Comparative Oriental Manuscript Studies. An Introduction

CouvCOMST

Lorsqu’on découvre l’ouvrage et qu’on le prend en main, on ne peut réprimer un sentiment d’effarement. En premier lieu, parce que l’on ressent ce qu’on a déjà éprouvé, peut-être, en ouvrant pour la première fois l’imposant in-folio de la Palaeographia graeca de Bernard de Montfaucon, paru à Paris en 1708 : trois siècles plus tard, le livre intitulé Comparative Oriental Manuscript Studies. An Introduction, est aussi important par la taille – environ 700 pages au format A4, avec de nombreuses illustrations ou reproductions en couleurs – que par la synthèse qu’il opère.

L’effarement redouble, parce qu’en juin 2009, lorsqu’a commencé le projet COMSt financé par l’European Science Foundation, son achèvement en 2015, soit peu de temps après le terme du financement européen en mai 2014, semblait un défi particulièrement ambitieux. Dirigé par Siegbert Uhlig, puis par Alessandro Bausi à partir de décembre 2009, et soutenu par de multiples institutions dans treize pays différents, le programme a réuni, répartis en cinq équipes et coordonnés par un comité de 13 membres, plusieurs centaines de spécialistes – dont 72 cités comme contributeurs.

Ces « Septante » d’un nouveau genre étaient inspirés par le commun désir de produire une introduction – qui établirait en même temps un status quaestionis – à tout ce qui touche aux manuscrits orientaux.

D’un point de vue « horizontal », en considérant l’étendue des aires géographiques et linguistiques prises en compte, l’orientaliste obtient enfin satisfaction, alors que tant d’ouvrages existaient sur les manuscrits latins exclusivement. Le manuel dirigé par Paul Géhin, Lire le manuscrit médiéval. Observer et décrire, publié à Paris en 2005, et consacré essentiellement à la codicologie, constituait une belle exception à cet égard. Dans cette introduction comparative, sont traités entre autres langues les manuscrits en arabe, en arménien, en araméen christo-palestinien, en copte, en éthiopien, en géorgien, en hébreu, en slavon, en syriaque – et même en grec. Dans le projet COMSt, la définition de ce qui est oriental, en effet, « embrasse toutes les cultures manuscrites non-occidentales (n’ayant pas pour base le latin) qui ont une relation historique (‘génétique’) immédiate avec l’aire codicologique méditerranéenne[1] ». Concernant les études classiques, il serait exagéré de voir là une sorte de révolution copernicienne, puisque de nombreux siècles déjà ont connu des exemples de « philologie sans frontières ». Mais, pour prendre l’exemple du grec, il y a bien un décentrement – à poursuivre encore – de l’ouest vers l’est, au-delà des délimitations académiques et disciplinaires[2]. En effet, le comparatisme ici mis en œuvre vient élargir l’horizon pour l’helléniste qui serait atteint de myopie et mettre à leur juste place les langues ou disciplines tenues pour « ancillaires » (p. 1).

D’un point de vue « vertical », l’objet visé va d’un bout à l’autre de la « chaîne », dessinant, après l’introduction, le plan d’ensemble du volume : codicologie (chapitre 1), paléographie (chapitre 2) – jusqu’ici c’est très classique –, critique textuelle et ecdotique (chapitre 3) – cette association avec les deux premières disciplines, pourtant capitale, est déjà un peu plus rare –, catalogage (chapitre 4), conservation et préservation (chapitre 5) – parties aussi originales que pertinentes elles aussi. Cette conception organique et décloisonnée de l’étude des manuscrits, qui permet de qualifier cette introduction de « somme », est si convaincante et bienvenue qu’on se demande pourquoi elle n’a pas été mise en pratique plus tôt.

Une recension précise et exhaustive d’un tel monument de science n’est pas sérieusement envisageable, sachant que de toute façon les travaux ont déjà fait l’objet d’importantes relectures croisées. Serait-il d’ailleurs pertinent de signaler les rarissimes coquilles relevées ? Il convient tout de même de présenter en quelques lignes chacune des parties.

L’introduction générale (p. 1-67), éditée par Alessandro Bausi et Jost Gippert, commence avec des premières pages à la fois très claires sur l’objet de COMSt et très stimulantes sur l’évolution de l’orientalisme et de la philologie. Les approches numériques et scientifiques traitent ensuite de l’encodage des caractères, de l’édition électronique, des bases de données, de l’imagerie digitale, mais aussi de l’analyse des matériaux (notamment des encres) et des techniques utilisées sur les palimpsestes. Les pages suivantes, introduisant aux traditions manuscrites de chacune des langues retenues (par ordre alphabétique), sont émaillées de cartes qui illustrent bien l’étendue géographique de répartition des lieux de production. Enfin les enjeux éthiques et légaux touchant aux manuscrits orientaux en termes de conservation, de restauration et d’usage sont exposés très commodément.

La partie de codicologie (p. 69-266), éditée par Marilena Maniaci qui en a écrit les pages introductives – une excellente synthèse dégageant les principaux aspects concrets du codex, quelle que soit l’aire linguistique considérée –, se décline en autant de sous-parties qu’il y a de langues traitées. À chaque fois sont abordés, exemples et photographies à l’appui, les matériaux et les outils, la constitution du codex, la mise en page, la structure et la lisibilité du texte, le copiste ainsi que le peintre et l’enlumineur, avec un dernier développement consacré à la reliure. « Objet complexe », le codex est bien sûr envisagé sous plusieurs formes, dont le rouleau et le « livre en accordéon » (dont la p. 155 offre une belle illustration). Peut-être en apprenant qu’on ne peut confirmer l’existence de parchemins en peau de chameau, de panthère, de hyène, de lapin, d’antilope ou de serpent, le lecteur sera-t-il déçu – ou rassuré ?

Le chapitre de paléographie (p. 267-320), édité par Paola Buzi et Marilena Maniaci, se décompose à son tour en autant de sous-chapitres qu’il y a de langues. Certains sont si riches qu’ils pourraient presque servir d’album d’apprentissage à la lecture ; la mention de la datation des écritures données en exemple aurait eu à cet égard une certaine utilité. La définition même de la paléographie, en tant qu’opposée à l’épigraphie et concernant des documents « non monumentaux » ou « souples », s’élargit au-delà d’une simple histoire de l’écriture et prend en compte ses aspects aussi bien textuels que sociaux. La production continue de manuscrits grecs sous l’empire ottoman, proche de l’émergence du grec moderne, rend d’ailleurs plutôt flou, voire superflu le critère d’ancienneté. Et que dire de la tradition continue de copie manuscrite en arabe, alors que la production ancienne est déjà « si immense, ne serait-ce que d’un point de vue statistique, qu’elle n’est comparable avec celle d’aucune autre civilisation[3] » ?

L’ample partie de critique textuelle et d’ecdotique (p. 321-465), éditée entre autres par Caroline Macé, est composée un peu différemment : elle commence par exposer l’histoire de l’ecdotique des textes orientaux et l’approche pragmatique adoptée, énumérer les principales collections offrant des textes critiques[4] et présenter les étapes du travail d’ecdotique – y compris en ce qui concerne la ponctuation, même brièvement (p. 344), ou plus longuement en ce qui concerne les apparats, abondamment illustrés (p. 348-357). Puis, conformément au pragmatisme annoncé – presque chaque texte, de fait, est un cas particulier –, sont exposées vingt-trois études de cas, toutes excellentes. À défaut de toutes les citer, mentionnons celle de Lorenzo Cuppi[5] sur la reconstitution d’un stique supplémentaire de la Septante de Proverbes 8,31 d’après des versions latine et copte, celle de Michael Marx sur un manuscrit du Coran daté du début du 8e siècle – témoin, avec d’autres, de l’histoire ancienne de ce « texte sans contexte » –, celle de Caroline Macé donnant notamment un aperçu de ce que pourrait donner une édition du texte grec du premier Discours théologique de Grégoire de Nazianze[6], ou encore celle d’Alessandro Mengozzi sur le passage d’une conception quasi-diplomatique de l’édition, comme celle de René Draguet évitant de modifier le texte des manuscrits syriaques dans les volumes du CSCO, à celle d’un Sebastian Brock désireux de produire un « texte lisible ».

Édité par Paola Buzi et Witold Witakowski, le chapitre 4 consacré au catalogage (p. 467-537) dépoussière la vision normative et scolaire qu’on pourrait s’en faire : l’illustrent bien les sections spécifiques à chaque langue considérée, le développement insistant sur la diversité des types de catalogues, celui sur l’intérêt d’une « description syntaxique », souvent plus à même de transcrire le « langage physique du codex », ou encore celui sur le défi des catalogues électroniques.

Enfin le 5e chapitre, édité par Laura E. Parodi (p. 539-581), aborde la conservation et la préservation des manuscrits en dévoilant bien des aspects méconnus du simple lecteur et en soulevant plus d’un paradoxe : la numérisation des manuscrits les dématérialise tout en attirant l’attention sur leur état matériel, et les données électroniques censées aider à leur préservation ont une durée de vie vraisemblablement inférieure à deux décennies…

Suit une impressionnante bibliographie de plus de 2000 titres (p. 583-654), que l’on peut interroger aussi en ligne sur une base encore plus complète, en cours de développement : http://www1.uni-hamburg.de/COMST/database.html

De généreux index closent l’ensemble, sachant qu’il est possible aussi de faire une recherche sur le fichier pdf téléchargeable sur le site de l’Université de Hambourg : http://www1.uni-hamburg.de/COMST/handbookonline.html

[1] « ‘Oriental’ in the COMSt perspective actually embraces all non-Occidental (non-Latin-based) manuscript cultures which have an immediate historical (‘genetic’) relationship with the Mediterranean codex area » (p. 2).

[2] Si l’on se risquait à des réflexions plus générales, on pourrait dire que la réduction du grec à une sorte de frère aîné du latin, quoiqu’elle ne soit pas historiquement et épistémologiquement infondée, représente une erreur de perspective dans la mesure où elle l’isole d’une partie de son contexte. Même victorieuse de son « cruel vainqueur » selon l’adage romain, la Grèce a trop longtemps et trop exclusivement été tenue pour sienne par l’Occident – bien qu’elle ait effectivement contribué à fonder celui-ci –, y compris, et peut-être d’abord, dans l’idéale entité des « lettres classiques ».

[3] Page 276, citation de R. Traini, « Considerazioni preliminari allo studio dei manoscritti arabi », dans Onomasticon Arabicum. Sussidi didattici, I, Rome – Paris, 1975, p. 1-13.

[4] Sur les Sources Chrétiennes, voir en guise de « droit de réponse » mon billet http://www.sourceschretiennes.mom.fr/actu/divers/editions-critiques-inedits-et-ecdotique-aux-sources-chretiennes, publié dans le Bulletin de l’Association des Amis des « Sources Chrétiennes » 106, 2015, p. 32-38.

[5] Celui-ci fait allusion p. 289 à sa thèse sans la citer : Long Doublets in the Septuagint of the Book of Proverbs with a History of the Research on the Greek Translations, Durham, 2011.

[6] Afin de donner une idée de l’ampleur du problème, C. Macé pour sa thèse (1997-2001) avait collationné les 139 témoins grecs du Discours 27 et utilisé les versions latine, arménienne et syriaque.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *