Des modes en ecdotique : apprendre de nos erreurs d’après l’histoire de l’édition critique de la troisième Vita s. Genovefae (BHL 3336)

par Marie-Céline Isaïa, maître de conférences HdR à l’Université Jean Moulin-Lyon 3[0],
à la table-ronde « Ecdotique », Lyon HiSoMA-Sources Chrétiennes, le 5 mars 2020

Introduction

L’attitude des éditeurs face aux textes hagiographiques est révélatrice du caractère plus changeant qu’on ne veut parfois le croire de l’ecdotique. Oui, les éditeurs de texte appliquent des principes scientifiques ; oui, ils peuvent rendre compte de leurs critères pour le choix des manuscrits ou des variantes ; reste qu’ils travaillent, comme tous les chercheurs, dans un environnement intellectuel et dans un contexte historique, et subissent deux types d’influences:

  • Leurs propres goûts et jugements a priori, cette subjectivité dont tout scientifique essaie de réduire la part mais qui transparaît néanmoins, rarement sous la forme d’un véritable préjugé ou biais inconscient, plus souvent sous la forme respectable de l’exigence de sens : est-il raisonnable de penser que le copiste dont j’examine le travail écrivait n’importe quoi ? N’ai-je pas raison de rectifier ce qui doit l’être pour rétablir un sens clair ? Au risque de confondre le sens qui m’apparaît évident et un hypothétique sens universellement obvie.
  • L’existence de véritables modes, qu’il est assez facile de mettre en évidence quand on observe l’attitude des éditeurs vis-à-vis des sources hagiographiques latines. En dehors de quelques textes fondamentaux mais non-représentatifs comme la Vie de Martin par Sulpice Sévère, nous parlons d’un matériau qui se présente majoritairement d’une façon anonyme et traditionnelle : un hagiographe affirme qu’il n’est qu’un instrument chargé de mettre par écrit le témoignage voire l’opinion d’une communauté, pour son usage propre ; la communauté est fondée à compléter et corriger un texte revêtu d’une faible autorité auctoriale, mais qui peut avoir une forte portée normative communautaire. La tradition manuscrite témoigne de ce statut ambivalent des textes hagiographiques : ils circulent amputés ou augmentés, réécrits dans un cadre scolaire et réagencés pour les besoins de la commémoration liturgique. Leur lettre n’est pas intouchable ; ils sont en même temps utiles et nécessaires. Après qu’elle a longtemps pratiqué l’édition critique la plus orthodoxe sur le modèle des Monumenta Germaniae Historica, l’érudition prend aujourd’hui acte du caractère labile des textes hagiographiques et reproduit des manuscrits plus qu’elle ne reconstitue des Urtexten. L’accent porté par la philologie sur la création (projet, culture et formation de l’auteur) se déplace vers la réception des textes (public, adaptations, voire transmission).

L’édition d’une brève Vita comme la Vie de sainte Geneviève dite C ou VGC (BHL 3336) donne l’occasion de mettre en évidence l’influence de ces modes et quelques pratiques implicites voire erronés des philologues qui nous ont précédés. Ce n’est certainement pas dire que les contemporains ont toujours raison contre les anciens ; plutôt qu’en voyant travailler les autres, on identifie plus facilement les tentations auxquelles tout philologue est exposé.

Trois Vies de Geneviève, et deux a priori

La Vie de Geneviève C (BHL 3336) se prête à l’exercice comme tout texte hagiographique sans intérêt, c’est-à-dire sans importance aux yeux des historiens méthodiques : la figure historique Geneviève (m. ca. 500/502) est déjà documentée par deux biographies concordantes (BHL 3335) et (BHL 3334) qui ont concentré toute l’attention. Tout le monde à la fin du XIXe siècle reconnaît que l’une dépend de l’autre – mais c’est le seul point d’accord. Pour donner une vision réduite à l’extrême des positions en présence :

  • Bruno Krusch a édité BHL 3335[1]. Il la considère comme la première Vie de sainte Geneviève (VGA) dont BHL 3334 n’est que la réécriture. Il voit en BHL 3335 un texte au mieux carolingien, qui prétend avoir été rédigé au VIe siècle.
  • Charles Kohler a édité BHL 3334[2]. Il la considère comme la première Vie de sainte Geneviève et croit l’hagiographe qui dit qu’il l’a rédigée au début du VIe siècle. BHL 3335 est sa réécriture.

La lucidité est comme souvent du côté de l’historien belge Godefroy Kurth, capable de voir que BHL 3335 est antérieure et qu’il s’agit bien d’une biographie mérovingienne[3]. Sans parler de certains relents de nationalisme, la vivacité des débats est rendue possible par l’absence de manuscrits antérieurs à l’an Mil : tout jugement sur les deux Vies dépend de la seule appréciation des éditeurs (Le vocabulaire est-il mérovingien ? Peut-on identifier d’évidentes sources postérieures au VIe siècle ? etc.).

C’est dans ce contexte tendu qu’intervient le patristicien catholique allemand Karl Künstle en 1910[4]. Künstle pense mettre tout le monde d’accord en publiant une troisième Vie, VGC (BHL 3336) ; il ne prétend pas qu’elle soit le texte d’origine, mais sa réécriture précoce et la plus proche de l’original. BHL 3334 et BHL 3335 dépendent dans sa reconstitution d’une branche dérivée.

Or l’édition de Künstle repose sur des jugements présentés comme raisonnables mais en vérité mal fondés :

  • a priori 1: le manuscrit produit par un grand centre intellectuel et soigneusement corrigé contient un meilleur texte

Künstle retient les leçons d’un légendier de Reichenau (A, IXe s.)[5] , où l’on repère la main de Régimbert (m. 846) contre celles d’un légendier conservé à Vienne qu’il croit contemporain (V, VIIIe s.)[6].

  • a priori 2: le bon texte est le plus correct selon les normes de la grammaire latine

Par ex. au ch. 14, Künstle choisit A contre V du fait de désinences apparemment plus correctes :

A = Cupiebat enim sancta Genovefa… basilicam maxima construere ambitione….
« Sainte Geneviève de fait souhaitait avec une ambition extrême édifier… une basilique… »
V = Cupiebat enim sancta Genovefa… basilicam maximam ambitionem construere….
« Sainte Geneviève caressait donc le projet d’édifier… une très grande basilique... »

Il tire de ces points de départ discutables une conclusion presque tautologique : parti du texte rédigé dans le latin le plus correct selon les normes de la grammaire latine rétablies à l’époque carolingienne, il en déduit une datation tardive pour le texte qu’il édite.

Deux comptes rendus de l’édition Künstle paraissent immédiatement, en 1911 (Karl Weyman[7]) et en 1913 (Rudolf Bitschofsky[8]). Ni Weyman ni Bitschofsky n’ont vu de nouveaux manuscrits. Ils corrigent le texte édité par simple déduction. Neuf fois sur dix, leurs suggestions s’imposent comme des évidences.

Par ex. au ch. 36, Künstle a édité un texte absurde : Multos ibidem tunc… inmundis spiritibus adimpletos orationum meritis ac virtutibus reddidit (« En ce même lieu, par les mérites et vertus de ses prières, elle rendit alors de nombreuses personnes… comblées d’esprits impurs »).

Weyman ajoute l’adjectif indispensable : Multos ibidem tunc …inmundis spiritibus adimpletos orationum meritis ac virtutibus reddidit <sanos> (« En ce même lieu, par les mérites et vertus de ses prières, elle rendit alors à la santé de nombreuses personnes dont s’étaient emparé des esprits impurs ) ». On verra infra que ce n’est pas la bonne solution.

Autre exemple au ch. 20, Künstle a édité un texte manifestement lacunaire : …parentes puellae, quae iam novem fere annos ita paralitici erat humoris dominatione penetrata, ut ad nullam prorsus possit membrorum compagem (« …les parents d’une fille qui, depuis près de neuf ans déjà, avait vu se répandre en ses veines une paralysie qui exerçait en elle une telle emprise qu’elle ne pouvait aucune coordination des membres »).

Weyman ajoute le verbe le plus vraisemblable : …ut ad nullam prorsus <uti> possit membrorum compagem (« … qu’elle ne pouvait <user d’>aucune coordination des membres »).

Les corrections selon le sens sont-elles toujours justes?

Ces interventions nombreuses posent le double problème de leurs justes proportions (combler une lacune n’est pas la même chose que modifier plusieurs mots) et de leur justification.

Par ex. au ch. 24 décrit des démoniaques uociferantes quadam uinculorum more curuati («vociférant courbés par une [sic] usage des chaînes »).

Künstle corrige le genre de l’article : uociferantes quodam uinculorum more curuati (« vociférant courbés par quelque usage des chaînes »).

Weyman corrige en séparant la proposition en deux après corrections sur uinculorum et quadam : uociferantes quaedam, uinculatorum more curuati  (« vociférant des choses, ils sont courbés à la manière des prisonniers »).

Le sens est plus satisfaisant, mais le texte qui ainsi restitué est-il plus proche du texte originel ou seulement plus facile à comprendre ?

Ces philologues auraient pu se souvenir que la Vie C avait déjà été éditée par Jean Bolland dans les Acta sanctorum[9] :

  • un légendier de Saint-Maximin de Trèves (T) en neuf volumes (xiie-xiiie), Paris, BnF, lat. 9741, fol. 66-74
  • un légendier de Saint-Bertin (B) du xiesiècle = Saint-Omer, Bibliothèque municipale 715, fol. 18v-22.

Peut-on croire que ces deux manuscrits si tardifs ont de l’intérêt pour l’établissement du texte ? Oui, si on observe que

  • pour les problèmes « résolus » par Weyman, B contient des solutions alternatives crédibles :

Ch. 20 : à la place de la conjecture Weyman …ut ad nullam prorsus <uti> possit membrorum compagem, B a écrit …ut ad nullam prorsus possit membrorum compagem conuerti.

Ch. 24 : à la place de la conjecture Weyman …uociferantes quaedam, uinculatorum more curuati, B a une solution beaucoup plus économique …quadam uinculorum mole curuati
« courbés par quelque masse de de chaînes »

  • pour des passages incertains, T peut avoir conservé la trace de l’écriture originelle :

Au ch. 26, Künstle édite un texte sans ponctuation et sans grande signification : matri filium reddidit uiuum spoliata morte restituit (Geneviève « a rendu le fils à la mère vivant, la mort une fois dépouillée, a remis »).

Bolland suppose une copule qui n’existe dans aucun manuscrit, mais rend la phrase intelligible : matri filium reddidit uiuum, ac spoliata morte restituit (« rendit à la mère le fils et remis celui qu’elle avait rappelé à la vie après avoir dépouillé la mort »).

Or on doit au moins prendre le temps de considérer la solution de T : matri filium uiuum spoliata morte restituit. Le copiste pourrait avoir bien compris une exponctuation de reddidit.

Le ch. 31 offre la même difficulté et la même solution. Geneviève va à Troyes à la rencontre d’aveugles et de nombreux malades qualifiés par des adjectifs trop nombreux : quam plurimos… languoribus semianimes cruciatos (« nombreux… par des affection à demi-morts torturés »). T est le seul manuscrit a n’avoir que cruciatos. Deux hypothèses possibles :

      1. le copiste de T est paresseux et négligent ; les erreurs nombreuses de son texte alimentent ce doute légitime
      2. le copiste de T est le seul à avoir conservé la trace d’une étape de rédaction qui a vu l’auteur écrire d’abord languoribus semianimis avant de choisir languoribus semianimis cruciatos (exponctuation de semianimis)

Comment trancher ? Pour BHL 3336, un travail philologique exemplaire a été proposé en 1970 par Giovanni Orlandi[10]. Orlandi part des travaux de Künstle, mais résiste à la tentation de faire des manuscrits les plus anciens (A et V) les plus proches de l’original. Il met en évidence l’importance d’un légendier copié à Stavelot-Malmédy au XIe s. (M), actuellement BAV, Vat. Lat. 8565, fol. 228-241, qui atteste la valeur des leçons de V, sans pourtant en être M la copie. L’accord de V et M met en évidence que BHL 3336 est rédigé en latin mérovingien :

Par ex. au ch. 5, …mater eius palma maxillam eius iracundia percussit. Qui ilico luminis visione priuata, supplicium continuae cecitatis incurrit (« … sa mère en colère lui frappa la joue de la main. Elle fut sur le champ privée de l’usage de ses yeux et soumise au châtiment d’une cécité permanente »).

L’antécédent de « qui », qui est la leçon de V et de M, est mater. Les autres manuscrits ont corrigé selon la grammaire et portent quae. V et M se trouvent donc partager une aberration grammaticale, qu’aucun scribe n’aurait inventée après le VIIIe siècle pour une anecdote dans laquelle n’apparaissent que des personnages féminins. Ce qui est une « erreur » pour Künstle est possible dans la langue mérovingienne.

Surtout, Orlandi identifie la présence massive de cursus dans le texte. Il devient alors possible d’évaluer la pertinence d’une hypothèse ou d’ajouter la ponctuation en fonction du respect du cursus. Dans le cas du ch. 31, languoribus semianimis s’intègre mal en clausule, mais languoribus cruciatos ne pose plus problème. T n’est peut-être pas seulement le travail d’un copiste distrait ; un « mauvais » manuscrit peut avoir conservé de bonnes leçons.

Au crible de ce cursus, on peut alors faire d’autres suggestions que celles de Weyman. La correction du ch. 36 par ex., reddidit <sanos>, est peut-être moins fondée que la restitution reddidit <absolutos>.

Conclusion

En guise de conclusion, je pose la question de la lectio difficilior sans pouvoir la résoudre. Le respect de la leçon rare et originale, à privilégier par rapport à la leçon convenue et répandue, est un principe sain. Son application se heurte à un passage de [BHL 3336] où tous les manuscrits sauf un ont conservé une leçon peu évidente, la leçon banale n’étant attestée que par un unique manuscrit :

    • Künstle : auras brachiorum ictibus criniumque diuerberant,  « (les possédés) frappent les airs de coups de bras et de cheveux »
    • M : auras brachiorum ictibus crurumque diuerberant, « (les possédés) frappent les airs de coups de bras et de jambes »

Faut-il croire au jugement de la majorité, même quand elle créé une image originale ? Faut-il suivre l’exception, même si elle a adopté le sens le plus commun ? Vos arguments en faveur de l’une ou l’autre solution m’intéressent.

[0] marie.isaia [at] cnrs.fr – Marie Isaïa prépare, avec la collaboration de Florence Bret, l’édition avec introduction et traduction annotée de la Vie de Geneviève (Vies A, C et E) pour la collection Sources Chrétiennes, à paraître dans le cadre de l’année Sainte Geneviève à Paris.

[1] Monumenta Germaniae Historica, Scriptores Rerum Merowingicarum 3, Hanovre 1896, p. 215-238.

[2] Étude critique sur la Vie de sainte Geneviève de Paris avec deux textes de cette Vie, Paris 1881 (Bibliothèque de l’École des Hautes Études, 48), p. 5-47.

[3] G. Kurth, « Étude critique sur la Vie de sainte Geneviève », Revue d’histoire ecclésiastique 14, 1913, p. 5-80.

[4] Karl Künstle, Vita s. Genovefae virginis Parisiorum patronae, Leipzig 1910, p. 1-20.

[5] Karlsruhe, Landesbibliothek, Augiensis perg. 32, fol. 76v-80v.

[6] Wien, Österreichische Nationalbibliothek, Palatinus 420, fol. 131-140.

[7] Karl Weyman, « K. Künstle Vita s. Genovefae virginis Parisiorum patronae », Berliner Philologische Wochenschrift 31, 1911, col. 1026-1030.

[8] Rudolf Bitschofsky, « Zur Vita sanctae Genovefae virginis Parisiorum patronae », Wiener Studien. Zeitschrift für classische Philologie 35, 1913, p. 208-210.

[9] Alia Vita s. Genovefae, éd. Jean Bolland, AASS, Ian. I, Anvers 1643, col. 143-148.

[10] Giovanni Orlandi, « Sul testo della Vita Genovefae (Redazione III) », Annali della Facolta du Lettere et Filosofia dell’Universita degli Studi di Milano. ACME 23 1-2, 1970, p. 165-173.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.