Grec et latin chez Ausone: sur le traitement d’une tradition contaminée

par Franz Dolveck, École française de Rome,
à la Table-ronde “Ecdotique”, Lyon, HiSoMA-Sources Chrétiennes, le 3 mars 2016.

La collection des œuvres d’Ausone que l’on appelle depuis l’édition Peiper du sigle de son archétype, Z, est un ensemble stable, connu presque exclusivement par une trentaine de manuscrits humanistes tous copiés en Italie dans la deuxième moitié du XVe siècle à l’exception d’un seul (Florence, BNC, conv. soppr. J. VI. 29, copié pour Coluccio Salutati vers 1385, sigle M). L’élaboration du stemma de ces manuscrits est une vexata quaestio, aussi bien (historiographiquement) à cause de la prétendue supériorité du trop fameux Tilianus (Leyde, UB, VLQ 107, devant son nom au fait qu’il appartenait dans la deuxième moitié du XVIe siècle à Jean Du Tillet, évêque de Meaux) qu’à cause de contaminations nombreuses et complexes.

Dans une contribution majeure aux études ausoniennes, Michael Reeve («The Tilianus of Ausonius», dans Rheinisches Museum, 121, 1978, p. 350-366) avait élaboré un stemma à quatre branches, dont deux peut-être réductibles à une seule. Il prenait en compte pour ce faire la part la plus importante, et de loin, de la collection, qui sont les œuvres latines ; mais il se trouve que Z a aussi pour particularité d’être la seule source à nous avoir transmis les œuvres grecques d’Ausone : elles sont peu nombreuses, certes, mais néanmoins bien présentes.

C’est une idée commune que le stemma du grec diffère de celui du latin dans Z: et c’est une idée en partie juste, dans la mesure où le grec n’a pas toujours été copié de première main. Mais ce stemma du grec n’a jamais été élaboré. Ce qu’il révèle sur Z est pourtant de grande valeur, parce que (à l’exception des manuscrits où grec et latin sont avérés issus de sources différentes) c’est en réalité le stemma «original» de la collection, avant toutes opérations de contamination : si les copistes ont cherché à corriger par conjecture, plus ou moins habilement, le texte grec, ils n’ont jamais cherché à faire usage d’un autre manuscrit que leur modèle – contrairement au latin. Ainsi, le stemma du grec permettra de distinguer, pour le latin (et pour les manuscrits où grec et latin sont de même origine), ce qui est innovation et ce qui est héritage : il ouvre la voie à une réévaluation complète de la tradition de tout un pan de l’œuvre ausonienne – et, par conséquent, à une réévaluation également importante de son texte même[1].

[1] Cette communication est issue de recherches présentées au colloque Ausone en 2015 : bilans et perspectives, tenu à Nanterre les 8 et 9 octobre 2016 ; la publication des actes en est prévue pour la fin de cette année.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *