Table-ronde 2013

La table-ronde « Ecdotique : l’édition des textes anciens en devenir » s’est tenue à Lyon, le 8 mars 2013, dans les locaux de l’Institut des Sources Chrétiennes où le stage d’ecdotique venait d’avoir lieu.

L’événement, organisé par le laboratoire HiSoMA (Histoire et sources des mondes antiques), avait pour but de manifester l’intérêt et l’importance des éditions critiques en cours à Lyon comme ailleurs et de permettre des échanges sur les méthodes employées, les difficultés rencontrées ou les nouvelles perspectives, dans une démarche pluridisciplinaire. Historiens ou littéraires, archéologues ou purs philologues, épigraphistes ou papyrologues, antiquisants ou médiévistes, latinistes, hellénistes ou spécialistes de langues orientales, ils sont nombreux, en effet, à pratiquer le même art : l’ecdotique ignore le cloisonnement des disciplines universitaires.

Pour sa première édition, cette table-ronde a accueilli principalement des éditeurs de textes médiévaux ou patristiques, permettant notamment de fructueux échanges entre divers spécialistes des lexiques latins.

Après un rapide tour de table, Franck Cinato, du Laboratoire d’histoire des théories linguistiques, ou HTL, a présenté la première communication, intitulée : « L’édition critique du Liber glossarum. Quel Liber éditer ? » En voici le résumé : « Le projet Liber glossarum : édition d’une Encyclopédie carolingienne, dirigé par Anne Grondeux et sélectionné en 2010 par l’European Research Council) permettra de produire la première édition intégrale de cette vaste encyclopédie. Cette édition constitue le socle essentiel à l’analyse des lexicographes médio-latins, car le Liber glossarum matérialise le lien entre l’encyclopédisme d’Isidore de Séville et les dictionnaires alphabétiques du Moyen Âge central. Projet en cours, il permet déjà d’effectuer un dépoussiérage complet de l’histoire de ce texte fondateur de la lexicographie occidentale, dont la conception se joue en toile de fond des grandes réformes de la renovatio carolingienne. Les plus grands savants de l’époque ont été impliqués, avec dans les rôles principaux, Alcuin, Adalhard de Corbie, cousin de Charlemagne, et Théodulf d’Orléans. Sa tradition manuscrite raconte l’histoire d’une fabrication complexe, à laquelle plusieurs centres ont pris part, dans un bouillonnement de textes nourri par un milieu multiculturel. Le résultat a été un énorme outil de référence indémodable jusqu’au XVe siècle où il est imprimé, malgré sa taille imposante et la refonte effectuée par Papias au milieu du XIe siècle. Pourtant, il paraît avoir été diffusé dans la précipitation sans y apporter le degré d’achèvement attendu et bien que plusieurs tentatives de sauvetage semblent avoir eu lieu au cours de la première moitié du IX e siècle, le texte demeura toujours instable. Manipulé tout au long de son histoire, le Liber Glossarum pose un certain nombre de problèmes, qu’une édition électronique pourrait surmonter. »

Camille Gerzaguet, de l’Université d’Aix-marseille, a ensuite offert un exposé sur « Éditer Ambroise de Milan aujourd’hui. Les exemples du De fuga saeculi et du De officiis ». Voici le résumé qu’elle en fait : « Depuis le colloque Lire et éditer Ambroise de Milan aujourd’hui qui s’est tenu à Metz en 2005, de nouvelles éditions des œuvres ambrosiennes commencent à paraître. Le cas le plus récent est celui du De Iacob et uita beata, édité par G. Nauroy et paru en 2010 dans la collection des Sources Chrétiennes. Plusieurs chantiers personnels ou collaboratifs (œuvres exégétiques, correspondance) sont en cours dans cette collection. Ainsi, le De fuga saeculi, auquel j’ai consacré ma thèse de doctorat, est actuellement en préparation. Cette nouvelle édition se justifiait par les défauts de l’édition précédente procurée par K. Schenkl en 1897 à l’occasion du mille cinq centième anniversaire de la mort d’Ambroise et parue dans le CSEL. Si méritoire que fût cette « édition anniversaire », elle n’en présentait pas moins un certain nombre d’insuffisances parmi lesquelles l’absence de stemma codicum et l’exclusion des témoins copiés en Italie de l’établissement du texte sont les plus notables. Il s’agissait donc de construire un stemma et de prendre en compte la version du De fuga saeculi transmise par les témoins italiens. L’édition du De officiis soulève, elle aussi, la question du stemma et de son utilisation, mais sous un angle différent. L’édition de Testard, parue en 1984 dans la Collection des Universités de France et reprise en 2000 dans le Corpus Christianorum, propose un stemma codicum qui est discutable. En effet, non seulement la lecture de l’apparat critique contredit la construction stemmatique, mais deux témoins carolingiens, dont Testard n’a pas tenu compte pour son édition, apportent un éclairage très différent sur la tradition manuscrite. L’étude stemmatique du De officiis est à refaire. »

Marie-Karine Lhommé, de l’Université Lumière-Lyon 2, a quant à elle présenté le cas d’un texte transmis par un manuscrit unique : le lexique de Festus. « Le Farnesianus (Naples, Bibl. Naz. IV.A.3, XIe siècle), précise-t-elle, est acéphale et fortement mutilé : une colonne sur deux de texte est brûlée, et seules les sections alphabétiques M à V sont conservées. Redécouvert à la fin du XVe siècle, il perd encore quelques feuillets ou quaternions entiers lorsqu’il circule dans le cercle de l’Académie de Rome : des apographes réalisés à l’époque comblent imparfaitement ces pertes. Fin VIIIe, Paul Diacre avait réalisé un abrégé pour Charlemagne, éliminant nombre d’informations (articles entiers, sources et citations) : une dizaine de manuscrits sont conservés, qui peuvent donner une idée, si l’on prend des précautions, des parties mutilées ou entièrement perdues. » M.-K. Lhommé a alors exposé les différents principes, mérites et défauts des éditions, de la Renaissance aux deux éditions de W. M. Lindsay (Teubner, 1913, et Glossaria Latina, 1930), jusqu’au récent Festus Lexicon Project (UCL London).

Jean Reynard, du CNRS (HiSoMA-Sources Chrétiennes), a abordé et illustré « L’enjeu des versions orientales pour l’édition du Mystère des lettres grecques ». Voici la brève présentation qu’il en fait : « Le Mystère des lettres grecques – ainsi désigné selon un titre reconstitué – est un récit de révélation sur le sens secret de l’alphabet grec, mêlant interprétations graphiques, numériques et sémantiques des lettres. Connu depuis le XVIIIes. par un manuscrit copto-arabe d’Oxford (l’arabe figurant dans les marges du manuscrit), il a excité la curiosité des égyptologues et fait l’objet de diverses études qui l’ont rattaché à tort au courant gnostique. La difficulté redoutable du copte et le caractère peu intelligible du texte lui-même ont fait supposer à ces savants un original grec, mais c’est dans sa version copte qu’il est finalement édité et traduit en 1900 par Hebbelynck. On doit au P. J. Paramelle la découverte, dans les années 1970, de la version grecque dans un manuscrit d’Oxford, le Baroccianus 197. Ce dernier reste notre témoin principal, auquel il faut ajouter deux manuscrits grecs, le Parisinus gr. 2314 et le Laudianus 29, qui donnent la fin du récit. On pourrait croire que cette découverte a enlevé son intérêt aux versions orientales, mais ce n’est pas le cas. D’abord, parce que seules les versions copte et arabe ont conservé le début du texte. Ensuite, parce qu’elles ont chacune leur spécificité : la version copte présente des perspectives originales, puisées dans les traditions égyptiennes, notamment en introduisant les astres dans la description du cosmos et la notion de noun, l’océan primordial égyptien. La version arabe, pour sa part, ne semble pas être une traduction de la version copte à côté de laquelle elle figure, elle s’en éloigne parfois et a sa propre spécificité : elle donne par exemple aux anges un rôle que ne leur accorde pas le copte, à mettre peut-être en rapport avec l’angélologie musulmane. Cependant, cette version n’est pas un texte soigné et présente de nombreuses difficultés. Ces trois traditions textuelles méritent donc d’être étudiées chacune à part et en lien les unes avec les autres. »


La table-ronde s’est conclue sur la présentation par Guillaume Bady, du CNRS (HiSoMA-Sources Chrétiennes), de ce qui allait être ce carnet.

Source: http://www.hisoma.mom.fr/recherche-et-activites/zoom-sur/table-ronde-ecdotique-2013

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *