Un texte à la tradition difficile: l’édition de la Synopse de la sainte Écriture attribuée à Jean Chrysostome. Questions méthodologiques

par Francesca Prometea Barone, IRHT – CNRS,
à la Table-ronde “Ecdotique”, Lyon, HiSoMA – Sources Chrétiennes, le 3 mars 2016.

 

La Synopsis Scripturae Sacrae, éditée au volume 56 de la Patrologia Graeca[1], se présente comme une collection de notices résumant, d’une façon plus ou moins détaillée, les livres de l’Ancien Testament.

La Synopse constitue un document fondamental pour l’histoire de la formation et de la composition du canon biblique dans les premiers siècles chrétiens, ainsi que de la réception de la Bible à cette époque. En outre – et cela ne fait que confirmer l’intérêt extraordinaire de ce texte –, la Synopse est utilisée comme témoin pour l’établissement du texte critique de la Bible grecque des Septante dans l’édition de Göttingen. Ses leçons sont régulièrement citées en apparat.

Néanmoins, pour évaluer correctement la portée historique de cette œuvre, il est nécessaire, en première instance, de constituer un texte fiable, une fois résolus les problèmes critiques qui la caractérisent.

La Synopse pose trois problèmes critiques majeurs :

  1. Son attribution et donc sa date : en effet, l’attribution à Jean Chrysostome est discutée.
  2. Ses rapports avec une autre Synopsis Scripturae Sacrae, faussement attribuée à Athanase[2], dans la mesure où les deux textes contiennent des livres entièrement ou partiellement en commun (le Lévitique, la partie finale de 4 Règnes, 1-2 Paralipomènes, 1-2 Esdras, Esther, Tobit, Judith, Job, Sagesse de Salomon, Proverbes).
  3. L’extension du texte, car une des branches de la tradition est sensiblement plus courte que l’autre.

Il faut préciser que le textus vulgatus de la Synopse, représenté par l’édition de Bernard de Montfaucon[3], réimprimée dans la Patrologia Graeca par l’abbé Migne, n’est pas un texte fiable, dans la mesure où il constitue le résultat hybride d’une combinaison non critique de sources distantes entre elles : le Parisinus Coislinianus 388 (du 17e s.) et, pour les notices que ce manuscrit ne transmet pas, le Vossianus Gr. F 48 (L, du 16e s.). Les deux manuscrits appartiennent chacun à l’une des deux branches de la tradition.

La Synopse est transmise par 16 manuscrits, qui contiennent le texte entièrement ou partiellement. La tradition manuscrite de la Synopse s’articule en deux branches : la première, représentée par les témoins H, P, M et O, est mutilée et ne transmet pas les notices de certains livres (Lévitique, la partie finale de 4 Règnes, 1-2 Paralipomènes, 1-2 Esdras, Esther, Tobit, Judith, Job, Sagesse de Salomon, Proverbes, Ecclésiaste, Cantique, Psaumes) ; la deuxième, représentée par les manuscrits N, R et L, contient tous les livres de l’Ancien Testament, sauf les Psaumes.

Dans une première étude sur ce texte (parue en 2009)[4], j’avais avancé une hypothèse critique selon laquelle la première branche de la tradition (HPMO) témoignerait d’un stade du texte plus ancien, mais déjà fortement lacunaire par rapport à « l’original ». La deuxième branche de la tradition (NRL) aurait été créée pour combler les lacunes produites dans le temps. Le compilateur aurait eu recours à tout le matériel dont il disposait : en premier lieu, l’autre grande Synopse, attribuée à Athanase ; ensuite, les Vitae Prophetarum.

Le premier enjeu de l’établissement d’un texte critique de la Synopse est donc de déterminer la nature des ajouts de la deuxième branche de la tradition par rapport à la première : s’agit-il d’interpolations tardives, visant à combler les lacunes qui s’étaient produites dans la tradition ? Ou s’agit-il de restes possibles d’un original perdu ?

Autrement dit, le texte d’origine est-il plutôt le « texte long » (NRL), qui se présenterait sous une forme mutilée dans la première branche (HPMO) et aurait été copié ensuite par le Pseudo-Athanase ? Ou plutôt le texte court, comblé dans la deuxième branche par l’utilisation, entre autres, de la Synopse du Pseudo-Athanase ?

Pour tenter de répondre à cette question, il m’a paru nécessaire, d’un point de vue méthodologique, de rechercher des traces de discontinuité entre les deux parties de la Synopse, celle qui est transmise par l’intégralité de la tradition, et celle qui n’est transmise que par la deuxième branche.

De ce point de vue, l’élément qui m’a paru pouvoir être le plus utile pour détecter des éventuelles discontinuités entre les deux parties de la Synopse est le texte biblique utilisé dans notre ouvrage : s’il s’avérait que le texte biblique lu par l’auteur des notices n’est pas le même dans les deux parties de la Synopse, nous aurions de ce fait la preuve que le texte de la Synopse transmis uniquement par la deuxième branche de la tradition (NRL) n’appartient pas à la rédaction originaire de la Synopse, mais constitue une interpolation.

Au cours de mon intervention à la table-ronde j’ai montré, à titre d’exemple, que le texte biblique suivi dans les résumés des livres des Règnes est antiochien, alors que le texte biblique utilisé pour le résumé du livre de Job ne l’est pas. Cette remarque est-elle significative et généralisable ? L’examen du texte des autres livres bibliques permettra peut-être de tirer des conclusions à ce sujet.

[1] PG 56, 313-386 ; CPG 4559.

[2] PG 28, 281-438 ; CPG 2249.

[3] Sancti Patris nostri Joannis Chrysostomi archiepiscopi Constantinopolitani opera omnia quae exstant vel quae eius nomine circumferuntur, VI, Paris, 1724, p. 314-391.

[4] « Pour une édition critique de la Synopsis Scripturae Sacrae du Pseudo-Jean Chrysostome », Revue de philologie, de littérature et d’histoire anciennes 83/1 (2009), p. 7-19.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *