait non des auteurs, mais des éditeurs, anciens ou modernes, à qui parfois il arrive d’altérer, sinon de contredire l’intention et l’autorité réelles du texte – et ce, à l’endroit même où ils le font connaître, voire posent son existence et lui donnent corps.

Ce second paradoxe rejoint le premier à chaque fois que le texte, souvent connu par son titre latin, doit pour la première fois paraître en traduction moderne et selon les usages de notre époque, nettement plus concis qu’autrefois. Le savant helléniste ou latiniste peut se voir poser cette innocente question qui jusque-là ne l’avait pas troublé le moins du monde, et il arrive que ce soit une autre personne qui doive proposer ce qui, sait-on jamais, deviendra désormais le titre.

Ce préambule entend illustrer – fût-ce par la caricature et la provocation – à quel point le titre est un impensé chez certains antiquisants. Un statut secondaire en termes d’authenticité lui est la plupart du temps reconnu, par prudence, sans forcément bien savoir ce qu’il est. Le livre d’E. Castelli sur la naissance du titre dans la littérature grecque, de la poésie épique archaïque à la prose d’époque classique vient jeter une lumière bienvenue sur cet angle mort des études classiques.

Connu comme philologue et patrologue, déjà auteur de multiples articles abordant le sujet, l’Italien fait donc aussi pleinement œuvre de titrologue, exploitant les ressources de ce que la critique moderne appelle « titrologie » – avec çà et là quelques escapades dans les littératures d’autres époques, Umberto Eco, Dante, Shakespeare, Baudelaire, Cervantès, Leopardi… Si le domaine est grec, les textes latins sont régulièrement convoqués, ce qui ouvre des pistes à de plus amples recherches dans ce domaine.

Du status quaestionis dressé dans les premières pages de la première partie, intitulée « Théorie et méthode » (p. 1-55) –, il ressort que les études antérieures se concentrent d’une part sur la période postérieure à l’apparition des papyri comme supports d’écriture, d’autre part sur la poésie. Un « point focal » a donc été choisi pour l’enquête : la prose des historiens grecs, jusque-là délaissée. Mais cette première partie est très suggestive de toute façon par ses considérations générales. En tant que « nom du texte », on sait que le titre littéraire remplit une fonction d’identification, de « signalétique ». Encore faut-il préciser ce qu’on entend par « titre ». Voici la définition plus précise qui est proposée p. 24 : « Le titre est la dénomination du texte fixée par écrit sur les seuils [soglie] physiques du texte même. » D’où trois caractéristiques : 1° « le titre est une dénomination écrite » ; 2° il « partage le même support que le texte, dont il constitue le nom » ; il « occupe, plus précisément, les marges physiques (les ‘seuils’) du texte ». Cet aspect matériel fait toute la différence, car « il est fondamental de bien distinguer nomen et titulus : dans la première catégorie entre n’importe quelle dénomination (écrite ou même seulement orale) d’un texte ; le titulus, lui, est une désignation du produit littéraire fixée sur les seuils physiques » de celui-ci, « ou sur une étiquette matériellement » attachée au texte (p. 26-27). En latin, en tout cas, le terme titulus a tôt pris le pas sur le mot inscriptio, qui correspond au grec ἐπίγραμμα ou ἐπιγραφή. Autre distinction importante à faire, celle entre « fonction d’identification » et « fonction d’information » : un titre ne remplit pas l’une et l’autre de la même manière, ni de façon parfaite. La fonction « marketing » joue aussi un rôle, comme pour le De trinitate de Novatien, sur lequel le philologue italien fait les conjectures suivantes : au 4e siècle à Constantinople, les macédoniens – qui n’admettaient pas la divinité du Saint-Esprit – auraient en effet diffusé le texte, qui pouvait être lu à l’appui de leur position, sous le nom prestigieux de Cyprien de Carthage, avec un titre reflétant une question alors brûlante d’actualité, la Trinité ; en tout cas le titre d’origine – De regula veritatis, suggère E. Castelli à titre d’hypothèse, p. 39 – reste inconnu. Les chercheurs, il est vrai, en sont souvent réduits à des conjectures du fait de la rareté et du caractère indirect des sources les plus anciennes, connues par des citations dont l’interprétation est souvent sujette à caution. À cet égard, Eduard Lohan en 1890 avait déjà bien compris que dans l’Antiquité le « nom » d’usage, ou nomen, n’était pas forcément en accord avec le titulus attesté des livres anciens : une situation qu’E. Castelli illustre à son tour chez les Grecs par diverses dénominations de l’Illiade et de l’Odyssée, à distinguer de leur titre.

La deuxième partie (p. 57-151) traite de « la poésie grecque de l’époque archaïque et classique à l’avènement des titres ». Les compositions orales étant dépourvues de titres, les proèmes ou les incipit devaient parfois en tenir lieu. D’où viennent alors les titres Ἰλιάς et Ὀδύσσεια ? Pour E. Castelli, ils auraient été fixés au moment de la mise par écrit de ces deux œuvres, originellement issues d’un matériau plus vaste, composé d’une part des chansons sur la guerre de Troie, d’autre part de celles sur Ulysse. De l’anonymat des aèdes, certains poètes comme Hésiode, Phocylide et Théognis se détachent en introduisant leur nom parmi leurs vers pour en revendiquer la paternité. La question du titre des pièces de théâtre à Athènes a pu quant à elle se poser en deux étapes, d’une part celle de leur enregistrement officiel en compétition, d’autre part celle de la diffusion sous forme écrite, dont la tradition manuscrite ultérieure témoigne des avatars.

Plus importante encore, la troisième partie sur « la prose grecque des débuts à l’avènement des titres » (p. 153-322) commence par montrer que, à l’instar de la poésie, comme par « contagion », proème et incipit – du type « ainsi parle… » – tenaient lieu de titre pour les lois et les autres textes prosaïques les plus anciens (Héraclite, Phérécyde, Hécatée, Alcméon, Antiochus de Syracuse), usage qui a longtemps perduré, y compris après l’adoption, plus tardive, de titres à proprement parler. Les 5e et 4e siècles marquent un tournant décisif avec le développement du livre comme objet de production et de diffusion, répondant à trois fonctions : a) lecture privée, b) dépôt de l’héritage intellectuel, 3° conception d’architectures textuelles plus complexes (p. 189-190). Hérodote est ainsi le premier à rompre avec l’exorde traditionnel et à destiner d’emblée son œuvre, en tant qu’écrit, à la postérité. Thucydide à son tour se présente lui-même, avec son sujet, dans les premiers mots de sa composition, en ajoutant aussi à la fin du récit de chaque année de guerre des formules récurrentes de clôture. Mais c’est Xénophon qui le premier sépare son nom et les titres du texte même de ses ouvrages, dont la diversité requérait une distinction plus visible ; la stabilité de la tradition manuscrite ultérieure vient corroborer cette originalité des titres. D’autres auteurs, comme Denys d’Halicarnasse, Philistos de Syracuse, Théopompe, Isocrate – par opposition à Démosthène qui a laissé à d’autres le soin d’intituler ses discours – ou Platon – s’inspirant du théâtre pour choisir le nom d’un personnage pour titre –, ou encore Aristote – faisant un emploi massif de titres pour les multiples références et citations dans ses traités, alors même que ces derniers, circulant d’abord parmi les proches, puis comme objet de librairie, ont été agencés par ses épigones. Le titre est donc bien attesté « comme phénomène de librairie préhellénistique » (p. 299). Le dernier chapitre fait le point sur les « ‘lieux’ du titre sur les rouleaux de l’époque hellénistique et romaine » (étiquette, verso, recto), « la valeur et les limites des représentations iconographiques du 5e siècle » – le poids des conventions invitant à la prudence –, et l’étude lexicale d’ἐπίγραμμα et d’ἐπιγραφή, mots attestés pour la première fois dans leur acception de librairie chez Alexis (né v. 370 av. J.C.) et chez Polybe (2e s.) respectivement ; en tant qu’ils désignent une inscription extérieure, ces termes refléteraient l’usage de l’étiquette des rouleaux comme origine du titre, plus tard intégré à l’intérieur des rotuli et des codices.

Enfin, le « cas spécial » des Helléniques de Xénophon est étudié en appendice : E. Castelli réexamine, sur la base des témoins manuscrits conservés, l’hypothèse de B.G. Niebuhr selon laquelle les deux premiers livres, qui seraient intitulés Παραλειπόμενα Θουκυδίδου, seraient une simple continuation de Thucydide, tandis que les autres seraient un travail original, intitulé Ἑλληνικά. Il en résulte de multiples surprises, conduisant en réalité à épaissir le mystère, que les considérations d’ordre littéraire et lexical redoublent encore. Par exemple, le terme παραλειπόμενα peut désigner aussi bien un « reste » d’œuvre jusque-là non publié que « ce qui a été laissé, omis » : dans le premier cas, Xénophon est un simple éditeur, dans le second, un continuateur original. On peut faire remarquer que l’interprétation ambivalente du mot est déjà connue pour les livres des Paralipomènes bibliques.

Le travail d’E. Castelli éclaire ainsi de manière érudite et très opportune une question aussi importante qu’insuffisamment étudiée. Le lecteur appelle immanquablement de ses vœux une suite portant sur les périodes ultérieures. Si le développement du codex portera à son aboutissement une culture de la littérature écrite, de nouvelles interrogations pourront apparaître ; en particulier, l’émergence et l’essor massif d’un nouveau type de prédication, l’homélie chrétienne, semblent avoir marqué un certain regain d’oralité dans le champ de l’écrit, avec un bouleversement des traditions titrologiques et des usages du livre ; inversement, une culture raffinée revendiquera plus haut encore son caractère purement livresque, y compris, dans certains cas, par un retour symbolique au sens épigraphique : ainsi les « épigrammes » de Grégoire de Nazianze, eux-mêmes le plus souvent anépigraphes, mais jouant explicitement sur le statut de la littérature comme monument.

Dans tous les cas, l’étude d’E. Castelli a le mérite de poser une question d’ecdotique qui est aussi éminemment littéraire. En effet, en se demandant : « Ce titre est-il le bon ? », l’éditeur moderne est obligé de s’interroger en profondeur sur ce qu’est le texte qu’il doit établir, sinon de répéter à l’envi ce geste d’étonnement : « Qu’est-ce que la littérature ? »

Emanuele Castelli, La nascita del titolo nella letteratura greca: Dall’epica arcaica alla prosa di età classica. Untersuchungen zur antiken Literatur und Geschichte, 148. Berlin; Boston: De Gruyter, 2020. Pp. xvi, 373. ISBN 9783110703627

Pierre Petitmengin ou le texte en mouvement (1936-2022)

Pierre Petitmengin, l’éveilleur de tant de vocations d’ecdoticiens, s’est éteint le 28 juin 2022. Directeur de la Bibliothèque générale de l’École normale supérieure de la rue d’Ulm de 1964 à 2001, il enseignait aussi au Département des sciences de l’Antiquité à l’ENS; il a ainsi formé à la paléographie latine et à l’histoire des textes de nombreux étudiants de plusieurs générations, qu’il emmenait régulièrement visiter de grandes bibliothèques en France et en Europe.

Photo issue de l’entretien publié sur https://www.oralemens.ens.fr/s/PPM/page/p-petitmengin-francois-bougard-mathilde-lencou-bareme (DR Roddy Cunningham)

Un hommage lui est rendu sur le site de l’ENS, et tout un site lui a été consacré en 2019. Dans l’une des excellentes vidéos mises en ligne, il évoque brièvement à deux reprises les Sources Chrétiennes, et surtout ses propres travaux, notamment sur Pélagie, Hilarianus, Tertullien et Cyprien. Même si ses éditions ou traductions de Tertullien sont restées inachevées, ses travaux occupent immanquablement une part appréciable de nos bibliographies.

L’auteur de ces lignes, dès l’enfance, a eu la chance de le connaître, et garde un souvenir fasciné de son inénarrable éloquence : groupe de mots par groupes de mots, comme lemme par lemme, ses phrases semblaient résulter d’un choix intime entre mille variantes possibles, laissant deviner parfois une suite que l’auditeur comprenait tout seul sans même s’en apercevoir, générant quasiment à chaque instant une tradition textuelle infinie…

Pierre Petitmengin ou le texte en mouvement : ici (à gauche) avec Jean Lallot (à droite) et un étudiant devant le Mur de la Réformation à Genève, sous la bonne garde d’István Bocskay, en juin 1994

 

Un cas singulier d’ecdotique : l’édition d’une version copte fragmentaire d’une homélie patristique sur palimpseste

par Damien LABADIE, chercheur CNRS au CIHAM, lors de la Table-ronde “Ecdotique”, Lyon, HiSoMA-Sources Chrétiennes, le 23 février 2022.

Enzo Lucchesi, dans un article des Analecta Bollandiana paru en 2006 («Un fragment sahidique du premier panégyrique d’Étienne le protomartyr par Grégoire de Nysse», Analecta Bollandiana 124 (2006), p. 11-13) signala avoir repéré un manuscrit contenant une version copte inédite du In S. Stephanum I de Grégoire de Nysse (BHG 1654; CPG 3186 ; éd. du grec par O. Lendle, Gregorii Nysseni Opera X, 1, p. 73-94). Ce manuscrit, le BnF copte 1314, f. 162rv (https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b100915857/f156.item), est un feuillet palimpseste provenant du Monastère Blanc, qui faisait partie initialement d’un codex dont d’autres feuillets sont connus par ailleurs, tel le British Library Or. 8802. L’écriture inférieure daterait du Xe siècle tandis que, dans son écriture supérieure, du XIIe siècle, le codex transmet un recueil de choix d’œuvres des grands théologiens des IVe et Ve siècles (Athanase, Basile, Jean Chrysostome, Sévère d’Antioche), auxquels il convient d’ajouter Constantin d’Assiout (VIe-VIIe s.).

Bien que composée en sahidique, cette version copte du In S. Stephanum I trahit nombre de traits propres au dialecte bohaïrique du scribe, notamment l’assourdissement des plosives sonores. Hormis ces caractéristiques morphophonétiques, le texte se distingue par la qualité de la traduction copte. Au regard de la difficulté du grec de Grégoire, cette version, qui est un véritable tour de force, évite un littéralisme trop grossier qui en eût compromis l’intelligibilité. Face à des passages particulièrement ardus, le traducteur s’est même évertué à proposer une paraphrase afin de rendre un texte aisément compréhensible à son lecteur copte. Une édition et une traduction de ce fragment copte, assorties d’un commentaire, sont en cours de préparation par nos soins.

Ce feuillet présente trois défis du point de vue de l’ecdotique. Premièrement, il s’agit d’un palimpseste. Bien que ce soit l’écriture supérieure qui seule nous intéresse, par endroits la superposition des deux couches d’écriture rend difficile la lecture, comme l’illustre l’image ci-dessous. Quelquefois il subsiste un doute au sujet de certaines de lettres effacées qui semblent provenir de l’écriture inférieure mais qui appartiennent, en réalité, à l’écriture supérieure.

Deuxièmement, le caractère fragmentaire de ce feuillet, qui comprend des trous et dont la partie de droite est manquante dans toute sa hauteur, contraint l’éditeur à combler les lacunes, en procédant à une rétroversion du grec, ou même à renoncer à toute tentative de restitution. Ci-dessous figure un exemple de tentative de restitution du copte sur la base du texte grec.

Enfin, troisièmement, ce texte est une version copte du grec. Or l’éditeur se doit de traduire en français à partir du copte, bien qu’il soit tentant de recourir au texte grec original afin d’esquiver les difficultés du copte. Bien que nous ayons privilégié une traduction littéraire, nous avons essayé de respecter au mieux la syntaxe et le lexique coptes, en signalant en note une traduction littérale lorsque la nôtre paraissait un peu trop éloigné de l’original.

 

 

 

Table-ronde ecdotique 2022

L’édition de 2022 de la table-ronde “Ecdotique, l’édition des textes anciens en devenir” a eu lieu aux Sources Chrétiennes le mercredi 23 février 2022 à partir de 14h.

Programme

14h Damien LABADIE (Ciham, Lyon)
Un cas singulier d’ecdotique : l’édition d’une version copte fragmentaire d’une homélie patristique sur palimpseste

14h45 Martin MORARD (IRHT, Paris)
Édition numérique et édition dynamique. L’expérience de la Catena aurea electronica.

15h30 Pause

Présentation des outils numériques du projet ENLAC
(Éditer la littérature apocryphe chrétienne) :

15h45 Cecilia ANTONELLI (Institut romand des sciences bibliques, Lausanne)
La suite logicielle d’édition numérique

16h30 Andreas ELLWARDT et Judith HACK (Institut romand des sciences bibliques, Lausanne)
L’outil numérique de synopse multilingue

Stage d’initiation au manuscrit médiéval (IRHT, Paris, 14-18 mars 2022)

L’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes (IRHT) organise à nouveau en 2022, un stage d’initiation au manuscrit médiéval destiné aux étudiants préparant un master ou une thèse, qui se tiendra du lundi 14 au vendredi 18 mars 2022, dans des locaux de l’IRHT, 14 cours des Humanités, à Aubervilliers.

Vous trouverez toutes les informations utiles sur la page de présentation sur le site de l’IRHT : 

https://www.irht.cnrs.fr/fr/agenda/stage/stage-dinitiation-au-manuscrit-medieval

Le formulaire d’inscription en ligne est disponible à l’adresse suivante :

https://www.irht.cnrs.fr/fr/inscriptions/stage_d_initiation

Éditer numériquement la littérature apocryphe chrétienne (ENLAC): séance du 25 novembre 2021

Éditer numériquement la littérature apocryphe chrétienne (ENLAC): quels enjeux méthodologiques et quels outils numériques derrière la construction d’un texte critique et de son apparat ?

Tel est le sujet qui sera traité par Cecilia Antonelli, Violeta Seretan et Claudio Zamagni lors de la prochaine séance du séminaire de recherche de l’Institut Romand des Sciences Bibliques (IRSB), jeudi prochain, 5 novembre 2011, de 12h30 à 14h00 – Anthropole 5021.

Voici l’argumentaire publié sur le site de l’Université:

Qu’est-ce qu’une édition critique majeure numérique ? De quelle manière les
outils numériques conçus ou perfectionnés au sein du projet FNS « ENLAC »
peuvent aider à la réalisation de ce type d’éditions ? Quels sont les atouts et les
limites de ces nouvelles technologies en dialogue avec les méthodologies
éditoriales traditionnelles ? C’est à de telles questions que souhaite répondre ou
au moins sensibiliser ce séminaire, qui présentera la méthodologie et le
fonctionnement de la chaîne logicielle innovante qui est en voie d’achèvement au
sein du projet « ENLAC » afin de faciliter l’édition critique d’œuvres antiques et
médiévales à tradition manuscrite multiple et fluide. Cette suite d’outils
numériques intégrés et souples couvre toutes les étapes de l’ecdotique, de la
transcription balisée des témoins à l’établissement du texte et de son apparat
critique en passant par la collation, l’analyse des variantes en format « graphe »
et la stemmatologie. Enfin, ce séminaire se veut l’occasion de soumettre à la
discussion des aspects qui demeurent problématiques.

Contact : secretariat.irsb@unil.ch
Lien Zoom : https://unil.zoom.us/j/93086137382 Mot de passe : 339891