Comment travailler sur une tradition manuscrite complexe: le cas du De laude martyrii attribué à Cyprien de Carthage.

par Laetitia CICCOLINI, Université Paris-Sorbonne,
à la Table-ronde “Ecdotique”, Lyon, HiSoMA-Sources Chrétiennes, le 3 mars 2016.

Le De laude martyrii (autour de 253) ne nous est parvenu que parce qu’il fut agrégé, à date haute, à la collection des lettres de Cyprien. Pour ce texte, comme pour d’autres œuvres du corpus de Cyprien, un éditeur se heurte à une double difficulté : la quantité des témoins (110 manuscrits repérés) et le haut degré de contamination de la tradition.

1. De l’édition princeps (1520) à l’édition Hartel (1871) : la lente découverte d’une riche tradition

En 1519, Érasme se fit prêter deux manuscrits de l’abbaye de Gembloux. Ils lui permirent de corriger le texte des éditions précédentes et de trouver un certain nombre d’inédits, dont le Laud. mart., qui fut imprimé avec les œuvres de Cyprien en 1520. Érasme n’est pas seulement le premier éditeur du texte : il est également celui qui en détecta le caractère inauthentique, pour des raisons stylistiques essentiellement.

L’histoire des éditions de Laud. mart. se caractérise par l’accumulation progressive des manuscrits et un assez grand conservatisme. La critique conjecturale n’est pratiquement pas pratiquée : lorsque le texte est jugé déficient, on trouve en général dans les manuscrits disponibles de quoi le corriger.

La première édition véritablement critique est due Wilhelm Hartel : entre 1868 et 1871, il édite à Vienne toute l’œuvre attribuée à Cyprien, authentique et inauthentique (CSEL 3, 1-3). Pour Hartel, la tradition manuscrite de Laud. mart. se partage en deux branches : d’un côté le manuscrit le plus ancien qu’on ait conservé, S (Paris, BnF, lat. 10592, Ve/VIe siècle, qui ne transmet plus que la seconde partie du traité en raison de la chute d’un cahier), de l’autre le reste de la tradition (représentée par 5 manuscrits dans l’édition). Sa préférence va à S, dont l’Antiquité l’impressionne.

2. Les travaux sur l’histoire du texte de Cyprien et leurs conséquences pour le De laude martyrii

L’histoire du texte telle que la reconstituait Hartel fut remise en cause par Hans von Soden qui publie en 1904 une enquête sur la constitution et la transmission de la collection des lettres de Cyprien (H. von Soden, Die cyprianische Briefsammlung. Geschichte ihrer Entstehung und Überlieferung [TU, 25], Leipzig, 1904).

Un document comme la liste stichométrique des œuvres de Cyprien (datable de 365) montre qu’on disposait, un siècle après la mort de Cyprien, de manuscrits tout à fait semblables au livres légués par le Moyen Âge : les traités suivis d’une collection plus ou moins riche de lettres, organisée par adjonction de séries, souvent thématiques. Au milieu des lettres écrites par Cyprien, se sont glissés des lettres de correspondants et des écrits tel que Laud. mart., maintenant reconnus comme inauthentiques.

C’est donc une manière différente d’appréhender les manuscrits : le critère du contenu permet dominer de manière raisonnée la masse de l’information. Il est aussi possible d’établir une hiérarchie entre ces groupes : von Soden est ainsi amené à réévaluer l’importance de manuscrits copiés tardivement, mais qui contiennent des groupements attestés dans l’Antiquité. Enfin von Soden propose des hypothèses sur la manière dont ces groupes se sont engendrés.

Le problème se pose désormais de la manière suivante : est-il possible de conjuguer la méthode stemmatique, qui repose sur l’étude des fautes significatives, et celle de von Soden, qui est une approche externe, à partir de l’histoire des collections ? Cette méthode donne de bons résultats pour les lettres peu diffusées : voir p. ex. l’édition des lettres de Novatien (transmises avec les lettres de Cyprien) par G. F. Diercks (CC SL, 4 ; 1972).

Mais les lettres transmises dans plus d’une centaine de manuscrits et les traités posent toute une série de problèmes :

  • deux manuscrits peuvent avoir des séries de lettres identiques, sans avoir pour autant un texte identique ;
  • l’étude de l’ensemble des manuscrits aboutit généralement à une multiplicité de groupes élémentaires, auxquels s’ajoutent des manuscrits inclassables. C’est le cas pour les lettres de Cyprien les plus transmises (voir l’édition Diercks, CC SL 3B et 3C, 1994-1996 ainsi que le volume 3D, 1999, où sont présentés les témoins).

Cette difficulté vient du très haut degré de contamination du texte, un aspect de l’histoire du texte que les travaux de Bévenot sur le De unitate ecclesiae ont bien mis en évidence (en particulier The Tradition of Manuscripts. A Study in the Transmission of St. Cyprian’s Treatises, Oxford, 1961).

Pour surmonter l’obstacle de la contamination, M. Bévenot proposait de fonder l’établissement du texte sur un choix restreint de manuscrits dits ‘indépendants’ (ou ‘opposés’), c’est-à-dire qui, pris deux à deux, présentent peu de fautes en commun. Bévenot aboutit à une sélection de 10 manuscrits, augmentée de neuf manuscrits d’appoint. À partir de cette liste, valable à son avis pour n’importe quel traité (à l’exception des florilèges bibliques), l’éditeur procède de manière éclectique, en s’appuyant sur le mérite intrinsèque des variantes.

Les travaux de Bévenot ont imposé l’idée qu’en raison de la contamination, il était vain d’essayer de proposer un stemma. Ils ont également attiré l’attention sur des familles de manuscrits jusqu’à présent laissées de côté. En témoigne l’index de Laud. mart. publié en 1999, par L. Ferreres, dans lequel il propose une soixantaine de corrections au texte de Hartel (Index verborum et locutionum quae in Ps. Cypriani “De laude martyrii” opusculo inveniuntur, Barcelona, 1999, p. 7-10) :

  • une partie d’entre elles, les plus intéressantes, tirent parti de l’étude des sources (Virgile) ou de la tradition indirecte (utilisation de Laud. mart. par Lucifer de Cagliari, dans son Moriundum esse pro dei filio) ;
  • d’autres corrections s’appuient sur un élargissement de la base manuscrite de Hartel. L. Ferreres accorde une grande importance aux manuscrits anglais, dont Bévenot avait souligné l’intérêt.

3. Vers une nouvelle édition du texte

Pour entreprendre une nouvelle édition (CC SL, 3F, à paraître en 2016), il était nécessaire de reprendre la question de la sélection des témoins. La première étape, facilité par les travaux des éditeurs précédents, fut de recenser les manuscrits subsistants : 110 manuscrits ont été repérés à ce jour.

La deuxième étape fut d’identifier des groupes élémentaires en partant du contenu des manuscrits, mais en les confortant par l’étude des variantes (28 manuscrits furent collationnés en entier, 55 par sondages) et par l’histoire des manuscrits. Il en résulte 9 groupes de manuscrits, auxquels s’ajoute le manuscrit S, inclassable.

La troisième étape fut de voir jusqu’où la méthode des fautes communes permettait d’aller. Les groupes élémentaires se ramènent en fait à 4 ensembles :

  • le manuscrit S (Ve ou VIe s.), resté à l’écart de l’abondante tradition médiévale de Cyprien.
  • X, dont les chefs de file viennent de grands centres intellectuels carolingiens (abbaye de Saint-Denis et abbaye de Lorsch) et passent au XIe s. par l’abbaye du Mont-Cassin. Là encore, on accède à un état tardo-antique du texte (voir l’étude de P. Petitmengin, « Cinq manuscrits de Saint Cyprien et leur ancêtre », Revue d’histoire des textes, 2, 1972, p. 197-230).
  • les plus anciens manuscrits de Γ sont carolingiens et la famille a ensuite été largement diffusée dans le Nord de la France, dans les territoires de l’actuelle Belgique, en Allemagne et en Italie du Nord.
  • l’ensemble Z est plus difficile à caractériser : il se compose de manuscrits plus récents (aucun n’est antérieur à la fin du XIe) et semble mêler sources anciennes et corrections érudites.

X et Γ sont liés par des fautes communes. La tradition repose donc sur trois piliers : S pour la seconde moitié du texte ; le consensus , qui représente un état très ancien du texte, et Z. Le plus souvent, le bon texte est garanti par l’accord de deux de ces trois composantes. Il est donc possible d’avoir une approche stemmatique du texte, ce qui conduit à rejeter certaines des corrections proposées par L. Ferreres.

Il y a cependant des cas où le meilleur texte n’est attesté que par l’une des deux composantes contre les deux autres. Deux explications, non exclusives l’une de l’autre, peuvent être avancées. Les fautes qui lient les manuscrits appartenant à différentes familles peuvent être le résultat d’une contamination précoce. Il semble en outre que l’ensemble des manuscrits conservés soit issu d’un archétype fautif que tel ou tel groupe de manuscrits a parfois tenté de corriger.

Pour l’établissement du texte, ont été retenus 19 manuscrits qui représentent les différentes branches de la tradition. Un apparat ainsi conçu doit permettre de situer tout nouveau témoin. À moins qu’on ne soit amené à conclure que ce manuscrit présente un texte différent des rameaux déjà connus – ce qui serait plus intéressant, s’agissant d’un texte parfois mal transmis.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *