Le titre oublié ? La naissance du titre dans la littérature grecque, par E. Castelli

Tel est le paradoxe du titre dans l’édition de textes grecs et latins : ce sont les mots les plus importants, et pourtant il n’est pas si rare qu’ils soient absents des apparats critiques, si ce n’est de la première page du texte. Le fait paraît surprenant ; l’expérience néanmoins le montre, et parfois c’est in extremis que l’oubli est corrigé dans certaines éditions.

Ce paradoxe en rejoint un autre : le titre donne à l’œuvre son identité et lui assure le plus souvent une paternité ; or souvent, il est le fait non des auteurs, mais des éditeurs, anciens ou modernes, à qui parfois il arrive d’altérer, sinon de contredire l’intention et l’autorité réelles du texte – et ce, à l’endroit même où ils le font connaître, voire posent son existence et lui donnent corps.

Ce second paradoxe rejoint le premier à chaque fois que le texte, souvent connu par son titre latin, doit pour la première fois paraître en traduction moderne et selon les usages de notre époque, nettement plus concis qu’autrefois. Le savant helléniste ou latiniste peut se voir poser cette innocente question qui jusque-là ne l’avait pas troublé le moins du monde, et il arrive que ce soit une autre personne qui doive proposer ce qui, sait-on jamais, deviendra désormais le titre.

Ce préambule entend illustrer – fût-ce par la caricature et la provocation – à quel point le titre est un impensé chez certains antiquisants. Un statut secondaire en termes d’authenticité lui est la plupart du temps reconnu, par prudence, sans forcément bien savoir ce qu’il est. Le livre d’E. Castelli sur la naissance du titre dans la littérature grecque, de la poésie épique archaïque à la prose d’époque classique vient jeter une lumière bienvenue sur cet angle mort des études classiques.

Connu comme philologue et patrologue, déjà auteur de multiples articles abordant le sujet, l’Italien fait donc aussi pleinement œuvre de titrologue, exploitant les ressources de ce que la critique moderne appelle « titrologie » – avec çà et là quelques escapades dans les littératures d’autres époques, Umberto Eco, Dante, Shakespeare, Baudelaire, Cervantès, Leopardi… Si le domaine est grec, les textes latins sont régulièrement convoqués, ce qui ouvre des pistes à de plus amples recherches dans ce domaine.

Du status quaestionis dressé dans les premières pages de la première partie, intitulée « Théorie et méthode » (p. 1-55) –, il ressort que les études antérieures se concentrent d’une part sur la période postérieure à l’apparition des papyri comme supports d’écriture, d’autre part sur la poésie. Un « point focal » a donc été choisi pour l’enquête : la prose des historiens grecs, jusque-là délaissée. Mais cette première partie est très suggestive de toute façon par ses considérations générales. En tant que « nom du texte », on sait que le titre littéraire remplit une fonction d’identification, de « signalétique ». Encore faut-il préciser ce qu’on entend par « titre ». Voici la définition plus précise qui est proposée p. 24 : « Le titre est la dénomination du texte fixée par écrit sur les seuils [soglie] physiques du texte même. » D’où trois caractéristiques : 1° « le titre est une dénomination écrite » ; 2° il « partage le même support que le texte, dont il constitue le nom » ; il « occupe, plus précisément, les marges physiques (les ‘seuils’) du texte ». Cet aspect matériel fait toute la différence, car « il est fondamental de bien distinguer nomen et titulus : dans la première catégorie entre n’importe quelle dénomination (écrite ou même seulement orale) d’un texte ; le titulus, lui, est une désignation du produit littéraire fixée sur les seuils physiques » de celui-ci, « ou sur une étiquette matériellement » attachée au texte (p. 26-27). En latin, en tout cas, le terme titulus a tôt pris le pas sur le mot inscriptio, qui correspond au grec ἐπίγραμμα ou ἐπιγραφή. Autre distinction importante à faire, celle entre « fonction d’identification » et « fonction d’information » : un titre ne remplit pas l’une et l’autre de la même manière, ni de façon parfaite. La fonction « marketing » joue aussi un rôle, comme pour le De trinitate de Novatien, sur lequel le philologue italien fait les conjectures suivantes : au 4e siècle à Constantinople, les macédoniens – qui n’admettaient pas la divinité du Saint-Esprit – auraient en effet diffusé le texte, qui pouvait être lu à l’appui de leur position, sous le nom prestigieux de Cyprien de Carthage, avec un titre reflétant une question alors brûlante d’actualité, la Trinité ; en tout cas le titre d’origine – De regula veritatis, suggère E. Castelli à titre d’hypothèse, p. 39 – reste inconnu. Les chercheurs, il est vrai, en sont souvent réduits à des conjectures du fait de la rareté et du caractère indirect des sources les plus anciennes, connues par des citations dont l’interprétation est souvent sujette à caution. À cet égard, Eduard Lohan en 1890 avait déjà bien compris que dans l’Antiquité le « nom » d’usage, ou nomen, n’était pas forcément en accord avec le titulus attesté des livres anciens : une situation qu’E. Castelli illustre à son tour chez les Grecs par diverses dénominations de l’Illiade et de l’Odyssée, à distinguer de leur titre.

La deuxième partie (p. 57-151) traite de « la poésie grecque de l’époque archaïque et classique à l’avènement des titres ». Les compositions orales étant dépourvues de titres, les proèmes ou les incipit devaient parfois en tenir lieu. D’où viennent alors les titres Ἰλιάς et Ὀδύσσεια ? Pour E. Castelli, ils auraient été fixés au moment de la mise par écrit de ces deux œuvres, originellement issues d’un matériau plus vaste, composé d’une part des chansons sur la guerre de Troie, d’autre part de celles sur Ulysse. De l’anonymat des aèdes, certains poètes comme Hésiode, Phocylide et Théognis se détachent en introduisant leur nom parmi leurs vers pour en revendiquer la paternité. La question du titre des pièces de théâtre à Athènes a pu quant à elle se poser en deux étapes, d’une part celle de leur enregistrement officiel en compétition, d’autre part celle de la diffusion sous forme écrite, dont la tradition manuscrite ultérieure témoigne des avatars.

Plus importante encore, la troisième partie sur « la prose grecque des débuts à l’avènement des titres » (p. 153-322) commence par montrer que, à l’instar de la poésie, comme par « contagion », proème et incipit – du type « ainsi parle… » – tenaient lieu de titre pour les lois et les autres textes prosaïques les plus anciens (Héraclite, Phérécyde, Hécatée, Alcméon, Antiochus de Syracuse), usage qui a longtemps perduré, y compris après l’adoption, plus tardive, de titres à proprement parler. Les 5e et 4e siècles marquent un tournant décisif avec le développement du livre comme objet de production et de diffusion, répondant à trois fonctions : a) lecture privée, b) dépôt de l’héritage intellectuel, 3° conception d’architectures textuelles plus complexes (p. 189-190). Hérodote est ainsi le premier à rompre avec l’exorde traditionnel et à destiner d’emblée son œuvre, en tant qu’écrit, à la postérité. Thucydide à son tour se présente lui-même, avec son sujet, dans les premiers mots de sa composition, en ajoutant aussi à la fin du récit de chaque année de guerre des formules récurrentes de clôture. Mais c’est Xénophon qui le premier sépare son nom et les titres du texte même de ses ouvrages, dont la diversité requérait une distinction plus visible ; la stabilité de la tradition manuscrite ultérieure vient corroborer cette originalité des titres. D’autres auteurs, comme Denys d’Halicarnasse, Philistos de Syracuse, Théopompe, Isocrate – par opposition à Démosthène qui a laissé à d’autres le soin d’intituler ses discours – ou Platon – s’inspirant du théâtre pour choisir le nom d’un personnage pour titre –, ou encore Aristote – faisant un emploi massif de titres pour les multiples références et citations dans ses traités, alors même que ces derniers, circulant d’abord parmi les proches, puis comme objet de librairie, ont été agencés par ses épigones. Le titre est donc bien attesté « comme phénomène de librairie préhellénistique » (p. 299). Le dernier chapitre fait le point sur les « ‘lieux’ du titre sur les rouleaux de l’époque hellénistique et romaine » (étiquette, verso, recto), « la valeur et les limites des représentations iconographiques du 5e siècle » – le poids des conventions invitant à la prudence –, et l’étude lexicale d’ἐπίγραμμα et d’ἐπιγραφή, mots attestés pour la première fois dans leur acception de librairie chez Alexis (né v. 370 av. J.C.) et chez Polybe (2e s.) respectivement ; en tant qu’ils désignent une inscription extérieure, ces termes refléteraient l’usage de l’étiquette des rouleaux comme origine du titre, plus tard intégré à l’intérieur des rotuli et des codices.

Enfin, le « cas spécial » des Helléniques de Xénophon est étudié en appendice : E. Castelli réexamine, sur la base des témoins manuscrits conservés, l’hypothèse de B.G. Niebuhr selon laquelle les deux premiers livres, qui seraient intitulés Παραλειπόμενα Θουκυδίδου, seraient une simple continuation de Thucydide, tandis que les autres seraient un travail original, intitulé Ἑλληνικά. Il en résulte de multiples surprises, conduisant en réalité à épaissir le mystère, que les considérations d’ordre littéraire et lexical redoublent encore. Par exemple, le terme παραλειπόμενα peut désigner aussi bien un « reste » d’œuvre jusque-là non publié que « ce qui a été laissé, omis » : dans le premier cas, Xénophon est un simple éditeur, dans le second, un continuateur original. On peut faire remarquer que l’interprétation ambivalente du mot est déjà connue pour les livres des Paralipomènes bibliques.

Le travail d’E. Castelli éclaire ainsi de manière érudite et très opportune une question aussi importante qu’insuffisamment étudiée. Le lecteur appelle immanquablement de ses vœux une suite portant sur les périodes ultérieures. Si le développement du codex portera à son aboutissement une culture de la littérature écrite, de nouvelles interrogations pourront apparaître ; en particulier, l’émergence et l’essor massif d’un nouveau type de prédication, l’homélie chrétienne, semblent avoir marqué un certain regain d’oralité dans le champ de l’écrit, avec un bouleversement des traditions titrologiques et des usages du livre ; inversement, une culture raffinée revendiquera plus haut encore son caractère purement livresque, y compris, dans certains cas, par un retour symbolique au sens épigraphique : ainsi les « épigrammes » de Grégoire de Nazianze, eux-mêmes le plus souvent anépigraphes, mais jouant explicitement sur le statut de la littérature comme monument.

Dans tous les cas, l’étude d’E. Castelli a le mérite de poser une question d’ecdotique qui est aussi éminemment littéraire. En effet, en se demandant : « Ce titre est-il le bon ? », l’éditeur moderne est obligé de s’interroger en profondeur sur ce qu’est le texte qu’il doit établir, sinon de répéter à l’envi ce geste d’étonnement : « Qu’est-ce que la littérature ? »

Emanuele Castelli, La nascita del titolo nella letteratura greca: Dall’epica arcaica alla prosa di età classica. Untersuchungen zur antiken Literatur und Geschichte, 148. Berlin; Boston: De Gruyter, 2020. Pp. xvi, 373. ISBN 9783110703627


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.