Retour sur la tradition manuscrite du Commentaire sur le Cantique de Nil d’Ancyre, pour lequel des manuscrits en tradition directe font défaut

par Marie-Gabrielle GUÉRARD,
à la Table-ronde “Ecdotique”, Lyon, HiSoMA-Sources Chrétiennes, le 19 février 2015.

GUERARD 2On se trouve face à une tradition disparate, puisque le texte de Nil (fin du 4e – début du 5e s. ?)  est présent dans des chaînes exégétiques. Quel texte l’éditeur contemporain peut-il espérer atteindre ? Est-il légitime de reconstruire le commentaire nilien qui se trouve être le plus ancien commentaire grec sur le Cantique qui commente le texte biblique in extenso ?

Est-il possible, à partir des manuscrits dont on dispose et des remarques les plus récentes sur les traditions caténaires, de parvenir à une « histoire du texte » où l’imagination ait moins de part que dans la construction de H. U. Rosenbaum ? Je me réfère à la page 243* (les pages de l’introduction sont ainsi assorties d’un astérisque) de son édition du Commentaire (voir bibliographie ci-dessous), où – en dehors de toute chronologie – l’éditeur dispose pour figurer la « représentation graphique du développement textuel » (graphische Darstellung der Textentwicklung) 14 états différents du texte aboutissant aux six manuscrits qui seront finalement retenus.

Je crois qu’il est possible d’être à la fois moins ambitieux et plus raisonnable.

L’édition de Rosenbaum présente un caractère accumulatif : il s’agit d’imprimer tout ce qu’il a trouvé de Nil ou de ressemblant à Nil, y compris en insérant en petit corps des passages de la Chaîne des trois Pères, ou des mots ajoutés de son propre chef (peu de pages sont dépourvues de mots ou expressions entre chevrons), parce qu’ils lui paraissent manquer… Bref, il parvient à « reconstruire » — c’est le terme qu’il utilise, en particulier pp. 213*-222*, puis 239*-240* — un texte qui n’a jamais existé.

Voici les principaux manuscrits (cf. mon édition du Commentaire, Sources Chrétiennes 403, 1994, p. 10 et 86-94) :
Venetus Marcianus gr 22, XIIIe s.
Vaticanus gr. 2129, après 1480
C  Cantab. Trin. Coll. O.I. 54, Xe s.
G  Genuensis bibl. Durazzo-Giustiniani A.I. 10, IXe s.
P  BNF. Paris. gr. 153, XIIe s. (le plus ancien manuscrit contenant l’Épitomé de Procope de Gaza sur le Cantique).

Je ne reviens pas sur les 2 premiers manuscrits de la liste, qui contiennent le commentaire nilien jusqu’à Cant. 4,1d en faisant alterner les homélies de Grégoire de Nysse avec le commentaire nilien. J’ai montré que ces deux mss avaient toute chance de transmettre le texte nilien intégral. Qu’on appelle cette tradition textuelle « chaîne à deux auteurs » n’autorise nullement à penser qu’il s’agit de la forme la plus ancienne d’une « chaîne exégétique sur le Cantique », dont la tradition se serait peu à peu enrichie par l’ajout d’extrait textuels d’autres auteurs (position de Rosenbaum, p. 17*-19* en particulier et la notion de Urkatene). D’ailleurs les deux manuscrits de cette tradition sont datables du 13e et de la fin du 15e siècles. Le fait que les commentaires de nos deux auteurs soient cités in extenso inviterait plutôt à penser, avec G. Dorival et J.-M. Auwers, qu’il s’agit d’une tradition savante de retour à l’original (cf. Auwers, L’interprétation, n. 6, p. 98) dans une sorte d’édition synoptique.

Le cas de C est différent : il s’agit d’un manuscrit ancien, de bonne facture, où le commentaire de Nil est évidemment privilégié, cité in extenso, ou presque jusqu’à Cant. 4, 1 pour Nil, et sous forme très résumée pour les 2 autres auteurs, Théodoret et Grégoire de Nysse. A partir de Cant. 5, 2, la suite la plus fréquente est Nil, Théodoret, Origène. Comme il contient la totalité de l’explication du texte biblique, c’est la tradition qu’il faut privilégier quand on édite Nil. Il est en effet vraisemblable qu’il conserve aussi la totalité ou quasi totalité de l’exégèse nilienne pour l’ensemble du commentaire. Les seules « coupes » repérées concernent des citations scripturaires en fin de développement où le copiste écrit simplement le premier mot de la citation et : καὶ τὰ λοιπὰ. Malheureusement, on y déplore des lacunes, du fait de la perte de plusieurs folios. La seule solution consiste alors à suppléer à ces lacunes grâce au résumé fourni par l’Épitomé de Procope.

Par ailleurs le manuscrit de Gênes, le plus ancien et le plus récemment mis au jour (par S. Lucà en 1981) offre la fin de notre commentaire (de Cant. 6, 8 à 8, 14) aux ff. 281-296, suivi d’un autre texte de Nil, Le Discours ascétique. Comme dans ce manuscrit, le texte nilien est transmis seul, on peut croire, avec S. Lucà, qu’il s’agit là de notre commentaire en tradition directe. Rosenbaum pense qu’il s’agit en réalité d’une sorte de «restauration» à partir d’extraits caténiques, p. 123*-124*. Les explications du texte du Cantique s’y présentent sous la même forme de péricopes à la suite des lemmes textuels ; tous les textes sont ceux du commentaire de Nil, tels qu’on les lit aussi dans C. S’il s’agissait effectivement d’une reconstitution à partir d’une chaîne exégétique, on aurait là l’exemplaire unique d’une telle entreprise, et à une époque très haute, puisque ce manuscrit est datable de la fin du 9e siècle. A ma connaissance, le seul autre exemple connu de manuscrit reprenant les extraits caténiques d’un seul auteur est le Barberinianus gr. 388 où le copiste a rassemblé ce qui reste du commentaire grec sur le Cantique d’Origène. C’est un manuscrit du 14e siècle qui ne contient rien de plus que les extraits origéniens de l’Épitomé de Procope (cf. Commentario al cantico dei cantici, ed. M.-A. Barbàra, Bologne 2005, p. 117-121).

Quelle confiance accorder à l’Épitomé de Procope pour la transmission du commentaire de Nil ? La question est d’importance, en particulier pour les versets du Cantique où les manuscrits de la tradition complète font défaut. Les trois exemples joints montrent que « Procope » ne réécrit pas Nil : dans le §110 on ne trouve qu’un changement dans l’ordre des mots, une variante qui peut résulter d’une mélecture, la mauvaise résolution d’une abréviation et une simplification.

Au § 114, il s’est contenté de suppressions. Enfin dans le long §134, face à une explication pour le moins alambiquée, bien dans le style de la fin du commentaire de Nil, le caténiste s’est simplement livré à des coupes. Je partage l’opinion de J.-M. Auwers (Interprétation du Cantique de cantiques, p. 300) qui estime, au vu de ces techniques d’abrègement, que les scholies niliennes ont été introduites après le travail de réduction-réécriture des commentaires de Grégoire de Nysse et Origène.

Brève bibliographie :

Nil d’Ancyre, Commentaire sur le Cantique des cantiques, I, introduction, édition et traduction de M.-G. Guérard, SC 403, Paris, 1994

Santo Lucà, «Il codice A.I. 10 della Biblioteca Durazzo-Giustiniani di Genova», Bollettino della Badia Greca di Grottaferrata, NS 35, 1981, p. 133-163

Santo Lucà, «La fine inedita del commento di Nilo d’Ancira al Cantico dei Cantici», Augustinianum 22/3, 1982, p. 365-403

Edition du Comm. par H. U. Rosenbaum 2004 : Nilus von Ancyra, Schriften, Kommentar zum Hohelied, PTS 57, Berlin – New York 2004

Édition de l’Épitomé de Procope par Jean-Marie Auwers, CCSG 67, Turnhout, 2011

Jean-Marie Auwers, L’interprétation du Cantique des cantiques à travers les chaînes, Turnhout 2011.

Exemples joints en fichier pdf


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *