Variantes d’auteur dans l’Antiquité classique ? Le cas du Cratyle de Platon

par Tiziano DORANDI, Centre Jean Pépin UMR 8230/CNRS-ENS,
à la Table-ronde “Ecdotique”, Lyon, HiSoMA-Sources Chrétiennes, le 3 mars 2016.

Invité à parler à cette table-ronde sur l’ecdotique intitulée L’édition des textes anciens en devenir, je me propose de vous présenter quelques considérations sur le problème assez controversé des variantes d’auteur, et cela parce que ce sujet est, à mon sens, l’un des plus intéressants et des plus instructifs dans ce qui pouvait marquer le devenir d’une œuvre antique après sa première mise en circulation.

On ne peut nier l’ampleur du domaine et les difficultés presque insurmontables que les variantes d’auteurs présentent, surtout pour les textes de l’Antiquité gréco-latine. Mon but n’est pas d’aborder ici le débat dans toute son ampleur ni d’essayer de proposer des solutions nouvelles, mais de donner un aperçu du problème en analysant un passage significatif d’un dialogue de Platon, le Cratyle. On a supposé ici la présence d’une véritable variante d’auteur, c’est-à-dire un exemple d’une double rédaction d’un passage de ce dialogue qui remonterait à Platon lui-même.

Mais avant d’aborder ce texte, je crois qu’il est utile de dire quelques mots en général sur les variantes d’auteurs.

1. L’évolution de la position de Giorgio Pasquali sur les variantes d’auteur

Giorgio Pasquali, dans la première édition de la Storia della tradizione e critica del testo, 1934 (19522), p. 395-465, s’était montré plutôt ouvert à l’égard de la possibilité de déceler des traces de variantes d’auteur dans les manuscrits de Martial, Lucain et Prudence :

L’étude des témoignages antiques et de quelques papyrus autographes, l’analyse d’œuvres historiques (ou contenant des allusions historiques) que l’on conserve sous des formes diverses dans divers manuscrits, et leur analogie avec des textes médiévaux pour lesquels nous possédons une tradition contemporaine des auteurs, confortent l’hypothèse que des variantes d’une nature très particulière (les variantes dans les noms propres, véritables ou fictifs, forment un groupe très intéressant) peuvent remonter, pour des œuvres de l’Antiquité également, aux auteurs eux-mêmes. Dans quelques cas, cette hypothèse peut être démontrée rigoureusement (p. xix).

Sa position devient ensuite un peu plus nuancée («Ancora Ero e Leandro», Studi italiani di filologia classica n.s. 22, 1947, p. 261) :

Je crois maintenant savoir […] que des variantes d’auteur, fréquentes dans les textes du Moyen Âge, de la Renaissance ou d’une époque plus moderne, sont beaucoup plus rares dans les œuvres de l’Antiquité que je ne le croyais alors.

Quelques années plus tard, dans la préface à la deuxième édition de la Storia della tradizione (19522, p. xxi) Pasquali émet enfin des réserves plus importantes :

[…] Là [à propos des variantes d’auteur] j’avais probablement moi aussi commis des excès : peut-être pour Martial et Juvénal, et peut-être aussi pour Lucain. Des traditions aussi riches, aussi voisines de l’original (ou parfois identiques), aussi authentiques, comme celles de certains écrits de Pétrarque et de Boccace ainsi que de Parini et de Foscolo suscitent des problèmes d’un tel genre qu’il serait téméraire de les appliquer à des manuscrits séparés de l’original par un intervalle de siècles et de siècles.

A l’origine de ce changement d’opinion assez radical, il y a probablement une réflexion sur ce que G. Jachmann avait écrit (1941) sur le sujet des variantes d’auteur en étudiant la transmission des œuvres d’Ausonius (« Das Problem der Urvariante in der Antike und die Grundlagen der Ausoniuskritik », dans Ausgewählte Schriften, Meisenheim am Glan 1981, p. 470) :

Pour ma part […], je ne puis partager cette théorie [celles des variantes d’auteur] : au contraire, je ne la considère prouvée en aucune façon ; sur bien des points elle a été réfutée et elle est en général dangereuse et pernicieuse. L’expérience montre en effet qu’elle est appliquée à la légère et sans discernement à toutes les variantes textuelles. Elle pousse à tolérer, par solution de facilité, ce qui ne le mérite pas, elle évite de devoir faire preuve de courage en choisissant entre bon et mauvais, entre vrai et erroné, entre authentique et faux, elle rend superflus la connaissance de la langue, le sens du style et du jugement.

Les études récentes ont remis à l’ordre du jour les variantes d’auteur et leur place dans la transmission d’un texte antique ; elles ont confirmé l’existence de manuscrits qui en étaient pourvus et révélé le problème que ces variantes posent au moment de la publication d’un texte littéraire. Tout cela est évident du point de vue théorique. Il est plus complexe de résoudre d’une manière univoque la difficulté de détecter, dans les textes de l’antiquité classique tels qu’ils nous ont été transmis, des variantes qui remontent à l’auteur lui-même et non à l’histoire de la tradition.

2. La tradition manuscrite des dialogues de Platon

Venons-en à Platon et, pour commencer, traçons quelques jalons de l’histoire du texte des ses dialogues. On ne conserve d’aucun dialogue de Platon (comme, par ailleurs, d’aucune œuvre de l’Antiquité) ni l’autographe ni une édition préparée du vivant de son auteur ou dans les décennies qui ont suivi sa disparition. Au vu de cette situation bien connue, il est assez difficile de dire si une double rédaction ou n’importe quel changement du texte dans un ou plusieurs manuscrits par rapport à d’autres, est à considérer comme une trace de la volonté d’un auteur antique qui, à un moment indéterminé, a changé d’avis sur ou retouché la rédaction d’un ou plusieurs passages de son œuvre, ou plutôt s’il ne s’agit pas d’une erreur de transmission, d’une interpolation, d’un changement volontaire introduit par un savant lecteur de l’Antiquité ou du Moyen Âge occidental ou byzantin.

En ce qui concerne Platon, les témoins les plus antiques des son œuvre sont plusieurs dizaines de papyrus trouvés dans les sables d’Égypte. Plus ou moins étendus et plus ou moins fiables, ces papyrus nous donnent une idée suffisamment claire de la circulation de l’œuvre de Platon du début du IIIe siècle av. J.-C. à la fin de l’Antiquité. On y repère plusieurs types de documents et donc de textes : des restes d’éditions anciennes anonymes, mais également des exemplaires copiés par des particuliers pour leur usage privé afin d’assouvir le désir de lire l’un ou l’autre des dialogues du philosophe ou de pratiquer l’enseignement de la pensée platonicienne.

Les papyrus conservent des passages plus ou moins étendus des dialogues, mais jamais un dialogue en entier. Les témoins les plus anciens qui transmettent l’œuvre complète de Platon (y compris les dialogues apocryphes) remontent au IXe siècle de notre ère. Il s’agit de deux manuscrits conservés aujourd’hui, le premier, à la Bibliothèque Bodléienne d’Oxford sous la cote Bodleian Clarke 39 (sigle B), le deuxième, à la Bibliothèque nationale de France sous la cote grec 1807 (sigle A). Le manuscrit d’Oxford est précisément daté du mois de novembre 895, et il a appartenu au savant byzantin Aréthas (IXe-Xe s.), plus tard archevêque de Césarée de Cappadoce. Celui de Paris faisait partie d’un groupe de manuscrits à contenu philosophique dominant, mais pas exclusif, connu sous la dénomination de ‘Collection philosophique’. Un autre manuscrit, un peu plus récent (IXe/Xe siècle), appartient à Bibliothèque Vaticane et porte la cote Vatican grec 1 (sigle O).

Il y a quelques années, Jean Irigoin (Tradition et critique des textes grecs, Paris 1997, p. 151-163) a suggéré que tous les manuscrits grecs de Platon, à l’exception du manuscrit de Vienne qui porte le n° 39 dans le Supplément grec (sigle F) et qui remonte au XIIIe ou au XIVe siècle, dérivent de deux éditions qu’on peut dater du IXe siècle. A cette époque, des savants inconnus ont réuni tout ce qui était conservé de Platon depuis l’Antiquité. Les dialogues avaient été réunis, en respectant le classement en tétralogies, en deux corpora (recueils), chacun divisé physiquement en deux tomes. Le premier tome du premier corpus est représenté par le Bodleian Clarke 39 (qui contient les tétralogies I à VI) ; on trouve le deuxième tome dans le Vatican grec 1 (aujourd’hui mutilé, mais qui contenait à l’origine les tétralogies VII à IX). Le deuxième tome du deuxième corpus survit dans le codex de Paris, grec 1807 (qui contient les tétralogies VIII et IX plus les Définitions et les dialogues apocryphes) ; du premier tome, on conserve seulement une copie datant du Xe siècle dans le manuscrit de la Bibliothèque Marcienne de Venise, sous la cote App. Class. IV.1 (sigle T), dont la partie ancienne contient les sept premières tétralogies (avec l’ajout des trois premiers livres de la République).

Des études plus récentes on montré qu’à côté de ces deux « éditions » il en existait une troisième, divisée elle aussi en deux tomes, et limitée actuellement au seul premier tome représenté par la partie ancienne (fin du XIe siècle) du manuscrit de Vienne, qui porte le n° 7 dans le Supplément grec (sigle W) et qui transmet les tétralogies I à VII, mais dans un ordre perturbé.

Si, l’existence d’au moins deux traditions de Platon remontant au moins au IXe siècle ne fait pas de doute, continue Irigoin (p. 155),

toute comparaison entre elles est rendue impossible par le fait que les deux tomes qui nous sont parvenus n’ont aucun dialogue en commun. Le problème est donc de retrouver et d’identifier parmi les manuscrits plus récents ceux qui descendraient de l’un ou de l’autre des tomes perdus.

Le fait que les deux tomes des différentes éditions n’ont pas été copiés ensemble explique pourquoi la tradition des six/sept premières tétralogies est séparée de celle des huitième et neuvième tétralogies. Les rapports entre les manuscrits les plus anciens varient à l’intérieur de chaque tétralogie, et souvent aussi de dialogue à dialogue, et doivent donc être étudiés séparément.

Afin d’établir le texte rédigé par Platon, les éditeurs modernes ont la possibilité, à côté des papyrus et des manuscrits médiévaux, de recourir aussi à la tradition indirecte : aux témoignages des auteurs de l’Antiquité postérieurs à Platon qui citent un ou plusieurs passages de son œuvre. Pour certains dialogues, on dispose aussi d’une traduction arménienne (Apologie et Euthyphron) ainsi que de plusieurs traductions en latin (Phédon, Ménon, Parménide et Timée), fondées sur des modèles grecs aujourd’hui perdus.

En dépit de la richesse de la tradition antique et médiévale, on est de plus en plus conscient que l’idée d’arriver à reconstituer le texte original de Platon (ainsi que celui de tous les auteurs de l’Antiquité) n’est pas une opération facile. On peut espérer ne pas trop s’en éloigner, mais les vingt-cinq siècles qui nous séparent de la composition des Dialogues et les accidents et les aléas de la transmission jouent négativement. Les conclusions d’Irigoin (74) :

l’éditeur qui s’imagine reproduire le texte composé par Platon risque de s’abuser et d’abuser en même temps son lecteur

sont néanmoins un peu trop pessimistes et le lecteur moderne des œuvres de Platon peut utiliser avec une bonne confiance certaines des éditions les plus récentes des Dialogues : je pense en particulier à celle de la République de Slings.

3. Une variante d’auteur dans le Cratyle ?

Après avoir donnée une idée vraiment très limitée et incomplète de l’histoire du texte et de la transmission de l’œuvre de Platon, j’arrive enfin à la variante d’auteur que l’on a proposé de déceler dans le Cratyle (437d10-438b).

Mes quelques considérations regardent ce passage extrêmement complexe et pour lequel on n’a pas trouvé, jusqu’à présent, de solution univoque.

Le lecteur moderne se trouve face à deux « versions » différentes du même passage : une « version A » et une « version B ». La « version A », qui présente un texte plus ample, est transmise par le manuscrit W et la « version B », plus brève, par les autres manuscrits. L’hypothèse affirmant que le texte de la « version A » serait également authentique, défendue par Erbse, a été acceptée par Nicoll et Duke dans le premier tome de la nouvelle édition de Platon pour la Bibliotheca Oxoniensis, qui publie les deux versions en parallèle. Ils admettent donc que l’on a affaire à une double rédaction du même passage, qui remonterait à Platon, et donc à une véritable variante d’auteur dont l’existence nous aurait été révélée par un heureux hasard, et grâce à un seul manuscrit.

Lisons les textes (traduction de C. Dalimier, Paris 1998) :

So(crate) Je dirais même : en aucune façon, mon cher. Mais laissons là ces questions

version A

et passons à l’examen. Vois si, oui ou non, tu es d’accord avec nous sur ce point : nous étions bien convenus il y a peu de temps qui ceux que instituent les noms dans les cités (cités grecques comme cités barbares) sont des législateurs et que l’art qui a ce pouvoir est sa législation ?

—Cra(tyle) Parfaitement.

So. Dis-moi donc : les premiers législateurs ont-ils établi les noms premiers en connaissant les choses auxquelles ils les attribuaient ou les ignoraient-ils ?

—Cra. Moi, je pense, Socrate, qu’ils les connaissaient.

—So. Sans doute, mon cher Cratyle ! En tout cas, ils n’étaient pas ignorants.

—Cra. C’est mon opinion.

—So. Cela étant, comment affirmer qu’ils les établissaient en connaissance de cause (ou qu’ils étaient des législateurs) avant même qu’aucun nom quel qu’il soit ait été établi et qu’ils en aient connaissance, en supposant qu’on ne peut apprendre les choses qu’à partir des noms ?

version B

(So.) Revenons au point dont nous étions partis pour en arriver ici. Tout à l’heure, dans ce qui précède, tu affirmais, si tu t’en souviens, que celui qui établissait les noms le faisait nécessairement en connaissant les choses auxquelles il les attribuait. Es-tu encore de cet avis, oui ou non ?

—Cra. Oui.

—So. Affirmes-tu aussi que celui qui établissait les premiers noms avait cette connaissance en les établissant ?

—Cra. Il l’avait.

—So. A partir de quelle espèce de noms avait-il donc appris ou découvert les choses, puisque les premiers noms n’étaient pas encore établis et que, disions-nous, apprendre et découvrir les choses ne peut se faire autrement qu’après avoir appris les noms et découvert soi-même quels ils sont ?

Antonio Carlini (« Il nuovo Platone di Oxford », Rivista di filologia e di istruzione classica 124, 1996, p. 373-375) a mis en garde contre la tendance à accorder trop de confiance à la « version A » avec des motifs, à mon avis, tout à fait judicieux. Carlini ne doute pas qu’on ait affaire à deux versions distinctes du même passage. Dans la « version A », plus articulée, il n’y a rien d’incompatible avec l’usus de Platon en ce qui concerne le lexique, le style et la doctrine ; l’attribution de cette « version A » à Platon demeure cependant douteuse. Du point de vue « stemmatique », la « version A » n’est en effet propre qu’au seul manuscrit W ; en outre, pour obtenir une correspondance proportionnée avec la « version B », les deux éditeurs ont été forcés de déplacer une réplique du lieu où elle se trouve dans tous les manuscrits (y compris W). Une formule comme « et passons à l’examen » a l’air d’avoir été ajoutée par un exégète qualifié afin de mieux éclairer la phrase et constitue une preuve ultérieure que la « version A » ne remonte pas à Platon, mais qu’il s’agit plutôt d’une interpolation.

Il ne manque cependant pas de tentatives récentes pour défendre l’authenticité des deux versions et donc l’existence de la variante d’auteur. En toute sincérité, je dois avouer que je reste sceptique.

Veronica Valenti (« Una variante d’autore: Plat. Crat. 437 D 10-438 A 2 », Studi Classici e Orientali, 46, 1998, p. 771-777) a abordé la question et a proposé deux solutions qui autorisent une analyse diachronique du passage de Platon. Premièrement : on peut supposer que l’une des deux variantes est le résultat d’une réflexion ultérieure de la part de Platon sur un choix qu’il avait déjà fait et qu’il ne le satisfaisait plus. Dans ce cas, on arrive à expliquer l’existence des deux variantes en admettant que Platon, qui n’était plus content de première rédaction de son texte, l’avait par conséquent changé et modifié. Deuxième hypothèse : Platon lui-même avait volontairement pris la décision de ne pas choisir entre les deux textes afin d’offrir à ses lecteurs la possibilité d’opérer eux-mêmes le choix entre les deux options.

David Sedley (Plato’s Cratylus, Cambridge 2003), enfin, est lui aussi favorable à l’authenticité des deux textes et il reprend en les développant et en les affinant les conclusions envisagées par Valenti.

Sedley suggère que la « version A » ne peut pas faire partie de la rédaction du Cratyle tel qu’on le lit aujourd’hui ; cette version nous transmet une trace d’une rédaction plus ancienne du dialogue, qui présentait quelques différences de structure et de contenu. Au moment où Platon avait repris la réécriture du Cratyle, il en avait profité pour y apporter une correction philosophique majeure. Dans la première version du dialogue, Platon n’avait pas encore introduit la séparation fondamentale entre le rôle du législateur linguiste et son inspecteur, le dialecticien, mais il admettait que le premier était un spécialiste qui pouvait jouer à lui seul les deux rôles. Il y a dans le Cratyle un autre passage (385b2-d1) qui montre des caractéristiques semblables. Déjà Malcolm Schofiled (« A displacement in the text of the Cratylus », Classical Quarterly, 22, 1972, p. 246-253) avait dévoilé la position bizarre de ce dernier passage, et avait proposé de le déplacer après 387c6.

Un passage – conclut Sedley – qui transmettait un raisonnement autonome que Platon avait plus tard jugé comme étant une grave erreur (la « version A ») se trouvait dans une « édition » antique du Cratyle, mais il avait été supprimé dans l’« édition » plus récente telle qu’elle nous a été transmise par la majorité des manuscrit. Pour expliquer ce phénomène on peut suggérer qu’un ancien exégète de Platon, ayant eu entre les mains la première édition du dialogue, avait copié le passage qui dérangeait (la « version A ») dans la marge, probablement le plus près possible de la partie du dialogue où il se trouvait à l’origine ; ensuite, le passage avait été copié par mégarde dans le texte et une trace de sa mémoire nous a été conservée par W.

On se rend bien compte que la transmission du texte des dialogues de Platon n’a pas encore dévoilé tous ses secrets !

*

Que dire, en conclusion, non seulement sur le passage du Cratyle, mais plus généralement sur la question des variantes d’auteurs ?

En ce qui concerne l’Antiquité, je reste assez dubitatif non sur la possibilité qu’il y ait eu plusieurs cas de ce type de variantes, mais sur les moyens dont nous disposons pour le dénicher en toute sécurité.

C’est surtout pour la période ultérieure qu’on peut tirer le plus de profit de l’étude des variantes d’auteur ; et ceci parce que l’on possède des d’autographes assurés datant du Moyen Âge, de la Renaissance ou de l’époque moderne.


Une réflexion au sujet de « Variantes d’auteur dans l’Antiquité classique ? Le cas du Cratyle de Platon »

  1. Claudine Besset-Lamoine LEM UMR 8584

    Cet article sur les variantes dans les textes anciens est très éclairant et l’exemple du Cratyle passionnant, je le relisai justement récemment pour un article sur le phonosymbolisme. Merci CBL

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *