Archives par étiquette : divisions

Problèmes d’édition des textes grecs à traditions multiples : le cas des Divisones quae dicuntur Aristoteleae

par Tiziano DORANDI, Centre Jean Pépin UMR 8230/CNRS-ENS [1],
à la Table-ronde “Ecdotique”, Lyon, HiSoMA-Sources Chrétiennes, le 19 février 2015.

DORANDI 2

Note préliminaire (15 mars 2016): L’auteur de cette communication tient à signaler qu’il a achevé son édition des rédactions des Divisons transmises par les manuscrits byzantins. Elle sera publiée dans le volume 6 (2016) de la revue Studia Graeca-Arabica. Dans la longue introduction à cette édition, il a aussi complété et modifié certains détails de la présente communication.

La première question que l’on doit se poser est la suivante : Qu’est-ce qu’un texte à tradition multiple ?

J’entends pour texte à tradition multiple une œuvre pour laquelle on peut supposer l’existence d’un modèle unique qu’il est impossible de restaurer dans son identité originaire – tel qu’il était sorti de la plume (ou mieux, du calame) de son auteur – et qui nous a été transmis à travers plusieurs rédactions par les manuscrits médiévaux. Dans des cas semblables on peut avoir la présomption d’établir l’état textuel d’une ou plusieurs rédactions, mais il est assez difficile, voire impossible, d’en restaurer la version originale.

La liste de ces textes est assez longue. En voici quelques exemples tirés de la littérature grecque : la Vie d’Ésope (en trois recensions : celle du ms. G, celle du ms. W et la Planudea) ; le Roman d’Alexandre (en plusieurs rédactions : recensio vetusta = A ; recensio β ; recensio γ ou byzantine ; recensio λ ; recensio de Julius Valerius etc.) ; certains textes d’alchimie ou les Éléments d’Euclide (recensio vulgata et recensio Theonina). Dans le monde byzantin le phénomène est aussi connu. Je ne citerai que le cas du Roman de Digénis Akritas : le poème en langue démotique dont on conserve trois recensions plus ou moins « populaires » ou « savantes », et qui représentent toutes des remaniements importants du texte original, aujourd’hui perdu.

On voit bien que chaque recensio est connue par l’intermédiaire d’un ou plusieurs manuscrits. Dans certains cas, on en conserve, en plus de rédactions en grec et d’autres en traduction : en latin, en langues vulgaires ou encore orientales.

On pourrait aisément supposer à l’origine de ces différentes branches des modèles divers remontant aux auteurs, mais, le plus souvent, il s’agit plutôt de phénomènes qui sont nés et se sont propagés tout au long de la transmission de ces textes pour des raisons indépendantes de la volonté de leurs auteurs et qu’il n’est pas toujours facile de déterminer ou d’analyser.

Dans le premier cas, je pense évidemment aux variantes d’auteurs et au problème conjoint de l’existence de secondes éditions de quelques livres d’un auteur antique. C’est-à-dire : on pourrait supposer que ces différentes versions reflètent les différents états d’une œuvre ancienne à travers les remaniements qui remontent à son auteur.

Pour mon exposé, j’ai laissé de côté le volet qui concerne les variantes d’auteur et j’ai aussi pris la décision de choisir un cas qui n’a pas souvent attiré l’attention. J’ai donc renoncé à l’étude d’une des œuvres que je viens de citer. On a en effet déjà beaucoup écrit sur ces textes et je ne veux pas résumer les travaux d’autrui, mais présenter les résultats de mes recherches.

Le texte que j’ai choisi est un petit recueil, intéressant tant pour son contenu que pour l’histoire de son texte et qui continue à révéler ses secrets d’une manière étonnante : il s’agit des Divisiones quae dicuntur Aristoteleae.

Peu d’entre vous ont probablement entendu parler des Divisiones quae dicuntur Aristoteleae. Je suis arrivé à l’étude de ce court texte pendant les années que j’ai consacrés à l’édition des Vies des philosophes de Diogène Laërce (publiée à Cambridge en 2013).

Qu’est-ce que sont les Divisiones quae dicuntur Aristoteleae ?

Avant de répondre à cette question, il y en a une autre plus générale. Qu’est ce qu’une division ?

Les divisions proposent une classification des plusieurs concepts « philosophiques » tel que l’âme, les biens, la sagesse, la justice, la vertu, le vice etc. Un seul exemple peut se révéler plus utile qu’une longue description. J’ai choisi la division de biens dont on conserve une double rédaction en Diogène Laërce (3.80) et dans la tradition des manuscrits médiévaux indépendants. Voici la traduction (de L. Brisson) de la version de Diogène Laërce (qui suffit à vous donner une idée concrète) :

Parmi les biens, certains résident dans l’âme, d’autres dans le corps, et d’autres sont extérieurs. Par exemple, la justice, la sagesse, le courage, la modération etc., résident dans l’âme ; la beauté, la bonne constitution, la santé et la force résident dans le corps ; les amis, la prospérité de sa patrie et la richesse sont des biens extérieurs. Il y a donc trois espèces de biens : ceux qui résident dans l’âme, ceux qui résident dans le corps et les biens extérieurs.

Je n’aborde pas ici la question très débattue de la fonction des ces textes dans l’enseignement de l’Académie de Platon à l’époque où la fréquentait le jeune Aristote. Je ne m’arrête pas, non plus, sur la question de l’auteur (ou mieux, des auteurs) de ce recueil. Je dis seulement que je ne nie pas que dans ce recueil il y a une partie de textes d’Aristote lui-même, mais je pense que ces textes ont été à plusieurs reprises contaminés et réécrits au cours des siècles et que, même en supposant qu’il y a des traces de certains traités d’Aristote dédiés à ce sujet (et dont on conserve les titres dans le catalogues des vies anciennes du Stagirite), on n’a pas à faire, sinon d’une manière très éloignée et pâle, à ceux-ci. Un texte comme celui des Divisiones commença très tôt à changer de forme et de contenu et à avoir une vie indépendante de son modèle originaire.

Le témoignage de Diogène Laërce prouve qu’au IIIe siècle de notre ère circulait déjà au moins une rédaction des Divisiones liée au nom d’Aristote et que cette rédaction était déjà assez manipulée et retravaillée pour des exigences liées probablement aux milieux de l’enseignement. Une trace ultérieure de l’utilisation de ce texte et de sa diffusion dans l’Antiquité tardive se repère dans une scholie à l’In Hexaëmeron de Basile de Césarée. J’ai aussi récemment montré que la même méthode dihairétique (ce qui ne signifie pas, bien entendu, un recours au même recueil qui est l’objet de mon attention) était connue et utilisée dans le texte d’argument médical du Ier siècle de notre ère transmis par le Papyrus de la British Library inv. 137 (PLitLond. 165) que l’on connaît sous le titre d’Anonyme de Londres.

Venons-en à un examen des différentes traditions dans lesquelles le texte des Divisiones a été transmis.

J’ai déjà présenté une partie de mes résultats en deux articles parus à une quinzaine d’année de distance. Le deuxième fait suite à la découverte d’un nouveau témoin de ce texte qui a remis en question certains de mes acquis précédents. Il y a quelques mois, un jeune chercheur américain – Justin Barney – a repéré un folio d’un autre manuscrit beaucoup plus ancien d’une des traditions de cet ouvrage qui porte à modifier encore certains détails de sa tradition. J’ai moi-même – il y a seulement quelques semaines – retrouvé un autre témoin complet de la même tradition. Je n’ai pas encore eu le temps d’approfondir l’analyse de ce nouveau manuscrit, mais les premiers échantillons de mon enquête confirment l’importance du rôle que le groupe auquel il appartient (et donc de cette rédaction) a joué dans la transmission des Divisiones Aristoteleae dans la culture et le monde byzantins.

On connaît au moins deux rédactions probablement en trois versions d’un même modèle des Divisiones.

La première est celle que Diogène Laërce cite en conclusion à sa Vie de Platon (3.80-109) : « Platon, dit Aristote, divisait les réalités de la manière suivante » – écrit Diogène en introduisant le recueil – et « Voilà donc les premières divisions qu’effectuait Platon, si l’on en croit à Aristote » (3.109) à la fin (trad. Brisson).

Cette rédaction transmet un corpus de 32 Divisiones.

Les manuscrits à partir du témoignage desquels j’ai édité le texte de l’ensemble des Vies des philosophes de Diogène Laërce sont les suivants : les trois manuscrits complets BPF qui s’échelonnent chronologiquement entre la fin du XIe siècle et le début du XIIIe. Parmi les manuscrits qui transmettent seulement des extraits, j’ai utilisé Φ du XIIe siècle ainsi que Vi (du 28 juillet 925). Pour l’édition des Divisiones, on ne peut pas compter ni sur Φ ni sur Vi qui ne transmettent pas cette partie.

Tous ces manuscrits dérivent d’un seul archétype (Χ). Quand Φ fait défaut (comme pour les Divisiones), on doit se contenter de reconstituer seulement l’hyparchétype Ω, dont le texte a toutefois des chances d’être identique à celui de l’archétype X. Pour parvenir à la reconstitution de l’hyparchétype, il faut s’appuyer sur B, le seul témoin non contaminé, ni même interpolé, en éliminant ses fautes vénielles à l’aide de PF (quand ceux-ci s’accordent). L’accord de B avec P ou avec F permet d’assurer la leçon de l’hyparchétype, même lorsque F appuie la leçon du manuscrit divergent. Lorsque les trois témoins primaires complets (BPF) divergent et que l’on manque du secours de F, on ne peut pas donner mécaniquement la préférence à B, mais on optera pour la leçon la plus proche de celle de B. A partir du comportement de la « vulgate », l’éditeur peut établir quel est, de P ou de F, le manuscrit transmettant le texte authentique. Autre principe important : il est possible de corriger parfois l’hyparchétype Ω grâce à Φ, mais on doit s’en remettre au seul iudicium pour amender l’archétype X (mis à part les passages où l’on dispose d’une tradition indirecte). Il faut s’abstenir de corriger sans raison sérieuse le texte de X oυ de Ω tout en ayant conscience qu’ils n’étaient pas irréprochables.

La deuxième tradition, indépendante de celle de Diogène Laërce, est connue par six manuscrits byzantins qui transmettent deux rédactions diverses d’un même texte.

Une liste des six témoins avec peu de détails sur leur datation et leur contenu suit. Afin d’éviter toute confusion, les sigles de ces témoins ont été choisies en tenant compte de celles déjà utilisées pour le manuscrits de Diogène Laërce.

MMarcianus gr. 257, s. XIIIe/XIVe. On trouve dans ce témoin (ff. 251r-254r), sous le titre Διαίρεσις Ἀριστοτέλους, un recueil (le plus complet) de 69 divisions. Le texte des Divisiones y est défiguré par de nombreuses fautes, imprécisions et lacunes.

AParisinus gr. 39, s. XIIIe. Ce manuscrit transmet (ff. 168v-172v) seulement 39 divisions sous le titre Διαίρεσις Ἀριστοτέλους. A (indiqué par Moraux avec le sigle P) détient un étroit lien de parenté avec M, mais par rapport à ce dernier, il omet plusieurs entrées; il présente en outre plusieurs lacunes; il abrège le texte de la division [41], après lequel on trouve deux fragments étrangers à la compilation (f. 172r 7-172v 4); il fournit pourtant en quelques cas la bonne leçon corrompue en M.

LLeidensis Vossianus gr. Q 11, s. XIVe in. Il conserve (ff. 92r-96r), sous le titre Περὶ διαιρέσεως, un corpus de 61 des 69 divisions de M. Ce manuscrit n’est ni un descendant, ni un frère, ni un proche parent de M. Une des différences les plus marquantes entre les deux témoins réside dans le fait que le texte de L est moins long que celui de M. Dans L il n’y a pas les huit divisions [35], [63] et [64]-[69]. L’absence de [35] est due probablement à un simple accident. La division [63] fait double emploi avec [51]. Les Divisiones [64]-[69], enfin, « constituent un ensemble assez différent du reste de l’ouvrage » et sont « d’une toute autre veine que le reste de la compilation ». P. Moraux explique l’absence de ces dernières en L en supposant que « son ancêtre ne comportait que les divisions au sens propre du terme et ne connaissait pas encore l’appendice en question ». Elles sont remplacées par un bref appendice (une διαίρεσις ψυχῆς μετὰ ὁρισμοῦ et un ὅρος νοός) dans lequel Moraux saisit une influence de la terminologie et de la pensée néoplatoniciennes.

C — On retrouve le même contenu et la même structure de L ainsi que le même nombre de divisions dans le manuscrit (du XIIIe siècle) que je viens de découvrir et que pour le moment je laisse anonyme. J’utilise cependant pour commodité le sigle C.

NLeidensis BPG 67C, s. XVe/XVIe. Il transmet (ff. 18r-26v), sous le titre Περὶ διαιρέσεων, les divisions [1]-[47]. Ce manuscrit montre un lien de parenté très étroit avec L. Les deux témoins partagent en effet la quasi-totalité des variantes; mais parfois, N s’accorde avec M et A, ou présente des lectiones singulares par rapport aux trois autres témoins. La descendance de N de L (qui ne serait pas impossible du point de vue chronologique) est à écarter en tenant compte d’au moins deux éléments. Premièrement, N a la division [35], accidentellement perdue dans CL. Le texte de celle-ci [35] dans N s’éloigne cependant de celui de M (la division manque en A et dans la tradition de Diogène Laërce), ce qui porte à exclure qu’il y ait eu contamination entre ces deux témoins.

Y  — Brigham Young University, s. Xe, ff. 5r-v. Il conserve seulement les divisions [37]-[42]. Il appartient sans aucun doute à la même tradition de CLN.

En ce qui concerne les rapports entre les six manuscrits, on peut dire tout de suite que MA et CLNY représentent deux traditions indépendantes non seulement de Diogène Laërce, mais aussi entre elles. On ne peut pas donner plus de confiance à l’une ou à l’autre série et il serait faux et contraire à la méthode d’essayer de reconstruire un Urtext des Divisiones en mélangeant les deux traditions ou les branches d’une même tradition.

La première famille est la mieux connue, parce que M est le manuscrit dont on dispose depuis plus longtemps et sur lequel est fondée l’édition de Mutschmann. Ce dernier publie le texte de M en parallèle à celui de Diogène Laërce.

A, frère de M, est important pour rétablir et restaurer le texte de M en certains endroits, mais son apport est limité en conséquence du peu de texte qui transmet.

La deuxième famille n’arrête pas de s’accroître ! Moraux avait découvert L. Maintenant, après la trouvaille de N, Y et en particulier de C, on peut avoir une meilleure et plus fiable image de cette branche de la tradition.

N est un frère de L. L’apport de N s’avère ainsi fondamental pour reconstruire en plusieurs endroits le texte de cette tradition des Divisiones.

Y appartient à la même famille et, en considération de sa datation, il est probablement l’ancêtre des autres témoins. Quant à savoir si c’est leur ancêtre direct ou indirect, il est encore tôt pour le dire, tant parce qu’il transmet seulement une petite portion de texte, que parce qu’il faudrait auparavant avoir à disposition les résultats complets de l’analyse de C.

CLNY ne sont pas exempts de fautes et de bévues graves; dans plusieurs passages ils transmettent néanmoins le texte original perdu par saut du même au même ou lacune par homéotéleute dans M, et ils conservent (ou aident à rétablir) une bonne leçon corrompue dans M ou A. Mais il ne manque pas d’exemples où M ou A transmettent le texte correct par rapport à celui de CLNY.

Il est nécessaire de préciser de maintenant que l’on ne peut pas tracer un vrai stemma ni de l’ensemble de cette partie de la tradition ni de l’une ou de l’autre de ses branches. On doit éventuellement se contenter de schémas qui donnent une idée probable des rapports entre les manuscrits des deux branches séparées.

Il faut définir les critères de la nouvelle édition à partir de ces données.

Diogène Laërce transmet une rédaction à part dont l’origine précède celle de la composition des Vies (première moitié du IIIe siècle) et elle est postérieure à Aristote auquel elle est attribuée.

On ne doute pas de l’indépendance de la tradition de Diogène Laërce par rapport aux deux recensions MA et CLNY. Elle avait été déjà reconnue par V. Rose (qui ne disposait que de M) et elle a été entérinée par Mutschmann, qui publia le texte de Diogène et celui de M (quand il y avait une correspondance) sur deux colonnes parallèles. A ce que l’on peut supposer, il donnait cependant la préférence à la rédaction de Diogène Laërce, qui occupe la colonne de gauche et dont la numérotation des divisions est suivie.

La situation a commencé à se compliquer au moment de la découverte de A et elle est devenue encore plus complexe au moment où on a eu accès à CLNY.

P. Boudreaux avait déjà reconnu en A une tradition proche de M et il avait suggéré d’en utiliser les données pour corriger certaines fautes et omissions de M qu’il jugeait d’origine accidentelle. Il s’agit en réalité, dans plusieurs cas, d’omissions volontaires qui laissent présupposer une influence de choix rédactionnels ou survenues dans un milieu scolaire. Par voie de conséquence, en dépit du lien de parenté entre les deux témoins qui appartiennent à la même famille, on ne peut pas mélanger sans raison leurs leçons afin de reconstruire un Urtext idéal. Le même discours vaut pour les manuscrits CLNY. Les leçons de L peuvent se révéler parfois utiles pour corriger des passages corrompus dans M (et éventuellement A), mais seulement si l’on peut établir qu’il s’agit de fautes accidentelles. Dans ce cas aussi, il faut éviter de céder à la tentation de reconstruire un Urtext.

On peut donc parler, dans le cas des Divisiones, d’un texte qui a été transmis en deux ou plutôt trois rédactions différentes l’une de l’autre, mais qui remontent cependant à un même texte qu’il est assez difficile de restaurer dans son état primaire. Il ne faut pas donner la préférence, dans l’absolu, à l’une ou à l’autre rédaction, mais il faut tenir compte de chaque rédaction de manière indépendante.

Comment doit donc opérer le futurus editor de ces textes ? Il pourrait choisir, comme Mutschmann, de publier les textes sur deux colonnes parallèles : le texte de Diogène d’un côté et celui des deux autres versions de l’autre côté. Cette opération n’était pas trop compliquée à l’époque de Mutschmann. Elle serait assez contraignante, voire impossible, aujourd’hui (au moins avec les moyens traditionnels d’édition). Je ne peux donc que suggérer de publier les trois rédactions distinctes l’une de suite à l’autre. C’est le choix qu’ont fait, par exemple, les éditeurs du Roman d’Alexandre. Peut-être, un jour, mais seulement après cette édition préliminaire, on pourrait essayer de publier avec les moyens numériques une nouvelle édition online sur colonnes parallèles.

Voila tout ce que je voulais vous dire cet après-midi. J’espère que j’ai attiré suffisamment votre attention et que j’ai réussi à vous donner une idée convenable de la transmission d’un texte grec à traditions multiples.

Bibliographie

Éditions

Dorandi, T. (2013) Diogenes Laertius. Lives of Eminent Philosophers (Cambridge)
Mutschmann, H. (1906) Divisiones quae vulgo dicuntur Aristoteleae (Lipsiae)

Traduction

Rossitto, C. (2005) Aristotele e altri autori. Divisioni. Testo greco a fronte. Seconda edizione rivista (Milano)

Études

Barney, J. (2014), « New Manuscript of the Divisiones Aristoteleae. With. Fig. 1-2 », Codices Manuscripti et Impressi 93/94, 1-6
Boudreaux, P. (1909) « Un nouveau manuscrit des Divisiones Aristoteleae », Revue de Philologie 33, 221-224
Dorandi, T. (1996), « Ricerche sulla trasmissione delle Divisioni aristoteliche », in Algra, K.A., van der Horst, P.W., Runia, D.T. (eds.) Polyhistor. Studies in the History of Historiography of Ancient Philosophy (Leiden), 145-65
Dorandi, T. (2011), « Le Leidensis BPG 67C et l’histoire du texte des Divisiones quae vulgo dicuntur Aristoteleae », Mnemosyne 64, 632-8
Moraux, P. (1977) « Témoins méconnus des Divisiones Aristoteleae », L’Antiquité Classique 46, 100-127.

Annexe

Manuscrits des Vies des philosophes de Diogène Laërce

Neapolitanus III. B 29, s. XII
Parisinus gr. 1759, s. XI/XII
Laurentianus plut. 69.13, s. XIII
Φ  Vaticanus gr. 96, s. XII
Vi  Vindobonensis phil. gr. 314, 28 luglio 925.

Manuscrits des Divisiones que dicuntur Aristoteleae

M  Marcianus gr. 257, s. XIII/XIV
A  Parisinus gr. 39, s. XIII

L  Leidensis Vossianus gr. Q 11, s. XIV in.
Leidensis BPG 67C s. XV/XVI
Brigham Young University s. X
Testimonium novum, s. XIII.

[1] Ces pages que j’ai lues à Lyon à l’occasion de la Table-ronde « Ecdotique: l’édition des textes anciens en devenir » organisée par G. Bady le 19 mars 2015 ne sont qu’une ébauche encore incomplète qui a comme but la présentation de mes recherches actuelles, en particulier sur les Divisiones quae dicuntur Aristoteleae. Elles ne sont pas destinées pour le moment à une publication académique, mais seulement à une circulation restreinte.